Partagez| .

Convocation inattendue [PV Lukan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Convocation inattendue [PV Lukan] Ven 20 Avr - 8:30

Aleyna était debout sur la passerelle du Disbelief et contemplait l'espace devant elle d'un air absent. Le navire était silencieux, hormis le discret ronflement des machines ainsi que des petits "bips" qui sonnaient parfois, troublant la quiétude du PCNO. Les mains croisées dans le dos, l'Amirale Lucia était en tenue assez décontractée, les manches découvertes et la casquette arborant les feuilles de chênes signalant sa position négligemment posée sur ses cheveux. Postée ainsi, raide comme un arbre, elle ne pensait à rien, admirant la beauté de l'espace par la verrière, oubliant qui elle était, où elle était, et ce qu'elle était censée faire.

Une sonnerie reconnaissable entre toute la tira de sa rêverie. Replaçant sa casquette, elle se tourna instinctivement vers la console responsable, preuve indéniable qu'elle commençait à bien connaître son nouveau navire. Elle se dirigea vers l'opérateur qui venait de recevoir un message flash et acquiesça lorsqu'il lui demanda du regard si il devait accuser réception. Une fois le message décrypté, elle sortit son datapad rangé dans sa poche de derrière pour le consulter, reprenant sa place devant la vitre, mais son attention étant cette fois accaparée par le message.


/////FLASH-RÉSERVÉ COMMANDANT
>>>FRM : CHIMAERA
>>>TO : DISBELIEF
////TVC TRANSCRIRE COMME SUIT ~

1. Le Pellaeon Disbelief doit se rendre aux coordonnées [*-*-*-*-*-*-*] le plus tôt possible.
2. L'Amirale Lucia devra être transférée sur le Chimaera immédiatement.
3. Durant ce temps, le Disbelief sera sous le commandement du second qui devra maintenir la position jusqu'à réception de nouveaux ordres.

///////


L'Amirale contempla l'écran trois secondes, puis s'activa.


- Rappelez aux postes de combats ! Situation supersilence révoquée, je veux tout le monde en place ! s'écria-t-elle. Puis, elle attrapa son comlink et composa rapidement une série de touches.


Le CO entra rapidement en ébullition, la lumière blanche remplaçant la rouge, les hommes courant en tous sens pour rejoindre leurs postes, le second, une jeune femme rousse d'une trentaine d'années se plaçant à la droite de l'Amirale, tandis que l'alarme générale résonnait dans tous le navire, faisant s'activer 8.450 hommes d'équipages, brisant le calme installé depuis maintenant quelques heures.


- PCP, de CO, relancez la propulsion, en avant deux tiers, radio, transmettez les coordonnées au poste hyperpropulsion, qu'ils se tiennent prêts à sauter sur mon ordre!

- CO, de PCP, bien reçu, réacteurs critique, en avant deux tiers.

- CO, de poste hyperpropulsion, coordonnées reçues, prêts à sauter!


Aleyna contempla une dernière fois les étoiles et repris son comlink :

- Fermez le hangar, désactivez le champ d'interdiction et les rayons tracteurs, et préparez vous au saut, dit-elle d'une voix calme. Puis, lorsque le CGO l'informa que ses ordres avaient été exécutés, elle continua : Saut hyperspatial dans 3..2..1. Saut!

Les étoiles devinrent des traits lumineux, et le Disbelief entra dans le tunnel bleu et disparut. Lucia se frotta la nuque en réfléchissant. Elle connaissait le Chimaera. Elle savait qui le commandait, le Grand Amiral Lukan Reige. Elle ne l'avait jamais vu, et connaissais tout juste sa réputation d'être aussi brillant que feu Gilad Pelleaon. Si ça n'était plus. Alors que lui voulait-il à elle ? Certes, son passé était un secret de polichinelle, et plusieurs Impériaux ne l'appréciait ouvertement pas, quand ils ne lui affichaient pas une franche hostilité. La raison du pourquoi était simple. Elle venait de la République, et ce qui revenait le plus souvent était qu'on ne pouvait pas lui faire confiance. Si elle avait déjà trahi une fois, rien ne l'empêchait de le refaire.

Aleyna n'en avait cure. Elle avait durement acquis le respect de son équipage, et même si elle ne bénéficiait pas encore du soutien pur et simple comme elle l'avait connu sur le Dusk, elle trouvait qu'elle avait déjà franchis un grand pas en travaillant avec ses subordonnées, connaissant leurs forces et faiblesses, et sachant déjà quelles étaient leurs limites. Le reste suivrait après. Bien sûr, elle se doutait qu'il devait se trouver dans son équipage quelques hommes qui rapportaient ses faits et gestes au Commandement, peut-être même son second, après tout, le manque de confiance pouvait être justifié en un sens.

En pensant à cela, elle commença à se demander si elle n'avait pas dernièrement fait quelque chose qui justifierait pareille convocation. Elle eut beau froncer des sourcils, elle ne trouva pas matière à caution. Haussant les épaules, elle se dit qu'on lui dirait bien une fois sur place, et que s'inquiéter à l'avance ne résoudrait rien.


- CO, de poste hyperpropulsion, nous serons à destination dans moins de cinq minutes.

- Hangar, de CO, préparez le Red Horse pour une sortie immédiate après la sortie d'hyperespace. Ne faisons pas attendre le Grand Amiral.


Aleyna attendit encore deux minutes, chronomètre en main, puis se tourna vers son second.


- Tu prends le contrôle du Disbelief jusqu'à mon retour. A tout à l'heure Nausicaa.

- Amirale, dit l'autre en saluant respectueusement.


Sur ce, elle tourna les talons, pour aller dans sa cabine, où elle se changea dans un uniforme plus adapté, sans pour autant prendre celui de cérémonie. Il s'agissait de ne pas arrivée débraillée, mais pas non plus en bête de foire. Une fois ceci fait, elle jeta un rapide coup d'oeil dans son miroir et grimaça devant son teint pâle et ses cernes trahissant tous les quarts où elle n'avait pas quitté la passerelle faute d'être restée en admiration devant la beauté de l'espace.

Fermant doucement sa cabine, elle rejoignit le hangar où sa navette personnelle était déjà en piste, ses moteurs ronflant doucement. Elle s'arrêta lorsqu'elle sentit la secousse trahissant la sortie de l'hyperespace avant de coiffer sa casquette protocolaire et de monter à bord en murmurant un "Allons-y" autant au pilote que pour elle-même.

Le vaisseau s'ébranla et quitta le navire après une annonce générale de la voix désincarnée du second :


- L'Amirale quitte le bord!


Cette dernière, restée debout dans la navette, contempla le Chimaera. C'était la première fois qu'elle voyait un Super Star Destroyer de classe Thrawn, et voir un tel symbole de la puissance Impériale ne laissait personne indifférent. Cependant, le trajet fut trop court pour lui laisser le temps pour analyser les superstructures du vaisseau, et d’apprécier la vision d'une flotte Impériale au faite de sa puissance.

Son pilote échangea les codes et diverses autres procédures, et procéda à un atterrissage en douceur dans le hangar gigantesque du Chimaera. Aleyna se tint droite et plissa sa veste d'uniforme nerveusement. Il était rare de la voir dans cet état, surtout dans une telle situation. Jusqu'ici, une rencontre avec des supérieurs ne l'avait jamais effrayé, mais si ils avaient tous eu plus ou moins le pouvoir de la renvoyer, si tel était le cas, elle n'aurait cette fois-ci nulle part où aller.

Tandis que la passerelle s'abaissa devant elle, elle figea son visage dans une attitude fière, et descendit dans le navire inconnu. Ses bottes claquèrent sur le sol métallique lorsqu'elle y posa le pied, humant l'odeur agréable d'huile de moteur, attendant que l'on vienne à sa rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Dim 22 Avr - 1:40


Tandis qu'il admirait l'immensité de l'espace par la baie vitrée de ses appartements, le Grand Amiral ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine mélancolie en repensant à son ancien Destroyer Stellaire de classe Pellaeon, qui avait été aujourd'hui remplacé par un Super Star Destroyer de classe Thrawn.

Il n'y avait pas à dire, le SSD de classe Thrawn était tout simplement magnifique, et faisait pâlir son prédécesseur aussi bien par sa taille que par son armement ou encore par le nombre de chasseurs stellaires qu'il pouvait embarquer. Reige avait choisi de le baptiser le Chimaera, comme son auguste prédécesseur et toujours en mémoire du légendaire Star Destroyer Impérial qu'avaient jadis commandé le Grand Amiral Thrawn puis le Grand Amiral Pellaeon.

Gilad Pellaeon... l'un des officiers de l'Empire post-Palpatine qui avait le plus marqué son époque, de part ses victoires bien entendu mais aussi et surtout par la détermination sans faille qu'il avait montrée en gardant unis les Vestiges de l'Empire pendant les heures sombres, là où tout autre que lui aurait jeté l'éponge ou en aurait profité pour s'emparer des quelques systèmes impériaux restants pour s'autoproclamer Seigneur de Guerre.

D'autres l'avaient bien sûr fait après la mort de l'Empereur. Harrsk, Krennel, Teradoc, Zsinj... tous ces impériaux de seconde zone, aveuglés par leur ambition personnelle, avaient tenté de se bâtir leur propre petit empire avant de se faire irrémédiablement anéantir par les Rebelles, alors auto-proclamés Néo-républicains.

Pellaeon était resté fidèle à sa conception de l'Empire et n'avait pas hésité à se mettre au service d'illustres amiraux impériaux, comme le Grand Amiral Thrawn ou l'Amiral Daala, avant de se voir remettre le pouvoir. Un pouvoir qu'il avait partagé, tant bien que mal, avec les Moffs querelleurs et toujours avides de pouvoir mais malgré les épreuves, il était resté un loyal serviteur de l'Empire jusqu'à son dernier souffle.

Nul doute que si l'Empire avait pu se redresser comme il le faisait aujourd'hui, c'était grâce à des personnes comme Thrawn ou Pellaeon...

Fermant un instant les yeux, il visualisa le visage bleuté et les yeux rougeoyants de Thrawn puis les traits ridés de Pellaeon, ou encore sa célèbre moustache, qui tranchaient avec la détermination de ses yeux bruns. Puis il se détourna de la baie vitrée et embrassa la pièce du regard.

Il ne s'agissait pas de sa chambre mais d'une pièce que certains avaient surnommé sa "salle de méditation" ou encore sa "salle de réflexion". De forme circulaire, la grande pièce était peu meublée, si l'on exemptait les ordinateurs, les quelques fauteuils confortables qui constellaient la pièce par endroits, ainsi que quelques meubles, comme une table de travail.

Deux autres personnes occupaient la pièce et une troisième ne tarda pas à faire son apparition. Le premier était un homme assez grand d'environ trente-cinq ans, aux cheveux bleus et dont l'oeil droit était ambré. Son oeil gauche était fonctionnel mais pas visible, dissimulé sous une prothèse en métal cuivré, qui masquait la partie haute de son visage, depuis sa pommette jusqu'au milieu du front. Doté d'une certaine musculature, il ne s'agissait de nul autre que le lieutenant Walter Stark, ancien membre des commandos impériaux et garde du corps officiel du Grand Amiral. Son visage exprimait une certaine neutralité mais son oeil ambré ne quittait pas Lukan du regard.

La deuxième personne était une femme d'une vingtaine d'années, aux longs cheveux verts et au regard ambré. Le lieutenant Selena Lawford, ancienne membre des Renseignements impériaux et désormais son assistante à temps plein, était vêtue d'un uniforme noir. Un sourire amusé flottait sur ses lèvres comme à son habitude mais ses yeux paraissaient plus sombres qu'à l'ordinaire.

Si les deux premiers étaient des habitués du Chimaera, ce n'était pas le cas du troisième homme. Pas particulièrement grand mais assez trapu, l'humain devait être âgé d'environ quarante ans et possédait des cheveux noirs, légèrement dégarnis. Vêtu d'une combinaison de vol sombre caractéristique des pilotes impériaux, il arborait un air solennel et ses yeux noisette témoignaient de l'honnêteté de cet homme, dont le caractère devait être aussi droit que son dos en cet instant.


- Colonel Mynar Steel, au rapport, mon Amiral. Déclara l'homme d'une voix grave.

Lukan lui rendit son salut avant que ses lèvres n'esquissent un sourire.

- Repos, Colonel. C'est un honneur de vous avoir, vous et le 181ème escadron de chasseurs impériaux, à notre bord.

L'Amiral lui tendit la main et le chef d'escadron la lui serra, un sourire fleurissant également sur ses lèvres avant qu'il ne laisse échapper un éclat de rire.

- Si on m'avait dit que le fils de Bedwyr Reige deviendrait Grand Amiral un jour, je ne l'aurais jamais cru ! Mais très franchement, c'est moi qui suis honoré de servir sous vos ordres, Amiral, tout comme ça l'a été de servir votre père lorsqu'il était chef du 181ème.

Reige acquiesça simplement de la tête, de lointains souvenirs lui revenant en mémoire. Son père, Bedwyr, avait été l'un des as de la chasse impériale de son vivant, au point de se faire intégrer dans le célèbre 181ème escadron. A l'époque, c'étaient des Predators que ces pilotes de l'élite utilisaient mais depuis que les Reapers avaient fait leur apparition, ils étaient devenus le nouvel appareil de prédilection des unités d'élite comme le 181ème.

- Je pense qu'il aurait préféré me voir embrasser une carrière de pilote et ce n'est pas faute d'avoir essayé mais... les circonstances en ont voulu autrement. Répondit-il, passant inconsciemment une main au niveau de son coeur.

Le visage de Mynar se fit plus sérieux tandis qu'il acquiesçait de la tête.

- Le commandant Riev m'a expliqué pour votre problème et sachez que j'en suis sincèrement désolé. Toutefois, je ne pense pas que le Colonel Reige aurait été déçu par votre changement de carrière. Vous êtes aujourd'hui à la tête de la marine impériale et vous commandez une flotte de plusieurs destroyers stellaires. Si cela n'aurait pas suffi à le rendre fier, je ne vois pas ce qui pourrait le faire !

Ils ne purent s'empêcher de rire et par la suite d'évoquer des anecdotes de la vie de Bedwyr, avant que Lukan ne finisse par revenir au sujet qui l'avait fait appeler le Colonel dans ses appartements.

- Si je vous ai fait venir, c'était pour connaître votre opinion concernant cette personne.

Et en appuyant sur l'un des boutons de la console qui lui faisait face, le Grand Amiral fit apparaître l'image holographique d'une jeune femme aux longs cheveux blonds, presque blancs et aux yeux jaune-orangés. Elle était vêtue de l'uniforme des amiraux de l'Empire et arborait une expression neutre, dénuée d'émotion.

Mynar observa un instant l'image, les sourcils froncés et les bras croisés, avant de prendre la parole d'une voix grave.


- Aleyna Lucia, anciennement Capitaine du croiseur républicain Dusk. J'avais entendu des rumeurs concernant son ralliement à l'Empire mais je dois avouer que je n'y croyais guère.

- Je peux vous confirmer le bien fondé de ces rumeurs. Aleyna Lucia est désormais Amiral au service de l'Empire et commande le Star Destroyer Pellaeon Disbelief... et elle est en route pour ce secteur, à ma demande.

Le Colonel contempla encore quelques instants l'hologramme de la jeune femme avant de retourner son attention sur le Grand Amiral, hochant la tête.

- Comme vous avez déjà dû le lire dans le rapport de l'époque, j'ai été confronté à elle peu de temps après qu'elle ait obtenu le commandement du Dusk. J'ai le souvenir d'un adversaire tenace mais honorable, assez peu représentatif des standards républicains. Je pense que c'est un atout de l'avoir à nos côtés.

Lukan haussa un sourcil en signe de curiosité, agréablement surpris par la réaction du chef d'escadron, et contourna la console pour faire directement à son interlocuteur, avant de prendre la parole à son tour.

- Donc vous ne tenez pas rigueur à l'Amiral Lucia pour vos affrontements de jadis ?

Steel haussa les épaules, l'air assez détaché avant de répondre d'une voix neutre.

- C'est la guerre, monsieur. Si je devais me mettre à haïr chacun des adversaires que j'ai affronté, je ne serais plus qu'un concentré de haine... et je finirais par me faire tuer, et mes hommes avec moi. Un pilote doit savoir garder la tête froide en toutes circonstances et garder une certaine distance, mais ça, vous le savez sans doute autant que moi.

C'était tout à fait vrai et Lukan se souvenait de cette leçon que lui avait enseignée jadis son père, en utilisant presque les mêmes mots. Quelque part, cela lui réchauffait le coeur de savoir que l'héritage de Bedwyr Reige vivait non seulement à travers lui mais aussi parmi les pilotes qu'il avait formés, comme le colonel Steel.

- Merci, colonel, ce sera tout. Vous êtes libres de regagner vos quartiers ou bien d'explorer un peu le vaisseau. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à interroger le personnel de bord.

- J'ai déjà tout ce dont j'ai besoin mais je pense quand même faire un petit tour des lieux. Et merci à vous, Grand Amiral, de me donner à nouveau la chance de servir sous un Reige.

Après une nouvelle poignée de main, le chef d'escadron quitta la pièce, en compagnie du lieutenant Stark. Ce dernier ne manquerait pas de lui faire faire le tour du propriétaire et probablement de lui offrir une boisson pour entendre des anecdotes au sujet de son père. C'était tout à fait le genre de son garde du corps de s'intéresser au passé de son supérieur et ami.

- Alors, rassurée ? Demanda-t-il à l'unique autre occupante de la pièce.

Selena ne répondit pas immédiatement, ses yeux étant toujours fixés sur l'image de l'Amiral Lucia, avant qu'elle ne la fasse simplement disparaître en éteignant le projecteur holographique. Passant une main dans ses longs cheveux verts, elle arborait sur ses traits un air sérieux qui ne lui était pas du tout coutumier.

- Le rapport du Colonel Garwesh'Nar était incomplet et vous le savez aussi bien que moi. Certaines des analyses psychiatriques avaient clairement été falsifiées... et les rapports indépendants concernant son ancien équipage font tous ressortir des périodes d'absence et une santé mentale vacillante. Cette femme est une bombe à retardement.

Le lieutenant Lawford n'avait pas levé la voix mais ses paroles n'en demeuraient pas moins aussi tranchantes qu'une lame de rasoir. Pour avoir longtemps fait partie des Renseignements, et y avoir conservé de nombreux contacts, la jeune femme était très bien informée sur ce qui se passait dans l'Empire et dans la République.

- C'est possible mais je ne pense pas qu'Elenwë Garwesh'Nar aurait pris le risque de la recruter si elle avait pensé que l'ancienne républicaine représentait un risque pour l'Empire. Sa carrière ne survivrait pas à un tel scandale.

- Certes... mais je pense quand même qu'il s'agit d'un pari risqué. Est-il vraiment raisonnable de la rencontrer en personne ? Qui sait si son procès n'était pas en réalité un piège et si elle s'est servie du colonel pour nous infiltrer...

- Je n'exclus pas la possibilité mais je n'ai pas envie d'avoir d'opinion préconçue à son sujet. Elle a déjà les trois quarts de l'état major impérial contre elle à cause de son passé républicain donc je ne peux pas non plus me fier aux rapports des amiraux. Je tiens à me faire une opinion par moi-même.

Selena était sur le point de prendre de nouveau la parole quand le comlink intégré à la paroi du mur s'alluma, laissant entendre un léger grésillement avant que la voix d'un officier des communications ne retentisse dans la pièce.

- Pardonnez-moi de vous déranger, Amiral mais le Star Destroyer Disbelief est sorti de l'hyperespace il y a quelques instants et une navette de classe Sigma identifiée comme le Red Horse se dirige vers nous.

Lukan posa une main sur l'unité de communication de sa console et prit la parole d'une voix forte et claire.

- Merci de m'avoir prévenu, lieutenant Wyatt. Je me rends au hangar principal, mon comlink personnel est actif si vous devez me joindre.

- Bien reçu, Amiral.

Le lieutenant Lawford sur ses talons, Reige quitta ses appartements et prit la direction du hangar. Vêtu d'un pantalon et d'une veste d'une blancheur immaculée, à l'exception peut-être des motifs dorés qui y avaient été soigneusement brodés, l'impérial portait aussi une chemise, de hautes bottes et des gants noirs de jais. Une longue cape bleu nuit était également attachée au niveau de son torse par une fine chaîne en or. Habillé de la sorte, il tranchait avec la plupart de ses subordonnés, qui avaient revêtus les uniformes sombres caractéristiques de la marine impériale.

Ses cheveux bruns, quelque peu en bataille, qui lui arrivaient en haut du cou mais quelques mèches retombaient cependant sur son front, sans pour autant arriver à masquer son regard émeraude.

Lorsqu'il arriva dans le hangar, la navette venait tout juste de se poser et les stormtroopers avaient déjà formé une haie d'honneur pour l'accueillir. Regardant la passerelle de débarquement descendre pour laisser sortir les occupants du Red Horse, le Grand Amiral ne put s'empêcher d'observer les nouveaux arrivants d'un oeil analytique.

Si cela était possible, il trouvait l'Amiral Lucia plus resplendissante en réalité que sur les enregistrements holographiques. Bien qu'il soit au courant de ses prouesses guerrières, l'apparence de la jeune femme donnait une illusion de fragilité, avec sa peau pâle, ses cheveux d'un blond presque blanc qui encadraient un visage aux traits délicats, et des yeux que l'on aurait dit dorés.

Esquissant un sourire poli, Lukan prit la parole d'une voix claire et intelligible.


- Bonjour Amiral Lucia, c'est un plaisir de faire enfin votre connaissance. Je suis le Grand Amiral Reige, et je viens vous souhaiter la bienvenue à bord du Chimaera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Dim 22 Avr - 9:23

Les deux rangées de soldats en armures blanches faisaient une allée d'honneur au sein de laquelle s'avançait un homme et une femme. Un instant aveuglée par la blancheur des armures des stormtroopers se réflantant dans ses yeux, Aleyna ne reconnut l'homme que lorsqu'il parla pour se présenter et lui souhaiter la bienvenue dans son navire. Ses muscles répondant d'eux-mêmes à des années de conditionnements, elle exécuta aussitôt un garde-à-vous parfait, son dos se raidissant et son regard fixant un point par-dessus l'épaule de l'Amiral, en répondant aussitôt :


- Grand Amiral Reige, Amirale Lucia au rapport ! C'est un honneur, monsieur !


Elle avait dit cela d'une traite et sans jamais regarder l'Amiral dans les yeux, le détaillant plutôt en évitant son visage. Un peu plus grand qu'elle, Lukan Reige était habillé dans un uniforme qu'on aurait dit à peine sorti d'une blanchisserie, de curieux motifs dorés cousus avec soin, le tout jurant avec classe avec ses gants noirs. Sa cape bleutée était également magnifiquement bien conçue, et elle formait un parfait encadrement avec le corps de Lukan. En dépit de ses vêtements plutôt amples, elle devinait des muscles soigneusement entretenus sous cet uniforme, et se doutait de la présence de quelques armes. Et sa voix était des plus agréables à entendre.

Les yeux orangés de l'Amirale détaillèrent rapidement celle qui accompagnait l'Amiral Reige, découvrant une lieutenant à la remarquable chevelure verte, plus petite qu'elle de dix bons centimètres, mais possédant cependant des yeux trahissant son intelligence. Sans pour autant y mettre sa main au feu, Aleyna la soupçonna immédiatement de faire partie du BSI, ou de quelques autres branches des Renseignements. En dépit des apparences, elle devait être dangereuse pour accompagner le Grand Amiral. Peut-être était-elle même sa garde du corps. Auquel cas, Aleyna, ancienne Républicaine, devait lui paraître une menace prioritaire, ou, tout du moins, indigne de confiance.

Lorsqu'elle fut autorisée à prendre la position au repos, elle ne put s'empêcher de trouver étrange le fait que l'Amiral Reige soit venu en personne lui souhaiter la bienvenue. Jusqu'à présent, les dignitaires Impériaux auxquels elle avait eu affaire depuis qu'elle avait rejoint leurs forces l'avaient tous fait attendre pour lui prouver son infériorité par rapport à eux. Il était étrange, en effet, de se faire accueillir de la sorte, et cela lui faisait chaud au coeur. En un sens, cela la confortait dans l'idée qu'elle avait fait le bon choix, lorsque les précédents supérieurs lui en avait fait douter.

Enfin, maintenant qu'elle pouvait détendre, même si cela n'était qu'imperceptiblement, ses muscles, elle put observer à loisir le visage de l'Amiral...

... Et manqua en écarquiller les yeux de surprise.

Ce qui l'a frappa d'abord, c'était la jeunesse du Grand Amiral. Dans la force de l'âge, Aleyna lui donna entre trente et trente-cinq ans. Pas plus. Cela, elle en aurait mit sa main au feu. Les traits de son visage étaient en harmonie parfaite avec le reste de son corps, très fins, mais pas comme ceux que l'on pouvait rencontrer habituellement : ce visage respirait la confiance et la grâce, et rayonnait autour de lui comme une source d'inspiration. Il ne faisait aucun doute dans l'esprit d'Aleyna qu'il n'était pas comme n'importe quel Impérial... Il ne faisait aucun doute qu'il n'avait pas grimpé les échelons de la Marine par un quelconque moyen de piston familial, mais que c'était bel et bien son intelligence et ses capacités qui l'avaient amenés sur le devant de la scène.

Mais ce fut qui marqua bien davantage la jeune femme fut le regard de l'Amiral Reige. Majestueusement encadrés par ses cheveux bruns quelques peu en bataille, ses yeux étaient d'un vert émeraude si profond qu'Aleyna ne put s'empêcher de les contempler, plongeant dans les siens, se noyant dans cet abîme vert, son coeur prenant une accélération subite dans sa poitrine. Même son corps se relâcha, certes peu, mais tout de même. Sa bouche s'entrouvrit de quelques millimètres, son dos perdant de sa raideur habituelle.

Elle qui d'habitude était si maîtresse de ses émotions ne parvenait pas à endiguer le flot de sentiment qui la traversait, et elle n'aurait su dire combien de temps s'écoula ainsi, perdue qu'elle était dans la contemplation du Grand Amiral. Elle se reprit dès qu'elle put cependant, retrouvant ses sensations perdues depuis qu'elle avait plongé dans les yeux de l'Amiral. Aussitôt qu'elle eut détaché avec peine son regard de celui de son interlocuteur, posant ses yeux sur son front sur lequel tombait quelques mèches de ses cheveux, elle se redressa, ferma la bouche en avalant sa salive pour s'humecter ses lèvres sèches, et repris sa froideur habituelle.

L'Amirale Lucia venait en effet de songer avec amertume que l'éveil de ces sentiments n'était certes pas une bonne chose, bien au contraire. Sans parler que cela impliquait qu'ils soient réciproques, ce qui était pour elle très peu concevable, elle se doutait bien qu'un si bel homme devait déjà avoir une si ça n'était plusieurs soupirantes, et qu'il était donc très peu probable qu'il ne s’intéresse à elle. A cela, elle pouvait ajouter tout les problèmes que cela engendrerait, et voir le tableau ainsi noirci la convainquit que le mieux qu'elle puisse faire était de remiser tout ceci dans un coin de son coeur, et de ne pas l'en sortir. Cela ferait beaucoup moins mal, et tout en deviendrait plus facile.

Cependant, cette rencontre entre leurs regards l'avaient bien plus perturbée qu'elle voulait bien l'admettre : à peine voulut-elle faire un pas en avant que sa jambe tremblotante ne la supportât pas, et elle se sentit partir en avant avec un petit cri intérieur de stupeur et d'incompréhension. Ses yeux longèrent les habits de l'Amiral sans comprendre ce qui lui arrivait, et elle voulut se retenir à quelque chose, son bras droit se tendant instinctivement devant elle pour chercher un appui, sans en trouver.

Du moins jusqu'à ce que sa main ne soit attrapée par un gant noir de jais. S'y accrochant comme si sa vie en dépendait, elle réussit à se maintenir, la main soutenant son poids avec force. Sa chute avait été brève, et avec de la chance, n'avait pas été trop remarquée... Même si il était clair qu'elle n'avait pas échappé à l'Amiral, puisque la main qui l'avait sauvé du ridicule n'était autre que la sienne.

Baissant les yeux en redressant ses épaules, ses joues s'enflammèrent, elle pouvait le sentir sans pouvoir y faire quoi que ce soit. Dans sa tête défilait toutes sortes d'excuses possibles, de fausses explications ou tout simplement de remerciements, mais sa bouche restait obstinément fermée, sa posture rappelant celle d'une élève prise en faute.

Prenant son courage à deux mains, elle remonta le regard pour de nouveau regarder dans les yeux l'Amiral Reige, et ses mots ne furent aucun de ceux auxquels elle venait de penser :


- Je... je ne vous imaginais pas si jeune Amiral.


Si il était difficile que ses joues prennent davantage une couleur rosée, c'est pourtant ce qui se passa, et c'est avec horreur qu'Aleyna réalisa et ce qui lui arrivait, et ce qu'elle venait de dire. Non seulement elle devait passer aux yeux de tous -elle y compris- comme une parfaite idiote doublée d'une maladroite, mais ce n'était pas exactement ainsi qu'elle avait prévu de rencontrer le Grand Amiral.

Elle pouvait tout aussi retourner dans sa navette, pour elle il ne faisait aucun doute qu'elle avait fait n'importe quoi et que son renvoi n'était plus qu'une question de temps. Jamais elle n'avais laisser interférer ses sentiments avec son travail, et là seule fois où ces derniers prenaient le contrôle, elle risquait d'y perdre sa carrière, son commandement, et par là même, tout ce pourquoi elle vivait.

Si elle n'avait pas envie de sauvegarder le peu de dignité qu'il lui restait, elle se serait frappé la tête contre un mur pour être tombée sous le charme du Grand Amiral Reige.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Sam 28 Avr - 12:54

Lukan vit la jeune femme lui adresser un salut parfait, qu'il lui rendit tout en ne pouvant s'empêcher d'observer qu'elle ne le regarda pas directement dans les yeux lorsqu'elle prit la parole d'une voix forte et claire :

- Grand Amiral Reige, Amirale Lucia au rapport ! C'est un honneur, monsieur !

L'impérial ne put s'empêcher de la regarder tandis qu'elle semblait essayer de le détailler au centimètre près, à l'exception de son visage. Son regard ambré s'attarda ensuite sur le lieutenant Lawford, l'observant avec au moins autant d'attention avant que Lukan ne lui réponde d'une voix intelligible.

- Repos, Amiral.

La jeune femme se relaxa quelque peu, de manière quasi-imperceptible que seul un physionomiste ou un militaire de carrière pouvait déceler. Son expression paraissait légèrement songeuse, jusqu'à ce que ses yeux ne daignent finalement se poser sur le visage du Grand Amiral.

Même si son visage conserva une expression à peu près neutre, ses yeux trahirent sa surprise. Elle le regardait non pas avec mépris ou dédain mais bien avec une surprise sincère, qui la faisait le regarder d'autant plus précisément, comme si elle cherchait une réponse à ses questions dans les traits de Lukan... et puis elle rencontra finalement son regard.

Les iris orangés de l'Amiral Lucia étaient étrangement expressifs. Reige pouvait y lire un panel d'émotions qu'il aurait été bien en peine de distinguer, même s'il peut discerner ce qui ressemblait à de la fascination. Tout son corps se fit légèrement plus détendu, comme si elle avait été libéré d'un poids qui lui pesait sur les épaules.

Et puis elle rompit le contact visuel et se ressaisit. La faille dans l'armure s'était refermée aussi rapidement qu'elle s'était ouverte et l'impérial ignorait s'il la reverrait un jour... jusqu'à ce qu'il ne remarque son faux pas.

La jeune femme se serait effondrée devant lui s'il ne s'était pas porté à sa rencontre, des années d'entraînement militaires prenant le pas sur la réflexion, tandis qu'il la rattrapait par la main avant qu'elle ne tombe. Lorsqu'elle se rendit compte que c'était à lui qu'elle s'était accrochée, ses joues pâles rougirent et il put comprendre son embarras sans avoir besoin de lui poser la moindre question. Il fut d'ailleurs agréablement surpris lorsqu'elle accepta finalement de plonger à nouveaux ses yeux dans les siens, même si les mots qu'elle prononça le surprirent encore davantage.


- Je... je ne vous imaginais pas si jeune Amiral.

L'horreur était lisible dans les yeux ambrés d'Aleyna lorsqu'elle réalisa ce qu'elle venait de lui dire et ses joues prirent une teinte encore plus sombre, si cela était possible. Loin de se moquer d'elle, Lukan se contenta de lever délicatement la main de la jeune femme qu'il tenait encore dans la sienne et de la porter jusqu'à ses lèvres pour y déposer un baiser de courtoisie.

Non seulement cela permettait au faux-pas de la jeune femme de passer pour un geste raffiné et calculé mais en plus, cela avait l'avantage pour Lukan de connaître le pouls de son invitée... et celui-ci était visiblement rapide.


- Merci de ce compliment, Amiral. Je comprends néanmoins votre surprise. Le reste de l'état-major parle peu de moi et encore moins de ma relative jeunesse... cela les rend dépressifs de penser qu'un homme aussi jeune que moi puisse leur avoir ravi la place qu'ils convoitaient depuis des années, parfois même des décennies.

Relâchant doucement l'étreinte de sa main gantée sur celle d'Aleyna, Lukan lui adressa un nouveau sourire et l'invita à le suivre... à ses côtés. Cela pouvait paraître anodin pour les néophytes mais le Grand Amiral cheminait dans le hangar à côté de l'Amiral, ni devant, ni derrière. Contrairement à nombre d'autres officiers qui auraient mis en avant leur grade en marchant devant leurs subordonnés, Reige avait choisi une position d'égalité avec Aleyna et même s'il n'était pas certain que l'ancienne républicaine capte un geste aussi subtile, cela valait quand même la peine d'essayer.

Quittant le hangar, ils marchèrent quelques minutes à travers les coursives de l'immense destroyer stellaire de classe Thrawn avant d'arriver à un turboélévateur. Une fois arrivés dans les étages supérieurs, il ne tardèrent pas à s'arrêter devant une porte menant aux appartements privés de Reige. D'un geste presque imperceptible de la main, il fit comprendre à ses subordonnés de se disperser et entra seul, aux côtés d'Aleyna.

La "salle de méditation" n'avait pas changé depuis qu'il l'avait quittée, quelques minutes plus tôt, au détail près qu'elle était désormais vide de tout occupant, à l'exception de l'Amiral Lucia et de lui-même. De forme circulaire, la grande pièce ne comportait qu'un mobilier réduit, qui se résumait à un certain nombre d'ordinateurs, quelques fauteuils confortables et par ci, par là une table de travail.

Prenant place dans l'un des fauteuils, il fit signe à son interlocutrice de l'imiter avant de prendre la parole d'une voix calme.


- Je pense que vous vous interrogez sur la raison de votre présence ici, et c'est tout naturel. Officiellement, il s'agit d'une simple rencontre protocolaire, visant à vous présenter à moi, et tel est le prétexte que vous pourrez évoquer si l'on vous interroge à ce sujet. Officieusement... la raison n'est pas tout à fait la même.

Lukan fit signe à un droïde de leur apporter des rafraîchissements tout en ne quittant pas son interlocutrice du regard. L'impérial tenait à ce que cette dernière soit sûre qu'il ne tentait pas de lui mentir ou de lui cacher quelque chose. S'il l'avait fait venir après tout, c'était pour jouer carte sur table.

- Je ne vais pas vous mentir. Un certain nombre d'officiers supérieurs ont émis des... doutes à votre sujet, concernant notamment votre ancienne affiliation. D'autres personnes, que je tiens en plus grande estime que ces arrivistes éhontés qui constituent la majorité de l'état-major, ont un avis plus nuancé à votre sujet. Je vous ai fait venir ici parce que je voulais vous rencontrer et me faire une opinion à votre sujet.

Le Grand Amiral fit une courte pause, portant son verre à ses lèvres avant de déguster un verre d'une boisson exotique et non alcoolisée qu'il avait fait importée de la bordure extérieure. Une fois désaltéré, il fixa de nouveau ses yeux émeraudes sur ceux de son interlocutrice et poursuivit d'une voix posée.

- Je sais que vous êtes une stratège efficace et que votre place est indubitablement aux commandes d'un destroyer stellaire mais ce que je veux savoir, c'est comment vous ressentez votre arrivée dans l'Empire, quelles sont vos motivations actuelles et surtout... jusqu'où êtes-vous prête à aller dans votre service pour l'Empereur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Mar 1 Mai - 6:07

L'Amiral Reige sauva la situation en déposant un doux baiser sur la main de la jeune femme, rendant sa chute avortée inaperçue. Elle frissonna en sentant les lèvres délicates du Grand Amiral se poser sur sa main nue, mais elle resta droite et ne détourna pas le regard. Dans sa tête, il fallait qu'elle se rattrape et fasse meilleure figure. Et clairement, se laisser aller à ressentir quelque chose était de trop. Il fallait qu'elle garde son masque impavide, à tout prix.

Souriant poliment à sa remarque sur l'âge avancé de certains membres de l'état-major, elle s'apprêtait à prendre sa suite, par habitude, lorsque l'Amiral l'invita à marcher côte-à-côte avec lui. Un instant surprise, la jeune femme prit la place offerte en réfléchissant silencieusement. C'était bien la première fois dans toute sa carrière militaire qu'elle marchait à côté du commandant d'un navire autre que le sien. Tous, qu'ils soient Impériaux ou Républicains sinon, l'avaient relégué à la place derrière eux. Voir qu'un officier supérieur avait des pratiques différentes la rassurait. Tous n'étaient pas des prétentieux arrogants, ou trop sûr de leur supériorité à bord de leurs navires.

Marchant tranquillement et silencieusement dans les coursives du vaisseau permit à l'Amirale Lucia de se remettre de ses émotions, et à réussir à les cacher dans un coin sombre de son coeur. Elle ne devait pas faillir. Pas maintenant. Elle était passée à-travers le Sang, le Déshonneur, et la Prison, et ça n'était pas pour tout perdre pour avoir écouté ce que lui disait ses sentiments. Hors de question de tout perdre aussi stupidement. Lorsque le groupe des Impériaux se dispersa devant une salle anonyme, elle avait retrouvé sa pâleur habituelle, et ses mains ne tremblaient plus.

Pénétrant dans la pièce en même temps que le Grand Amiral, elle faillit s'arrêter devant l'immense baie vitrée qui donnait sur l'espace. Restant fidèle à sa promesse tacite faite un peu plus tôt de ne plus éprouver d'émotions, Aleyna contempla brièvement l'infini au-dehors avant de prendre place sur un fauteuil devant le Grand Amiral Reige, lissant son uniforme nerveusement, et posant sa casquette sur ses genoux. Les choses sérieuses allaient commencer, et elle rassembla sa concentration pour écouter la raison de sa convocation.

La raison était sans surprise double : si elle ne faisait que "rencontrer" le Grand Amiral officiellement, le but véritable divergeait. Se servant un simple verre d'eau glacé, elle l'écouta lui confirmer ce qu'elle savait déjà, c'est-à-dire que l'état-major ne lui faisait pas confiance. Il parlait avec franchise, lui demandant clairement de lui prouver sa motivation envers l'Empire. Si elle savait qu'à sa place, beaucoup d'officiers feraient du lèche-botte en ré-affirmant leur allégeance, voire même se lèveraient le poing sur le coeur pour déclamer leur serment, Aleyna était loin de les imiter. Elle but également une gorgée d'eau, respirant profondément en tournant le regard vers les étoiles.

Lorsque ses yeux se reposèrent sur l'Amiral, elle avait pris sa décision. En dépit des risques qu'elle allait prendre dans sa réponse, elle n'avait pas envie de mentir à Lukan, et si jamais ce dernier décidait que ce qu'elle avait dit nécessitait son renvoi, et bien soit. Au moins aurait-elle dit la vérité. Si elle ne pouvait pas être acceptée telle qu'elle était, alors elle ne pourrait être acceptée nulle part.


- Vous avez joué franc jeu avec moi Amiral, et je vous en remercie. Je ferais de même, bien que vous risquiez de ne pas apprécier ce que j'ai à dire.

Vous avez lu mon dossier j'imagine. Vous avez lu le rapport du lieutenant-colonel Garwesh'Nar, ceux des Renseignements qui m'ont débriefé, et peut-être avez-vous même eu accès à mon dossier personnel de la République. Au cas où vous n'avez pas eu accès à ce dernier, et notamment à une note des Services de Renseignements de la République, laissez moi vous la rappeler : déjà lorsque je m'étais inscrit à l'Académie, un manque de patriotisme avait été observé chez moi... et cela n'a pas changé.

Ce que je veux dire Amiral, c'est que je ne me suis pas engagée dans l'Empire parce que vos idéaux politiques m'ont plus inspiré que ceux de la République. Pas plus pour la paie que pour les vaisseaux, ou tout ce que vous voulez d'autre ! Je n'ai pas non plus quitté la République parce que j'étais condamnée. Si j'avais commis une faute professionnelle, je serais restée accepter ma peine. Si je l'ai fait, c'est uniquement parce que je suis presque certaine qu'ils sont responsables de la mort de mon mari, afin de me faire accuser.

Autrement dit, si j'ai quitté la République pour vous rejoindre, c'est parce qu'ils m'ont trahi. Ils ont violé le contrat, c'est pourquoi j'étais libre de partir. Si Elenwë n'était pas venue me trouver, je serais allée ailleurs.

Cependant, avant que vous ne me fassiez interner
, ajouta-t-elle en souriant faiblement, je tiens à préciser que j'ai prêté serment, comme tous les autres Impériaux. Et ce serment, ce n'est pas moi qui vais le rompre la première. Tant que l'Empire respecte le contrat que j'ai formulé avec lui, vous n'avez rien à craindre : je ne trahirais pas. A la minute où ça n'est plus vrai, je suis susceptible de partir.


Buvant une nouvelle gorgée d'eau après sa tirade, elle jeta un nouveau regard vers la baie vitrée, ne pouvant s'empêcher d'envier le Grand Amiral pour ce lieu, d'où il pouvait réfléchir en paix, et contempler le vide sidéral. Bien sûr, elle n'était pas certaine qu'il l'utilisait de cette manière, après tout, peut-être qu'il ne s'agissait pour lui que d'un salon comme un autre, mais c'était comme ça que l'Amirale voyait les choses.

Battant rapidement des cils pour en chasser toutes les pensées venant de sa contemplation de l'Espace, elle reposa son regard dans les yeux de l'Amiral Reige.


- Pour ce qui est de ce que je ressens depuis mon arrivée dans l'Empire, je sens les regards dans mon dos quand je me déplace, et j'ai entendu tout comme vous les propos de l'état-major à mon égard. Je suppose que c'est de bonne guerre. Cependant, je note quelques changements dans mon équipage, je crois que j'ai presque réussi à obtenir leur confiance... et rien ne m'importe plus. Je ne sais pas trop pourquoi je vous dit cela, mais je pense que vous apte à comprendre ce que je raconte, après tout vous commandez également un vaisseau...

Mes motivations actuelles se rapportent à ce que je viens de dire : tout ce que je souhaite actuellement, c'est obtenir le soutien total du Disbelief. Se faire accepter par l'état-major viendra plus tard. Ou pas d'ailleurs, mais du moment que mon équipage me fera une confiance pleine et entière, je m'estimerais satisfaite.

Enfin, pour ce qui est de mon service à l'Empereur, comme je l'ai dit tout à l'heure, j'ai signé un contrat en rejoignant l'Empire. Ce contrat, je suis prête à le remplir jusqu'à la victoire, ou ma mort. Ne prenez pas cela pour des paroles en l'air, je ne voudrais pas que vous pensiez que je me crois invincible et que je n'envisage pas ma fin : au contraire, je suis tout à fait consciente que je suis mortelle, mais mourir ne m'effraie pas. Après tout, nous y sommes tous destinés : que ce soit moi, vous, l'Empire ou la République... La seule chose qui importe sera comment nous rencontrerons cette fin. Et croyez moi, je n'ai pas l'intention d'en finir en fuyant mon poste. Si mon sacrifice doit permettre d'atteindre la victoire, je ne faillirais pas.



Se retenant de regarder de nouveau vers la baie vitrée, Aleyna reprit une gorgée d'eau, en inspirant calmement. Elle avait dit ce qu'elle avait à dire, sans mentir ou cacher quoi que ce soit de sa personnalité, désormais son avenir résidait dans les mains du Grand Amiral. Si il la trouvait trop dangereuse ou instable pour faire partie de sa Flotte, elle accepterait cette décision sans broncher.

A l'inverse, si il avait été convaincu par son discours, rien ne saurait la ravir davantage. Elle se plaisait bien dans l'Empire, moins de contraintes, moins de rapports à envoyer, et pour l'instant, elle n'avait pas eu à contredire beaucoup d'ordres directs. Non, décidément, même si elle y était prête car consciente de ce qu'elle venait de dire, cela l’ennuierait beaucoup de quitter son navire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Mer 9 Mai - 10:00

Lukan écouta attentivement son interlocutrice, lisant dans ses yeux qu'elle était sincère tandis qu'elle lui exposait ses motivations, ses ambitions et quelque part, ses rêves. Le Grand Amiral se contenta de déguster sa boisson, faisant tourner le liquide dans son verre tout en ne quittant pas Aleyna du regard. Lorsqu'elle finit son explication, il prit un instant de réflexion avant de prendre la parole à son tour, d'une voix envoûtante.

- Je vous remercie pour avoir été honnête avec moi, Amiral. Ayant entendu toutes les parties en jeu, je peux désormais prendre une décision.

Reige se leva de son siège, sa longue cape bleue virevoltant derrière lui tandis qu'il se dirigeait vers la baie d'observation. Il aimait venir ici pour réfléchir, laissant souvent ses yeux émeraude se perdre dans l'immensité de l'espace. Lukan avait conscience qu'il lui aurait suffi d'une parole pour briser définitivement la carrière d'Aleyna et s'assurer qu'elle ne commande plus un vaisseau jusqu'à la fin de ses jours. C'était ce que l'état-major de l'Empire attendait de lui... et aurait exigé sans doute, s'il n'avait pas été leur supérieur et l'un des plus puissants serviteurs de l'Empereur.

Lorsqu'il se retourna, son regard se fit plus transperçant et il le plongea dans celui de l'Amiral, reprenant d'une voix douce mais teintée d'un sérieux qui ne laissait pas place à la répartie.


- Je savais que vous ne vous étiez pas engagée auprès de l'Empire par convictions personnelles ou pour l'argent. Voyez-vous, c'est en partie ce qui déplaît tant à de nombreux membres de l'Etat major... en plus de votre passé républicain, vous ne pouvez être ni manipulée par rapport à vos idéaux, ni achetée. Si la décision ne tenait qu'à eux, vous seriez jetée dans les oubliettes et ne reverriez jamais le jour.

Lukan se rapprocha d'elle à pas lents, ses yeux toujours fixés sur ceux de son interlocutrice, avec une intensité qui aurait fait rougir ou gêné plus d'une femme dans cette galaxie. Il leva finalement une main gantée de noir et tapota légèrement l'insigne qui représentait son rang d'Amiral.

- Vous suivez un code d'honneur, vous aimez vous trouver aux commandes d'un bâtiment parce que c'est ce que vous savez faire de mieux... et vous considérez la confiance de vos hommes comme plus importante que toutes les récompenses que pourraient vous octroyer vos supérieurs.

Le Grand Amiral esquissa alors un léger sourire et posa sa main sur son épaule avant de poursuivre d'une voix douce.

- L'Empire manque cruellement d'officiers tels que vous, Aleyna Lucia. Et c'est pourquoi je suis heureux de vous accueillir parmi nous.

S'écartant quelque peu d'elle, Lukan se dirigea vers l'une des consoles et en l'espace d'un instant, la lumière se fit plus faible, pour être remplacée par une gigantesque projection holographique qui englobait toute la pièce. La projection représentait les milliers d'étoiles que comptait la galaxie, avec certaines grandes routes hyperspatiales indiquées en surbrillance. Reige passa sa main sur une étoile, l'emplacement approximatif du système de Yaga Minor, où il était né.

- Laissez-moi vous raconter une histoire... c'est celle d'un jeune pilote qui voulut marcher dans les traces de son père. Excellant à l'académie impériale, il était promis à un avenir prometteur dans un escadron de chasseurs stellaires... lorsqu'on lui diagnostiqua une malformation cardiaque. Elle ne l'avait jamais handicapé dans la vie de tous les jours mais voilà qu'elle l'empêchait de piloter un chasseur, sous peine de mourir d'une attaque à n'importe quel moment. Ses rêves furent brisés et il fut tenté de tout laisser tomber.

Il fit une pause, gardant une main sur la console, grâce à laquelle il agrandit l'espace occupé principalement par l'Empire et qui comprenait Bastion, Yaga Minor et plusieurs autres planètes. Son regard émeraude était toujours perdu dans les étoiles tandis qu'il poursuivait d'un ton égal.

- Et puis l'un des as de la chasse impériale lui proposa une alternative. S'il ne pouvait pas devenir pilote, rien ne l'empêchait de faire carrière dans la marine en tant qu'officier... Le jeune homme accepta et se jeta à corps perdu dans les holos de stratégie et de tactique, apprenant tout ce qui était possible des grands stratèges de jadis : Thrawn, Ackbar, Pellaeon, Bel Iblis... leur camp ne comptait pas, seul leur génie importait. Le patronage d'un officier supérieur lui permit d'atteindre le grade de capitaine à un âge assez jeune.

Lukan baissa les yeux sur l'une de ses mains gantées de noir et la ferma, formant un poing serré, avant de reprendre d'une voix neutre.

- Lors d'une grande bataille où le précédent empereur venait d'être déclaré mort, et que l'officier le plus haut gradé avait sonné la retraite, le supérieur du jeune capitaine refusa d'exécuter l'ordre qu'on venait de lui donner. Dans son orgueil, il aurait jeté son vaisseau en direction de la flotte ennemie en sachant pertinemment que ses adversaires auraient tout le temps et la puissance de feu nécessaires pour l'anéantir avant qu'il ait pu faire le moindre dommage. Et il l'aurait sans doute faite...

Reige tourna alors son regard vers son interlocutrice, ses yeux émeraude paraissant scintiller tels deux étoiles dans l'éclairage sombre de la pièce.

-... si le jeune capitaine ne l'avait pas exécuté d'un tir de blaster en pleine tête, avant d'ordonner un saut en hyperespace au point de rendez-vous de la flotte.

D'un nouveau geste sur la console, il fit disparaître la projection holographique et la lumière revint progressivement à son niveau antérieur, de sorte à ne pas éblouir les occupants de la pièce. Battant légèrement des paupières pour s'habituer à la lumière, Lukan poursuivit d'une voix neutre.

- Plusieurs victoires majeures permirent au petit capitaine de devenir amiral, puis Grand Amiral alors qu'il y avait bien d'autres candidats, plus expérimentés, plus âgés, plus orgueilleux, plus ambitieux... et aucun d'entre eux n'a digéré le fait que ce poste leur passe sous le nez. Pourtant, je suis ici et tous ceux qui ont attenté à ma vie, républicains comme impériaux, n'ont pour la plupart pas survécu pour raconter leur histoire.

Lukan se dirigea vers la table et prit son verre en main avant de le porter à ses lèvres. Inhalant un instant l'arôme fruité de la boisson, il en savoura une gorgée avant de reprendre, un sourire fleurissant sur ses lèvres.

- Je vous dis tout cela pour que vous compreniez qui je suis et d'où je viens. Je ne considère pas les officiers républicains comme mes ennemis personnels, c'est simplement une guerre et ils constituent mes adversaires. Par conséquent, je n'ai aucun a priori à leur sujet et il y en a même un certain nombre que j'ai appris à respecter, pour leurs talents de stratège et leur honneur. Vous faisiez partie du lot, c'est pourquoi je suis ravi que vous vous trouviez désormais à mes côtés.

Reposant son verre sur la table, il reprit place dans son fauteuil et joignit ses mains dans un geste de réflexion avant de continuer, ses yeux se plongeant à nouveau dans ceux de son interlocutrice.

- Vous ne recevrez vos ordres que de trois personnes : l'Empereur, le Commandeur Fel et moi-même. Il n'est pas dans mon attention de vous trahir et telle n'est pas non plus la nature du Commandeur mais je ne peux parler au nom des autres officiers de l'Empire, certains étant prêts à tout pour accroître leur pouvoir ou leur prestige. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser et je tâcherai d'y répondre le mieux possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Lun 14 Mai - 7:08

Ça y est, elle en était presque sûre désormais. L'Amiral Reige avait pris une décision, et elle allait être remplacée. Après ce qu'elle venait de dire, il n'y avait rien d'étonnant, mais elle en fut cependant déçue avant même qu'il ne lui dise ce qu'il avait décidé exactement. Pour Aleyna, c'était l'évidence même : après ses paroles frôlant la trahison, le fait que le Grand Amiral se soit levé apparaissait pour l'ex-Républicaine comme une posture de domination, lui montrant clairement qu'elle n'était rien, et qu'elle ne pourrait contester sa décision.

D'ailleurs, ce qu'il continua de dire en était une preuve : tout l'état-major voulait sa peau, et, après avoir échappé aux prisons Républicaine, voilà qu'elle allait être conduite aux geôles Impériales ! Non, décidément, elle aurait mieux fait de voler un vaisseau et de suivre sa propre ligne de conduite, plutôt que d'accepter de suivre de nouveaux maîtres.

Le Grand Amiral revint vers elle, la regardant droit dans les yeux, mais cette fois elle était prête et ses yeux demeurèrent inexpressifs et son visage tout à fait neutre. Elle tressaillit à peine lorsqu'il toucha son insigne d'Amirale.

Elle sursauta bien davantage lorsqu'il l’accueillit officieusement dans la Marine Impériale. Ouvrant la bouche pour parler, elle la referma cependant aussitôt, les mots refusant de s'aligner dans son esprit pour formuler une pensée cohérente. A défaut, elle aurait voulu se lever pour le saluer, mais là encore, la force lui manqua, et elle resta assise dans son fauteuil, abasourdie par ce qu'elle venait d'entendre.

Heureusement, son trouble du passer inaperçu aux yeux du Grand Amiral, puisqu'il s'était quelque peu éloigné d'elle pour pianoter sur une console, baissant la luminosité de la pièce et activant une projection holographique de l'Univers Connu, avec les routes hyperspatiales reliant les planètes entre elles.

Tous les cours qu'avaient reçu Aleyna lui revinrent en mémoire, et sa vision se troubla, faisant apparaître dans son imagination les noms des planètes telles qu'elles les avaient apprises, certaines se colorant de rouge sang. Toussotant en clignant rapidement des yeux, elle détourna le regard un instant, et quand elle se focalisa de nouveau sur l'Amiral, les noms et les couleurs avaient disparus.

Ce dernier montrait un système, et avant qu'elle n'ait pu essayer de savoir lequel était-ce, son cerveau lui envoya immédiatement la réponse, lui causant un vif mal de crâne.

YAGA MINOR

Cela lui arrivait parfois, lorsqu'elle changeait d'environnement trop rapidement, sa faiblesse mentale se rappelait à elle, et son cerveau tentait de prendre le contrôle de ses réactions. Cette fois, sa "crise" avait été mineure et passerait sûrement inaperçue, mais il arrivait que ça puisse être plus grave, auquel cas elle n'avait plus aucune conscience de ce qui se passait autour d'elle, puisqu'elle essayait tout simplement de garder le contrôle pur et simple de son corps.

Heureusement, elle arrivait pour le moment à maîtriser ses émotions, et à garder la tête dégagée. Nulle doute qu'il y avait dans sa tête une entité qui lui voulait du mal, et la refouler sans en parler était l'unique solution qu'elle avait trouvé pour garder son poste. Aleyna avala sa salive, songeant qu'un tel défaut dans sa cuirasse lui vaudrait certainement un renvoi, et le Grand Amiral n'y pourrait probablement rien cette fois.

Se focalisant de nouveau sur lui, elle s'aperçut qu'elle avait manqué le début de ce qu'il racontait et tenta donc de reprendre le fil. Apparemment, il parlait des escadrons de chasse, et de quelqu'un qui n'avait pas réussi à y entrer. Comprenant qu'il devait parler de lui-même, elle regretta de n'avoir pas entendu sur le pourquoi il n'avait pas réussi, brillant comme il était. Son amie des pilotes de chasse Leïssandre lui avait parlé de la sélection impitoyable qui s'opérait, mais elle ne doutait pas que Lukan aurait du réussir.

Ne voulant cependant pas perdre de nouveau de nouvelles informations, elle rangea ce début de biographie incomplète dans un coin de son cerveau pour y revenir plus tard.

Elle se rappelait avoir effectivement entendu parler de cette bataille gigantesque, mais à l'époque, elle n'avait pas pu y participer, son vaisseau, et son capitaine en particulier, puisqu'elle n'était qu'enseigne à l'époque, ayant été retenu ailleurs. Étrange comme ils auraient pu se rencontrer plus tôt, sous d'autres auspices, évidemment.

Et elle avait aussi entendu, mais cette fois seulement depuis son entrée dans la Marine Impériale, que l'Amiral avait en effet abattu son supérieur. Si cela lui faisait froid dans le dos à l'idée qu'un des siens puisse lui faire cela, elle avait beaucoup envié son courage d'accomplir ce geste. Pour ça, c'est sûr, des couilles, il en fallait !

La lumière revint progressivement, et elle prit peur d'avoir une nouvelle crise, mais cette fois, il ne se passa rien. Le processus était en effet aléatoire, et à des degrés différents. D'ailleurs, si ce n'était pas au hasard que cela se déclenchait, elle aurait échoué très vite lors des exercices et simulations qu'elle avait du subir pour passer les tests physiques & psychologique auxquels sont tenus d'avoir des notes irréprochables les officiers de tous bords.

Imitant l'Amiral, elle but une gorgée d'eau pour calmer les battements de son coeur qui avait commencé à accélérer sous le stress de subir les assauts de son cerveau. Battant des cils, elle posa son regard sur Lukan qui s'était rassis en face d'elle, adoptant son masque d'assurance et sa neutralité habituelle.

Lorsqu'il lui annonça qu'elle ne prendrait ses ordres que de lui, du Commandeur Fel et de l'Empereur en personne, elle faillit ajouter la quatrième Impériale à laquelle elle avait juré d'obéir, Elenwë Garwesh'Nar. Les détails du marché qu'elle avait passé avec elle étaient en majorité non-écrits et secrets, mais l'un consistait à, si jamais la lieutenant-colonel du BSI l'appelait, de rappliquer immédiatement, quelles que soient ses obligations en cours.

Mais elle se retint pour ne pas entamer la confiance du Grand Amiral. Et puis, elle pourrait toujours prétexter qu'elle pensait qu'Elenwë aurait fourni tous les détails du marché conclu. Pour tout dire, Aleyna n'aimait pas cette situation, elle se révulsait elle-même pour sinon mentir du moins occulter une partie de la vérité à l'Amiral. Avait-elle cependant le choix ? Elle avait juré le secret, et elle était loyale à ses promesses, en tout temps, toujours.

Et avec de la chance, ses ordres ne se contrediraient jamais, et elle en serait quitte. Elle n'y croyait pas vraiment, mais l'occasion n'était pas la bonne pour en parler au Grand Amiral, surtout avant d'en avoir rediscuté avec Elenwë.

Elle aurait voulu aussi lui parler de ses problèmes mentaux, mais là encore, c'était impossible. Pas si elle voulait garder la confiance du seul Impérial capable de la lui offrir.

Aleyna se contenta donc de hausser les épaules en gardant ses yeux dans ceux du Grand Amiral.


- Non, Amiral. Pas de questions. Merci pour... pour votre confiance.


Elle aurait voulu en dire plus, mais elle n'y parvins pas. Elle n'était pas douée pour les formules de politesse, ni pour les remerciements. L'Amirale Lucia s'en serait mordu les doigts pour se forcer à dire quelque chose de mieux, mais elle espérait que l'essentiel soit passé à-travers ses yeux. Enfin, pas tout ce qu'elle pensait non plus, sinon, l'informer de ses soucis deviendrait caduque, ce qu'elle ne voulait pas.

Si un jour elle et lui devait discuter de ses problèmes, elle voulait que ce soit à son initiative, et pas que Lukan ne l'ait appris par un tiers. Ça n'en serait que plus difficile, mais elle aurait refusé toute solution de facilité de toutes manières.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Sam 9 Juin - 11:00

- Non, Amiral. Pas de questions. Merci pour... pour votre confiance.

Lukan avait le sentiment que la jeune femme ne lui disait pas tout mais il n'éprouvait aucune envie de l'obliger à parler. Après tout, si elle venait à avoir des problèmes, il lui faudrait décider de venir le trouver de sa propre initiative. Ce n'était qu'en faisant confiance que l'on pouvait espérer que les gens vous accordent leur confiance en retour. Telle était l'une des premières leçons que lui avait appris son défunt père, lorsque ce dernier lui parlait avec fierté du 181ème escadron de chasse impériale qu'il dirigeait avec fermeté et justice.

Lorsque Reige se tourna à nouveau vers elle, il lui adressa un regard bienveillant et un léger sourire, avant de lui répondre d'une voix douce.


- N'ayez crainte, Amiral. Je sais que les circonstances peuvent sembler difficiles, et quelque part, elles le sont sans doute mais vous n'êtes pas dépourvue d'alliés.

Il pressa ensuite un bouton sur une console et deux personnes ne tardèrent pas à entrer dans la pièce. La première était une femme d'une vingtaine d'années, revêtue d'un uniforme noir qui mettait parfaitement ses courbes en valeur. Sa longue chevelure verte retombait en cascade sur ses épaules et ses yeux ambrés paraissaient vous transpercer littéralement du regard mais contrairement à son habitude, le lieutenant Selena Lawford n'arborait pas ce sourire mi-amusé, mi-sarcastique qui quittait rarement ses lèvres pourpres.

Quant au second, il s'agissait d'un homme d'une trentaine d'années, vêtu d'un élégant uniforme blanc et dont les cheveux bleus impeccablement coiffés. Son oeil droit était de couleur ambré tandis que le gauche était dissimulé sous une prothèse métallique, qui recouvrait la partie haute de son visage. Le lieutenant Stark ne paraissait pas plus réjouis que la femme qu'il accompagnait mais au moins, il dissimulait mieux ce qu'il pensait que cette dernière.


- Lieutenant Stark, assurez-vous que l'équipage de l'Amiral Lucia ne manque de rien et que les réserves de carburant et de denrées alimentaires soient restaurées. Lieutenant Lawford, je vous prierais de raccompagner notre invitée auprès de son vaisseau ou de ses hommes d'équipage, selon sa préférence.

Tous deux exécutèrent un salut militaire digne de ce nom, et Walter quitta immédiatement la pièce pour se diriger vers le Disbelief. Selena demeura près de la porte, le dos droit comme un i et le regard fixé sur la baie vitrée. Cependant, Lukan n'avait pas besoin d'être un Jedi pour deviner qu'elle était en colère que le Grand Amiral ait pris un si grand "risque", comme en témoignait sa mâchoire quelque peu crispée et ses yeux qui auraient littéralement lancé des éclairs s'ils avaient été en mesure de le faire.

Ignorant l'irritation de sa subordonnée, Reige salua Aleyna et lui adressa un dernier sourire.


- Je pense que ma confiance n'est pas mal placée, Amiral Lucia. Faites néanmoins attention aux personnes que vous pourriez fréquenter... notamment si elles appartiennent à un certain bureau.

Le Grand Amiral lui fit un léger clin d'oeil avant de quitter la pièce, sa longue cape bleutée virevoltant derrière lui. Il n'était pas l'un des hommes les plus puissants de l'Empire pour rien, et l'une des premières choses que Lukan avait appris en s'élevant à cette position, c'était que pour demeurer au sommet, il fallait être le mieux informé possible. Bien sûr, cela aidait que sa mère ait ses entrées au B.S.I mais elle n'était pas sa seule source d'information, le jeune homme ayant tissé un véritable réseau autour de lui, principalement par le biais de Selena et de Walter.

Aujourd'hui, Reige avait le sentiment d'avoir rencontré une militaire de valeur, doublée d'une femme honorable. Il ignorait bien évidemment les nombreux secrets qu'elle devait cacher mais... cela n'était pas un problème, pour le moment en tout cas. L'heure viendrait où la jeune femme devrait décider du sens vers lequel va sa loyauté mais cet instant n'était pas encore venu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan] Dim 8 Juil - 23:46

Aleyna eut un léger sourire, quasiment imperceptible lorsque le Grand Amiral lui indiqua qu'elle possédait des alliés, même au sein de cette faction contre laquelle elle s'était battue. Les circonstances étaient toujours un facteur qui empêchaient de faire ce que l'on voulait quand on le voulait, et alliées à un contexte d'une guerre devenue récemment plus active, les Républicains n'en étaient que plus détestés. Même les ex-Républicaines comme elle. Au moins, elle avait la quasi-certitude que l'Amiral Reige était avec elle, et cela lui mit du baume au coeur. Elle n'était plus seule.

Une pression de bouton plus tard, et la porte s'ouvrit pour laisser entrer deux lieutenants, une femme et un homme. Tournant gracieusement sur elle-même pour effectuer un salut parfait, elle attendit que le Grand Amiral parle pour se mettre au repos. Les instructions données, le lieutenant répondant au nom de Stark sortit rapidement, laissant les deux Amiraux seuls en compagnie de la femme.

L'Amirale Lucia n'avait pas besoin d'avoir travaillé dur avec des hommes pour percevoir la franche hostilité qui émanait du lieutenant Lawford. Affrontant son regard sans ciller et sans afficher la moindre contrariété, juste un simple amusement dans ses yeux jaunes, comme si ce duel invisible n'était qu'une étape pour se jauger avant de passer à l'acte... ou de forger une amitié. Cela, seul l'avenir en déciderait. Dans le même temps, elle ne pouvait pas vraiment la blâmer pour cette méfiance, et cela était même plutôt bon signe de l'état des forces de l'Empire. Après tout, qui accorde sa confiance trop vite a des chances d'être déçu...

Le duel cessa lorsque l'Amiral reprit la parole, forçant Aleyna à se retourner pour l'écouter. Ouvrant légèrement la bouche de surprise devant ses paroles concernant le Bureau, et peut-être par la-même Elenwë, elle se reprit néanmoins très vite pour acquiescer et tenter un léger sourire pour dissiper son malaise. Ce pouvait-il qu'il soit au courant du marché passé avec le lieutenant-colonel Garwesh'Nar ? Auquel cas, à quoi rimait tout ceci ?

Mettant de côté ses interrogations pour le moment, elle salua l'Amiral de façon très protocolaire, avant d'ajouter :


- Ma loyauté suit toujours mon honneur Amiral. Et vous êtes très certainement un homme d'honneur. Ce fut un plaisir de vous rencontrer... en attendant la prochaine fois.


Elle ne se retourna qu'à partir de l'instant où l'Amiral disparut de son champs de vision, pour suivre le lieutenant Lawford dans le dédale des couloirs, jusqu'à la vision désormais si familière du Red Horse. A la question du lieutenant sur sa destination de préférence, son vaisseau ou son équipage, l'Amirale répondit avec un mince sourire :


- Les deux ne sont qu'un lieutenant. Avant que je ne parte... je voulais vous dire. Nous sommes dans le même camps, que ça vous plaise ou non. Et quitte à travailler ensemble, autant faire du bon travail, vous ne pensez pas ? Je ne vous demande pas de me faire confiance... juste de me croire quand je vous dis que je suis travaille avec vous tous. Au revoir Lawford.


Montant dans sa navette personnelle, le hangar du vaisseau Amiral s'éloigna rapidement, avant de se diriger vers la silhouette du Disbelief. Posant une main sur le rebord de la navette, Aleyna revit en accéléré les derniers évènements pour tenter d'y sortir quelque chose d'important sur sa propre prestation, n'importe quoi, une erreur, une faille qu'ils pourraient exploiter...

Mettant fin à l'afflux de pensées brutalement, elle tira ses propres conclusions de cette entrevue. La première était la plus importante : des personnalités dans l'Empire étaient prêtes à lui faire confiance. Très bien. C'était quelque chose de très bien. La suite ne pouvait que mieux se dérouler, sous ces meilleures auspices. Lorsque sa navette entra dans le hangar, l'habituelle phrase sortit des hauts-parleurs :


- L'Amirale monte à bord !


Et cette fois, cela la fit sourire. A peine descendue et revenue dans sa salle de pilotage qu'elle lança :


- Fermez les hangars, moteurs, retour arrière, coordonnées précédentes, saut hyperspatial sur mon ordre ! En avant !


En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le Disbelief disparut dans l'Espace silencieux.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Convocation inattendue [PV Lukan]

Revenir en haut Aller en bas

Convocation inattendue [PV Lukan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Espace-