Partagez| .

Retour aux sources (Lenia Greystone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hex Manhunter
Padawan Jedi
Padawan Jedi
avatar
Messages : 24
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge: 12 ans
Armes: Sabre-Laser
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Retour aux sources (Lenia Greystone) Jeu 16 Jan - 10:22

Assis au fond de la salle circulaire, Hex attendait son tour en baillant. Le jour venait à peine de se lever et le jeune Shistavanéen, accompagné d'autres Padawans, devaient se préparer l'entraînement au sabre laser dispenser par Maître Flyen, un Sullustéen reconnu pour sa capacité à adapter son style de combat à celui de son adversaire. Un atout majeur quand il s'agit d'apprendre des passes à des jeunes Jedi venu des quatre coins de la galaxie. Encore fatigué, le garçon n'en était pas moins serein. C'était peut être la dernière fois qu'il prenait part à des cours communs au sein du Temple. Après tout, il avait un Maître pour lui enseigner les préceptes de la Force maintenant. Bientôt, il serait sans doute en train de voyager au fin fond de la galaxie avec Dante Garvan. A vivre des aventures extraordinaire ou rencontrer des personnes plus étonnantes les unes que les autres. La simple idée de remonter dans un vaisseau spatial et de repartir dans l'espace le comblait de joie. Depuis sa naissance, le jeune homme-loup n'avait pas arrêté de voyager, que ce soit avec ses parents ou avec son ancien maître. En fait, il n'avait vraiment commencer une vie de sédentaire qu'à son arrivée au Temple de Naboo, puis de Tython. Malgré toutes les activités au sein de ses institutions, les voyages lui manquaient.

Alors qu'un de ses camarades enchaînait les passes avec l'instructeur, Hex remarqua les regards certains Padawan à son égard. Ils étaient sans doute surpris d'apprendre que la petite boule de poil avait eut l'immense chance d'avoir un maître. Il fallait dire que l'agitation du Shistavanéen durant les séances de méditation et de lecture d'Holocron ne jouaient pas en sa faveur. Cependant, sa détermination à devenir Chevalier Jedi et les efforts qu'il pouvait déployer pour rester au niveau des autres apprentis en avait toujours étonné plus d'un. D'ailleurs, peu de temps avant l'entraînement, certains de ses amis ne lui cachèrent pas leur surprise, et le félicitèrent de manière sincère. le jeune homme-loup les remercia bien sûr, mais tenta tout de même de se faire tout petit. Il n'aimait pas vraiment être le centre d'attention de la foule. Une situation qui, selon lui, ne pouvait que faire grossir son égo et, donc, le pousser petit à petit sur des chemins bien sombres. Voilà pourquoi il s'était collé le plus loin possible de Maître Flyen, juste à côté des sphères d'entrainements.

Une fois qu'il en eut terminé avec son premier élève, l'instructeur Sullustéen fut appeler à l'entrée de la pièce par un autre Jedi. Presque immédiatement, une volée de chuchotement parcourue la salle. Tout le monde se demandait qui pouvait bien interrompre la leçon de Maître Flyen. Après quelques instants, il revint au niveau du tatami d'entrainement et se tourna vers Hex, surprenant ce dernier :

"Et bien, tu vas pouvoir continuer à alimenter les conversations de tes camarades jeune Manhunter. Un Chevalier Jedi voudrait s'entretenir avec toi."

Les regards se tournèrent tous vers le Shistavanéen qui se contenta de se gratter l'arrière du crâne en faisant un sourire embarrassé. Il pourrait très bien leur faire croire qu'il a été convoqué parce qu'il a fait une bêtise. Voilà qui lui permettrait de ne pas laisser gonfler son égo. Seulement, il ne savait pas mentir. Il se contenta donc de se lever et de se diriger vers la sortie de la salle le plus vite possible. Il arriva donc dans l'un des grands halls du Temple. Là, beaucoup de Jedi de tous rangs et de toutes races discutaient et passaient sans vraiment le remarqué. Enfin, tous le Jedi à sa recherche qui, sans doute, n'allait pas tarder à se manifester...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour aux sources (Lenia Greystone) Jeu 16 Jan - 13:31

(HJ Tu peux me MP si besoin édition, bonne lecture et prends ton temps pour répondre Razz HJ)


Bien des choses se déroulent ces derniers temps. C'est fou comme les heures et les jours s'écoulent en un tourbillon effréné. Nous sommes sous une noire et violente tempête, nous attendons tous qu'elle passe ou qu'une accalmie, une éclaircie vienne guider notre route pour retrouver un peu de soleil, de lumière et de chaleur. Je le constate une fois de plus alors que je descends à pas lents de la rampe de débarquement du Sky Shield. Je m'arrête une fois le pied posé au sol, la semelle épaisse de mes bottes de Jedi se posant contre le sol froid et rude des hangars. Je reviens d'une mission basique pour l'Ordre, une qui m'a conduite sur le terrain même des conflits. En effet, j'ai rejoins un des trop nombreux champs conflictuels de la galaxie, dans un petit groupe de résistance que j'ai aidé de mon mieux à repousser une escouade d'éclaireurs impériaux aidés d'un ou deux Sith selon les bruits. Fort heureusement, la Force nous a sourit et la situation a pu rapidement s'arranger, et ma mission se compléter avec soin un peu plus tôt que prévu. Ah, j'aime quand les missions se passent aussi bien, cela me fait un agréable changement d'avec mon habituelle poisse pathologique. Comme j'ai fini plus tôt, j'en ai profité pour faire une petite escale sur Mandalore qui était sur la route puisque rien ne me pressait à rentrer à toute vitesse au Temple Jedi.

Cela m'a fait plaisir de passer quelques jours en compagnie du clan Skirata. En effet, en l'absence d'Aldrian ou de Johanna au Temple ou sur place, ils me permettent d'oublier le sentiment de solitude immense que je ressens depuis que le Chiss cher à mon coeur a choisi de s'en aller de la galaxie connue. C'est une triste histoire que je vous conterais une autre fois et qui pèse, cisaille encore mon coeur fragile, mais je suis encore debout et je m'efforce que cela n'en pâtisse pas sur mes missions grâce au soutien précieux de mes proches… ou plutôt des miens même, depuis quelques années maintenant. En leur compagnie et-ou celle de mon père adoptif et de ma presque soeur de coeur, je reprends courage et je daigne sourire un peu plus, voire même rire quelque fois bien que mon moral, derrière le masque serein et tranquille, se trouve au fin fond de mes bottes. Entendant la rampe de débarquement remonter derrière moi, comme j'avais demandé la fermeture du vaisseau, j'observe quelques secondes avec attention mes alentours de mes yeux bleus calmes et chaleureux, bien qu'un peu plus ternes qu'il n'y a quelques jours de cela.

La guerre se ressent même jusqu'ici, jusque dans ce lieu de sécurité - relative j'ajouterais suite è ce qui est advenu au Praexum de Naboo - de savoir et d'instruction. Dans toute cette agitation, tous ces vaisseaux ou chasseurs professionnels armés pour la guerre et aller endurer des batailles spatiales comme terrestres ou maritimes. Même moi j'ai du m'y résoudre en dépit de mes aspirations à la paix et à la voix diplomatique, en renforçant un peu l'armement de défense de base de mon vaisseau, ainsi que ses boucliers. Je ne savais que faire des crédits que l'être que j'aime encore et qui me manque terriblement m'avait obligée à prendre, Jedi que je reste, alors j'ai choisi d'en utiliser une partie à une fin utile : faire en sorte que le vaisseau personnel, que je me suis achetée cette fois et dont je suis pleinement la propriétaire, soit capable d'assurer mes déplacements et ma sécurité du mieux possible. Je pense que cela plairait à Hishow, que je renforce mes moyens de défense pour un peu mieux protéger ma vie et pour moi, mieux servir l'Ordre et protéger mes proches et les miens de cette façon, j'ai moins mauvaise conscience.

Puis bientôt je regagne les couloirs de ce Temple qui, bien que je commence à le connaître, me reste dans le fond du coeur profondément étranger. Revêtue des vêtements traditionnels, j'ai opté pour un ensemble toujours sobre, mais plus sombre en accord avec ma personnalité. Ainsi, je porte par dessus une chemise brune aux longues manches assortie au pantalon habituel et à ma ceinture utilitaire, une tunique Jedi d'un brun foncé allant de paire avec les bottes dans lesquelles je marche présentement. À ma ceinture se retrouvent accrochés non seulement mon sabre-laser personnel forgé deux ans de cela, à la poignée droite ajustée à ma main et ma manière de combattre mais avec un design rappelant un peu celui de mon mentor et père mandalorien en guise d'hommage discret. De même que je lui ai d'ailleurs donné ma tresse de Padawan quand cette dernière a été coupée lors de la cérémonie d'élévation au rang de la Chevalerie Jedi. Je me souviens avec joie et tristesse de ce souvenir, tristesse comme il est aussi la dernière fois que j'ai jamais vu et entendu vivante la défunte Grand Maître Eleanor Yunstar.

Si c'est Aldrian qui m'a appris les trois-quart de ce que je sais au maniement du sabre-laser et au combat à mains nues, Maître Yunstar a aussi participé à compléter ma formation en tant que Padawan de Maître Greystone. En effet, alors que j'étais déjà pressentie pour les Épreuves à mes dix-sept ans, la mère de ma meilleure amie de toujours m'avait prodigué des cours supplémentaires pour que je puisse perfectionner ma maîtrise de l'Ataru et continuer de me renforcer physiquement et au combat sans armes en l'absence d'Aldrian parfois très occupé en des missions trop dangereuses ou trop secrètes pour que je puisse l'y accompagner. Eleanor a toujours été très exigeante avec ses élèves mais maintenant j'en ressens les effets bénéfiques et je la remercie de tout mon coeur en silence. Ce qu'elle m'a apprit, en plus de ce qu'Aldrian m'a enseigné et instruit sous sa tutelle, a souvent été ce qui m'a gardé en vie lors de certaines missions périlleuses ou plus délicates et épineuses que prévu.

Oui, c'est vrai mon style de combat a profondément changé en miroir avec ma personnalité. Tout en restant une spécialiste assumée des Formes III et IV, je maîtrise désormais le style du Soresu et je me débrouille honorablement avec celui de l'Ataru que j'aspire encore à perfectionner. En effet, mon style personnel est une forme hybride ajustable, qui tient une grande inspiration de celle employée par Aldrian en situation normale de combat, mais la sienne reposant plus sur la IV que la III, et la mienne ayant le Soresu en majeur, et l'Ataru en soutien. Après, comme tous les ancien apprentis j'ai eu de grosses bases dans tous les styles possibles, mais les III et IV répondent plus à ma manière de combattre et de penser. En trois mots pour la définir ? Adaptable, imprévisible, rapide. Depuis qu'Aldrian m'a fait l'honneur et la joie de m'adopter comme sa fille selon les coutumes mandaloriennes, son père et chef de clan Neth Skirata s'est aussi fait un devoir de me former dans le maniement des couteaux de combat. C'est lui aussi qui m'a proposée de forger l'armure que je ramène avec moi de mon dernier passage sur Mandalore, pour l'instant soigneusement rangée dans mon vaisseau verrouillé. Une beskar'gam sur mesure, il m'avait proposé plus tôt de la forger mais j'avais reporté avec politesse son offre, je ne me jugeais alors encore pas digne de porter l'armure traditionnelle mandalorienne. Après ces deux terribles années dans un exil involontaire et l'entraînement strict et exigeant d'Hishow Hell ou "Tueur de Sith" de son titre, devenue plus solide c'est seulement depuis quelques jours que j'ai accepté cet honneur en tant que Jedi… mais aussi membre du clan Skirata par mon statut de fille adoptive d'Aldrian. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, je n'ai jamais voulu "profiter" de cette situation nouvelle et j'ai toujours pris soin, dans ma modestie innée, que les choses ne changent pas.

Je laisse m'échapper un léger soupir, après avoir salué d'un signe de tête un collègue. Les temps sont durs… nombre de mes amis et proches sont portés disparus ou ont quitté les zones connues de la galaxie, ou sont morts tout simplement. Il y a trop peu de Jedi pour trop de choses à faire et de missions à compléter. Il y a trop peu de Jedi confirmés, des Chevaliers et Maîtres confondus, face à l'ampleur de la tâche qui nous attend. La mort soudaine du Grand Maître Yunstar est assurément un coup dur dont l'Ordre est toujours en train de se remettre présentement, lentement en se réorganisant comme ils le peuvent. De fait, je suis très souvent en mission ici et là dans la galaxie, Aldrian débordé lui aussi comme seul Grand Maître Jedi vivant à l'heure actuelle, et je risque ma peau de ma pleine volonté presque vingt-quatre heures sur vingt quatre en cette périlleuse galaxie. Surtout que je suis seule dans ces voyages, m'estimant pas prête pour prendre un apprenti comme je souhaite prendre un peu d'expérience et de sagesse avant de me pencher sur la question, et ils ont réassigné DACJ à une équipe Jedi ayant besoin de son assistance pour une longue mission. Souvent j'hésite à allumer cet holocom que l'élu de mon coeur m'avait laissé, mais je ne suis pas encore prête, je ne lui ai pas encore pleinement pardonné.

Rares sont les fois où, comme maintenant, je rentre au Temple pour un petit répit. Je me suis changée lors du vol depuis l'armure intégrale en beskar que je portais et les habits traditionnels du Jedi, histoire de ne pas trop secouer mes pairs en me promenant en armure mandalorienne dans les couloirs du Temple… pas comme le jour de mon "retour d'entre les morts", comme je me le rappelle avec une ombre de sourire aux lèvres. Mon vaisseau est presque devenu mon foyer le plus commun tellement je suis en voyage, et retourne peu dans mes quartiers du coup. J'observe d'un oeil vif et posé mes alentours alors que je me fraye un chemin, discutant parfois avec certains collègues. Là je me rappelle une petite discussion avec Aldrian, qui souvent m'a fait un rappel synthétique de ce que j'ai "raté" pendant mes deux années d'absence autour d'un chocolat chaud, préparé par ses soins ou les miens selon que nous nous trouvions dans mes quartiers personnels ou ses appartements. Il avait évoqué un nom qui m'était très familier, et dont j'étais sans nouvelle depuis au moins quatorze ans, c'est vous dire ! En me renseignant un peu à droite et à gauche, j'ai appris qu'il a eu un apprenti, ici présent sur Tython et qui serait sans doute plus à même de m'informer sur son mentor… ou plutôt ancien mentor. En effet, le Padawan en question aurait récemment été assigné sous la tutelle de Maître Dante Garvan, alors je suis assez pessimiste sur le sort de celui que j'ai connu. Mais il faut que je sois fixée, et je dois avouer que je suis curieuse de faire la connaissance du petit farceur.

C'est pourquoi, guidée par mes pairs, je me suis rendue vers une salle de cours. Une vague de mélancolie m'a saisie avec brusquerie en revoyant ces novices et apprentis en cours d'escrime, et à les voir ainsi s'exercer avec plus ou moins de difficulté, je n'ai pas pu m'empêcher de laisser un doux sourire glisser sur mes lèvres en les observant avec attention. Une vague aussi écrasante de responsabilités vient peser sur mes épaules en voyant tous ces jeunes êtres, toutes espèces confondues, qui attendent et espèrent trouver un Maître pour les former. Un Maître expérimenté… ou un Chevalier, comme moi. Les rangs des Jedi confirmés se sont fortement amincis, et je sais que tôt ou tard, je serais vivement encouragée à prendre un apprenti sous mon aile. En soit, je ne suis pas contre l'idée au contraire… c'est juste que je ne suis pas sûre d'être un choix judicieux de mentor. Je viens à peine, quelques mois de cela, de rentrer d'une "disparition" de deux ans, et je ne suis pas certaine d'être bien réadaptée pour être un "modèle Jedi" si j'ose dire. Aldrian dit qu'il a confiance en moi et mes capacités à enseigner, mais ne m'oblige pas non plus ce en quoi je le remercie. D'autres pairs sont plus insistants parfois, et cela tend à m'agacer un peu. Je n'aime pas me sentir obligée de faire quelque chose si je ne le sens pas bien. Je sais que je suis pressentie comme mentor pour Elora, mais je pense décliner la proposition. Elora aura besoin d'un Maître expérimenté et capable de l'aider en la dure épreuve qu'elle traverse, quelqu'un comme Maître Cyneel, Maître Garvan, Aldrian ou quelques autres noms connus du Temple. Pas d'une jeune Chevalier elle-même troublée par des évènements récents. Je serais là en tant que meilleure amie pour l'aider, la conseiller, discuter, méditer mais je ne me juge pas apte à la former. Cela me semble le choix le plus avisé, mon instinct va en ce sens alors je crois que je vais le suivre.

Attendant le jeune apprenti que je souhaite voir en privé, je repose contre un des immenses piliers du hall principal du Temple de Tython, bras croisés contre ma tunique et un air serein sur mon visage. Les yeux fermés, je reste néanmoins toujours attentive à ce qui se passe et ceux qui passent autour de moi. Je sens, dans un coin de mon esprit, le lien de Force profond qui l'unit à l'esprit d'Aldrian, une épée de Damoclès totalement assumée et acceptée réciproquement, même si nous apposons toujours par prudence de légers boucliers mentaux pour respecter notre vie privée respective sans pour autant se couper totalement de l'autre. Avec un sourire imperceptible je m'éloigne de ce dernier et me laisse glisser dans une réflexion assez sombre et pessimiste sur notre avenir. Nous sommes en infériorité numérique nette d'avec les impériaux et les Sith, même avec nos alliés républicains, divisés dans des bases et parfois en des opinions, éparpillés en partie dans l'immense galaxie. Et la Force ne saurait jamais nous dire ce qu'il nous attend entre une tempête plus terrible encore ou l'éclaircie espérée.

Sentant une jeune présence approcher de ma position sans pouvoir l'identifier pour autant parmi la foule des autres êtres sensibles à la Force, avec de petites déductions et un peu d'observation j'en viens à redresser ma tête. Ouvrant mes yeux d'un bleu profond, je me redresse du pilier contre lequel je prenais appui jusque lors. Mes cheveux encore mi-longs sont réunis en une petite et courte queue de cheval basse, avec deux mèches laissées libres encadrant mon visage aux traits fins et délicats, mais bien plus secs que deux ans plus tôt. Un léger sourire chaleureux aux lèvres, je regarde le si jeune apprenti homme-loup regardant autour de lui, sans doute me cherchant. Je reste quelques minutes pour voir s'il me repère puis vole à son secours en m'approchant sans un bruit alors qu'il me tourne le dos. Une fois derrière lui, à une distance respectueuse je prends la parole de ma voix douce et posée :



- Il s'agit sans doute de moi que tu cherches, Padawan Hex Manhunter.


Attendant avec patience qu'il me fasse face, sans jamais me départir d'un léger et sincère sourire aux lèvres et mes yeux bleus posés et chaleureux, je l'observe avec attention. Même devenue Chevalier, je ne traite jamais de haut plus jeune que moi, Apprentis comme Novices, je n'aimais pas moi-même quand on agissait ainsi envers moi deux-trois ans plus tôt. Amicale dans mon attitude comme dans mes intentions, en attendant sa réponse j'observe nos alentours, je ne suis pas sûre qu'il me connaisse. J'ai beau avoir vécu quatorze ans - moins les deux ans de ma disparition - au sein de l'Ordre Jedi, certains ne me connaissent pas comme j'étais une Initiée discrète et assez peu attirante pour les Maîtres potentiels avant qu'Aldrian ne me laisse une chance en me prenant sous son aile. Bon, on connaît maintenant autant ma mauvaise réputation de Novice que ma jeunesse d'accession au rang de la Chevalerie et mon plutôt bon ratio de succès en mission. Puis, bon, aussi comme l'une des rares Jedi et mandaloriennes du Temple en ma qualité de fille adoptive d'Aldrian depuis mes seize ans. Ainsi, je me présente avec un sourire :


- Je suis Lenia Greystone, Chevalier Jedi… depuis quelques mois, certes. Tu peux m'appeler Lenia, cela dit. Tu as peut-être plus entendu parler de moi sous le nom de Séry, ou pas du tout c'est possible aussi ! Je souhaiterais discuter un peu avec toi, si cela ne te dérange pas. Mais vu l'affluence de ces lieux, je préconiserais un endroit plus au calme. Que dirais-tu des jardins ?


J'espère ne pas l'intimider et qu'il acceptera de discuter un brin avec moi. J'ai certes des questions à lui poser concernant son ancien Maître, qui avait été un de ceux avec Maître Yunstar à m'avoir repérée et être venue me chercher dans mon orphelinat sur Dantooine quand je n'étais qu'une petite orpheline de cinq ans presque entièrement amnésique suite à un traumatisme. Avoir un peu de ses nouvelles, et je ne suis pas contre du tout pour faire la connaissance de celui qui a été son apprenti, dont j'en entends quelques rumeurs dans le Temple. Mais bon, vous connaissez ma position sceptique concernant les rumeurs, alors je veux en juger par moi-même. Si on devait s'en fier aux rumeurs, et bien disons que Aldrian et moi-même serions sérieusement desservis ! Entre le premier parfois - à tort - considéré tantôt comme Jedi gris border-line ou parangon du Jedi, chasseur de Sith à ses heures perdues, et la deuxième ancien cas désespéré et asocial des Initiés, en relation avec un chasseur de primes Chiss à la réputation plus que controversée dans ses méthodes… brutales, ancienne apprentie et fille adoptive du premier… vous imaginez bien le tableau. Personnellement, je m'en fiche en ce qui me concerne, même si les bruits faux sur Aldrian m'agacent parfois. Mais bon, j'avoue que l'on a autant vérifié le Tel Maître, telle apprentie que le tel père telle fille dans notre façon de gérer nos missions et notre double-culture Jedi et mando, et j'en suis fière ! Avec un sourire amical et sincère, j'attends sa réponse et lui laisse totalement le choix de décliner ma requête.

Revenir en haut Aller en bas
Hex Manhunter
Padawan Jedi
Padawan Jedi
avatar
Messages : 24
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge: 12 ans
Armes: Sabre-Laser
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Retour aux sources (Lenia Greystone) Dim 19 Jan - 10:31

Debout dans le Hall, Hex attendait l'arrivée du Jedi voulant lui parler. Malgré le manque cruel de Protecteur de la paix et de la liberté dans la galaxie, les couloirs du Temple étaient constamment remplis durant la journée. Certes, il y avait beaucoup moins de Chevaliers et Maîtres que sur Naboo, mais l'endroit était loin d'être désert. Difficile donc pour le jeune Padawan de trouver la personne recherchée, surtout avec aussi peu de détails sur elle. Il pouvait éliminer les quelques Maîtres et les dizaines de Padawans qu'il croisait, mais il y avait encore beaucoup de choix. Le garçon se mit alors à sourire. Son ancien Précepteur se serait sans doute servi de la situation pour lui faire faire des exercices. Une opportunité d'entraînement sur laquelle la boule de poil sauta.

Prenant une profonde inspiration, le petit Shistavanéen ferma les yeux. Il laissa alors ses autres sens travailler, se mêler petit à petit à la Force, mais pas trop. Il se concentra d'abord sur les anomalies de son environnement. Les détails qui n'étaient pas présent habituellement. Ainsi, il repéra quelque chose, une odeur bien distinct. Un mélange du fumé de Jedi humain et d'une fragrance qui n'avait pas chatouiller ses narines depuis un bon moment. Elle était difficile à décrire, surtout pour le petit apprenti. Elle sentait un très léger soupçon de renfermé avec un pointe de brûlé. Hex tenta de se rappeler où il avait déjà humé un tel parfum, mais se ravisa. Son ancien Maître lui aurait dit se concentré la position de la source avant d'en chercher l'origine. Les oreilles velues et pointues du jeune homme-loup lui vinrent alors en aide, captant de très léger bruits de pas dans son dos. Sans les propriétés sensorielles dû à sa race et son entraînement, il ne les aurait sans doute jamais entendu. Il rouvrit donc les yeux et se retourna pile au moment où on lui adressa la parole. Il s'agissait d'une magnifique jeune humaine aux cheveux bruns et au regard profond. Elle se présenta comme étant la personne souhaitant parler :

"A votre service, Maître." Répondit Hex en se mettant droit comme un i. "Que puis-je faire pour vous aider ?"

Le jeune Padawan était intrigué. Il avait rarement croisé des chevaliers Jedi aussi jeune auparavant et, pourtant, son interlocutrice avait une présence digne de tous les membres de son rang. Le petit Shistavanéen réalisa alors qu'il avait encore beaucoup de chemin à parcourir avant de tenir sa promesse. Il se dit aussi qu'il aurait dû opter pour une tenue plus "réglementaire" en se levant ce matin. Après tout, il s'agissait peut être de ses derniers cours communs et il s'était affublé de ses frusques habituelles dignes d'un contrebandier. Son blouson en cuir brun à épaulettes rouges, son large pantalon noir et, en dessert, son casque. Il y avait vraiment d'autre tenu pour un entraînement ou un entretien avec un Chevalier Jedi. Heureusement, cette dernière ne semblait pas gêner. Elle se contenta de lui sourire gentiment en lui donnant son nom et en lui demandant s'ils pouvaient se rendre dans un endroit moins peuplé. D'un geste affirmatif de la tête, Hex lui rendit son sourire en répondant :

"Bien sûr Maître Lenia. Suivez-moi, je connais un endroit dans les jardins où nous serons plus tranquilles."

Le garçon n'avait pas osé lui dire qu'il n'avait jamais entendu parler d'elle. Depuis son arrivée au Temple, il n'avait jamais trop voulu apprendre de nouvelles de l'extérieur. Il connaissait à peine Maître Garvan quand celui-ci s'est présenté à lui comme étant son nouveau Professeur. Il serait aussi bien incapable de citer les planètes étant resté fidèles à la République ou le nom des Jedi siégeant au Conseil. Pourquoi une telle ignorance ? Simplement parce que le jeune homme-loup en avait décidait ainsi à son arrivée. Il savait qu'à force d'entendre des nouvelles de la galaxie, son envie de voyager deviendrait trop forte à réprimer et il ne pouvait se le permettre. Il était déjà trop impatient pour suivre correctement les séances de méditations, alors en y ajoutant son besoin d'aller dans l'espace, il n'aurait sans doute jamais pu devenir l'apprenti de Maître Garvan. Il était donc assez ignorant dans ce domaine. Néanmoins, il pouvait toujours y remédier.

Faisant un volte-face, Hex signala respectueusement à Lenia de l'accompagner à travers le Hall. Durant la marche, il pourrait se rappeler de l'endroit où il avait sentit l'odeur émanant de la jeune femme et, ainsi, avoir une idée de qui elle était. Il aurait très bien pu user de la Force pour l'observer encore mieux. Il aurait pu apercevoir les traces microscopiques sur la peau du cou et des mains de la jeune femme. Un signe que, jusqu'à récemment, elle portait une armure. Il aurait aussi pu repérer le rythme légèrement martial des pas du Chevalier Jedi. Le jeune homme-loup pouvait le faire. Ses sens surhumains combinés à la Force pouvaient lui faire découvrir des tas de choses. Seulement, il ne s'en sentait pas encore capable. Il n'avait pas encore l'expérience nécessaire et ne se savait tout simplement pas prêt à laisser la Force agir autant sur ses capacités. Pourquoi ? A cause de ses gênes.

Ses parents n'étaient pas des enfants de cœurs. Ils étaient des criminels de la pire espèce. Des assassins au service du gang Shistavanéen de la Meute, chassant leur proie à travers la galaxie avant de les égorger sans le moindre remord. L'ancien Maître du garçon lui avait tout raconté sur leur cruauté et leur excitation sans borne liées à la chasse. Hex sentait donc que, s'il se laissait trop aller avant d'être prêt, ses instincts pourraient le conduire à suivre le même chemin que ses parents. Il ne voulait pas laisser l'enivrement de la chasse le gagner car, il en était presque sûr, il le rapprocherait trop du chemin menant au Côté Obscur. Donc, tant qu'il ne se sentait pas assez mature, le Padawan se contenterait de retrouver l'origine du fumé qui enrobait très discrètement son interlocutrice. Soudain, en remontant au fin fond de sa mémoire, la lumière se fit. Il se tourna vers Lenia et lui demanda assez timidement :

"Dites, ne le prenez pas mal, mais votre odeur m'intrigue. Vous sentez comme la plupart des Jedis, mais il y a deux trois nuances que j'ai déjà reniflé autre part. C'était à l'époque où j'étais avec mon ancien Maître et que nous avions rencontré un mercenaire étrange à Malastare. Mon maître m'avait dit que ce type faisait parti d'un ordre de grands guerriers...Ah je ne me rappelle plus du nom qu'il m'a donné, les Mantalo...non, les Bandalo... non plus, les Bambiloriens...non pas ça. Comment était-ce déjà ?"

Hex se gratta le haut du casque pour retrouver la mémoire. Pourtant, il se souvenait très bien comment la rencontre s'était déroulé. Il devait avoir cinq ou six ans et son ancien Maître l'avait emmené assister à une course d'antiquités qui dataient depuis plus d'un siècle et demi : les pod racer. Durant l'évènement, une bagarre avait éclaté et le mercenaire avait aider l'ancien Maître de Hex à maintenir le calme, avant que des hommes à la soldes des Hutts ne débarque. Le jeune homme-loup et son ancien précepteur avaient dû emprunter un pod pour s'enfuir. C'était le bon temps. Toutefois, impossible de se remémorer le nom et la tribu du mercenaire. Qui sait, avec un peu de chance, La jeune Chevalier Jedi éclairerait la lanterne du garçon...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour aux sources (Lenia Greystone) Dim 19 Jan - 15:27


Alors qu'il s'est tourné vers moi, je l'observe avec grande attention, les bras toujours croisés sur ma tunique d'un brun d'écorce sur une chemise d'un brun un peu plus clair. Il est un peu plus petit que moi, nous devons avoir une petite trentaine de centimètres d'écart du haut de mon mètre soixante-dix obtenu ces deux dernières années. Comme ceux de son espèce, le jeune Shistavanéen mêle vraiment la silhouette d'un loup à celle d'un être de type plus humanoïde. Une fourrure rousse-brune court sur tout son corps, avec une tête légèrement en disproportion avec le reste de sa silhouette jeune, mais je ne doute pas qu'il aura une solide carrure avec les années et l'entraînement. Tout dans son apparence semble l'apparenter à un jeune enfant, en dépit de ce que les écrits peuvent reporter sur les membres de son espèce, mais je ne suis pas fermée d'esprit au point de m'en arrêter à de si menus détails. Ses yeux perçants d'un rouge vif sont alors dressés dans ma direction, avec une pupille si proche des loups ou des curieux canidés mutés que j'ai été conduite à confronter sur Arorua lors de ce crash et de cette mission désastreuse en escortant la Reine de Naboo, Danaé Anastasia. Enfin, ancienne reine devrais-je dire plutôt et sénatrice en cavale comme sa planète a été prise par les forces impériales. Ah ça… que ma proche et royale amie me manque, je dois l'admettre. Comme nombre de mes proches et amis, hélas.


- A votre service, Maître. Que puis-je faire pour vous aider ?


Même si je le masque avec soin, je suis un petit peu gênée de me voir affublée du titre de Maître alors que je n'en suis pas une à proprement dit. Mais mon visage reste serein et posé, bien que mon regard d'un bleu si expressif malgré moi marque un peu cette gêne légère engendrée par ma modestie habituelle. J'ai beau être plus assurée que deux-trois ans de cela, je reste moi-même en ce qui concerne ma personnalité. Mais celle-ci se mue doucement, comme la chrysalide en un papillon en léger amusement à double tranchant. Le premier concernant la formalité du jeune Padawan à mon égard, avec ce titre et cette attitude presque au salut militaire. Le second… et bien par la prise de conscience que j'étais presque comme lui quand j'étais Initiée et même encore lors de mon Apprentissage. Un léger sourire sur mes lèvres, j'en viens donc à me présenter et lui présenter ma requête concernant la discussion privée avec lui. Je n'ai pas encore trop l'habitude que les Initiés et Padawan se comportent ainsi à nom égard, avec cette curiosité respectueuse, et je ne suis pas sûre que je m'y habituerais pleinement.

Je sais que ma jeunesse pour mon rang peut en étonner plus d'un, au sein du Temple comme en extérieur lors de missions. Parfois au début j'ai pu avoir un peu de mal à me faire respecter et surtout écouter par les gens de l'extérieurs, c'est pourquoi j'ai choisi de changer quelque peu mon apparence pour sembler avoir quelques années de plus en m'inspirant de ce qu'avait fait Danaé les quelques fois que je l'avais vue. Je sais que ma coiffure me vieillit un peu, et me donne parfois un air faussement sévère et austère un peu comme effet secondaire, mais si ça peut m'aider à mener certaines de mes missions à bien alors je veux bien faire ce sacrifice. Puis bon, le temps que mes cheveux repoussent à leur longueur d'avant - jusqu'au mi-bas du dos, avant qu'ils ne brûlent de même que moi en torche humaine lors du crash de mon chasseur sur Csilla - et le fait que c'est bien pratique de les avoir attachés pour combattre et en règle générale, je ferais avec. De même que j'ai tendance parfois à rendre ma voix un peu plus grave que celle m'étant naturelle, usuellement un clair alto que j'abaisse en un qui soit plus grave. Vous allez rire, mais parfois ces détails aident sacrément à se faire entendre dans un monde de brutes parfois sans foi ni loi. Mais là, en présence d'amis et de camarades, je garde ma voix naturelle, claire, calme et posée.


- Bien sûr Maître Lenia. Suivez-moi, je connais un endroit dans les jardins où nous serons plus tranquilles.


Bon, il va vraiment falloir que je le prie d'arrêter de m'appeler Maître, ça va me gêner à la longue. Sans rien perdre cela dit de mon léger sourire en voyant celui qu'il me retourne, j'acquiesce simplement d'un signe de tête. C'est ainsi que je lui emboîte le pas tout en restant à sa hauteur, comme je disais je ne prends jamais les personnes de haut, et ce même avec mon rang récent et envers les Apprentis et Initiés, c'est une habitude de respect d'autrui et mutuel dans mes principes. J'agis de même envers la plupart des droïdes d'ailleurs, Aran, Prudii et DACJ pourraient vous en dire quelque chose. Ça a souvent surpris les gens que je laisse me tutoyer DACJ, en tout temps et en tout lieu quand nous faisions équipe, ou m'appeler par mon prénom seul. C'est la seule et unique condition que je lui ai jamais posée, et il a fini par s'y habituer et la respecter pour me faire plaisir… ce qui a bien fonctionné. Aussi vrai que je n'aimais pas trop quand les Maîtres ou Jedi m'appelaient par mon rang en tant que Novice ou Apprentie - pire encore Aldrian, quand c'était couplé avec mon nom de famille en général cela avait de fortes chances de signifier que j'ai fait une bêtise et que je vais me faire réprimander - cela me rendait nerveuse. Maintenant… pas autant, mais disons que cela me gêne un petit peu derrière mon assurance habituelle. Je sais, un comble pour une Initiée et Padawan qui a très longtemps été hyper formelle et distante avec autrui en général, mais cela reste vrai.

J'ai eu du mal à appeler Aldrian par son prénom seul, les premiers temps qui ont succédé au jour où il m'a adoptée comme sa fille. Autant j'ai accepté sans la moindre difficulté et avec plaisir de prendre son nom comme patronyme d'usage, pour lui rendre honneur et être officiellement pleinement sa fille, autant que l'appeler par son prénom a été une autre paire de manche. Je ne sais pas pourquoi, le "Maître Greystone" est ressorti plus facilement pendant un ou deux mois, ou m'a quelque peu échappé par moment, mais j'y suis parvenue sans erreur un an après… peu avant ma disparition imprévue, en fait. Bon, vous ne m'entendrez pas souvent l'appeler "buir" ou "père" en mando'a, plus encore dans l'enceinte du Temple, mais je le fais parfois en privé ou au clan, ma réserve me retient de le dire quant bien même je le pense. Et je ne veux pas risquer de l'importuner par inadvertance.

Ainsi nous marchons et traversons le hall central plein d'activité du Praexum Jedi, silencieux alors que je reste aux aguets en tout temps, le dicton du "Vigilance Constante" fermement enraciné dans mon esprit suite aux derniers évènements que je viens de connaître en trois ans. Il m'a fallu manquer de me faire tuer et dévorer par un Silan sur Arorua, puis peu après me faire avoir en beauté par un puissant Sith dans les profondeurs de la forêt de Kashyyyk, et enfin rater d'un fil de rejoindre la Force plus tôt que prévu suite au crash sur Csilla pour que je le retienne pleinement. Et encore, je ne cite que les évènements les plus marquants, sinon je ne serais pas rendue. Bien que ce lieu de savoir et d'instruction m'émerveille toujours par son architecture et son histoire, véritable berceau de l'Ordre Jedi, il me restera toujours étranger au fin fond de mon coeur. Gardant un oeil attentif sur le Padawan, nous fendons ainsi la petite foule que nous croisons pour se diriger vers les portes menant vers l'extérieur. Les jardins… je les adorais sur Naboo, ils étaient mon refuge quand j'avais besoin de méditer, de calme ou de tranquillité avec mon petit espace secret, près d'une source d'eau claire et fraîche et d'un arbre au généreux ombrage. Quand les Archives ou les salles de méditation ne suffisaient plus, c'est là aussi que j'ai souvent discuté de tout et de rien avec mon mentor et père adoptif en ces temps de paix globale définitivement révolus désormais.


"Force… suis-je intimidante au point qu'il n'ose pas prononcer la seule parole ? Tu sais, jeune Apprenti, je ne mord ni n'aboies jamais. Bah, après tout, qui suis-je pour prononcer le moindre reproche ? J'étais pareille si ce n'est pire encore quand j'étais apprentie… pauvre Aldrian, quand j'y pense, il a été patient…"


Replaçant d'une main distraite l'une de mes deux grandes mèches laissées libres autour de mon visage, derrière son oreille attitrée, je remets ensuite les mains dans mon dos, adoptant une attitude détendue, confiante et relaxée. Mon pas reste mesuré, peut-être un peu cadencé de manière stricte, mais je l'adapte bientôt au rythme de marche de mon jeune accompagnateur. Cela dit, j'ai l'air relâchée mais je suis des plus attentives et prête à bondir à la moindre menace qui se présenterait à nous, surtout en présence d'un Initié ou d'un Apprenti. J'en sais assez sur Tython pour savoir que, même sécurisée dans les alentours du Temple, elle regorge de dangers sans nom et certains assez vicieux pour nous égarer du blanc sentier de la Force et nous faire plonger dans des abîmes plus noires que la nuit, et plus profondes que le vide. Sa faune locale aussi peut se montrer assez pernicieuse à ses heures, entre les Déchiqueteurs redoutés et autres prédateurs volants ou rampants tout aussi charmants.

À vrai dire, je suis plutôt contente d'avoir affaire à un jeune être qui ne me connaît pas plus que cela, cela me change agréablement du quotidien. Je n'aime pas la "popularité" si j'ose dire ainsi, je la fuis autant que les rumeurs pour être honnête, j'affectionne plutôt la discrétion et la modestie assumée et assurée. Je sens bien sa gêne concernant le fait qu'il ne me connaisse pas, et loin de me vexer elle m'amuse doucement, comme cela nous serons deux à ne pas beaucoup nous connaître. Même quand j'étais jeune et asociale, méfiante envers tout et tous, j'ai toujours apprécié la compagnie des plus jeunes ou de mes pairs les plus sympathiques, ce sont plus les… Adultes, comme je les appelais en ces temps-là, que je refusais de me laisser approcher. Je connais la réputation des moeurs de certains de son espèce, mais cela ne m'importune pas du tout. S'il est là, c'est qu'il a sa place et sa raison d'être parmi les Jedi, et en dépit de sa jeunesse, je ressens bien sa présence claire dans la Force. Après tout, si les gens se mettaient à me juger par mon appartenance à l'un des clans de ces fiers guerriers de Mandalore, ou en regard à mon lien de sang avec un Sith assassin de ses propres parents, je ne serais clairement pas rendue. Je reste silencieuse et sereine alors que nous arrivons au sein des jardins, attendant qu'il reprenne sa parole et veillant à ne pas l'interrompre dans la profonde réflexion en laquelle il semble jusque lors plongé. En sentant son attention se retourner vers moi par la Force, je tourne ma tête dans sa direction avec une lueur bienveillante dans mes yeux d'un bleu profond et un sourire encourageant pour qu'il reprenne la parole, ce qu'il fait :


- Dites, ne le prenez pas mal, mais votre odeur m'intrigue. Vous sentez comme la plupart des Jedi, mais il y a deux trois nuances que j'ai déjà reniflé autre part.


Le prendre mal ? Pourquoi le prendrais-je mal, je ne suis pas méchante par nature, bien loin de là parfois même contre mon propre bien. Je suis peut-être un peu surprise par la question et assez intriguée, mais je ne l'interromps pas alors qu'il poursuit et m'explique un peu plus ce qu'il entend. Je sais que ceux de son peuple ont un odorat très sensible par nature, alors je n'aurais pas du être si étonnée de la question, même si je suis assez curieuse concernant cette remarque. Lui prêtant une oreille attentive et un esprit naturellement ouvert et chaleureux, je le laisse ainsi développer son propos alors que nous continuons de cheminer sur la terre poussiéreuse, puis l'herbe rase, tendre et d'un vert émeraude annonçant l'entrée des jardins limitrophes au Temple. Cela faisait un moment que je n'y étais pas revenue, pas depuis mes retrouvailles avec Aldrian après deux ans d'absence involontaire de ma part. Force, cela fait plusieurs mois déjà, et cela me semble être juste hier pour moi. Mais en rien je ne décroche mon attention pleine et entière du jeune Padawan homme-loup, alors qu'il me raconte avec un brin de timidité :


- C'était à l'époque où j'étais avec mon ancien Maître et que nous avions rencontré un mercenaire étrange à Malastare. Mon maître m'avait dit que ce type faisait parti d'un ordre de grands guerriers… Ah je ne me rappelle plus du nom qu'il m'a donné, les Mantalo… non, les Bandalo… non plus, les Bambiloriens… non pas ça. Comment était-ce déjà ?


Un sourire s'épanouit sur mes lèvres, tandis que mes yeux pétillent d'une lueur toujours amicale mais amusée que l'on ne lui avait plus vu depuis un bout de temps ces derniers jours. Je pense voir où il veut en venir, mais je le laisse terminer sa pensée et son propos. Si je l'interromps pour le reprendre, ce serait incorrect de ma part et au vu de sa timidité perceptible dans la Force, je risquerais de l'intimider plus encore. Je parle totalement en connaissance de cause… avec des rôles inversés en mettant Aldrian à ma place et moi à celle du jeune Hex Manhunter. Alors qu'il gratte le sommet de son casque pour essayer de se souvenir visiblement, je l'observe avec attention et curiosité chaleureuse dans la Force. Si cela aurait gêné certains Jedi de le voir revêtu d'une tenue inhabituelle des Jedi, surtout pour un Padawan, personnellement cela ne m'importune pas. Après tout, nous ne sommes pas en conférence officielle, juste dans un petit entretien privé et que je souhaite détendu. Voyant qu'il semble ne pas retrouver le mot qu'il cherche, je viens à son secours et reprends avec un sourire un brin amusé :


- Mandaloriens, peut-être ? Ou mando'ade en langue mandalorienne. Et tu as senti juste, jeune Hex. J'ai fait un petit saut sur Mandalore, pour rendre visite à l'un des clans de ces fiers guerriers, le clan Skirata. De la famille et des amis que je n'ai pas beaucoup l'occasion de voir, avec les temps qui courent. Nous sommes tous pas mal occupés en ce moment…


Un léger et clair filet de rire avait échappé brièvement de mes lèvres, en rien moqueur mais juste quelque peu amusé, toujours un sourire délicat aux lèvres. Cela dit, je suis impressionnée par sa petite déduction, et tant que les questions ne sont pas trop indiscrètes ou indélicates pour son âge, totalement disposée à y répondre comme je le puis et à satisfaire sa curiosité. Je laisse un petit silence en rien pesant pour attendre de voir s'il avait d'autres questions éventuelles à me soumettre, tâchant toujours de préserver cette attitude relaxée, sereine et chaleureuse. Observant brièvement le bleu du ciel dans lequel j'avais vu une autre amie, ange d'Iego partie de l'Ordre pour des raisons que je n'ai pu connaître du fait que j'étais en mission, voler de ses propres ailes, je réfléchis quelque peu, avant de reporter mon regard dans sa direction et d'à mon tour lui poser une question. Ma voix reste toujours posée et tranquille, alors que je l'observe avec attention ainsi que ses réactions à venir :


- Dis-moi surtout si je fais erreur, mais cet ancien Maître que tu évoquais ne serait pas Maître Tad Jee ? J'imagine qu'il doit avoir la soixantaine d'années maintenant, si je calcule bien et que mes souvenirs sont exacts. Humain, Jedi aussi atypique que mon propre mentor, et aimant le voyage ?


Il est vrai que je serais heureuse de connaître ce qu'il est devenu, avoir de ses nouvelles, rassurer mes craintes sur son sort ou savoir au moins ce qui lui est advenu. Si le sujet est trop sensible pour le jeune Apprenti, je n'insisterais pas bien entendu, j'ai assez de délicatesse et de respect en ce sens. Mais je serais curieuse de connaître ses expériences avec ce Maître Jedi dont il ne me reste que quelques souvenirs plus ou moins précis, depuis qu'Aldrian m'a aidé à recouvrer ma mémoire manquante. Tout comme Eleanor et les autres Jedi que j'avais vu "ce" jour-là, j'étais restée avec une impression plutôt positive de ce dernier. Et du fait de mon amnésie, autant que mon traumatisme, ma réserve et ma légère asocialité méfiante d'alors, je n'avais jamais pu lui reparler ou le remercier. Je n'avais pas été très facile à approcher je dois dire, et j'en reste encore bien consciente. Et puis bon, je ne suis jamais contre le partage d'expériences d'apprentissage, j'en ai mon propre lot aussi. Avec mon facteur de malchance habituelle, j'en ai fait connaître des vertes et des pas mûres parfois, à ce pauvre Aldrian…

Revenir en haut Aller en bas
Hex Manhunter
Padawan Jedi
Padawan Jedi
avatar
Messages : 24
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge: 12 ans
Armes: Sabre-Laser
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Retour aux sources (Lenia Greystone) Mer 22 Jan - 10:40

Durant la petite promenade qui mena le duo jusqu'aux jardins du temple, Hex était en effet plutôt silencieux. Un fait assez rare pour être souligné ainsi par Lenia, mais qui n'avait rien à voir avec le statut ou la présence certaine de la jeune femme. Le petit homme-loup n'avait jamais eut sa langue dans sa poche, surtout concernant des sujets comme les voyages spatiaux où les bizarreries de la galaxie, et avait toujours était direct avec les gens. Quelques uns de ses instructeurs l'avaient d'ailleurs prévenu sur son manque de tact et de diplomatie. Seulement, aujourd'hui n'était pas une journée comme les autres. Arrivée à l'entrée des jardins, tenu dans un gigantesque cour intérieur, le petit Shistavanéen ne pouvait s'empêcher d'observer, à travers le verre de ses lunettes de pilote, l'espace. Non pas le ciel, mais bel et bien tout ce qui se trouvait au delà. Il sentait son envie, très longtemps réprimée au profit de ses études, de partir à l'aventure grandir au fur et à mesure qu'il passait du temps avec son précepteur. Il pouvait presque apercevoir toutes les routes galactiques l'appeler de leur douce et dangereuse mélopée et espérait de plus en plus que Maître Garvan l’emmène avec lui en voyage. Pour le moment, Hex se contenta de se tourner vers son interlocutrice avec un large sourire pour lui répondre honnêtement :

"N'ayez crainte, mon mutisme n'a rien à voir avec vous, Maître Lenia. C'est juste que hier, Maître Garvan est devenu mon nouveau mentor. Du coup, ceux pourrait très bien être ma dernière journée sur Tython. Je dois avouer que je suis à la fois super content de recommencer à voyager, mais je sens que cet endroit me manquera un peu."

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Hex avait apprécié étudier sur cette planète. Certes, elle fut pour lui le théâtre de nombreux efforts et obstacles, mais, dans le fond, il était ravi d'avoir pu apprendre les bases de la Force dans un Temple. Grâce à elle, il avait pu trouver son style au sabre laser. Un mélange oscillant entre la forme IV et la forme VIII, basé sur des feintes et des mouvements peu prévisible. Le Louveteau a toujours eut un style de combat assez spécial pour un Jedi. Il n'était ni académique, ni artistique. Du fait de sa nature débrouillarde, il a développé un style de combat que certains appelleraient vicieux. Piéger, distraire l'adversaire en usant de son environnement ou l'affaiblir avec quelques coups bas. Une méthode que des combattants plus sérieux pourrait traiter de lâche, mais elle s'accordait bien au style de vie du Shistavanéen. Lui qui a toujours refuser d'user d'un sabre-laser en combat réel tant qu'il n'a fabriqué le sien. Lui qui avait passé sa prime jeunesse dans des coins peu recommandables de la Bordure Extérieur : les cantina de Tatooïne, les repaires de contrebandiers de Bespin ou les ruelles de Corellia.

En marche dans les jardins, Hex indiqua à la jeune Chevalier Jedi un petit bosquet à l'écart des allées de fleurs. L'endroit était certes moins coloré que le reste de la cours, mais l'ombre des arbres ainsi que le foisonnement des buissons offraient une certaine forme d'intimité. D'ailleurs, il n'était pas rare que les Padawans ne se rendent derrière cette végétation pour être tranquilles. Là, le duo serait à l'abri des oreilles indiscrètes. En parlant d'oreilles, celles du Louveteau s'agitèrent quand il entendit Lenia prononcer le nom de Mandaloriens. Il s'agissait bel et bien de la tribu dont lui avait parler son Maître sur Malastare. Le petit Shistavanéen ne pu alors cacher son étonnement quand il entendit son interlocutrice lui dire qu'elle avait de la famille parmi ces grands guerriers. Ses yeux s'écarquillèrent, sa bouche s'ouvrit et quelques sons en sortirent :

"Vous êtes à la fois Jedi et Mandalorien ? Ouah ! La classe. D'après ce que m'avait dit mon ancien maître, il y a longtemps, les Mandaloriens étaient assez puissants pour changer le destin de la galaxie ! Bon à l'époque, il n'a pas pu m'en dire plus parce qu'un Chasseur de prime Rodien avait commencé à nous tirer dessus, mais n'empêche vous devez être fier de représenter un tel peuple au sein de l'Ordre Jedi ?"


Hex posa cette question en toute sincérité. Il ne connaissait pas les détails de la relation compliquée que les Mandaloriens entretenaient avec les Jedi et les Sith il y a plus de mille ans. Du peu qu'il savait, les Mando'ade étaient une civilisation de guerriers croyant en l'honneur dans les confrontations. Sans doute que certains d'entre eux n'auraient pas aimer le style de combat du Louveteau mais, dans toute sa naïveté, il les trouvait simplement fascinant. Qui sait, peut être pourrait-il en apprendre plus avec Lenia ? Peut être lui donnerait-elle des coordonnées de planètes que le Padawan pourrait visiter quand il serait assez mature ? A moins que maître Garvan n'accepte qu'il aille les rencontrer ? Enfin, il fallait que le garçon profite de cette discussion pour glaner quelques informations.

Néanmoins, une autre nouvelle vint frapper l'intérêt et, du même coup,la surprise, de Hex envers Lenia. En effet, celle-ci fit une description fidèle de l'ancien maître du Louveteau, allant même jusqu'à lui donner son identité. Tad Jee, voilà un bon moment qu'il n'avait pas entendu ce nom d'une autre bouche que la sienne. Au Temple de Tython, peu de gens le connaissait le vadrouilleur qu'il était. Même les membres du Conseil ne le citaient pas en exemple pour les jeunes novices. Il était vrai que sa manière d'enseigner et sa bougeotte perpétuelle n'en faisaient pas un modèle pour beaucoup de Jedi. Seulement, le jeune Shistavanéen était ravi d'avoir été son apprenti et d'avoir découvert la Force à ses côtés. Il lui manquait aussi un peu, même si, au fin fond de lui même, le Padawan savait qu'il le reverrait un jour ou l'autre. En attendant, il fit l'un de ses larges sourires dont il avait le secret, à la fois serein et nostalgique, puis continua la phrase de son interlocutrice :

"Il pilote la plus vieille poubelle volante de la galaxie, adore citer des passages d'obscurs œuvres holographiques et raffole des pâtes de fruits lyophilisés qu'on trouve à Bespin ou dans certains stations spatiales de la Bordure Extérieur. Oui, c'est bien lui, Maître Jee. Vous le connaissez ? Vous l'avez croisé récemment ?"

Maître Jee...chaque fois qu'il parlait ainsi, Hex se sentait un peu bizarre. Après tout, il l'avait toujours nommer différemment. Même s'ils n'avaient aucun lien familiale, le Louveteau ne pouvait pas s'empêcher, à l'époque, de simplement l'appeler Grand-père.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour aux sources (Lenia Greystone) Jeu 23 Jan - 8:57


C'est vraiment une belle journée qui nous tend les bras au dehors, diffusant une brise fraîche et plutôt apaisante, je dois le dire. Un superbe jour pour pointer son nez à l'extérieur, force m'est de l'admettre. Alors que nous marchions encore en silence, mes traits se détendent un peu alors que je laisse s'estomper quelque peu le masque de discipline Jedi que je m'impose la plupart du temps en société. Les mains restant dans mon dos, comme toujours en mon cas lors de ces rares moments de répit ou de discussions tranquilles que je parviens à glaner ici et là entre deux missions parmi les innombrables que mes collègues Chevaliers, Maîtres et moi-même devons remplir pour assurer la sécurité des plus jeunes ici, et tenter malgré tout de défendre ceux qui prônent la paix et la liberté dans la galaxie. J'ai beau être plutôt pessimiste suite à toutes ces pertes successives, ou encore ces grises mines accablées par des ombres impossibles à chasser qui errent parfois, silhouettes passagères et évanescentes, sur les traits de mes camarades et de nos alliés… quand je regarde ces jeunes initiés et apprentis, je reprends un petit peu d'espoir. Ils représentent l'avenir de notre Temple, et peut-être même nos meilleurs espoirs pour l'avenir plus radieux que nous espérons tous obtenir, d'une manière ou l'autre, tôt ou tard. Force, j'ai beau me dire et me répéter que cela ne fait que quelques mois que je suis devenue Chevalier Jedi, que je n'ai que dix-neuf ans de vie, j'ai l'impression parfois d'en paraître le double et de les sentir peser virtuellement sur mes épaules et ma conscience. En somme, d'avoir pris un coup de vieux précoce… bah, je suppose que d'avoir manqué de peu de rejoindre la Force, ça doit faire vieillir quelque peu. J'ai perdu certains idéaux de jeunesse, j'ai connu des désillusions comme tout le monde qui se confronte aux épreuves diverses et variées que nous réserve la vie… mais j'ose encore espérer.


- N'ayez crainte, mon mutisme n'a rien à voir avec vous, Maître Lenia. C'est juste que hier, Maître Garvan est devenu mon nouveau mentor. Du coup, ce pourrait très bien être ma dernière journée sur Tython. Je dois avouer que je suis à la fois super content de recommencer à voyager, mais je sens que cet endroit me manquera un peu.


Je lui offre un sourire chaleureux, une lueur compréhensive et amusée dansant dans mes yeux sombres et les ravivant un peu des noirs passages qu'ils traversent ces derniers temps. Fermant mes paupières un court instant, percevant toute cette vie naturelle, florale et au loin même la faune qui erre autour de nous sans pouvoir les localiser exactement, les paroles du jeune Apprenti me ramèneraient presque en une autre époque, un autre lieu et un autre contexte désormais révolus, et seulement rappelés par les souvenirs. Pour peu, aux lieux des allées de terre et de verdure qui jalonnent la périphérie du Praexum de Tython, je reverrais se dessiner dans la nuit de mes paupières les sentiers familiers des magnifiques jardins du Temple perdu de Naboo. J'entendrais encore s'écouler avec douceur le luit ruisseau qui serpentait sur la terre encore humide de rosée, tapissée d'herbe rase mais tendre, et pétiller l'écume de cette petite source d'eau fraîche et claire près de laquelle j'aimais méditer en mes rares moments de solitude. Je pourrais entendre le bruissement délicat des feuilles de l'arbre majestueux non loin, dont l'ombrage tamisé filtrait la lumière du soleil pour ne pas qu'elle m'importune. C'était "mon" petit paradis perdu de l'extérieur, quand je n'étais pas fourrée dans les Archives, ou emboîtant le pas à mon Maître, ou encore en mission. Un petit havre de paix que j'avais partagé avec mes rares amis désormais perdu ou disparus… et avec Aldrian, bien sûr. Je ne me souviens pas en quelles occurrences précises, mais je crois qu'il a du au moins une fois m'y chercher… et, je suppose que vous n'en doutez pas une seule seconde, m'y trouver assez rapidement.

Bientôt je rouvre mes yeux, sans jamais avoir déporté une part de mon attention du jeune louveteau-humain qui me tient présentement compagnie. Mon sourire se pare d'un subtil mélange de légère mélancolie, de sérénité et d'une joie passée, mais promise à l'éternité de mes souvenirs. Assurément, le jour où nous cessons de devenir Novice pour embrasser la vie plus… chaotique et imprévisible, mais riche en connaissances et découvertes d'un Apprenti est toujours marquant et frais dans nos mémoires respectives. Je me rappelle encore ma propre surprise, mon enthousiasme encore un peu candide, ma méfiance certes, quand Maître Greystone m'avait lui-même proposé de devenir sa Padawan. J'allais vers la seconde moitié de mes quinze ans, Initiée tardive et peu attractive pour les mentors potentiels contrairement à d'autres, comme mon jeune compagnon d'alors.

Quatre ans déjà, depuis que je m'étais encore endormie dans les Archives, que l'hololivre sur Luke Skywalker m'avait échappé des mains et que j'avais eu la stupeur d'être réveillée par la voix et la présence d'un Maître Jedi bientôt devenu mon mentor… atypique et à la personnalité diamétralement opposée à la mienne sur certains points, et talents… et pourtant sur d'autres bien plus proche que je ne le croyais, comme j'ai fini par le réaliser à force de missions en commun et de ces deux ans de vie commune en des quartiers partagés comme Padawan et Maître. Je me demande quel type de relation il entretiendra avec son nouveau mentor. Je ne connais pas très bien Maître Garvan sinon vaguement de nom, mais j'ai pu faire le constat fascinant que les rapports entre mentor et élève se parent d'une diversité de possibilités aboulent fascinantes. Comme si, partant d'un point commun pour la plupart, elles prenaient toutes des chemins divergents avec des fins tout aussi différentes… parfois même des embranchements pas forcément prévus et envisagés. Force, jamais je n'aurais imaginé à mes quinze ans qu'actuellement nous finirions par développer un fort lien de Force et même par devenir sa fille adoptive. Amusant, et dire qu'il m'intimidait au départ… Je me contente d'une esquisse de sourire, tout en commentant d'une voix paisible et songeuse sans le perdre de vue :



- Je comprends tout à fait. Mais ne t'inquiète pas, tu auras l'occasion de revenir sur Tython de temps à autres. Je dois admettre que cela fait du bien de rentrer parfois pour souffler un peu, pour repartir ressourcés ensuite ! Même si je suis certaine que tu n'auras pas le temps de t'ennuyer, tu verras.


Un sourire plus lumineux et malicieux se dessine brièvement sur mes lèvres, alors que je retiens un rire interne. Pour ma part, je ne me suis jamais ennuyée en extérieur. Lors des quelques missions en commun avec Aldrian, entre mon don pour me retrouver dans des situations inextricables ou délicates et lui la tendance que la Force a à le placer en des missions parfois très épineuses, pas de quoi ou même le temps de m'ennuyer ! En solitaire ? De même, avec ma propension à ce que les ennuis me trouvent sans que je ne les cherche, j'avais fort à faire et è apprendre. Non, vraiment je ne me suis jamais ennuyée en mission. Râlé parfois, certes dans certains moments frustrants, pesté intérieurement contre des "cas" irritants, mais ri aussi. Il ne faut pas l'obliger non plus. Les voyages forment vraiment la jeunesse, et c'est un des charmes de la formation d'un Padawan à la suite de l'Initiation protégée au sein des murs du Praexum, pourtant tant de choses et de personnes sont à découvrir, voir et rencontrer en cette galaxie des nôtres. C'est aussi ce qui fait la différence entre un Novice et un Apprenti, le voyage...

Nous sommes alors arrivés dans un endroit quelque peu à l'écart des jardins. Je remarque qu'il n'est pas très loin de celui où Aldrian s'était replié loin de l'affluence quand j'étais revenue de mes deux ans de disparition imprévue, passée pour les trois-quart des Jedi comme morte en action des suites du crash planétaire de mon vaillant A-Wing, le "Vent de l'Aube" qui a cessé de souffler sa bise tiède et réconfortante et de me porter alors que la guerre était sur le point de prendre un tournant décisif. Seul Maître Greystone - outre Maître Yunstar qui avait été juste informée de ma survie immédiate par Hishow sous le sceau du secret - était fermement convaincu de ma survie, à travers notre profond lien de Force bien qu'il n'ait pas réussi à me localiser et à me retrouver. Je sais que mon absence sans certitude exacte sur mon sort lui a été difficile, et croyez bien que ce je fais ce que je peux pour rattraper un trop infime pan du temps "perdu" lors de ces deux années. C'était dans ce secteur des jardins que j'avais du le traquer à l'aide de notre lien et d'un peu de bonne volonté de sa part, que nous - enfin je surtout - avions pu parler un peu, et que les choses étaient revenues comme avant… ou presque. Au neuf dixième comme avant.

Bien que cela fasse longtemps que je n'ai pas entendu mon père adoptif et mentor laisser échapper un éclat de rire, ou voir un sourire réellement paisible se tisser sur ses lèvres. Bien que je sache qu'il ait du mal parfois à se défaire du masque plus froid et distant en apparence de leader Jedi - il m'avait prévenue mais assurée que je ne devais pas le prendre personnellement - il y a des fois où j'aimerais que la Force me permette d'un jour le revoir aussi détendu que deux ans de cela. Il n'y a pas que les parents qui souhaitent voir leurs enfants heureux… le contraire est valable aussi. Seulement, je ne dis rien, je m'efforce de garder le sourire et courage aussi, même quand ça ne va pas comme en ce moment, parce que je refuse de sembler égoïste. Ce n'est pas dans ma nature d'être.



- Vous êtes à la fois Jedi et Mandalorienne ? Ouah ! La classe. D'après ce que m'avait dit mon ancien maître, il y a longtemps, les Mandaloriens étaient assez puissants pour changer le destin de la galaxie ! Bon à l'époque, il n'a pas pu m'en dire plus parce qu'un Chasseur de prime Rodien avait commencé à nous tirer dessus, mais n'empêche vous devez être fière de représenter un tel peuple au sein de l'Ordre Jedi ?


Le grand sourire qui semble si prompt au jeune Apprenti me ramène au présent et chasse ces noires songeries de mon esprit, tout en me réchauffant un peu le coeur. Je vois ainsi ses oreilles s'agiter quelque peu alors que je lui propose la bonne orthographe du nom des guerriers de Mandalore, et je ressens son étonnement face à ma réponse honnête et directe. Mon sourire reprenant un peu de sa vivacité habituelle en percevant sa curiosité et sa nature directe, intriguée par ce point. Son enthousiasme m'amuse, je dois admettre que sa personnalité jusque lors le rend plutôt attachant et de compagnie agréable même pour une solitaire et réservée telle que moi. Alors que nous nous sommes arrêtés, sans un son je m'assoies avec souplesse sur l'herbe rase et tendre, nichée et entourée par les bosquets de fleurs tout en laissant un espace plus que confortable pour que plusieurs personnes puissent s'y installer sans se sentir serrées des unes et des autres. Par nature adoptant la position assise en tailleurs, si proche de celle de méditation classique, je l'invite d'un geste de la main discret à en faire de même s'il le souhaite. Moi qui passe mon temps à courir à droite et à gauche ces derniers temps, me poser un peu me fait du bien aussi, comme en ce moment. Je ne tarde pas à lui répondre, un léger sourire aux lèvres alors que je passe une main dans mes cheveux dans un geste de gêne modeste, reprenant d'une voix posée après un léger rire :


- Tous les Jedi ne pensent pas comme toi, Hex, mais cela fait plaisir à entendre. Effectivement, mais je le suis devenue que lorsque mon Maître, Jedi et mandalorien, m'a proposé de m'adopter comme sa fille il y a environ trois ans. J'en suis honorée, et je m'efforce d'être à la hauteur de cette double-culture, sans oublier mes racines pour autant. Pour être honnête ça a été une grande surprise pour moi que de trouver cette deuxième famille, mais pour rien au monde je ne voudrais qu'il en soit autrement. Pour citer mon père et mentor, je suis dévouée corps et âme aux Jedi, mais mon coeur reste en équilibre entre ces deux cultures désormais.


J'espère que ma réponse était la plus avisée à lui apporter, même si sa question et son enthousiasme m'ont un peu prise de court. Avec un sourire au coin des lèvres, je me fait une note mentale de parler de cette petite anecdote à Aldrian et Johanna. Peut-être que cela leur remonterait un peu le moral à entendre que tous les Jedi ne méjugent pas ceux qui ont des attaches avec la culture mandalorienne… enfin, si je viens à les croiser bien entendu, ce qui n'est pas plus dit que gagné d'avance. Je ne sais pas si je suis celle qui représente le mieux la culture et le peuple mandalorien, moi je vous dirais non et vous dirigerai plutôt vers Aldrian ou Johanna, mais après je sais que mon avis sur moi-même n'est pas forcément le plus avéré au vu de ma modestie habituelle. Mais je suis heureuse en tout cas, et je ferais de mon mieux pour m'en montrer digne, avec l'Ordre ils m'apportent des repères sûrs pour ne pas perdre mon chemin. Je me sens soutenue, même en des temps aussi difficiles que maintenant que j'ai perdu celui que j'aime, nombre de mes amis. Aldrian, même quand je n'étais que son apprentie, a toujours été là et présent pour moi quand j'en avais le plus besoin. Que ce soit moralement, ou même pour me sauver la vie dans certaines missions ou situations délicates. Pour moi, même si je ne le dis pas souvent en public, il est le meilleur père que je pouvais espérer et souhaiter surtout que je n'ai pas connu le mien de sang. Il a été et reste un soutien sûr pour moi, et je suis fière de pouvoir l'appeler comme mon père adoptif. Après un petit temps d'adaptation à cette nouvelle vie, tournée non pas vers le passé mais le présent et le futur pour moi, j'ai vraiment trouvé une famille sûre au sein du clan...


- Il pilote la plus vieille poubelle volante de la galaxie, adore citer des passages d'obscures œuvres holographiques et raffole des pâtes de fruits lyophilisés qu'on trouve à Bespin ou dans certains stations spatiales de la Bordure Extérieure. Oui, c'est bien lui, Maître Jee. Vous le connaissez ? Vous l'avez croisé récemment ?


C'est alors que nous retournons la discussion sur un tout autre sujet, et que j'oriente l'échange vers une des raisons pour lesquelles je souhaitais m'entretenir avec le jeune apprenti. Je ne peux pas totalement contenir un léger sourire d'errer sur mes lèvres à la vue de son large sourire, serein et mélancolique à la fois. Je chercher dans mes souvenirs, mais je ne crois pas être rentrée dans cette fameuse "poubelle volante", en revanche j'ai le vague souvenir effectivement de ces passages qui m'intriguaient sans que je ne les comprenne en petite fille rurale, traumatisée, craintive, timide et très intimidée que j'étais en dépit de mon intelligence pour mon âge et ma curiosité innée. Et effectivement je crois me rappeler de cette odeur de pâtes de fruits, maintenant qu'il l'évoque, cela a du m'intriguer un peu ces sucreries pour l'enfant que j'étais. J'approuve d'un bref signe de tête silencieux à sa première question, et hésite un peu plus sur la seconde, avant de hocher négativement de la tête et de reprendre d'une voix douce et posée, songeuse alors que j'observe avec grande attention et sympathie le jeune apprenti :


- J'ai connu Maître Jee effectivement, il y a bien longtemps, mais je ne l'ai pas plus croisé récemment que depuis plusieurs années. À vrai dire, ton ancien Maître est l'un des premiers Jedi que j'ai rencontré, j'étais bien plus jeune que toi et encore simple orpheline rurale. J'avais cinq ans, soit… cela fait quatorze ans de cela, environ. Il a fait partie du groupe de Jedi qui sont venus me chercher dans mon orphelinat sur Dantooine, ainsi que feu Maître Yunstar pour me conduire au Temple Jedi de Naboo. Je l'ai perdu de vue une fois mon Initiation commencée. J'aurais aimé pourtant pouvoir le remercier en personne, mais je n'en ai jamais eu l'occasion.

Revenir en haut Aller en bas
Hex Manhunter
Padawan Jedi
Padawan Jedi
avatar
Messages : 24
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge: 12 ans
Armes: Sabre-Laser
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Retour aux sources (Lenia Greystone) Dim 26 Jan - 10:40

Finalement, Hex était content d'avoir une telle conversation avec Lenia. Non pas qu'il ait eut des préjugés avant de la rencontrer, mais le jeune Padawan tenait tout de même à s'entraîner pour ce qui pourrait être sa dernière journée de leçon en groupe au Temple. Seulement, force était de constater que le ton qu'avait pris la discussion lui avait fait oublier tout autre chose. Le Louveteau était ravi que le chevalier Jedi partage ses expériences avec lui. Comme quand elle lui expliqua, pleine de sagesse, qu'il finirait par retourner sur Tython et qu'avoir un pied à terre, un endroit que l'on peu appeler chez soi, était aussi très important pour n'importe quel voyageur. Le jeune Shistavanéen appréciait l'idée, même ne ressentait pas encore l'envie de garder un attachement quelque part en particulier. Il n'avait cessé de voyager depuis sa naissance. D'abord en temps que nourrisson dans le vaisseau de ses parents. Ceux-ci traversaient la galaxie de part en part pour assassiner des pauvres types gênant le développement de la Meute. Puis, quand ils découvrirent les capacités de leur enfant, effrayés par les sévices que les membres du gang pourraient infliger au garçon, ils chassèrent la seule personne qui pouvait les aider. Un humain situé du bon côté de la loi et de la Force. Un Jedi a qui, sans trop pouvoir le justifier, le couple pouvait faire confiance : Maître Tad Jee. Avec lui, Hex passa cinq années à vadrouiller un peu partout, rencontrant des tas de personnes étranges et en apprenant de plus en plus sur la Force. Le Louveteau n'avait jamais eut de maison autre que des vaisseaux spatiaux jusqu'à arriver sur Naboo pour y commencer officiellement sa formation. Il avait donc plus l'esprit d'un vagabond que d'un voyageur plus standard. Néanmoins, les paroles de son interlocutrice lui firent garder l'idée qu'il pourrait revenir au Temple un jour où l'autre, quand il aurait envie de se poser un peu :

"Vous avez raison." Lui dit-il d'ailleurs en jetant un œil vers la voûte céleste azur. "Rien ne m'empêchera de revenir ici quand je le voudrais. Et puis, la galaxie n'est qu'une gigantesque et éternelle pochette surprise. Je suis sûr que je ne risque pas de m'ennuyer. Regardez, je suis à peine devenu le disciple d'un nouveau Maître que je rencontre un Jedi mandalorien, alors rien que d'imaginer ce qui arrivera quand nous quitterons le système, j'en suis tout impatient."

Il commençait presque à sautiller sur place. Malgré les études et les préceptes Jedi, Hex restait un enfant avec ses défauts et es qualités. D'un côté, il manquait cruellement d'expérience. Ses précédents voyages l'ont peut être rendu débrouillard, mais il y avait encore beaucoup de choses qu'il ne connaissait pas. Le Louveteau n'avait par exemple jamais participer à une véritable bataille et ne s'était battu qu'une ou deux fois lors de rixes de cantina. Qui sait comment il réagirait à la vu du sang. Peut être laissera-il la peur l'envahir ? Ou alors réussira-il à trouver le courage de se battre ? Ou, encore, ses instincts bestiaux se réveilleront-ils pour le faire sombrer dans les abîmes du Côté Obscur ? Puis, il était bien sûr impatient, toujours l'affût de nouvelle chose à apprendre ou expérimenter. Ainsi, l'idée de voyager de nouvelle ou celle de pouvoir aller fabriquer son propre sabre-laser l'excitait légèrement. D'ailleurs, il commençait à le ressentir partout dans son corps alors que, très gentiment, Lenia s'assit et lui proposa de faire de même. Sachant qu'il ne pourrait pas tenir en place sur son postérieur, Le Shistavanéen décida de se lancer dans un exercice de relaxation que lui avait appris son ancien Maître. Lentement, il tourna le dos à son interlocutrice, respira un grand coup, se pencha en avant jusqu'à ce que sa tête touche la pelouse encore humide. Nouvelle respiration profonde, il leva ensuite les jambes, se retrouvant en position de poirier. Au vu de sa position, il faisait à face à son interlocutrice et la rassura entre deux profondes respirations :

"Ne vous inquiétez pas. C'est un petit exercice que Maître Jee m'a appris pour me relaxer. Toutes ces discussions sur les voyages m'ont rendu un poil trop enthousiaste. Ça ira mieux très vite."

Voilà bien un exemple des qualités enfantines de Hex. Il gardait l'optimisme permanent, souvent mêler de naïveté, et l'esprit ouvert. Même si un grand désespoir venait à le frapper, il trouverait sans doute un petit élément auquel s'accrocher pour continuer de l'avant et devenir un bon Chevalier Jedi, comme il l'avait promis à son grand-père. Il avait aussi eut la chance d'avoir reçu une éducation de nomades. Le fait d'avoir déjà rencontré des tas de personnes, de cultures et d'endroits hétéroclites ont fait s'évanouir tous les préjugés, qui étaient déjà très peu nombreux, qu'il avait sur les autres. Maître Jee lui avait fait comprendre que chacun était différent. Tous les être vivants étaient uniques, autant de part leur éducation, leur lieu de vie qu'avec leur relation avec la Force. Il était donc plutôt perplexe quand il entendit Lenia lui dire que, hélas, tous les Jedi ne pensaient pas comme lui. Les liens tumultueux que son grand-père entretenait parfois avec certains membres du Conseil était pour lui la preuve que la méfiance pouvait être un mauvais guide, même chez les plus sages. Cependant, le Louveteau se remis à sourire quand il entendit le Chevalier lui parler de ses sentiments par rapport à sa situation et il lui répondit d'un air ravi :

"L'important c'est que vous soyez en accord avec vous même. Maître Jee m'a toujours dis qu'un Chevalier Jedi ne peut vraiment s'accomplir que s'il a pleinement accepté qui il est. Votre double culture vous a permis de vous découvrir et c'est génial, peu importe les pensées des autres. Je suis sûr que votre père doit être fier de vous. Et puis, se battre en armure c'est la classe."

Et oui, entre quelques sages paroles, une petite remarque bien enfantines devait bien faire son chemin dans l'esprit du Padawan. Se sentant de nouveau assez serein, le jeune homme-loup se remit sur ses pieds d'un seul bond et s’assit en tailleur en face de son interlocutrice. Un grand sourire continuait d'illuminer son visage velu. L'histoire que lui raconta Lenia réussit à l'élargir encore plus. Alors elle connaissait son grand père. Il était venu la chercher, il y a des années de cela, en compagnie de feu le Grand Maître Yunstar, pour qu'elle entame sa formation de Jedi. Il était vrai que, comme il a toujours était un vagabond dans l'âme, Tad Jee était l'un des plus susceptibles à découvrir des personnes fortement liées à la Force. Avec une pointe de mélancolie dans le regard, Hex se remémora l'histoire que son ancien mentor lui avait raconté à propos de ses parents biologiques. Un jour, alors que Manhunter et Reena, le couple tueur de la Meute, devait assassiner le gouverneur d'une petite colonie minière de la Bordure Extérieur, ils tombèrent sur le vieux Jedi. Ce dernier avait protéger l'homme politiques des deux criminels et, durant le combat, il avait ressentit quelque chose d'étrange. Une petite boule Force grossissant lentement dans le ventre de la femme-loup. Ainsi, quand les parents du Louveteau réussirent à s’échapper suite à leur défaite, Jee s'était contenté de leur lancer un simple "à bientôt". Il avait sentit qu'un jour où l'autre, la Force les remettraient sur sa route avec un cadeau. Deux ans plus tard, L'ancien mentor du Shistavanéen s'arrêta trois mois dans un cantina de Bespin. Lui qui ne restait que quelques semaines au même endroit, avait de nouveau ressentit un trouble dans la Force et quelques jours plus tard, le couple de chasseurs lui laissèrent leur unique enfant. Ainsi, Maître Jee avait toujours eut de bons pressentiments surtout concernant les gens en liens proche avec la Force. Hex se repris donc et répondit à la jeune femme, sans caché sa surprise :

"Ah bon ? A quatre années près on aurait pu se croiser. Mes parents m'ont confié à lui quand j'avais deux ans et il m'a élevé jusqu'à mes sept ans, à mon entrée au Temple de Naboo. Je suis désolé, mais depuis, je n'ai pas eut beaucoup de nouvelles. Je sais qu'il est partit enquêté au fin fond de la Bordure Extérieur sur d'étranges évènements n'ayant rien à voir avec la guerre. Toutefois, je peux vous dire qu'il est toujours vivant, je crois que je l'aurais senti si non. Si vous voulez, je peux vous donner les coordonnées des endroits où il aime s'arrêter, les cantinas où il a l'habitude de dormir ou les confiseries qu'il fréquente quand il peut. Il y a peu de chance qu'il soit là, car il voyage beaucoup, mais avec un peu de patience, je suis sûr que vous pourriez le voir."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour aux sources (Lenia Greystone)

Revenir en haut Aller en bas

Retour aux sources (Lenia Greystone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Tython [Jedi] :: Temple Jedi-