Partagez| .

Retour au bercail [PV : Elen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Liam D. Kuran

avatar
Messages : 232
Âge réel : 28

Feuille de personnage
Âge:
Armes: Deux sabres lasers à lames rouges
Alignement: Obscur
MessageSujet: Retour au bercail [PV : Elen] Jeu 29 Mar - 4:16

Un cuirassé stellaire de classe Executor sortit de l’hyper-espace non long de la planète-mère de l’Empire : Kuat. Escorté de plusieurs dizaines de chasseurs Predator, l’immense vaisseau entame son atterrissage sans danger. A l’intérieur, tout le monde semblait courir dans tous le sens afin que tout soit parfaitement organisé. Les impériaux aux commandes se hâtèrent d’envoyer les codes d’identifications pour éviter que les défenses de la planète soient activées. Au centre de la salle de commande, un immense siège, plus que confortable, trônait au milieu de toute cette agitation. L’Empereur en personne était présent à bord et il aurait été dommage qu’il meurt suite à une mauvaise manipulation. C’était pour cette raison que tout le personnel était plus que qualifié et que toutes les procédures étaient respectées à la lettre. Liam, lui, se contentait de regarder sa planète à travers l’immense vitre qui se trouvait en face de lui. Vu de l’espace, Kuat était une planète sans grande importance. Elle ressemblait à toutes les autres, avec ses qualités et ses imperfections. Tout autour, les chantiers orbitaux impériaux construisaient en masse les futurs vaisseaux de guerre et une sorte de blocus semblait empêcher quiconque de pénétrer sur la planète sans subir d’importants dégâts, ou tout simplement, sans mourir. Mais lorsque les différents vaisseaux entrèrent dans l’atmosphère, la vue était totalement différente. Sous les yeux de l’Empereur, bien que ce soit pour le moment minuscule, s’étalait les chantiers destinés cette fois aux troupes au sol. Usines d’armement, assemblages des différentes pièces pour les unités motorisées, casernes d’entraînement pour les soldats impériaux, d’élites ou non. Et, au centre de toute cette vie industrielle, le QG Impérial, immense. Le seul bâtiment qui semblait sans vie, tant les autres travaillaient durement pour répondre aux critères très exigeants de Liam en matière d’armements et de défenses interplanétaires.

Le cuirassé stellaire finit par se poser sur une piste prévue à cet effet après avoir survolé la quasi-totalité du site de production impérial. Les pistes étaient légèrement à l’extérieure de la capitale mais rare était les vaisseaux qui restaient au sol. La plupart du temps, ils déposaient leurs passagers et repartaient dans l’espace pour des rondes de routines, ou pour d’autres missions tout simplement. Ainsi, lorsque l’Empereur et une dizaine de soldats d’élites descendirent du cuirassé, celui-ci s’empressa de repartir à son poste habituel. Liam, impassible et immobile, regarda le vaisseau s’éloigner alors que son escorte le pressait pour bouger. Après tout, sur un endroit aussi dégagé, il n’était pas à l’abri d’un quelconque attentat visant à le tuer. Dans un soupir, le jeune homme se dirigea vers les navettes qui devaient le conduire vers la capitale, plus précisément vers le QG Impérial. A visage caché par une capuche, les soldats qui l’escortaient étaient de vrais professionnels. Ils ne le collaient pas et semblaient être là pour une simple mission de routine, un contrôle des postes d’atterrissage. Liam resta légèrement en retrait, discret, pendant que son escorte évacua complètement une navette de transport, prétextant un dysfonctionnement de celle-ci. Après s’être assuré de la sécurité de la navette, les soldats d’élites éloignèrent les éventuels gêneurs et voyeurs pendant que Liam, profitant de la cohue, se glissa discrètement dans la navette. Celle-ci décolla et prit la direction du centre de réparation, afin de faire plus crédible auprès des concitoyens de Kuat. Une fois arrivé à destination, un autre groupe de soldats d’élites rejoignirent l’Empereur à bord pour effectuer la dernière partie de l’escorte. Tout était organisé pour que Liam soit sans cesse en sécurité lors de ses déplacements. Même le pilote de la navette avait été habilement remplacé par un soldat impérial.

La navette se posa aux abords du QG Impérial et déposa son précieux colis, toujours accompagné par ses soldats d’élites. Ici, Liam était un peu plus tranquille et retira la capuche qui servait à cacher son visage. Au milieu de toute cette agitation industrielle, le jeune homme passait presque inaperçu. Le peu de personnes qui le reconnaissaient se contentaient d’une simple inclinaison courtoise. L’Empereur venait souvent ici, pour s’assurer du bon fonctionnement des usines et voir si les travailleurs ne manquaient de rien. Après tout, si les travailleurs sont heureux, ils travaillent bien mieux et sont plus productifs. C’était pour augmenter la qualité et la vitesse de sa production que Liam semblait tant amical avec chaque travailleur qui passait à proximité. Dans le coin, il était apprécié. Non seulement, il donnait un nouvel espoir aux forces impériales de faire pencher la balance en leur faveur et de faire oublier l’affront qu’ils avaient subit lors de la dernière guerre. Mais aussi, il était très sympathique disait-on. Quelle bande d’ignorant. Il était si facile de jouer la comédie pour rendre les hommes plus productifs et plus serviables.

Son escorte et lui finirent par arriver à l’entrée du QG, gardée férocement par plusieurs groupes de soldats d’élite. A la vue de Liam, chaque homme se mit au garde-à-vous et les immenses portes finirent par s’ouvrir devant lui. Dans le hall d’entrée, c’était toujours autant la cohue. Chaque salarié et soldat semblaient se mélanger parfaitement bien et étaient en mouvement constant. Le QG Impérial était une immense ruche où chaque personne avait sa place, sa fonction, sa mission. Pourtant, cette ruche s’arrêta de fonctionner un instant lorsque Liam apparut dans l’encadrement de la porte. Chaque personne présente s’inclina respectueusement devant leur supérieur avant de reprendre leurs obligations. C’était comme ça, ils n’avaient pas besoin d’ordres. Chacun savait, dans le QG, qu’en présence de l’Empereur, seul un salut respectueux suffisait et que le travail ne pouvait attendre. C’était les consignes à appliquer. Ainsi, Liam traversa lentement le hall en direction des ascenseurs lorsqu’il fut stoppé par un salarié. Immédiatement, deux soldats d’élites, fusil-blaster à la main, s’interposèrent devant l’inconnu :


« Pardonnez-moi Monseigneur mais c’est une telle opportunité de vous voir ici … C’est tellement difficile de vous voir que j’en avais presque perdu espoir. J’ai différents papiers à vous faire signer, certains concernent une demande de fonds pour divers travaux. Je n’ai toujours pas eu de réponses et je pensais que … »

Liam avait décroché à partir de cet instant. Avec un regard blasé mais discret pour ne pas froisser son salarié, il balaya le hall en espérant que cette discussion se termine rapidement. C’est à ce moment qu’une chevelure blonde attira son attention. Il observa cette silhouette qui lui tournait le dos, accoudée au comptoir du standard. Ses formes étaient mises en valeur par les vêtements qu’elle portait, vêtements pour le moins originaux. Du violet. Dans le monde du blanc, gris et noir des affaires, c’était pour le moins voyant mais aussi extrêmement dénudée. Ses épaules étaient nues, le reste de son bras étant caché par des longs gants et ses hanches étaient tout aussi visibles. D’ailleurs, la plupart des hommes semblaient jeter un rapide coup d’œil vers cette femme à chaque fois que l’un d’entre eux passait derrière elle. Quelle bande de porcs. Enfin, se rappelant qu’un parfait inconnu lui parlait, et sans avoir écouté la majorité de ses paroles, Liam se contenta de lui répondre :

« Je vais étudier votre cas. Si vous voulez bien m’excuser à présent ! »

Un certain énervement s’était fait ressentir dans sa voix mais il chargea un de ses soldats de prendre les documents en question et de les apporter dans son bureau. Alors que l’homme se confondait en excuses et en remerciements, Liam quitta son escorte pour se diriger vers l’accueil où, à présent, une standardiste semblait donner des renseignements à la jeune femme en question. Les seules paroles audibles qui vinrent aux oreilles de Liam furent « désolée, il est absent pour le moment … » avec une mine peinée. Lorsque l’Empereur fut à hauteur de la jeune femme, il passa sa main devant le visage de la standardiste er usa de la Force pour la faire partir :

« Tu as bien fait ton travail, vas te reposer … »

Après avoir répété exactement les mots que Liam avait prononcés, la salariée quitta son poste, laissant l’Empereur seul avec la jeune femme, où leurs paroles sembleraient complètement inaudibles avec le brouhaha qu’il y avait en fond. Sans lui accorder un seul regard, et en contemplant un point imaginaire devant lui, le jeune homme reprit la parole :

« C’est plutôt rare de te voir ici. Je pensais que tu n’avais plus de temps pour toi avec ce travail … »

Bon, il fallait l’avouer, Liam ne connaissait pas tout ses subordonnés. Mais il retenait particulièrement bien ceux qui faisaient du bon travail et qui était particulièrement utiles à l’Empire. Comme exemples concrets, le Grand Amiral Reige et le Commandeur Gra’an Fel étaient bien connus de l’Empereur. Heureusement d’ailleurs car c’était quand même deux de ses gradés. Mais il connaissait aussi les moins importants, notamment Elenwë Garwesh’Nar, lieutenant-colonel au sein du Bureau de Renseignement Impérial.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV : Elen] Jeu 29 Mar - 6:38

Corruscant, capitale de la République qui a été autrefois celle de l'Empire. Planète-ville dont tout était en mouvement, comme dans l'appartement de l'un des sénateurs les plus influents de Naboo, Corrin Garwesh'Nar. Cet homme était un politicien ayant beaucoup de ressource au sein de la République. Il se disait un homme très chanceux en particulier parce qu'il était marié à une créature qu'il qualifiait lui-même d'ange. Il ignorait totalement qu'il n'était que le jouet d'une marionnettiste hors paire. Sa femme, Elenwë, était d'apparence une jeune femme douce, fragile et attentionnée. Mais ce n'était qu'une façade car derrière cet air angélique se cache une femme sans cœur, sans remords et n'ayant pas d'autre objectif que de servir l'empire. Cette jeune femme n'avait pas hésité une seule seconde et avait épousé un républicain, coupé toute communication avec son père pendant des mois et avec l'Empire dans le seul but de créer un réseau d'information et de se placer assez haut dans l'échelle sociale de la République tout en restant discrète.

Elle avait décidé de profiter d'un voyage diplomatique de son mari sur Serenno pour faire aussi un petit voyage, officiellement à Naboo et officieusement à Kuat où se trouvait le quartier général de l'Empire. L'occasion tombait à pic car la jeune femme n'obtenait récemment que très peu d'information et espérait que l'un de ses supérieurs pourraient lui confier une mission plus intéressante que de jouer à l'épouse modèle car même si tout ce qui est arrivé était arrivé parce qu'elle le voulait, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de regretter le temps où elle était sur le terrain.

Depuis toute petite elle avait été entraîner à tuer, à manipuler et elle avait d'instinct une très bonne intuition qui l'avait toujours bien servie. Elle considérait même son intuition comme une amie, fidèle mais qui un jour pourrait la trahir si elle en abusait. Sa beauté et sa fragile apparence avait été des atouts majeurs dans sa mission mais ce n'était rien d'autre qu'un cadeau de la nature qui lui servait à tromper ses ennemis pour mieux les surprendre et mettre fin à leur existence. D'ailleurs, elle se souvenait avec nostalgie son entrée au sein de l'Empire, du temps où elle n'était qu'un simple soldat. Les hommes, toujours aussi idiots devant une femme, voulant à tout prix montrer à la jeune femme, au caractère bien trempé, qu'ils étaient les mâles dominant l'avaient provoquer en combat singulier... Ils ignoraient à qui ils avaient à faire... Cinq hommes eurent plusieurs côtes cassées, leurs bras ou leur jambes, sans compter les bleus et l'humiliation, mais le plus important c'est que la jeune femme s'en était sorti qu'avec quelques bleus sans importance. Lorsque l'on avait été entraîner par l'un des meilleurs chasseurs de prime qui soit, ce n'était pas quelques impériaux tout frais qui allaient lui causer des ennuis.

La jeune femme, toujours habillée dans ses vêtements de femme modèle, accompagna son mari jusqu'à son vaisseau et après de déchirant au revoir, le laissa partir. Une fois son vaisseau parti et qu'elle se retrouvait seule, Elenwë lâcha enfin ce soupir de soulagement qui n'était jusque là qu'un rêve. Elle était enfin libre de son mari durant quelques semaines ! Et elle allait enfin pouvoir retourner au sein de l'Empire durant une toute petite période certes, mais qui allait l'aider à se ressourcer. Car à force de jouer un rôle, la jeune femme avait la crainte de se faire prendre à son propre jeu. Bien que pour l'instant elle ressentait toujours de la pitié pour son mari et qu'elle pensait que la République était une absurdité, elle avait néanmoins peur qu'un jour elle aime cet endroit, mais elle avait surtout peur de se ramollir et que l'Empire n'aie plus besoin d'elle.

La jeune femme était l'une des plus fidèle à son Empire et à son Empereur, même si elle ne l'avait vu que très rarement, dont le jour où elle avait expliqué ce pourquoi elle avait été absente pendant plusieurs mois mais peu lui importait, il était son Empereur et elle lui obéirait même s'il lui demandait de tout quitter et de ne jamais revenir au sein de l'Empire. La fidélité est une chose très rare chez la jeune femme, mais lorsqu'elle jure quelque chose, lorsqu'elle le jure vraiment et qu'il ne s'agit pas d'un stratagème comme pour son mariage, alors la jeune femme fera tout pour tenir ses engagements.

La jeune femme rentra chez elle et chassa ses pensées négatives de son esprit. Ce n'était pas le moment de penser à cela et elle avait encore beaucoup à faire. Elle congédia ses employés et envoya les droïdes de son mari faire quelques courses. Elle ne garda auprès d'elle que son droïde de protocole BD-3000 qui l'aidait à faire ses valises. Ce droïde avait été offert par son père lorsqu'elle lui avait expliquer sa nouvelle mission. En plus d'être un droïde protocolaire, BD-3000 l'aidait à piloter son vaisseau et à conserver certaines informations confidentielles. Elenwë avait renommer ce droïde Betty, c'était un souhait du droïde et Elenwë avait décidé de ne pas la contrarier, surtout que c'était un très bon droïde.

Après avoir chargé sa valise et autre matériel nécessaire pour le voyage, la jeune femme était prête à décoller. Elle avait pour moyen de transport, un vaisseau unique ressemblant étrangement à un YT-1300 mais qui était plus rapide et de meilleure qualité. Elle l'avait acquis lors d'un voyage avec son mari. Il fallait bien le payer... En effet, bien qu'elle avait un très bon salaire sur un compte secret, Elenwë ne dépensait jamais son argent, son mari voulant à tout prix lui faire plaisir, il lui achetait tout ce qu'elle voulait et ce n'était pas cette femme victime d'avarice qui allait l'en empêcher.

Une fois en hyper-espace, la jeune femme laissa Betty s'occuper du vaisseau tandis qu'elle allait se changer. Elle mis de côté sa longue robe bleu et mis une tenue de combat violette. Elle allait se démarquer, comme à son habitude, mais ce n'était rien de plus qu'une tenue de combat que son père lui avait offert et qu'elle affectionnait particulièrement en raison de sa légèreté et de son aisance. Elle cacha comme à son habitude des lames sous ses gants et mit un blaster autour de sa cuisse. Ce n'était pas vraiment utile mais la jeune femme n'aimait pas se sentir nue, en particulier au sein de l'Empire.

Le voyage fut long pour la jeune femme et elle fut heureuse de voir enfin Kuat. Cette planète n'avait en soi rien d'extra-ordinaire, mais ici, elle pouvait montrer qui elle était vraiment et non plus jouer un rôle. Ici elle était Discordia, lieutenant-colonel du BSI et fidèle sujet de l'Empereur. Cela ne l'empêcha pas de mettre un masque sur son visage afin que personne ne la voit. Elle savait qu'il y avait des espions, du moins elle s'en doutait, pourquoi y aurait-il des espions de l'Empire au sein de la République et pas l'inverse ? C'est aussi pour cela qu'elle était connue sous le pseudonyme de Discordia.

Une fois posée, elle alla au bureau de renseignement dans le hall afin de parler à l'un de ses supérieurs. Elle espérait vraiment qu'il pourrait l'aider, s'ils savaient à quel point la jeune femme détestait ne rien faire de ses journées... Elle était consciente des regards qui pesaient sur elle, sa tenue devait faire le bonheur de plusieurs hommes mais elle s'en moquait, si jamais elle jugeait qu'ils étaient trop vulgaire envers elle, elle les remettrait dans le droit chemin à coup de blaster entre les jambes. La standardiste l'informa qu'aucun de ses supérieurs n'était présent et la jeune femme poussa un soupir, eh bien tant pis, elle allait attendre.

Ce fut à ce moment qu'elle sentit une présence à côté d'elle, elle tourna la tête et vit l'Empereur lui-même envoyer grâce à la Force la standardiste. Il lui parla enfin mais ne la regarda pas. La jeune femme se demanda si elle devait s'incliner ou non vu qu'il ne le remarquerait peut-être pas. Mais par politesse elle s'inclina légèrement et sourit en regardant ses mains :

-Il est vrai, votre Altesse, que mon travail m'occupait énormément, mais ses derniers temps je me retrouve sans rien et c'est pour cette raison que je suis revenue. J'avais dans l'espoir de faire un compte rendu de mes activités et d'avoir du travail en plus car l'ennui est l'un de mes pires ennemis. Cependant, mes supérieurs ne sont pas présent et je vais devoir attendre leur retour... A moins que vous n'ayez un travail quelconque à me donner ? J'avoue que je n'en serais pas mécontente...

La jeune femme balaya le hall du regard et jeta quelques regards assassins sur certains hommes qui la regardait un peu trop, puis elle soupira et murmura « les hommes... » qu'il fut à peine audible à cause du bruit.

-Cependant mon Empereur, si vous avez un peu de temps à me consacrer, il vaudrait peut-être mieux le faire dans un endroit où il y a moins de bruit. Car j'ai des raisons de penser que toutes les personnes ici ne sont pas aussi fidèle que l'on peut l'imaginer...
Revenir en haut Aller en bas
Liam D. Kuran

avatar
Messages : 232
Âge réel : 28

Feuille de personnage
Âge:
Armes: Deux sabres lasers à lames rouges
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV : Elen] Jeu 29 Mar - 10:29

Liam avait beau tourner le dos à la plupart des personnes présentes dans la salle, il sentit tout de même que son escorte n’était pas très loin, à surveiller chaque individu qui pouvait paraître louche ou susceptible de tenter quelque chose de stupide ici, en plein QG Impérial. Il pouvait aussi sentir les regards, certains amusés, d’autres un peu plus pervers, se poser sur le dos et les formes de son interlocutrice. Les hommes … Un rien les dérange de leurs pensées et de leur travail quotidien. Il suffit qu’une somptueuse créature passe devant leurs yeux pour que tous leurs malheurs et leurs tracas s’envolent. Cette pensée fit sourire Liam. Surtout qu’il perçut parfaitement le mécontentement d’Elenwë à ce sujet là. D’ailleurs, il se demandait si celle que l’on appelait ici Discordia pensait la même chose de lui. Après tout, il était aussi un représentant mâle de l’espèce humaine même s’il savait se tenir en présence d’une femme, aussi sublime soit-elle. Question d’éthique. Pour lui, les hommes et les femmes étaient égaux. C’était des soldats, certains plus qualifiés que d’autres mais Liam n’accordait aucun crédit au sexe. Jamais il ne sous-estimerait un adversaire parce qu’il s’agit d’une femme. Et bien que, pour le moment, aucun poste ne soit occupé, il ne verrait aucun inconvénient à voir une femme dans les hautes sphères du pouvoir impérial.

L’Empereur continua de regarder un point invisible sur le mur d’en face. Après tout, pour qu’une discussion soit plus que discrète, ne valait-il pas mieux ne pas regarder son interlocuteur. Enfin, pouvait-on vraiment continuer de penser que les deux personnes ne se parlaient pas ? Après tout, la jeune femme s’était légèrement inclinée par respect. Mais la grande partie des personnes présentes n’avaient pas dû faire attention. Liam pensait pourtant que son agent infiltré tenait un peu plus que ça à sa discrétion. Même si elle était en terrain connu, il ne fallait pas laisser tomber sa garde jusqu’à être dans un endroit plus tranquille. Il était vrai, et Liam s’en doutait bien entendu, que la possibilité que des agents républicains soient présents dans ce hall soit très élevée. Après tout, lui-même avait des agents un peu partout sur Coruscant, dont son interlocutrice actuelle. Certainement son meilleur espion. Mais voilà que la jeune femme s’ennuyait un peu de sa mission. C’était compréhensible. Après tout, l’envie d’aller sur le terrain est toujours plus forte que tout. Lui-même souhaitait retourner quelque fois sur le terrain. La seule chose qu’il pouvait faire pour ne pas se rouiller, c’était s’entraîner en espérant que ses compétences soient toujours optimales. Voilà pourquoi Liam comprenait bien le ressenti de la jeune femme. Avec un léger sourire, il prit la parole tout en veillant à rester assez discret, même si le bruit général de la pièce cachait assez bien leur discussion :


« J’ai peut-être quelque chose qui pourrait potentiellement t’intéresser … »

Il finit par se retourner et fit à présent face à la foule. Il accorda un signe de tête à son escorte qui commença à dissiper un peu la foule habilement, condamnant un chemin qui menait vers les ascenseurs. En homme galant qu’il était, Liam, d’un geste de bras, invita la jeune femme à passer avant lui et jeta un dernier coup d’œil à son escorte. Les portes d’un ascenseur s’ouvrirent et l’Empereur et son soldat pénétrèrent à l’intérieur. Lentement, les portes se refermèrent devant eux alors que l’Empereur affichait un sourire amusé. Devant l’attente qu’affichait l’ascenseur pour rejoindre le bureau de Liam, situé au dernier étage, bien évidemment, Liam sortit un datapad et le consulta, pour voir ses éventuels rendez-vous. Tout en soupirant, il tapota sur son écran, affichant un sourire amusé de temps en temps puis finit par le ranger. La minute restante se passa dans le silence, sans mouvement alors que Liam était adossé au fond de l’ascenseur.

Lorsqu’ils arrivèrent au dernier étage, Liam laissa une nouvelle fois passer son invitée et prit passa finalement devant afin de la conduire à son bureau. Le jeune homme n’avait pas trop l’habitude d’escorter ses propres rendez-vous mais, comme on dit, cas exceptionnel, mesures exceptionnelles. Ils arrivèrent bientôt à l’entrée du bureau et Liam utilisa la Force pour l’ouvrir et invita la jeune femme à y entrer. Le bureau était spacieux, très bien organisé et rangé, comme si chaque chose semblait à sa place. Liam s’installa derrière et invita Distordia à faire de même sur une chaise qu’il lui avait au préalablement présenté. Sur son bureau se trouvait les documents que le parfait inconnu du hall voulait lui faire lire. Génial … Encore du travail supplémentaire. Enfin bref. Son regard se posa sur son invitée alors qu’il commença à taper sur son clavier numérique et tactile apparaissant devant lui :


« Bien, quelles sont tes disponibilités et jusqu’à quand peux-tu rester indisponible si je peux m’exprimer ainsi ? »



P.S : Désolé, pas très long. J'avais commencer avant manger et du coup, en reprenant, j'avais perdu toute mon inspi u.u
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV : Elen] Ven 30 Mar - 0:14

La jeune femme croisa le regard d'un homme qui observait son corps avec une lueur avide dans le regard, elle sourit pour elle-même en se disant que les hommes, pas tous heureusement, mais la plupart était trop facilement distrait. Pourtant sa tenue ne dévoilait rien de vulgaire. Seulement ses épaules et ses hanches, bon la tenue moulait aussi son corps mais ce n'était pas comme si elle était nue. D'ailleurs elle se demandait comment ses hommes réagirait s'il la voyait nue... Elle pensa rapidement à autre chose, étant donné qu'elle n'avait pas l'intention de leur faire plaisir, mais elle espérait pour eux qu'elle ne les croiserait pas dans un couloir sans personnes aux alentours, sinon elle allait leur faire passer l'envie de la regarder ainsi.

Bien qu'elle utilisait son corps pour obtenir ce qu'elle voulait, elle ne s'était pas attendue à être le centre d'attention des hommes en mal d'amour... Au moins à Anaxes, elle n'avait jamais eu ce soucis. Sa tenue laissait penser qu'elle était chasseur de prime ou autre, en tout cas pas un soldat au service de l'Empire et encore moins l'épouse d'un sénateur de la République.

Afin de parler affaire, l'Empereur conduisit la jeune femme jusqu'à un ascenseur pour les mener à son bureau. Cela faisait si longtemps que la jeune femme n'était pas revenue qu'elle était légèrement perdu dans ses lieux. Pendant que l'ascenseur montait, la jeune femme via un appareil qu'elle avait elle-même confectionné et qui agissait comme un comlink, mais au lieu de parler il fallait saisir dans une base de données différents ordres. Cet appareil était en liaison avec la mémoire centrale de Betty et la jeune femme lui donna l'ordre de faire refroidir les moteurs et de condamner l'accès à l'appareil à toute personne n'ayant pas son autorisation. La jeune femme était en effet très prudente, surtout qu'à l'intérieur de son appareil se trouvait ses habits et d'autres informations susceptibles de la faire découvrir...

A peine elle eut fini d'envoyer ses ordres qu'ils arrivèrent au dernier étage. La jeune femme se laissa guider par l'empereur. Lorsqu'elle le vit ouvrir son bureau par la Force, elle retint un léger frisson. Elle ne savait pas pourquoi mais la Force la mettait mal à l'aise. Peut-être était-ce parce qu'elle n'était pas à l'aise avec ce qu'elle ne pouvait pas contrôler. Bien que l'idée d'être liée à la Force ne la tentait absolument pas, elle aurait aimé connaître le secret permettant de la vaincre. Car bon, son plus grand danger mis à part les républicains c'était bel et bien les jedis. Elle avait reçu un entraînement, par son père, lui permettant d'éviter à ce qu'on accède à son esprit et qu'on lise ses pensées. Son esprit était son refuge, l'idée qu'on pouvait briser ses barrières et lire en elle comme dans un livre ouvert lui donnait des envies de meurtres...

Elle prit place sur la chaise que lui avait désigné l'empereur et attendit. Elle vit les papiers sur le bureau et se rappela qu'elle avait elle aussi des rapports à vérifier. En effet avant de partir de Corruscant, elle avait donner des instructions à ses informateurs et elle-même avait un rapport à donner à ses supérieurs. Son rapport n'était pas bien gros, peu de chose se passait au Sénat et la seule chose positive était que son réseau prenait de l'ampleur. Manipulation et charisme, deux qualités que possédait la jeune femme et qui l'avait bien aidé jusque là.

L'empereur lui demanda ses disponibilités, elle réfléchit un léger instant. Son mari était parti en voyage pour une durée de deux semaines mais le connaissant, cela allait durer plus longtemps. De plus la jeune femme avait prévenue qu'elle partirait sans doute se ressourcer pendant quelques semaines car la nature lui manquait. En gros elle avait tout le temps qu'elle voulait mais ne devait pas trop tarder car son mari pourrait s'inquiéter et prévenir les autorités.

-Eh bien votre Altesse, je suis disponible durant ses deux prochaines semaines. Et à moins que mes informateurs m'avertissent de quelque chose qui mérite que je retourne à Corruscant, je n'aurais pas besoin de retourner là-bas. Vous disiez avoir potentiellement une mission pour moi ? De quoi s'agit-il ?

La jeune femme écouta avec attention son Empereur, du travail... C'était trop beau pour être vrai... Tout ce qu'elle espérait, c'était que ce ne soit pas de la paperasse sinon elle risquerait de rentrer plus tôt que prévue...

[HRP : désolé, ce n'est pas bien long non plus :/]
Revenir en haut Aller en bas
Liam D. Kuran

avatar
Messages : 232
Âge réel : 28

Feuille de personnage
Âge:
Armes: Deux sabres lasers à lames rouges
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV : Elen] Lun 2 Avr - 2:52

Ainsi donc, elle était disponible pendant deux semaines. On pouvait faire pleins de choses en deux semaines mais il fallait compter les déplacements entre chaque planète, le temps pour effectuer chaque mission. En faite, deux semaines, c’était plutôt court. Qu’est-ce que la jeune femme pourrait faire en seulement deux semaines ? Liam avait du travail, ce n’était pas ce qui manquait. Mais il fallait adapter le travail en fonction des personnes. Ne pas confier n’importe quoi à n’importe qui. Les faibles se chargeaient de la basse besogne tandis que les forts, les professionnels, avaient des travaux un peu plus complexe. Il ne qualifiait pas la jeune femme de faible certes, mais généralement, les professionnels avaient beaucoup de temps devant eux. Ils étaient chargés uniquement de missions dans le domaine dans lequel ils brillaient. Seulement, pour le moment, la jeune impériale n’était utile qu’en tant qu’espionne. Que lui donner d’autres ? L’espionnage, c’était le genre de choses qui la fatiguait visiblement. D’un geste naturel, Liam tapota sur son clavier numérique et un écran s’ouvrit en face de lui. Sans quitter l’écran des yeux, il entra quelques informations et une nouvelle fenêtre apparut. Un léger « Ah oui c’est vrai … » s’échappa alors de ses lèvres et il tapa deux fois sur une touche de son clavier. Une image se présenta alors devant la jeune femme. Il s’agissait d’un Rodien :

« Tu le connais ? Il s’agit de Dolak Treego, un sénateur Rodien. Depuis quelques mois, il se vante auprès de ses collègues d’avoir un loi qui pourrait renverser le cours de la guerre et nous imposer une réduction de flottes conséquente. Mais actuellement, il la conserve comme une sorte d’assurance-vie. S’il n’en a pas parlé, c’est uniquement pour « sa propre sécurité » comme il aime à la dire. C'est-à-dire que personne ne sait de quoi parle sa fameuse loi à part lui. »

Un sourire amusé apparut sur le visage de Liam tandis qu’il continua son récit :

« J’ai déjà essayé de marchander avec lui, sans succès. Deux choix s’offrent à nous : soit il bluffe, et sa loi n’existe pas et il s’en sert pour augmenter sa notoriété auprès de ses collègues. Soit il veut que l’on pense qu’il bluffe, afin que l’on ne le prenne pas au sérieux et qu’il puisse faire passer sa loi sans problème. A ces deux choix, une seule solution : le faire disparaître ! »

L’image du sénateur disparut de tous les écrans et Liam regarda la jeune femme dans les yeux. Cela se passait sur Coruscant, la deuxième maison de son lieutenant. Là-bas, elle était plus ou moins connue, toujours affichée au bras de son sénateur de mari. Autrement dit, situation assez délicate. Mais Liam souhaitait connaître les compétences de son soldat, et jusqu’à où elle serait prête à aller pour l’Empire. Sans la quitter des yeux, il reprit :

« Mais ça serait trop simple de le tuer, tout simplement. Je veux que tu maquilles tout cela en suicide. Je vois déjà les gros titres sur Coruscant : « La pression sénatoriale frappe encore ! Un sénateur se suicide pour échapper aux responsabilités qu’exige la paix ! » »

Tout cela l’amusa beaucoup. La presse sur Coruscant était généralement exagérée et elle faisait d’une petite histoire une grosse affaire. Sans laisser le temps de répondre à la jeune femme, une nouvelle fenêtre s’ouvrit alors :

« Autre mission si tu le désires, un peu plus complexe cette fois. Tu es un pro de l’espionnage et personne n’a découvert ton petit jeu depuis le temps. L’idéal serait que tu te serves de cette couverture pour t’attirer la sympathie de la Chancelière. Dans le pire des cas, simplement la placer sous surveillance. Cela me permettrait d’avoir une œil constant sur la République mais je n’ai pas beaucoup de volontaires pour cette mission. »

L’Empereur tapota encore sur son écran et la fenêtre se ferma pour laisser place à une nouvelle fenêtre :

« Je te plante le décor ! Toi et ton mari en voyage d’affaires ou diplomatique sur Kuat. Malheureusement, ton mari meurt d’une attaque impériale. Toi, toute bouleversée que tu es, tu rentres sur Coruscant et tu te présentes devant la presse comme le successeur des idéaux de ton mari et tu prends sa place de sénateur. »

Il prit un air penseur et secoua la tête en signe de négation :

« Non ! Trop tôt et pas assez peaufiné. Poubelle ! »

Sur l’écran, une corbeille apparut et la feuille sembla rentrer dedans avant de disparaître, suivit de la corbeille. Les nouvelles technologies et leurs avancées, une vraie révolution. Il fallait dire que c’était très efficace pour gérer l’administratif. Liam s’affala sur son fauteuil et consulta l’écran des différentes « choses à faire » qu’il restait. Il se redressa avant de reprendre la parole.

« Tu laisseras toutes tes informations bancaires à l’accueil. J’ai différents pots de vin à verser à des sénateurs corrompus et j’aimerais que tu le fasses pour moi. Ce n’est pas très plaisant mais obligatoire malheureusement. Dix mille crédits par sénateurs. Il y en a une quinzaine à peu près. »

A présent, la jeune femme avait le choix de la mission. Il en avait sélectionné quelques-unes qui pourrait lui convenir et qui se passait tous sur Coruscant. Ces missions étaient plus ou moins en rapport avec les compétences de l’impériale. Pour conclure, l’Empereur prit une dernière fois la parole :

« Tu toucheras cent mille crédits par mission que tu prends. Cinquante maintenant, le reste quand tu les a effectuées avec le rapport qui va avec. Des questions ? »


[PS: beaucoup de blabla, désolé ... Mais ça avance pas sinon Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV : Elen] Jeu 26 Avr - 7:51

Assise tranquillement dans le bureau de son Empereur, Elenwë pensait. Elle pensait à son mari, se rendant sur Serrenno pour un quelconque voyage diplomatique pendant qu'elle était retourné au quartier général de l'Empire. Ils étaient si loin l'un de l'autre que la jeune femme était, elle l'avouait, assez anxieuse. Non pas qu'elle éprouvait un sentiment particulier à son égard (mis à part de la pitié) mais s'il lui arrivait quelque chose pendant son voyage, elle n'aurait plus d'oreilles au sein de la République pendant un moment, elle savait qu'elle trouverait bien un autre mari, mais rien ne disait qu'il serait aussi facile à manipuler.

La jeune femme cligna plusieurs fois des paupières en revenant à elle lorsqu'elle entendit la voix de son Empereur. Laissant de côté son anxiété, elle se laissa gagner par l'excitation... Une mission enfin ! Elle avait beau être une espionne, il n'en restait pas moins qu'elle avait aussi été entraîner à se battre et à tuer en silence. En parlant d'entraînement, la jeune femme se dit qu'elle devrait profiter de son séjour sur Kuat pour s'entraîner et voir si elle n'avait pas perdu la main. Ou peut-être aller sur Anaxes et en profiter pour voir sa vraie famille, son père, l'homme qu'elle considérait comme son grand-père et Kirya qui était la seule femme au monde en qui elle avait conscience. Cela faisait longtemps qu'elle ne les avait pas vu et cela lui manquait. Ses trois personnes étaient bien les seules qui avaient la confiance de la jeune femme et qu'elle appréciait réellement.

Le sénateur Dolak Treeno... La jeune femme avait déjà entendu parler de lui par son mari. Il ne l'appréciait guère, le trouvant trop fier de lui, trop sûr, mais pour la jeune femme ses défauts sont tout naturel chez les hommes, sauf chez son mari. Elle hocha légèrement la tête lorsqu'il lui proposa cette mission, elle avait décidé à ne parler qu'une fois qu'il aurait fini de parler et quand il commença à lui proposer une nouvelle mission, la seule pensée de la jeune femme fut « super encore plus de boulot ! ». Lorsqu'il eut enfin finit de parler, la jeune femme médita un court instant pour peser le pour et le contre de chaque mission.

Première mission : Elle avait limite sauté dessus. Non pas parce qu'elle vouait une rancœur particulière envers le Rodien, mais cela allait lui permettre de montrer à l'Empire qu'elle savait faire autre chose que de manipuler et d'écouter et cela ne pourrait apporter que de bonnes choses. Des missions plus excitantes, plus d'importance au sein de l'Empire, des primes plus importante... Le bonheur aux yeux de la jeune femme. Elle avait déjà une idée de comment l'exécuter sans que l'on pense qu'il s'agisse d'un assassinat, son père pourrait bien entendu l'aider à peaufiner son idée et connaissant sa sécurité, cette mission serait remplit en moins d'une semaine.

La seconde mission la fit hésiter... Gagner la confiance de la Chancelière faisait partie des missions qu'elle s'était fixée mais pour une raison très simple, elle ne cessait de la repousser, se demandant comment faire pour contourner l'obstacle se trouvant devant elle. La prime était hélas très alléchante et elle savait qu'elle ne pourrait refuser, ce serait contraire à ce qu'elle est. Cependant, elle fut ravie lorsque son Empereur mit à la poubelle le projet de faire assassiner son mari. Il était trop tôt, elle avait besoin de lui et plus important, elle se trouverait sur une pente glissante avec tous les renseignements de la République qui n'hésiterait pas à chercher la moindre information sur son passé pour savoir si elle aurait pourrait faire parti de l'Empire et bien que toutes les données mentionnant son nom dans les archives de l'Empire, ils n'y en avaient pas beaucoup, avait été modifié pour remplacer son nom par celui de son surnom mais la jeune femme avait quand même une vingtaine d'années sombre depuis son ''kidnapping'' à celui de son retour miraculeux auprès de sa mère...

La dernière mission ne tentait pas plus que ça la jeune femme. Mis à part l'argent, elle ne voyait pas vraiment l'intérêt de prendre cette mission pas vraiment alléchante... Mais avec 100 000 crédits, elle pourrait s'acheter de nouvelles armes, de nouveaux habits pour ses missions et plus important... Des bijoux car elle commençait à se lasser de ceux qu'elle possédait déjà.

Jugeant qu'elle avait assez réfléchit, la jeune femme prit enfin la parole, se doutant que son Empereur savait qu'elle ne pouvait pas accepter... 300 000 crédits... Non mais quel fou pouvait refuser cet argent si précieux ?! Même si elle n'était pas dans le besoin puisque son mari s'occupait de toutes ses dépenses et que sa paye n'était utilisée que pour l'achat d'arme lorsqu'elle en avait besoin, à savoir rarement.


-Je prends. Je pense que la première et la dernière mission que vous m'avez proposé sera terminée à la fin de la première semaine... Cependant concernant la seconde mission... Arriver à gagner la confiance de la Chancelière fait partie de mes objectifs depuis mon mariage, voire même avant... Mais en plus des renseignements républicains qui pourront enquêter sur moi, cela ne m'inquiète pas plus que ça, je dois hélas faire face aux jedis qui veille sur la Chancelière et pour eux je ne sais pas comment agir... J'ai beau avoir reçu un entraînement pour empêcher que l'on lise dans mon esprit, je n'ai jamais été en face de jedi et j'ignore comment agir...

L'entraînement en question venait de son père, il consistait à remplir son esprit de pensées futiles... De ne pas se concentrer sur une chose en particulier... Mais cela était-il vraiment efficace ? Après tout, pour une fois qu'elle disait la vérité, elle n'avait jamais fait face que ce soit à un jedi ou à un sith. La seule personne qu'elle connaissait qui avait un rapport avec la Force se trouvait en face d'elle. Elle espérait qu'il pourrait l'aider, ou au moins la guider pour pouvoir réussir sa mission et empocher l'argent...

[Hrp : Désolé de la médiocrité du post mais j'ai du mal en ce moment... Cependant si ma réponse te bloque je la modifierais ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Ruby V. Romanoff
Directrice du BSI
Directrice du BSI
avatar
Messages : 15
Âge réel : 26

Feuille de personnage
Âge: 26 ans
Armes: Blasters
Alignement: Neutre-Obscur
MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV : Elen] Ven 2 Nov - 13:13

Un vaisseau venait de se poser sur Kuat dans la chaleur ambiante. Quand les portes s’ouvrirent, plusieurs gardes armés descendirent et se mirent de part et d’autres de l’ouverture, comme pour protéger la personne se trouvant à l’intérieur. En même temps, cette personne n’était pas n’importe qui et sa protection était, sans être vitale, plutôt importante. Beaucoup de personnes pouvaient vouloir attenter à sa vie, bien que très peu de gens soient au courant de son rang au sein de l’empire. Pour la plupart, elle n’était qu’une ombre sans réelle importance, pourtant, elle était vraiment importante. Sur Kuat par contre, elle était plutôt en sécurité, bien qu’elle se méfiait de tout le monde. C’est alors que cette inconnue sorti du vaisseau. La première chose que tout le monde remarquait chez elle était sa longue chevelure couleur de feu, ondulée et flottant au vent. Ensuite, venait son visage, doux et pâle, comme celui d’une poupée de porcelaine et ses yeux d’un bleu océan, semblant calmer le feu ardant de ses cheveux. Il s’agissait de Ruby Romanoff, connue par les hauts gradés de l’empire comme la directrice du bureau de la sécurité impériale. Avant cette vie impériale, Ruby était la princesse héritière d’Indupar, mais cette information, seuls ses meilleurs amis étaient au courant, à savoir Lucas Rhodes, le général de l’armée de terre, et Liam Kuran, nul autre que l’empereur actuel. Ruby l’avait aidé à prendre le pouvoir et sa nomination avait été une sorte de remerciement.

Pour l’heure, habillée d’un tailleur jupe noir, mettant en valeur ses formes, Ruby se dirigea vers un speeder, chargé de la conduire au palais impérial ou elle retrouverait son bureau. La jeune femme revenait d’une mission classée top secret ou elle avait du se rapprocher d’un politicien, récupérer un maximum d’informations et le tuer ensuite, le tout, maquillé en suicide. Après une période ou elle avait enfilé son costume d’espionne hors pair, Ruby revenait sur Kuat pour endosser son rôle de directrice et s’occuper des affaires administratives dont se chargeait le BSI. Dans le speeder, sa secrétaire personnelle lui annonça les dernières nouvelles, les dossiers terminés, les espions rentrés de missions, les résultats et lui présenta quelques dossiers encore en cours ou de nouveaux éléments recueillis sur la république. Alyosia Triskell était une très bonne espionne, une agent confirmée du BSI et elle occupait depuis quelques années le poste de secrétaire de Ruby, bien qu’elle parte en mission de temps en temps. Les deux jeunes femmes étaient assez proches et Ruby lui faisait confiance. La directrice prit le temps de consulter les dossiers mais bientôt, le speeder s’arrêta devant le palais impérial. Ruby en sortit, suivit d’Alyosia. Toutes deux entrèrent dans le hall ou la standardiste annonça à Ruby que l’empereur était rentré. La jeune femme ne laissait rien paraitre sur son visage mais au fond d’elle, elle était contente, elle allait pouvoir revoir son ami de jeunesse. Depuis qu’il était devenu empereur, Ruby se faisait du souci pour Liam, elle n’avait pas envie de revivre la tragédie du passé, toutefois, elle faisait toute confiance en son ami. Elle se promit de passer le voir dès qu’elle serait un peu moins débordée par la paperasse. Toutefois, en entrant dans l’ascenseur pour se rendre à l’avant dernier étage, celui réservé au BSI, Ruby constata qu’elle avait quelques dossiers à faire signer par Liam. Elle eut un petit sourire discret et laissa Alyosia sortir avant de monter encore un étage. Elle parcouru les quelques couloirs et s’arrêta devant la porte du bureau de l’empereur. Elle hésita quelques instants, pensant à Lucas qui lui se trouvait encore en mission. Cela fait bien longtemps qu’ils ne s’étaient pas retrouvés tous les trois. Ruby sortit de ses pensées au moment ou elle frappa à la porte. La voix de Liam se fit entendre et il lui permit d’entrer. La jeune femme poussa la porte et entra, air sérieux et dossiers dans les bras. Elle remarqua que Liam n’était pas seul, ainsi, elle le salua de la façon impériale et regarda la jeune femme qu’elle reconnu immédiatement.

    « Votre excellence, agent Garwesh’Nar. Je vous dérange peut être ? »


Liam la rassura en lui disant que justement ils parlaient des affaires concernant le BSI mais qu’elle pouvait prendre la relève avec son agent, lui indiquant les missions que la lieutenant colonel acceptaient. A son arrivée, Elenwë s’était levée et ainsi, Ruby l’invita à la suivre dans son bureau pour parler tranquillement. L’agent se dirigea donc vers la porte du bureau pour revenir vers les ascenseurs. Ruby s’avança vers le bureau de Liam et lui déposa des dossiers devant lui en lui souriant doucement. Puis, sans dire un mot, elle quitta le bureau, le saluant au passage et retourna dans les ascenseurs avec Elenwë. Après être descendu d’un étage et avoir passé plusieurs couloirs, d’où Ruby reçu plusieurs salue militaires, les deux jeunes femmes pénètrent dans le bureau de la directrice. La pièce était vaste, bien rangée, propre avec un touche féminine qu’il n’existait dans aucun autre bureau. Ruby s’assit à son bureau et laissa Elenwë s’installer en face d’elle. Posant ses dossiers, la jeune femme tapota sur son écran tactile pour faire apparaitre le profil de son agent avec ses différentes missions remplies. Enfin, elle posa son regard sur Elenwë.

    « Alors agent Garwesh’Nar, comment se porte votre mari ? Avez-vous de nouvelles informations pour nous ? D’ailleurs, je n’ai pas reçu votre dernier rapport. Si vous cherchez de nouvelles missions, je puis également vous en proposer. »


Ruby avait quelques idées pour rapprocher son agent de personnes importantes de la république, sans pour autant la jeter dans la gueule du loup avec la Chancelière. Elenwë devait avant tout lui dire ses attentes et ses envies. La jeune femme était passé par là et pourrait l’aider à trouver des missions à sa convenance car un agent n’était efficace sur le terrain que si la mission l’attirait assez. Elenwë était une agent très douée et il fallait dire que sa double vie était extrêmement utile à l'empire. Toutefois, la jeune directrice comprenait qu' à la longue, cette vie pouvait être ennuyante voire très peu attrayante. Ruby devait donc tenter de lui donner plus de missions sur le terrain pour la garder toujours en forme. D'ailleurs,la jeune femme avait quelques idées qui pourraient sans doute plaire à la lieutenant colonel, bien que pour l'instant, Ruby gardait cela pour elle. Prévoir plusieurs choses pour ces agents étaient un de ses devoirs, car chacun d'eux devaient être capable d'alterner les missions d'espionnage et d'assassinat, afin d'éviter de perdre la motivation de certains. De plus, grâce aux missions, Ruby pouvait évaluer ses agents et en même temps les surveiller. La directrice était une femme plutôt suspicieuse et ainsi, elle se méfiait de tout le monde, des soldats de l'empire, comme de ses agents, on ne sait jamais on se cachent les espions. Ruby devait donc user de plusieurs stratagèmes pour vérifier la fidélité de ses agents. Mais, pour l'instant Elenwë Garwesh'Nar n'avait jamais déçu la directrice et cette dernière espérait que cela dure encore.

[Désolée pour la qualité très faible de ce post, je me rattrape au prochain ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV : Elen]

Revenir en haut Aller en bas

Retour au bercail [PV : Elen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Kuat [Empire] :: Palais Impérial-