Partagez| .

Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Dim 15 Sep - 2:36

Depuis la main mise sur la galaxie par l'Empire, les Jedi se font discrets. Rattaché à Tython, Dante a fini par s'y faire. Même si Naboo lui manque, il n'en laisse rien paraître. Avançant dans les couloirs du nouveau Temple Jedi érigé sur cette planète, il se rend auprès du Conseil Jedi afin de répondre à l'appel dont il a été le sujet. Tandis qu'il marche, un communicateur intégré à sa prothèse se met en route. L'hologramme représentant Frank apparaît devant ses yeux.


- Bonjour patron ! Juste pour vous dire que le White Queen est en marche. On vous attend. Au fait, bon courage pour votre rencontre avec le Conseil. Il va vous en falloir !

Sans dire un mot, Dante coupa la communication et mit fin aux divagations de Frank. D'ici peu, il lui faudra se sevrer de ce qui le rend aussi "joyeux". Avoir un être aussi instable dans le White Queen pourrait finir par être dangereux pour tout le monde. Et surtout pour lui-même. Recouvrant son bras de la manche de sa bure brune, le Maître Jedi continua de marcher sur les dalles grises qui le menait à la salle du Conseil.

Quelques minutes plus tard il se présenta à ceux qui donnaient les ordres. Trois sièges étaient vides. Ceux présents le fixèrent d'un œil sage et une voix parvint à ses oreilles, comme une mélodie chantée depuis les temps les plus anciens.


- Maître Garvan. Comme vous avez du le sentir, depuis quelques temps une vague de Force est apparue non loin d'ici. D'après nos recherches, elle proviendrait d'un croiseur abandonné. Nous ne pouvons pas laisser ce genre de vaisseau entre les mains des Sith, ni même aux griffes de l'Empereur.

Effectivement, comme tous ceux qui ressentaient la Force, Dante avait bel et bien ressenti cette étrange fluctuation. Non sans y porter attention, il avait préférer continuer à entrainer les Novices et Padawans qu'il avait sous ses ordres. Malgré tout, une telle mission lui permettrait de prouver une nouvelle fois à tous qu'il méritait son rang. Non pas qu'il était décrié, malgré tout Dante se sentait perpétuellement mit à l'écart. Et ce, d'une certaine manière par sa faute. Acquiesçant d'un mouvement de la tête, Dante salua le conseil et commença à se reculer.

- Faites attention à vous Maître Garvan. L'Ordre à besoin de tous ses membres. Que la Force vous accompagne.
- Merci Grands Maîtres.

Les quittant, Dante appela le White Queen. Dans l'enceinte proche du temple de l'Ordre, il était délicat de pouvoir communiquer avec l'espace. Toutefois, en se rapprochant de sa propre demeure, l'homme réussi à émettre un message. Tandis qu'il sortait, un des gardiens lui avait tendu un rapport sur l'emplacement de ce vaisseau, ainsi que les ordres clairs. Ce dernier ne devait en aucun cas servir d'aide aux Sith, ni même à l'Empire.

- Shark, voici les données que tu dois entrer. Nous devons nous y rendre le plus rapidement possible.
- Ok.

La voix puissante du Togorien résonna quelques secondes avant de s'éteindre et laissa Dante seul sous l'immense embrasure qui servait de sortie au temple Jedi. Tout en avançant, le Maître Jedi continuait de réfléchir. La capuche de sa bure remontée sur sa tête, cachait son visage. Ses idées, quand à elles, voguaient au gré de la Force sans jamais le quitter complètement. Avec le White Queen, il lui serait aisé de retrouver ce vaisseau, toutefois, que trouverait-il là-bas ? Si ce croiseur avait été abandonné depuis tant d'années, comment et surtout pourquoi venait-il de réapparaître ? Avait-il un lien avec ces vaisseaux qui détruisaient tout sur leur passage ? Quoi qu'il en soit, Dante ne pouvait perdre trop de temps en questions inutiles.

Arrivé au pied de son vaisseau, Dante y monta et salua Epiphany qui s'approcha de lui en souriant. Les yeux toujours couvert de son bandeau vermeil, elle ne parlait qu'avec déférence à celui qu'elle appelait toujours "Maître Garvan". Son respect était réciproque, et à tel point que Dante la considérait de plus en plus comme une mère.


- Maître Garvan, Shark a déjà rentré les données que vous lui avez donner. Nous vous attendions pour partir.
- Merci. Je vais aller méditer durant le voyage. Je sentirais notre arrivée.
- Cela sera fait selon vos désir Maître Garvan.

Mettant sa main droite sur le cœur, Epiphany laissa le Jedi se rendre dans la salle réservée à sa méditation. S'asseyant sur le sol, Dante croisa ses jambes et laissa ses muscles se détendre. De là, il se laissa envahir par la Force et entra en méditation. Son corps se mit à léviter dans la pièce, englobant tout ce l'entourait d'une vague de Force Lumineuse. Tout autour de lui, les choses se mirent en mouvement, le White Queen venait de décoller. Et tout comme à son habitude, Shark ne connaissait pas le démarrage calme. De cette manière, ils seraient rapidement là où Dante devait se rendre.

En quelques heures standard, le White Queen s'était approché du point de chute du croiseur. Dans l'hologramme de détection, rien ne laissait apparaître une quelconque forme de vie. Aussi étrange que cela puisse paraître, Ce fut Frank qui leva le sourcil en premier. S'appuyant sur la table d'affichage il fit plusieurs fois le tour sur vaisseau avant de s'arrêter sur une partie s'affichant assez mal sur l'hologramme. A chaque passage sur cette partie du vaisseau, Dante ressentait un trouble dans la Force. Quelque chose ou quelqu'un semblait l'empêcher de sonder cet endroit.


- Et ben ! J'crois bien qu'il va y avoir du grabuge là-dedans. Pas de forme de vie hein ! Mon œil ! Je parierais mes bouteilles qu'il y a quelque chose là dedans !
- Vous savez comment agir Maître Garvan ?
- Je verrais sur place. Shark, Frank, prenez place dans le cockpit, si quelque chose d'anormal arrive, détruisez le croiseur.
- Et vous patron ?
- Je m'arrangerais.

Enclenchant le rayon tracteur, le White Queen s'approcha de sa cible. En une poignée de secondes, Dante s'était rendu à l'intérieur du croiseur. Une odeur âcre et pesante se glissa dans ses narines. La vague de Force semblait vouloir l'attirer dans un piège aussi cruel qu'inconnu. Prenant son sabre laser en main, Dante l'activa et fit appel à la Lumière de Force afin d'y voir plus clair. Ainsi, il saurait où il mettrait les pieds. Ce vaisseau, quoique semblant abandonné, possédait un semblant de vie, et à chaque fois que Dante s'enfonçait un peu plus dans le corps de ce géant de métal, il ressentait d'étranges fluctuations dans la Force. La peur lui étant totalement inconnue, le Maître Jedi continua ses recherches. Les ordres étaient les ordres, quand à Frank et Shark, ils savaient ce qu'ils devaient faire si le vaisseau se mettait en fonctionnement…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Lun 16 Sep - 9:04

« Monsieur, un vaisseau ennemi vient d’arriver à proximité. Conformément à vos instructions, seuls les systèmes essentiels sont alimentés en énergie. Nous faisons le mort, pour donner une image aux choses. »

« Nous le savions car nous l’avions prévu. La curiosité est un vilain défaut, n’est-ce pas commandant? Vous mieux que quiconque en avez fait l’expérience. Laissez nos intrus monter à bord. Nous nous amuserons avec eux ensuite. »

Tous les vaisseaux fantômes ne sont pas abandonnés. Certains sont même en parfait état de fonctionnement. Certains sont plus que ce qu’ils laissent paraitre. C’est le cas du Mirage, vaisseau impérial ayant disparu sans laisser de traces deux décennies plus tôt. Quand on parle ici de disparition, on parle d’une disparition complète. Dans les registres et les documents, nulle mention de ce vaisseau. Comme s’il n’avait jamais existé. Pourtant… Son équipage devait bien être réel, non? Patience, patience, il ne faudrait pas gâcher toute l’histoire en révélant trop de choses trop tôt. Sur le pont d’un vaisseau qui n’existe pas se tient un capitaine tout aussi impossible qui regarde avec attention un vaisseau bien réel s’approcher du sien. Prévisible. Les Jedis sont curieux, plus encore que les Siths. C’est pour cette raison qu’ils sont arrivés en premier.

Une fois son invité à bord, le mystérieux maitre d’œuvre fait signe à son second. Soudainement, le vaisseau prend vie : les lumières s’allument, les boucliers s’enclenchent et le vaisseau… Disparait. Un instant, il est là, visible à l’œil nu et aux radars. La seconde suivante… Il n’est plus qu’un souvenir. Pourtant, Dante est encore à l’intérieur… Et l’atmosphère est tout à coup bien plus agréable. C’est à n’y rien comprendre, on dirait qu’il est neuf… Comme si pendant vingt ans il avait échappé au passage du temps. Aux oreilles du Jedi parviennent des sons. Des voix et des bruits de pas, dans le pur style ordonné et mécanique de l’Empire. Ils sont là, tout près, mais ils ne semblent pas savoir que LUI il est là. Pourtant, les caméras et les détecteurs auraient dû avertir les impériaux de sa présence à bord. Curieux… Très curieux même.

Et encore, ce n’est pas le plus étrange. L’énorme porte séparant le Jedi du corridor s’ouvre et une demi-douzaine d’impériaux en uniforme entrent… Et ne le voient pas. Ils s’affairent à vérifier des caisses, probablement de munitions, pour l’armurerie. Même s’il est aussi visible que le soleil dans le ciel, aucun d’entre eux ne semble l’avoir remarqué. Comment expliquer l’inexplicable? Comment est-ce même concevable? Et les impériaux discutent entre eux. Discutent d’événements qui se sont produits… Vingt ans plus tôt. Pourtant, le voyage dans le temps n’existe pas, d’une part et pour que ce soit une mise en scène… C’est quand même assez difficile à croire. Dante a-t-il perdu l’esprit ou alors y a-t-il plus aux apparences? Le mystérieux maitre d’œuvre lui, observe le tout avec attention car lui sait que rien de tout cela n’est réel. Il n’y a aucun être vivant à bord.


« Regardez commandant, sa surprise, sa confusion. Comment pourrait-il se douter que ce qu’il voit n’est pas réel? Des fantômes du passé, voilà ce qu’il voit. Immortels, grâce à nos soins. Le voilà coupé du monde réel… En un sens et prêt à jouer son rôle dans notre petite mise en scène. Ah commandant, il y a si longtemps que nous ne nous sommes pas amusé à manipuler un esprit. Il sera… Parfait… »


Dernière édition par Enigmus le Sam 21 Sep - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Jeu 19 Sep - 8:17

Le silence pesant commençait à faire son effet. Dante restait aux aguets tandis qu'il s'approchait inlassablement d'une immense porte. Soudainement, les lumières s'allument et Dante se retrouve presque aveuglé par ce changement de luminosité. Néanmoins, ses yeux sont protégés de ces changements si particuliers, et tandis qu'il écoute les bruits non loin, le Maître Jedi reconnaît aisément ceux qui ont marchés sur la Galaxie depuis près de deux ans… Les Impériaux qui ont asservit la galaxie. Eteignant son sabre laser, Dante tente de prendre contact avec le White Queen. Sans résultats. Il se retrouve finalement seul sur un vaisseau ou aucun contact ne semble être possible avec l'extérieur.

Même sa télépathie n'arrive à passer l'étrange puissance qui entoure ce vaisseau qui n'es plus abandonné… Au moment où la porte s'ouvre, Dante s'adossa à un mur, juste entre deux montants soutenant le plafond, et regarde passer un groupe de soldats. Flanqués du symbole de l'Empire, ils passaient devant lui sans même faire attention à sa présence. Aucune alarme, aucune réactions de la part des soldats… Ce vaisseau cache réellement quelque chose au Maître Jedi. Tout en observant les soldats, Dante écoute leurs discussions… Ils parlent de choses que se sont déroulés il y a près de deux décennies… A l'époque de ces évènements, il n'était encore qu'un simple padawan… Et elle était encore vers lui… Tout comme Karnak était encore en vie…

Se déplaçant en silence, l'homme se glissa dans le corridor dont la porte s'ouvrit à son arrivée. Aussi étrange que cela puisse paraître, il n'était plus seul… Pourtant, aucun soldat ne semblait l'avoir remarqué… Tandis que ses yeux lui faisaient voir des soldats en tenue, vaquant à leurs occupations, la Force, quand à elle ne lui faisait ressentir aucune présence. Comment était-ce possible ? Seuls quelques Maîtres et Grands Maîtres Jedi réussissaient à apparaître à leurs confrères sous la forme de "spectres" fait de Force Pure. Pourtant, il ne s'agissait là de rien de tout cela. Ces hommes semblaient être bel et bien là… Sans pouvoir le voir.

Le trouble dans la Force allait en s'accentuant tandis que Dante continuait d'avancer dans ce dédale de portes et de corridors. S'adossant parfois aux murs qu'il croisait afin de passer inaperçu face aux troupes de soldats immatériels, le Maître Jedi persistait dans ses recherches. Toute chose possédait une explication… Rien ne pouvait être irrationnel. Son propre Maître le lui avait apprit… Même l'attaque des Yuuhzan Vong avait un but précis… Pourtant, ce vaisseau semblait n'en avoir aucun…

Outre la Force, Dante possédait une chose qui lui était acquise depuis la naissance : l'instinct. Quelque chose ou quelqu'un se jouait de lui… Tout en utilisant la Force afin de ressentir les présences qui l'entouraient, le Maître Jedi en senti une particulièrement rayonnante. La seule à dire vrai qui semblait posséder une enveloppe charnelle. Suivant la Force autant que son instinct, Dante s'enfonça un peu plus dans ce qui ressemblait plus à un tombeau qu'à un véritable vaisseau abandonné…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Dim 22 Sep - 3:50

« Intéressant… Il est moins affecté par ce qu’il voit que ce à quoi nous nous attendions. Cela ne peut que rendre la partie plus intéressante. Il doit bien être curieux : sans doute cherchera-t-il à comprendre ce qu’il voit. Ce qui se passe. Pourquoi est-ce que ce qu’il voit parle d’événements du passé. Oh certes, c’est nous qu’il veut. Il nous sent dans la Force et il veut comprendre ce que nous sommes… »

Le mystérieux maitre d’œuvre regarde se mouvoir un équipage qui n’existe plus dans les couloirs d’un vaisseau qui n’existe pas. Oui, l’illusion est parfaite mais l’intrus n’est pas dupe. Tant mieux, les choses trop faciles ont tendance à l’ennuyer. Le défi sera intéressant, il a besoin d’en savoir plus sur son adversaire. Comment l’amener à parler, à révéler des choses qu’il ne sait pas? Le langage corporel compte pour beaucoup mais hélas il ne peut tout révéler. Il y a des choses dans l’esprit du Jedi, des choses qu’il a besoin de connaitre pour continuer à s’amuser. Si un décor impérial ne semble pas le déranger, peut-être que quelque chose de plus familier mais de tout aussi curieux ferait l’affaire. Il faudrait aussi parfaire la toile d’illusion qu’il projetait autour de lui : autrement, tout ce jeu n’irait nulle part, n’est-ce pas?

Un picotement. Ce fut le seul signe perceptible avant qu’une vague d’étourdissement ne submerge l’intrus. Désorienté et confus, il ne pourrait donc pas voir une curieuse transformation s’opérer. D’un vaisseau impérial, l’environnement ambiant se transforma en l’intérieur d’une frégate d’escorte EF76 Nebulon-B, le genre de frégate médicale en service au sein de la République. Le temps que le Jedi reprenne ses esprits, l’illusion serait complétée. Il resterait simplement à finir le travail avec une toute petite manipulation. Moins de « fantômes » permettrait de leur donner plus de substance donc une faible empreinte dans la Force. Ce serait moins amusant que de contrôler tout un équipage qui au fond n’existait pas mais… Il faut savoir faire non seulement des choix mais également les bons choix. Il fallait en savoir plus, après tout.

Le décor se stabilise enfin et le Jedi se retrouve dans une infirmerie. Dans cette dernière, un droide médical. Les droides ne dégageant aucune empreinte dans la Force, rien d’anormal. C’est tout naturel, de toute façon, que les infirmeries soient opérées par des machines seules. Le recours aux médecins organiques est de moins en moins commun. Le droide interroge. Il demande au Jedi s’il se souvient de qui il est. De ce qu’il se rappelle avoir vu en dernier. Les questions classiques pour déterminer si quelqu’un souffre de séquelles ou non. Pendant ce temps, le mystérieux maitre d’œuvre tente de lire les pensées de surface du Jedi. Avant de creuser plus à fond pour dénicher des souvenirs, il faut commencer par la base. Si l’intrus est formé, et mettons l’accent sur ce point, formé pour résister à ce genre d’intrusion, il le saura bien assez tôt.


« Qui es-tu mon curieux visiteur et pourquoi t’ont-ils envoyé toi? Nous finirons bien par le découvrir, ce n’est qu’une question de temps et du temps, nous en avons à revendre. Nous saurons tout de toi… Et nous allons nous amuser avec toi comme on s’amuse avec un pantin. Il y a bien longtemps que nous n'avons pas tiré de ficelles… Encore moins les ficelles d’un utilisateur de la Force quel qu’il soit. Ah, les souvenirs… »


Dernière édition par Enigmus le Lun 30 Sep - 5:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Ven 27 Sep - 8:41

Chacun des pas de Dante l'approchait du seul être réellement vivant de ce vaisseau fantôme. Rangeant son sabre laser à sa ceinture, le Maître Jedi continuait son avancée. Les hologrammes qui vaquaient à leurs occupations ne faisaient pas plus attention à lui qu'aux objets qu'ils transportaient. Ca et là, Dante reconnu des caissons d'armes. Toutefois, ces dernières semblaient particulièrement anciennes, et avec l'avancée de la technologie, ces armes seraient devenues obsolètes. S'assurant du bienfondé de ce qui l'entourait, l'homme passa ses mains sur les murs du vaisseau. La sensation qui glissa en lui le fit se reculer. Une chose étrange sembla s'emparer de lui. Une vie étrangement proche… Et à la fois si lointaine. Mais peut-être que tout cela n'était qu'un impression qu'il avait.

Une infime douleur parcouru le Maître Jedi qui dut se tenir à l'embrasure de la porte automatique qu'il venait de passer afin de ne pas tomber. Ses yeux se fermèrent à son insu. Les images tournèrent, ses sens semblèrent le quitter tandis qu'il utilisa sa prothèse afin de se remettre correctement d'aplomb. Les ajouts que le Maître Valaqil lui avait faites, permettait désormais à son bras gauche de lui être bien plus utile qu'auparavant. Ses doigts se muèrent en griffes acérées qui se plantèrent dans la coque du vaisseau. Se relevant, Dante manqua de se laisser submerger par l'étonnement. Sans sa formation auprès de son Maître, il aurait sans nul doute perdu la tête devant de tels changements.

Ses yeux glissèrent tout autour de lui. Avait-il été envoyé sur un autre bâtiment à son insu ? Dante ignorait tout sur ce qu'il venait de se passer. Néanmoins, l'empreinte dans la Force venait de s'éteindre quelque peu. Laissant place à une multitude d'autres marques aussi lumineuses que des Lunes autour d'une planète. Un droïde infirmier parvint à son chevet. Dante se vit allongé sur un lit, amorphe. En quelques secondes il reprit l'entièreté de ses esprits. Se relevant, le Maître Jedi répondit au droïde d'une voix monocorde. Dénuée de tension, le corps de Dante le poussa à se relever de la table.


- Mon nom est Merak, et je suis un Jedi… La dernière chose que j'ai vue ? Humpf ! Rien de particulier…

Alors qu'il allait répondre à une énième question inutile, Dante ressentit quelque chose tenter de s'insinuer en lui. Quelque chose ou quelqu'un tentait de pénétrer dans son cerveau. Semblait-il qu'il cherchait à trouver des informations sur lui, ou sur tout autre chose. Peut importait les méthodes utilisées afin d'y parvenir, jamais personne n'avait réussi à obtenir quoi que ce soit de son cerveau. Dante avait travaillé durant des années à renfermer la moindre de ses souffrances, le plus petit souvenir agréable dans les recoins les plus reculés de son cerveau. Et comme il l'avait prévu, rien ne pourrait réussir à percer les mystères qu'il laissait planer volontairement autour de lui.

*Ne croyez pas que je sois dupe… Si je suis ici, c'est pour une bonne raison. Rien ne m'empêchera de trouver ce que je suis venu chercher.*

Sa télépathie s'insinua à travers son cerveau, utilisant la Force afin de remonter jusqu'à celui ou celle qui tentait de le manipuler. Son message était clair. Dante ne serait plus le prisonnier de ce vaisseau encore très longtemps. Il ne lui faudrait que quelques jours afin de parvenir à son but. Le Maître Jedi l'avait prouvé maintes fois depuis sa nomination. Quittant l'infirmerie, il continua sa fouille du bâtiment. Profitant des zones d'ombres, Dante se dissimulait aux yeux des soldats qui marchaient à pas mesuré dans les couloirs du vaisseau qui semblait ne plus être le même que lorsqu'il était arrivé.

Toute cette histoire se révélait aux yeux de Dante comme un jeu enfantin dont il n'était finalement qu'un pion sur un immense plateau. Toutefois, si le meneur de jeu croyait tout savoir de lui il se trompait. Mais pour lui rendre la pareille, Dante se devait de continuer à suivre les règles. Tout du moins jusqu'à ce qu'il arrive assez proche du dénouement…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Lun 30 Sep - 5:25

Maginifique. Délectable. Le Jedi était plus coriace qu’initialement anticipé. Ah que le jeu allait devenir intéressant… Il ne pouvait lire ses pensées mais il en savait un peu plus sur son adversaire. Il y avait d’autres façons de connaitre des choses sur les gens. Tôt ou tard, il lui révélerait les secrets qu’il désirait. C’était après tout lui, le maitre du jeu. À ce juste titre, il était normal que la victoire lui revienne. Ainsi fonctionnaient les choses. Il n’y avait pas grand risque de toute façon : pour l’heure, l’autre ne pouvait que deviner sa présence et non pas l’étendue de ses pouvoirs. C’était mieux ainsi. Plus il y a de mystères, moins votre adversaire a de chances de vous percer à jour. Qu’il vienne jusqu’à lui : il avait fait les premiers pas non? Alors il serait normal qu’il continue. Mettre fin au jeu prématurément? Absolument impensable!

Ce Jedi, malgré tout son entrainement, ne pouvait dissimuler ses pensées de surfaces. Enfin… Pas toutes. Le temps de l’assaut initial, il avait pu dérober quelque chose. Tout ce qu’il lui avait fallu, c’était une fraction de seconde. Il y avait des fragments perceptibles malgré ses défenses. Un fragment en particulier. Une image. Une image d’un défunt. Quelqu’un de proche. De Très proche. En se concentrant sur cette dernière, il pourrait projeter des flashs de ce personnage inconnu dans le vaisseau, histoire de faire réagir le joueur. Sans le savoir, ses réactions révéleraient tout ce que lui, le maitre du jeu, avait besoin de savoir. Cet homme était la clé de la prochaine étape du jeu. Après le mystère, le doute. Après le doute, la peur. Après la peur, la folie. Quoi qu’il se passe, toutes les émotions étaient bonnes à consommer. À consumer.

Que le spectacle commence! À un intervalle irrégulier, au détour d’un couloir par exemple ou juste à la périphérie du regard du joueur, une présence apparaissait et disparaissait. Une présence impossible, la présence de quelqu’un qui devrait être mort. Une présence pourtant vivante et réelle. On pouvait raisonnablement se dire que si jamais Dante venait à toucher cette « anomalie », il ne toucherait pas un fantôme mais de la chair, quelque chose de tangible et réel. Restait à savoir, cependant, comment l’esprit peut concilier impossibilité et faits irréfutables. L’esprit, une chose si merveilleuse et capable de s’effondrer à tout instant. Les Jedis, en théorie, avaient un esprit fort, résistant, très difficile à briser. Ce Jedi là n’était pas comme les autres. Un solitaire, refermé sur lui-même donc vulnérable car en lui, des blessures non refermées.


« Tu connaissais très bien cet homme, pas vrai mon pantin… C’était quelqu’un d’important à tes yeux… Nous saurons tout de lui. Nous serons cette personne, juste pour toi. Si malléable de par ton refus à t’ouvrir aux autres… Il nous tarde que nous nous rencontrions en face à face. Tu sais où aller. Tu sais que nous sommes sur le pont de commandement. Viens nous rejoindre… Et fais-nous face.

Tu as des questions et nous des réponses. Tu as un but ici et nous également. La question qui te démange et nous la devinons c’est qui sommes-nous. Pourquoi nous révéler à la Force maintenant. Patience pantin, patience. Quant à vous, commandant, observez et apprenez. Il n’est jamais trop tard pour apprendre car c’est un processus qui ne s’arrête jamais. Même quand on est mort. Ce n’est qu’un… Changement d’étape. »
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Ven 4 Oct - 9:44

Tout se déroula plus rapidement qu'il ne l'aurait voulu. Tout en sortant de l'infirmerie, Dante tenta de retrouver la trace de celui dont seule la présence se révélait aux yeux de la Force. Toutefois, rien ne pouvait prouver qu'il était encore présent en ces lieux. La vague qu'il créait dans la Force s'était légèrement estompée. Juste assez pour que celles qui apparaissaient aux yeux de Dante soient aussi palpables que réalistes. La vue pouvait être troublée. Mais pas la Force. Rien n'allait au-delà de cette dernière. Malgré tout, Dante restait calme et continuait son exploration du vaisseau.

Ceux qu'ils croisaient semblaient ne pas le voir. Ou tout du moins, ne faisaient guère attention à sa présence. Les bruits qui les entouraient ne laissaient rien présager de dangereux. Pas dans l'immédiat à ce que Dante ressentait. Au coin d'une embrasure, le Jedi cru entr'apercevoir une ombre qu'il connaissait que trop bien. Attiré par cette présence incroyable, Dante tenta de le suivre. Sans qu'il ne s'en rende compte, le monde qui l'entourait l'absorbait corps et bien. Le Jedi s'enfonçait dans entrailles d'un vaisseau qui semblait n'être rien de réaliste.

Tendant le bras, le Jedi tenta de le toucher. Ne serait-ce que du boit des doigts afin de ressentir la présence qu'il avait eu il y a de cela tant d'années… Sa peau frôla celle de celui qui lui échappait sans cesse. Une froideur lui traversa sa prothèse. Un sentiment de solitude s'empara de lui. Il les avaient perdus l'un et l'autre. Toutefois, leur Maître l'avait formé à faire de ce sentiment une force, et de cette force, une victoire… Depuis son arrivée dans l'Ordre Jedi Dante n'avait jamais oublié ses parents, sa famille, sa sœur.

Rien ni personne ne pouvait l'empêcher de garder d'aussi précieux souvenirs que ceux qu'il gardait précieusement dans les tréfonds de son âme. La Force elle-même grandissait en lui en les utilisant. Tout en secouant la tête afin de chasser ces souvenirs qui se voulaient douloureux, Dante prit le second sabre laser dans sa main robotique et le serra. Ses yeux se fermant, il se mit à sourire. Non pas de celui qu'il prenait parfois afin de faire bonne figure. Mais un sourire enjoué. Un de ceux qu'autrui possède lorsque des souvenirs agréables ses remémorent à vous. Son cerveau semblait se jouer de lui. Mais tant qu'il garderait son sang-froid et qu'il se laisserait guider par la Force, alors le Jedi ne risquerait rien à s'enfoncer un peu plus dans les méandres de cet étrange vaisseau.

Se plaquant contre un mur, et tout en regardant passer un duo de Républicains, Dante tenta de lancer à nouvel appel au White Queen. Sans résultats. Raccrochant le sabre à sa ceinture, il rejeta le manteau qu'il portait habituellement par-dessus, et continua son exploration. La présence continua à apparaître à intervalles réguliers. Semblant se jouer de lui. Même si la première fois, Dante faillit tomber dans le piège, il se souvint d'une très vieille histoire que sa mère lui racontait lorsqu'il était enfant. Elle parlait d'une homme qui à force de suivre ses chimères avait fini par perdre ce qui lui était réellement cher…


*Il est temps que ce petit jeu touche à sa fin…*

Si la Force à proprement parler ne pouvait le guider jusqu'à celui qui tirait les ficelles, alors Dante utiliserait son sabre laser afin de l'approcher. Faisant face à un mur, il appuya sur le bouton qui régulait la longueur et la puissance de la lame. En quelques secondes, le faisceau argenté traversa le mur. Dante ignorait si ce qu'il tentait de faire mènerait à quelque chose. Mais il ne pouvait perdre plus de temps ici. Son esprit n'était pas aussi faible que le premier venu. Toutefois, son cœur n'était en rien différent de celui de quelqu'un d'autre. Et comme chacun le sait. Un Jedi reste avant tout un être vivant possédant des sentiments… Même régulées par sa volonté, ils restent tout de même présent.
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Mar 8 Oct - 3:35

Intéressante stratégie mais futile. Il ne tentait pas de se cacher dans un compartiment secret. Il était là où il se devait d’être, sur la passerelle, sur le pont de commandement. Bien sûr qu’il avait fini par aboutir là : telle était sa volonté. La confrontation était de plus en plus inévitable et cela n’en était que plus stimulant. Après les visions, les voix. Des échos de conversations qu’avait eu son visiteur avec son défunt ami. Ce n’était pas très dur de trouver des informations à ce sujet : c’est en cherchant le moins qu’on en trouve le plus. Le jeu se corsait, devenait de plus en plus intéressant et avec un peu de chance… La conclusion serait tout aussi captivante que le développement. Quelle déception ce serait autrement. Toute cette attente, toute cette mise en scène… Cela ne pouvait avoir servi à rien. Quel triste gaspillage, autrement.

Des portes commencèrent à s’ouvrir toutes seules et les lumières de certains corridors s’éteignirent. Puisque son visiteur semblait avoir besoin d’indications pour se rendre jusqu’à lui, il lui éclairerait la voie. La question à se poser : suivrait-il le chemin qu’on lui présentait ou non? Il semblait que oui. De deux choses l’une : soit il avait compris comment le jeu fonctionnait… Soit il avait une très grande confiance en ses propres habiletés. À voir, bien sûr. C’était un Jedi, certes, mais les Jedis n’étaient au-dessus de rien, contrairement à la croyance populaire. Ils avaient leurs faiblesses eux aussi bien que parfois il fallait faire un peu plus d’efforts pour les exploiter. Ce cobaye en particulier promettait beaucoup et il était plus que temps de jouer le grand jeu. Les meilleures blagues sont les plus courtes et celle-ci commençait à s’étirer en longueur.

Qu’est-ce qu’un jeu si ce n’est une grande farce? Une fois le Jedi sur le pont de commandement, il put voir le fauteuil du capitaine, baigné d’un halo de lumière… Et se retournant pour lui faire face, un fantôme du passé, plus vrai que vrai, assit là. Il faut insister ici sur toute la minutie mise dans les détails et les effets. Tout d’abord, excluant le bruit de fond aussi caractéristique que présent sur tout vaisseau digne de ce nom, il n’y avait rien d’autre. Pas de bruits de pas ou de conversation, pas le babil incessant des communications. Ensuite, l’endroit était aussi immaculé que vide, ce qui ne pouvait que mettre sur ses gardes. C’était comme si l’équipage avait quitté les lieux pour permettre des retrouvailles en privé, loin des regards indiscrets. Enfin, le jeu de lumière rendait flou tout le reste, comme s’il était issu d’un rêve. Le sens du détail.

Et ce fantôme, cet être qui ne pouvait exister mais qui y était pourtant? Les habits, pour commencer. Impeccables, comme on pourrait s’y attendre d’une vision ou d’un rêve. Pour l’apparence, tirée directement de la mémoire de sa victime, jusqu’au plus petit détail près. Il ne manquait pas un cheveu, un poil, rien du tout. Mais le plus saisissant dans tout cela? C’était au toucher. Un pouls. De la chaleur corporelle. Un cœur qui bat. La rationalité dirait : cet homme vit. Le cœur dirait : cet homme est mort. Entre les deux, le dilemme. Au final, le doute, l’incertitude. Comme cela se devait d’être d’ailleurs. Le mort regarda le vivant, le vivant regarda le mort. Qui regarda qui? Suspense. Peut-être au fond que le mort c’était Dante en qui quelque chose avait trépassé après deux pertes tragiques. Ce fantôme était parfaitement préservé et vivait dans les souvenirs…


« Toi, aussi. Après tout ce temps. J’aurais dû m’en douter. Qui d’autre que toi viendrais à l’autre bout de la galaxie pour me retrouver? Tu en tires une drôle de tête. Pour rappel, je ne mords pas alors pourquoi cet air surpris? »
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Lun 14 Oct - 21:10

La lame du sabre laser traversa le mur sans difficulté. Passant par l'ouverture nouvellement faite, Dante accéda à un énième couloir. Rien ne les différenciaient les uns des autres. Tous étaient fait de la même manière. Sans la Poursuite de Force, le Maître Jedi se serait très certainement perdu dans le dédale qu'était ce vaisseau impossible. Son instinct lui soufflait la majorité des informations. La Force quand à elle le guidait inlassablement. Ca et là, Dante croisait un groupe de soldat qui passait à ses côtés sans même lui porter attention.

Quelque chose attira l'attention de Dante. Des bruits, des paroles… Les souvenirs d'un passé qu'il avait préféré oublier. Terrés dans les tréfonds de sa mémoire, ils revenaient le hanter sans vergogne. Ces discussions, ces rires enfantins… Tout lui rappelait ses prémices en tant que Jedi sur la lointaine Naboo… Les visions qu'il avait eu l'avait passablement étonnées… Mais ses souvenirs venaient en lui comme une insulte personnelle. On avait osé pénétrer dans son for intérieur… Quelqu'un ou quelque chose se jouait de ce qu'il avait dans son âme. Les raisons qui l'avaient poussé à éviter tout contact avec la majorité des Jedi…

Finalement, comme pour ajouter à l'injure que lui faisait ressentir ces voix, les couloirs et les corridors se mirent à s'éclairer. Tandis que les voix s'estompaient, le poussant à avancer de plus en plus. S'enfonçant inlassablement dans le corps de métal. Dante se mit à suivre ce chemin de lumières. Certaines portes s'ouvraient à son passage tandis que d'autres se refermaient derrière lui. Le vaisseau lui-même semblait désirer garder le Maître Jedi en son sein.

Ses pas résonnaient dans le silence qui se faisait pesant. Désormais il n'y avait plus garde, plus âme qui vive. Seul un Maître Jedi et des voix venues du passé… La Force l'accompagnait et était de son côté. Tout autant que sa propre confiance. Faisant le vide en lui, Dante continua de se laisser diriger. Une douleur étrange autant qu'improbable parcouru sa prothèse une nouvelle fois. Elle semblait réagir à la présence qui le tirait vers l'avant. Comme si elle était doté d'une volonté propre. Le bras robotique de Dante le tira vers l'arrière. Agrippant l'embrasure d'une porte, le Maître Jedi dut s'arrêter afin d'observer ce qu'il lui arrivait. Passant sa main sur sa prothèse, il senti que celle-ci vibrait d'une manière assez peu habituelle. Jamais encore il n'avait ressenti pareille sensation. Sa prothèse réagissait à quelque chose d'inhabituel… Comme si des ondes magnétiques la faisait bouger contre sa volonté.

Le chemin lumineux le mena devant une immense porte de métal qui s'ouvrit à son arrivée. Tout comme ses consœurs, cette dernière se referma presque immédiatement derrière lui. La pièce baignait dans une semi-pénombre. Aucun bruit ne filtrait, ne serait-ce sans compter sur le bruit habituel des moteurs et autres machines émanant du cœur du vaisseau. Le fauteuil du capitaine se retourna lentement. Les yeux de Dante voyaient ce qu'il ne pouvaient concevoir. Son cerveau lui imposait de le croire. Quand à son âme, elle lui soufflait de faire l'inverse. Cette présence ne pouvait être réelle. Dante fini par douter de lui-même. Seule la Force réussi à le tirer de sa propre déchéance.

Un léger sourire apparu sur le visage de Dante. Non pas un de ceux que l'on a lorsqu'on est heureux. Plutôt celui de la joie. Un de ces spasmes qui parcourt le corps de quelqu'un tandis qu'il est submergé de bonheur. Toutefois, ce visage redevint celui que Dante possédait habituellement. La froideur, le silence. Le Maître Jedi n'avait pas oublié son ami, ni même l'espoir d'un jour pouvoir la retrouver "elle". Toutefois, il ne craignait pas qu'on puisse se jouer de lui en fouillant sa mémoire…

Peut-être que depuis le départ il fut mené à sa perte. Son réveil fortuit dans ce simulacre d'infirmerie y était peut-être pour quelque chose… De plus, l'être qui se tenait devant lui ne pouvait être son ami tel qu'il l'avait connu. Et Dante savait déjà comment faire pour que ce placébo d'ami vienne à lui montrer son vrai visage. Néanmoins, pas tout de suite. Le Maître Jedi voulait déjà savoir où il voulait en venir.


« Toi, aussi. Après tout ce temps. J’aurais dû m’en douter. Qui d’autre que toi viendrais à l’autre bout de la galaxie pour me retrouver? Tu en tires une drôle de tête. Pour rappel, je ne mords pas alors pourquoi cet air surpris? »

Préférant continuer à jouer à ce petit jeu agaçant, Dante répondit à cette copie de son ami d'une manière qui se voulait détachée. Mais qui, derrière des paroles calmes et presque amicales, n'était autre qu'une recherche de la vérité qu'on lui dissimulait.

- Je n'aurais jamais cru possible de te revoir ainsi… Et encore moins ici… Le temps est inexorable, même pour les Sephi… L'aurais-tu oublié ?

Première recherche de la vérité. Si celui qui se tenait devant Dante était réellement Karnak, alors il savait ce que le Maître Jedi insinuait. De plus, Dante préférait rester en retrait. A trop courte distance, il n'aurait su comment répondre à une potentielle attaque de la part de celui qu'il voyait lui faire face.
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Sam 19 Oct - 14:56

Le fantôme regarda Dante, longuement, l’air de se poser tant de questions. Après tout, il y avait de quoi s’interroger. Où était cet endroit, qu’était-il? Le personnage joué par le maitre d’œuvre devait avoir l’air d’être arrivé là sans savoir. Rester le plus vague possible tout en étant parfaitement crédible. C’était on ne peut plus simple comme stratégie. Redoutablement efficace également, tout bien considéré. Il fallait à la fois cultiver l’espoir et une part de doute. Pas le mauvais genre de doute. Le genre « et si c’était un rêve ». Après tout, l’esprit étant très puissant, quels facéties pouvait-il décider d’accomplir pour ramener en mémoire des souvenirs d’un temps perdu? Si près et paradoxalement si loin. Tout pouvait changer, basculer, en l’espace de quelques instants. Un battement de cœur, peut-être deux?

« Tu les as toi les questions. Je ne sais même pas où nous sommes, et je suppose que c’est la même chose pour toi, et tu philosophes? Allons sois sérieux un peu tu veux? Comment sommes-nous arrivés ici? Rien de ce que je vois ne semble correspondre à… La réalité? Si ça se trouve, tu es la première personne tangible que je croise. Si bien sûr tu n’es pas comme eux : un fantôme. Tu ne les sens pas? »

Il y avait effectivement quelque chose de… Particulier. Depuis le début de cette étrange escapade, il y avait toujours eu cette présence curieuse dans la Force mais aussi plusieurs présences… Comment dire… Faibles, comme des flammes de chandelles en train de mourir. Leur signature par contre était tout aussi perturbantes que le reste : c’était comme si plusieurs dizaines de personnes étaient présentes par intermittence. Encore un mystère à explorer. Encore une énigme à résoudre. Où et quand, c’était encore à déterminer. Patience. Le maitre d’œuvre s’amuse et pour l’heure, c’est tout ce qui compte. Dante semble se prêter au jeu lui aussi, ce qui ne peut qu’être intéressant. Joue-t-il un rôle ou joue-t-il son rôle? À cela, aucune réponse. Chacun a ses cartes en main : le tout, les jouer adéquatement pour éviter la défaite.

« Puisque tu préfères ne pas aborder les vraies questions, à moi de t’en poser une du même genre : comment es-tu arrivé ici? Moi, je ne me souviens pas de grand-chose, juste d’avoir erré dans ces corridors après avoir rencontré un droide médical. Drôle de machine en tout cas. Remarques, tous les droides médicaux sont un peu particuliers : sans doute une facétie de leurs concepteurs. »

L’accès au pont de commandement s’ouvre et l’équipage de passerelle entre. Chose curieuse, ils semblent plus solides, plus tangibles que précédemment. Au fur et à mesure que cette scène se déroule, c’est comme si un rideau de brouillard s’enlevait pour dévoiler le panorama en pleine clarté. Quelle est cette nouvelle bizarrerie? Quelque chose de positif, de négatif ou qui encore une fois ne sert qu’à donner une atmosphère? Il faudra voir et le croire. Parlant de voir, un des membres d’équipage s’interrompt à mi rapport et regarde fixement Dante, les yeux dans les yeux. La surprise se lit sur son regard… Les fantômes peuvent les voir désormais. Enfin… L’un d’entre eux à tout le moins. Nouvelle règle du jeu? Ou est-ce quelque chose de planifié depuis le début? Qu’arrivera-t-il si le décor change à nouveau? Mystère…
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Mar 22 Oct - 9:38

De plus en plus de choses glissaient sur Dante comme de l'eau sur des rochers. Néanmoins, le Maître Jedi n'était pas dupe. Si tout ceci était bel et bien une mise en scène alors pourquoi celle-ci exactement ? Que cherchait-il à prouver ? A trouver ? Tant de questions qui dans l'immédiat ne possédaient aucunes réponses valables. Malgré tout cela, Dante gardait la tête froide. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, mais il s'imposa un calme impérieux. Une nouvelle fois, son côté "humain" semblait vouloir lui reprocher de ne pas vouloir se laisser aller à ses sentiments. Par le passé ils avaient failli le perdre… Désormais, il ne ferait plus ce genre d'erreur…

« Tu les as toi les questions. Je ne sais même pas où nous sommes, et je suppose que c’est la même chose pour toi, et tu philosophes? Allons sois sérieux un peu tu veux? Comment sommes-nous arrivés ici? Rien de ce que je vois ne semble correspondre à… La réalité? Si ça se trouve, tu es la première personne tangible que je croise. Si bien sûr tu n’es pas comme eux : un fantôme. Tu ne les sens pas? »

Contenant son plaisir, Dante ferma les yeux un instant afin de laisser ces paroles glisser sur lui. Karnak n'était certes pas un être doté d'une intelligence inférieure, mais cette façon de parler, ces gestes… Tout semblait venir d'un autre être qui n'utilisait finalement que son enveloppe charnelle. Karnak était de ceux qui utilisaient la Force pour faire ce dans quoi ils excellaient : être altruiste. Jamais il ne s'était posé tant questions, il agissait. Se laissant parfois même déborder par ce qu'il ressentait dans les fluctuations de la Force. La réflexion s'était "elle", pas eux… Voilà une des raisons qui les avaient poussés dans ses directions différentes…

Et parler de "fantômes" n'était pas juste. Certes, les présences semblaient aller et venir inlassablement dans la Force. Mais pas à la manière d'être intangibles. Plutôt comme des marionnettes dont on tirait les ficelles et qui, leur numéro terminé, on les faisait disparaître derrière un mur invisible, mais bel et bien là. La manière dont Dante était arrivé, ça, il le savait… Mais depuis le début l'idée même qu'on se jouait de lui était présente. Désormais elle était réellement mise en place. De plus, être en face d'un être qu'on a vu mourir depuis tant d'années aurait poussé n'importe qui dans une joie mêlée de folie…

Une folie qui aurait fatalement poussé Dante dans ses plus profonds retranchements… Si le Maître Syl'Torkan ne l'avait pas formé à résister à ce genre d'intrusions mentales… Malgré tout, Dante ne pouvait laisser au hasard ce que ses yeux voyaient. Quelqu'un ou quelque chose avait prit la forme de son ami… Et tant qu'il ne saurait pas qui, ni pourquoi, le Maître Jedi ne quitterait pas ce vaisseau. Qu'il soit fantôme ou réel.


« Puisque tu préfères ne pas aborder les vraies questions, à moi de t’en poser une du même genre : comment es-tu arrivé ici? Moi, je ne me souviens pas de grand-chose, juste d’avoir erré dans ces corridors après avoir rencontré un droïde médical. Drôle de machine en tout cas. Remarques, tous les droïdes médicaux sont un peu particuliers : sans doute une facétie de leurs concepteurs. »

Trop de choses semblaient être "copiés" à ce que lui-même avait vécu. Les couloirs, le droïde et l'infirmerie. La manière de parler de bouger, d'être. Et les termes "facéties de concepteurs" semblaient venir d'un être doté d'une conscience presque supérieure. Il parlait des créateurs de ces droïdes comme s'il les respectaient. Comme… Comme un être créé lui-même par ces deniers… Celui qui lui faisait face possédait bel et bien une marque dans la Force. Il devait donc en être un utilisateur, mais rien ne prouvait qu'il était bel et bien le "Maître" à bord de ce bâtiment. Rien.

Sans que Dante ne puisse faire le moindre geste, la porte qui se trouvait derrière lui se mit à s'ouvrir dans un glissement rapide et presque silencieux. Dans une troupe rangé au millimètre près, des membres d'équipage pénètres tout à tout dans la pièce. La lumière si aveuglante fini par disparaître presque entièrement. La brume opaque dévoilant à sa manière ce qui les entourent. Aucun ne fait réellement attention à eux. Sont-ils réellement invisibles ? Ou bien sont-ce Dante et ce placébo de Karnak qui le sont ? La question ne se posa plus lorsqu'un des membres s'arrêta net et fixa le Maître Jedi dans le blanc des yeux.

L'étonnement mutuel passé, Dante tend le bras dans le vide. Si celui qui le regard est bel et vivant, alors il comprendra ce geste. Tout du moins il l'espérait. Puis, sans quitter le Républicain des yeux, il s'adressa à "Karnak" d'une voix toujours aussi monocorde.


- Je suis arrivé ici de la même manière que toi. Néanmoins, j'ai eu la chance de voir quelqu'un d'autre avant de te rencontrer… Une personne que je n'aurais jamais eu l'espoir de voir en ces lieux…

Le Maître Syl'Torkan avait dit bon nombre de fois à Dante que le mensonge n'existait pas parmi les membres de l'Ordre. Et que jamais il ne devait l'utiliser. Toutefois, le Maître Jedi savait qu'ici tout n'était que mensonges et mystifications. Rien de tout ça n'était réel. Si celui ou celle qui tirait les ficelles voulait jouer à ce jeu là, il gagnerait certainement… Mais Dante ne le laisserait pas faire sans lutter…

- Tu as eu la chance de la revoir toi aussi ? Et d'ailleurs, te rappelles-tu ce qui t'a été dit ?
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Ven 25 Oct - 8:32

Point de réponse de la part de ce fantôme du passé car  de plus en plus de ces personnages qui avaient été de simples figurants prenaient connaissance de la présence des deux hommes. L’alerte fut donnée et des soldats républicains entrèrent dans le centre de commandement. Leur attitude belliqueuse ne laissait pas de place pour le doute ou l’hésitation. Qu’est-ce qui avait bien pu changer? Par quelle logique toute cette mascarade s’opérait-elle? Y a-t-il même une logique? Forcément. Forcément parce qu’autrement les choses seraient considérablement plus aléatoires. Une parade pour éviter de s’avancer en terrain glissant? Sans doute. Ce serait une hypothèse sensée d’ailleurs. Sous le coup de l’adrénaline, on se pose souvent moins de questions. L’instinct prend le dessus. Jedi ou non, l’être humanoïde reste fondamentalement un animal. On ne peut changer quelque chose de si profondément ancré.

Un des soldats lance quelque chose aux pieds des Jedis. Une grenade aveuglante. Il est trop tard pour se protéger les yeux : un flash de lumière violent plus tard… Le décor a changé complètement. Dante est de retour sur le vaisseau qu’il a commencé à explorer précédemment. Les acteurs sont de nouveaux des impériaux. La surprise n’est plus là par contre. Eux semblent savoir parfaitement que ces deux-là se doivent d’être ici. Un officier impérial, sans doute le commandant, les regarde. Plus spécifiquement, il regarde Dante mais il semble vouloir éviter à tout prix les yeux du fantôme. Fantôme qui d’ailleurs sourit. Quelque chose d’énigmatique. Le maitre d’œuvre derrière tout cela n’est pas dupe : cette mascarade a assez durée. Son invité se doute de bien de trop de choses pour continuer à prétendre. La surprise du début a laissé place à la méfiance. La méfiance conduit à la prudence qui à son tour conduit…


« Je suppose que ça ne vaut pas la peine que je continue ce jeu… Après tout, nous ne sommes pas dupes. Nous savons que tu te doutes de quelque chose. Tu te demandes qui nous sommes et pourquoi tu es ici. Nous pourrions te le dire… Mais nous préférons entendre tes questions d’abord. Ce que tu veux réellement savoir. Ce n’est pas une coïncidence si tu es ici. Nous le savons et tu le sais aussi. Vous voyez commandant? Nous vous l’avions dit. »

Si les choses étaient déjà étranges, elles le sont encore plus maintenant car ces présences à peine perceptibles initialement sont plus vives que jamais. Pas autant que les vivants mais il y a définitivement quelque chose qui cloche. Il suffit de le demander pour le savoir. Correction. Il suffirait de le demander. Rien n’a encore été fait. Les impériaux présents semblent attendre quelque chose. Quoi? Nul ne le sait, sauf lui, sauf cette être étrange qui parle au « nous » et qui a toujours les traits d’un mort. À quoi ressemble-t-il d’ailleurs, qui est-il? Sera-t-il honnête? Pourquoi le serait-il ou pourquoi ne le serait-il pas? C’est un jeu. Cela reste un jeu. Les règles sont toujours aussi floues et imprécises. Le seul à avoir les réponses est celui à qui on peut raisonnablement faire le moins confiance. En même temps, il est le seul à détenir les clés de la vérité. Quelle vérité, cette chose si malléable, si facile à altérer?

« Nous avons tout notre temps après tout. Ici, personne ne va venir nous déranger. Tes amis, tes alliés, comment le pourrait-il? Nous avons tout méticuleusement planifié et nous ne comptons pas laisser une présence extérieure interférer avec ce petit jeu. C’est un jeu, après tout, sinon tu ne serais pas ici. C’est la curiosité qui t’a amené ici, des questions neuves et des questions qui te hantent. Nous avons les réponses mais rien n’est gratuit. »
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Ven 25 Oct - 9:38

Un bruit de sirène assourdissant perça les tympans de Dante. Il venait d'être détecté par les systèmes de surveillance du vaisseau fantôme. Depuis le début rien ne se déroulait comme cela aurait dut être. Personne n'avait fait attention à lui. Les lumières s'étaient allumées à son passage, les portes se fermaient derrière lui. Chaque chose se mettait en place afin de le faire venir jusqu'ici. Toutefois, le Maître Jedi n'avait pas été dupe tout au long de cette mascarade. Le changement de bâtiment pouvait être possible, le fait que personne ne le remarque aussi. Néanmoins, le fait même que son ancien ami lui apparaisse en pleine forme était l'erreur ultime. Ajoutant au silence qu'il lui avait offert comme réponse.

Toutefois, rien ne semblait obéir à quelque chose de précis. Ou tout du moins voulait le faire croire à Dante. Il n'était finalement qu'un pion sur un échiquier. Mais pas n'importe lequel. La Maître Jedi était celui que personne ne craignait réellement, mais pouvait tout faire basculer à n'importe quel moment. Le Roi n'était pas encore prit. Mais Dante pouvait le sentir, se le dire au fond de lui : Echec au Roi !

La grenade aveuglante qui éclata à ses pieds l'obligea à fermer les yeux une fraction de seconde. Sa mère lui avait bel et bien offert une partie d'elle, et de sa race. Aussi l'habitude qu'avait prit Dante de vivre dans la lumière éclatante, lui avait rapidement permit de reprendre le pas sur ce qui s'offrait à lui.

Le temps venait de reprendre son cours à l'endroit même où Dante l'avait laissé sur le vaisseau Impérial. Seuls les protagonistes semblaient vouloir se déplacer à leur aise désormais. Lui faisant face, ils lui jetaient des regards sombres. Chose que le Maître Jedi ne leur offrit pas en retour. Dénué d'un quelconque sentiment néfaste, il se contentait de les observer en silence. Attendant simplement qu'un des leurs ne fasse le premier pas. Et contre toute attente, ce fut celui qui utilisait les traits de Karnak qui prit la parole à la place des Impériaux, toujours immobiles face à eux.


« Je suppose que ça ne vaut pas la peine que je continue ce jeu… Après tout, nous ne sommes pas dupes. Nous savons que tu te doutes de quelque chose. Tu te demandes qui nous sommes et pourquoi tu es ici. Nous pourrions te le dire… Mais nous préférons entendre tes questions d’abord. Ce que tu veux réellement savoir. Ce n’est pas une coïncidence si tu es ici. Nous le savons et tu le sais aussi. Vous voyez commandant? Nous vous l’avions dit. »

"Karnak" si tant est qu'il sache réellement qui portait ce nom avant qu'il ne salisse sa mémoire en revêtant ce corps disparu, parlait comme s'il était une entité multiple. Cette dernière entièrement liée par une seule conscience. Une conscience commune à une race entière ? Dante en avait déjà entendu parler. Mais il doutait encore du bienfondé de ce qui lui arrivait. Sans laisser cette sensation l'envahir, l'homme continuait à balayer les protagonistes du regard. Aucun semblait ne vouloir bouger. Attendaient-ils quelque chose ? Nulle réponse ne lui parvint immédiatement. Pas plus que la possible présence de ce "Commandant". Alors il s'agissait bien d'un jeu… Et ce personnage dont le visage qui était inconnu à Dante semblait continuer à déplacer ses pions sur son plateau. Toutefois, il semblait avoir oublié qu'il avait à faire à un joueur dont il ne connaissait que très peu de choses…

« Nous avons tout notre temps après tout. Ici, personne ne va venir nous déranger. Tes amis, tes alliés, comment le pourrait-il? Nous avons tout méticuleusement planifié et nous ne comptons pas laisser une présence extérieure interférer avec ce petit jeu. C’est un jeu, après tout, sinon tu ne serais pas ici. C’est la curiosité qui t’a amené ici, des questions neuves et des questions qui te hantent. Nous avons les réponses mais rien n’est gratuit. »
- Le prix à payer n'est que très rarement à la hauteur des réponses… Car ces dernières ne lèvent jamais entièrement le voile sur l'entièreté de la question.

Dante avait répondu d'une manière aussi neutre qu'il le pouvait. Si les communications étaient réellement bien coupées avec le White Queen, alors le Maître Jedi devait se débrouiller une nouvelle fois seul. La solitude. Il l'avait choisi de lui-même. Le fait est que jamais il n'avait accepté qu'autrui ne soit aussi proche de lui qu'elle… Non, jamais. Désormais, et encore plus aujourd'hui, il ne devait compter que sur lui-même. Une nouvelle fois.

- Je n'aurais que deux questions. Qui êtes-vous ? Et que me voulez-vous ? Le prix ne sera que celui qui conviendra à une réponse valable.

Les choses ne pouvaient pas aller plus mal. Dante était coupé du reste du monde. Et s'il devait disparaître aujourd'hui, il savait que sa mémoire ne serait pas perdue. Au fond de son âme il sentait que la Force l'avait marqué. Et ainsi, il vivrait peut-être plus longtemps dans la Force que dans ce corps. Ces idées ne lui ressemblaient pas. Il n'était pas aussi défaitiste habituellement. Etait-ce le poids de ces regards qui le tiraillaient dans ces méandres obscures ? Dante l'ignorait. Mais il n'oublierait jamais son visage. Ce visage qui lui offrait ce sourire aussi chaud que le Soleil d'Urikaine…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Dim 27 Oct - 11:48

Ah, deux questions si simples… C’était presque innocent voire naïf. De toutes les possibilités, ces deux-là manquaient clairement d’imagination. Étroitesse d’esprit? Peut-être. Qu’importe. Il avait demandé, il recevrait sans mensonges, la plus stricte des vérités. Le mensonge, de toute façon, serait immédiatement détecté. Mentir à un utilisateur de la Force n’est pas chose aisée, loin de là. Il fallait user d’armes différentes, de tactiques et de stratégies permettant de déstabiliser l’ensemble. Le proverbe était d’ailleurs formel : toute vérité n’est pas bonne à dire. Comment doit-on réagir devant l’indéniable, devant le certain? Le fantôme étouffe un petit rire, visiblement amusé. Les impériaux, eux, ne bougent toujours pas. Ils attendent. Ils attendent un ordre qui visiblement ne vient pas, qui tarde à venir, pour être exact.

« C’est tout? Deux questions si dénuées de vraie curiosité? Soit. Nous répondrons. Nous sommes Yerkis Sallian. Voilà pour le qui. Ce que nous voulons? Jouer, rien de plus. Nous avons lancé un appel et tu as répondu. Si tu ne veux pas jouer, ce n’est pas notre faute… Il ne fallait pas venir. Nous avons attendu pendant longtemps, préparé le terrain de jeu. La partie ne fait que commencer, heureusement.

Personnellement, le qui est accessoire. Le quoi aurait été une question plus intéressante. Que sommes-nous est plus pertinent que qui sommes-nous. Un nom est inutile, fondamentalement. On peut en avoir des dizaines, en plus des surnoms et des titres. En demandant le quoi, le pourquoi de tout ceci serait devenu bien plus clair. Mais bon. Commandant? Amenez le joueur dans ses quartiers. Il nous ennuie. »


Nouveau rire. Le fantôme semble se jouer du Jedi. D’un geste de la main, il congédie les soldats, ne laissant que le commandant avec lui, qui regarde avec insistance Dante. Le fantôme s’en va ensuite, sans doute préparer quelque autre jeu qu’il puisse concevoir. Dante a posé ses questions, il aura droit d’en poser d’autre après une nouvelle partie. Après tout, lui n’a mis aucune restriction sur le nombre de questions autorisées. Si le Jedi veut se limiter, cela le regarde. Cela ne peut qu’amener à un jeu plus intense et plus amusant, plus intéressant même. Une fois partit, le commandant impérial semble compter mentalement, regarde nerveusement autour de lui et fini par prendre la parole. Ce n’est pas plus qu’un murmure mais pour qu’un impérial veuille vider son sac, on peut supposer que quelque chose de sinistre se trame…

« Je ne sais pas qui vous êtes et je ne suis pas sûr de vouloir le savoir. Vous n’avez aucune raison de me faire confiance mais je vous en supplie, libérez nous de cette sinistre farce. Il y a des années que j’attends la mort et des années que ce sadique nous la refuse… C’est de cette façon qu’il reste en vie… Si vous ne le faites pas pour moi, étranger, faites le pour mon équipage. Des gens innocents, monsieur…

Il est dangereux. Très dangereux. Vous n’avez pas idée de ce dans quoi vous vous êtes embarqué. Vous n’auriez pas dû venir. Pas seul en tout cas. Plusieurs Siths, plusieurs Jedis pourraient le vaincre. Vous seul? Je crains fort que notre prochaine rencontre se fasse en des circonstances plus sombres encore. Bonne chance monsieur… Car la Force seule ne sera pas suffisante contre lui. Je… Par ici s’il vous plait… »
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Mar 5 Nov - 9:35

Dante attendait avec le calme qui le caractérisait tant, les réponses à ses questions. Désuètes ? Elles auraient pu passer comment l'étant au plus haut point. Toutefois, le Maître Jedi ne posait jamais de questions inutiles. D'une certaines manière, tout aussi simple que pouvait être une phrase, elle ne possédait jamais qu'une seule et unique manière d'être interprétée. Tout dépendait de celui ou celle qu'on avait en face de soi. Chacun entendait, étudiait, réagissait à un même mot d'une manière différente. Et ce, par le propre sein de son être vivant.

Une nouvelle fois, la voix se répercuta contre les murs du vaisseau. Une ode profonde et étrangement lugubre. Cette dernière sembla résonner dans la tête de Dante comme un requiem de plus en plus sinistre. Néanmoins, le Maître Jedi ne dit rien et laissa les explications venir à lui. L'une après l'autre, les réponses à ses questions viendraient d'elle-même. Et si toutefois, elles n'étaient pas celles qu'il attendait, alors Dante creuserait la chose à sa source. Car, outre la prestance de celui qui avait prit les traits de Karnak, d'autres nuances venaient à s'ajouter à ce tableaux aux couleurs ternes…


« C’est tout? Deux questions si dénuées de vraie curiosité? Soit. Nous répondrons. Nous sommes Yerkis Sallian. Voilà pour le qui. Ce que nous voulons? Jouer, rien de plus. Nous avons lancé un appel et tu as répondu. Si tu ne veux pas jouer, ce n’est pas notre faute… Il ne fallait pas venir. Nous avons attendu pendant longtemps, préparé le terrain de jeu. La partie ne fait que commencer, heureusement.

Personnellement, le qui est accessoire. Le quoi aurait été une question plus intéressante. Que sommes-nous est plus pertinent que qui sommes-nous. Un nom est inutile, fondamentalement. On peut en avoir des dizaines, en plus des surnoms et des titres. En demandant le quoi, le pourquoi de tout ceci serait devenu bien plus clair. Mais bon. Commandant? Amenez le joueur dans ses quartiers. Il nous ennuie. »


L'entité - car il fallait bien avouer que ce n'était finalement rien d'autre qu'un tel être - continuait à parler de "nous" tel qu'il semblait être. Tout en lui semblait vouloir prendre Dante de haut. Son visage calme, ses paroles, sa gestuelle en soit désirait le prendre tel un insecte et s'en débarrasser tandis qu'il se détournait de lui sans rien ajouter de plus. Le "Quoi" tel qu'il l'avait appelé se devait d'être des plus intéressant pour cet être qui se jouait de lui depuis le début. Mais "être" n'est pas déjà un "Quoi" en soi ? Le paradoxe pouvait passer pour aussi improbable en cet instant que durant un combat à mort. Mais Dante se préférait à se poser les bonnes questions, au bon moment. Un nom, quoique futile, se pouvait d'être d'une utilité quelconque dans un futur plus ou moins proche…

Quand à la seconde réponse… Tout était sordide à souhait dans ce jeu. Ni Dante, ni quiconque ne pouvait être un pion déplaçable à volonté sur un échiquier. L'Empire se servait de ses soldats de cette manière, tout groupement militaire qui désirait gagner un combat coûte que coûte utilisait ses forces armées ainsi. Mais ce jeu n'utilisait pas ses pions afin d'obtenir une quelconque satisfaction, ni même dans l'espoir d'une liberté telle que l'espérait la République depuis que l'Empire avait prit possession de la Galaxie. Non, ce jeu n'avait nul autre but que d'occuper un être tout aussi sinistre que son propre amusement… Il jouait avec la vie elle-même…

Puis, comme s'il voulait ajouter à l'injure de ses paroles, il laissa seul deux de ses "pions" seuls l'un en face de l'autre. Une musique commença à s'égrener dans la tête de Dante. Mais l'arrêtant dans ses réflexions, celui que "Karnak" avait nommé "Le Commandant" s'approcha du Maître Jedi et se mit à lui parler. Les paroles n'étaient rien de plus qu'un murmure, à peine soufflées entre des lèvres mi-closes.


« Je ne sais pas qui vous êtes et je ne suis pas sûr de vouloir le savoir. Vous n’avez aucune raison de me faire confiance mais je vous en supplie, libérez nous de cette sinistre farce. Il y a des années que j’attends la mort et des années que ce sadique nous la refuse… C’est de cette façon qu’il reste en vie… Si vous ne le faites pas pour moi, étranger, faites le pour mon équipage. Des gens innocents, monsieur…

Il est dangereux. Très dangereux. Vous n’avez pas idée de ce dans quoi vous vous êtes embarqué. Vous n’auriez pas dû venir. Pas seul en tout cas. Plusieurs Siths, plusieurs Jedis pourraient le vaincre. Vous seul? Je crains fort que notre prochaine rencontre se fasse en des circonstances plus sombres encore. Bonne chance monsieur… Car la Force seule ne sera pas suffisante contre lui. Je… Par ici s’il vous plait… »


Alors en plus de jouer avec la vie, il jouait avec la mort ? Cet être parlant au "nous" semblait posséder bien plus qu'une étrange manière de s'amuser. Il en était devenu d'une cruauté dont seuls quelques Sith avaient été capable jusqu'à présent. Dante ferma les yeux et se mit à ressentir les fluctuations dans la Force. Il trouva rapidement ce qu'il cherchait : Epiphany. Le White Queen était bel et bien encore présent. Et connaissait Franck, il ne tarderait pas à tout faire pour le retrouver, même si le bâtiment dans lequel le Maître Jedi avait disparu, jamais son équipage ne l'abandonnerait. Quoiqu'il est pu leur donner comme ordre…

Puis, tout en suivant le Commandant dans le dédales de couloirs qui se suivaient tout en se ressemblant, Dante finit par prendre la parole par télépathie. Même si la Force ne pouvait sortir de ce cercueil flottant, elle pouvait tout de même se glisser jusqu'à cet homme qui ne se trouvait qu'à quelques pas devant lui. Ses intensions étaient claires. Il ne quitterait ce vaisseau que lorsque le jeu se serait terminé. Et quelle que soit la manière, le Maître Jedi ne le quitterait pas seul. Malgré son visage froid et ses paroles directes, Dante n'en restait pas moins un être doué d'empathie, et surtout un serviteur de l'Ordre… Et en tant que tel, il prenait pour acquis l'aide qu'il pouvait apporter à autrui…


*Je vous libérerait. Vous et votre équipage… La prochaine partie se fera selon mes règles… Et lorsqu'il aura perdu, j'obtiendrais votre liberté.*

Quoiqu'il lui en coûte… Dante aurait très bien pu rajouter cette phrase. Mais elle semblait aussi inutile qu'une conscience pour un Sith. Et si toutefois il perdait la prochaine "partie", alors il ne le ferait pas sans emporter le meneur de jeu dans sa déchéance…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Ven 8 Nov - 4:51

Excellent. Excellent. La peur… Ses pantins impériaux la ressentent et ils tentent de la communiquer à son nouveau jouet. Ils n’y parviendront pas, évidemment. Cependant, le Jedi va naturellement vouloir interférer. Ce faisant, il risque de baisser sa garde et donc il lui suffira d’exploiter la brèche. Prévisible, naturellement. Ils finissent tous par suivre un schéma similaire. Sith, Jedis, autres… Non. Au final il craquera et il lui prendra quelque chose à ajouter à sa collection. Comme il le fait, au fond, depuis plusieurs années déjà. Il fixe les règles, joue son jeu et gagne, invariablement. Cette fois-ci ne sera pas différente des autres. Il le sait. Il le sent. Pour pouvoir triompher de lui, il faudra commencer par comprendre ce qu’il est et cela, son pantin Jedi ne le peut. Enfin… Théoriquement non.

Il faut préparer la prochaine phase du jeu. Les questions. Il adore les questions, les devinettes, les jeux de l’esprit. Quelle saine distraction, bien plus intéressant que de taper sur quelque chose ou de s’adonner à de vains gribouillages. Si c’est un Jedi qui est effectivement son invité, force est d’admettre qu’il ne devrait pas y voir d’objections. Quel sujet d’étude intéressant, vraiment. Voilà longtemps qu’il n’a pas eu l’occasion de s’amuser autant. Ah, de penser qu’il aurait pu se retrouver aux prises avec l’un de ces insipides membres de l’Ordre, trop assis sur ses principes et manquant si clairement de vision… Non ce Dante est définitivement le divertissement qu’il lui fallait. Il va lui laisser une nuit de sommeil et dès demain, dès demain, le jeu se poursuivra. Quoi que… Non, discuter est si tentant. Il va donc voir le Jedi dans ses quartiers.


« Et si nous t’autorisions une autre question? Nous avons si peu de visiteurs, nous sommes toujours fascinés par la perspective du jeu. Il y a tant à demander, tant à vouloir savoir, n’est-ce pas? Ah joueur, il y a bien vingt ans que nous attendions la prochaine partie. Cruel, cruel destin qui aime nous jouer des tours. Mais tu es là et il y a tant à savoir, tant à interroger, n’est-ce pas. Nous avons aussi des questions, d’ailleurs.

Nous savons que tu es Dante et que tu es un Jedi. Nous savons aussi que tu n’es pas humain. Mais nous ne savons pas ce que tu es. Le quoi. Le quoi dans le sens du rôle que tu te donnes. Si tu es ici ce n’est pas par hasard. C’est parce que tu as un but précis. Personne ne se lance dans l’inconnu pour le simple plaisir de le faire. Qu’es-tu, Dante, un architecte, un destructeur, un sauveur, un monstre? »


Il y a quelque chose de surréaliste à parler de la sorte avec… Quelque chose qui nous est inconnu, au fond. Le maitre de jeu reste une énigme et s’il est indubitablement sans pitié, il ne semble pas malicieux ou fondamentalement sadique. Peut-être Dante a-t-il déjà rencontré des personnes similaires, ces scientifiques, par exemple, si fascinés par leur travail que les notions d’éthiques et de morale n’existent pas, seulement la science. Est-ce un peu ce qu’est cette mystérieuse entité? Derrière son assurance semble se cacher une soif de savoir. Est-ce son prix dans le jeu? S’emparer des connaissances d’autrui? Difficile à dire mais Dante a une piste de plus à explorer, ce qui ne peut lui faire de tort. Il faut toujours avoir le plus de munitions à son arsenal. Qu’il en profite : demain, qui sait, son hôte ne sera peut-être pas si bavard…
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Sam 16 Nov - 5:15

La pièce dans laquelle le Commandant l'avait amenée n'était en rien différente du reste du vaisseau. Sobre et dénuée de toute décoration. Pas même une carte spatiale. Le seul ameublement se résumait à un vieux lit assez spartiate. Une lumière diffuse éclairait le plafond d'un ton blafard aux teinte bleutées. Dante Se retrouva rapidement seul. Les traits apeurés qui se dessinaient sur le visage du Commandant disparurent tandis que la Maître Jedi s'assit sur le lit. Prenant sa position habituelle, il se mit à méditer lentement. Son corps entra en lévitation et plusieurs minutes passèrent avant même qu'il ne réussisse à ressentir une once de présence réelle dans ce vaisseau.

Tout ce qui l'entourait semblait continuer à apparaître et disparaître au gré de leurs envies. Les flammes d'un brasier qui par moment se retrouvait être entouré par on ne sait quelle raison. Tel qu'en était les faits, Dante ne pouvait tenter de retrouver un être vivant dans ce bâtiment. Seul celui qui avait eu l'audace de prendre les traits de son ami devait posséder à proprement dit une enveloppe charnelle. Ou tout du moins, le semblait-il aux premiers abords.

Se laissant porter jusqu'à lui, le Maître Jedi le visualisa dans la Force. Sa présence s'approchait de plus en plus de lui. Il venait à sa rencontre. Les raisons ne devaient pas être aussi évidente qu'une visite de courtoisie. Pas plus que pour le harceler de nouveau. Quelque chose devait le pousser à se présenter à lui une nouvelle fois. Une raison dont lui seul devait connaître la réponse. Lorsque la porte glissa, elle dévoila les même traits que Dante avait eu l'étonnement de retrouver au moment où il avait pénétré dans le cockpit du vaisseau. Ceux de Karnak… Sa voix était toujours aussi étrange, comme portée par une mélodie funeste.


« Et si nous t’autorisions une autre question?  Nous avons si peu de visiteurs, nous sommes toujours fascinés par la perspective du jeu. Il y a tant à demander, tant à vouloir savoir, n’est-ce pas? Ah joueur, il y a bien vingt ans que nous attendions la prochaine partie. Cruel, cruel destin qui aime nous jouer des tours. Mais tu es là et il y a tant à savoir, tant à interroger, n’est-ce pas. Nous avons aussi des questions, d’ailleurs.

Nous savons que tu es Dante et que tu es un Jedi. Nous savons aussi que tu n’es pas humain. Mais nous ne savons pas ce que tu es. Le quoi. Le quoi dans le sens du rôle que tu te donnes. Si tu es ici ce n’est pas par hasard. C’est parce que tu as un but précis.  Personne ne se lance dans l’inconnu pour le simple plaisir de le faire. Qu’es-tu, Dante, un architecte, un destructeur, un sauveur, un monstre? »


Dante ne savait quoi répondre à ce flot ininterrompu de questions. Alors cet être connaissait sa véritable identité. De plus, il prenait tout ceux qui "vivaient" pour des pions. Car un jeu sans protagonistes n'est pas un jeu. Il n'est rien d'autre qu'une scène sans vie. Une nature morte. Douce ironie que ce qui se déroulait autour de lui. Le Maître Jedi pesa quelques secondes les questions dans son esprit et tandis qu'il faisait face à l'être devant lui, il se mit à répondre de sa voix monocorde.

- La Force m'a guidée. Voilà la réponse au pourquoi. Je ne suis que ce que je dois être. Voilà le quoi. De plus, le sauveur ou le monstre ? Quelle est la seule chose qui les différencies ? Sauf peut-être l'œil de celui qui les regarde.

S'approchant de lui, le Jedi planta son regard froid dans les yeux de celui qui lui avait posé les questions jusqu'à maintenant. A une telle distance, il aurait pu le tuer - si tant est qu'il possédait une vie propre -, toutefois ce n'était pas dans les habitudes de Dante que de tuer de sang-froid. Il se contenta simplement de laisser ses yeux pénétrer dans ceux de l'être aux multiples facettes.

- A mes yeux, vous êtes le monstre. Sans être le sauveur, je suis un Protecteur de l'Ordre. Mon but n'est autre que de faire respecter ce en quoi je crois. Et en mes espérances.

Espérances… Un mot si particulier et à la fois si simple. Pour Dante, il représentait tout ce qu'il avait perdu, tout ce qu'il désirait au plus profond de lui pouvoir un jour retrouver. Avoir les réponses à ses questions… Tout comme celui qui lui répondait, Dante n'était rien d'autre qu'un chercheur. Un chercheur de réponses. Comme tout être qui semblait être perpétuellement seul. Ses yeux se fermèrent un instant, puis, lentement Dante se retourna et se recula.

- La solitude est un lourd fardeau. Mais quel est le vôtre ? Si tant est que vous puissiez ressentir les sentiments que vos pions perçoivent à votre égard… Car le jeu est une chose, la lassitude. Une autre.

Il avait eu droit à une autre question. Alors soit, cette dernière venait d'être posée. Tout être vivant ressentait des sentiments. Bons ou mauvais peut importait. Seules les raisons qui les poussaient à être présents étaient intéressants. Certes, ils n'étaient pas si différents l'un de l'autre. Néanmoins, l'un et l'autre ne cherchaient pas les réponses de la même manière…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Mer 20 Nov - 6:15

« Oh… L’intéressante question… Très bonne question en effet… On nous a volé tant de choses, oui. Tant de choses… Nous avons des années à rattraper, petit pion. La lassitude, nous ne l’avons que trop connue. Maintenant, nous profitons de notre existence brisée. Nous avons tant perdu, oui, tant perdu. Mais ce n’est pas le point focal de ta question, alors nous nous concentrerons sur la réponse. »

Pour la première fois, le maitre des lieux semble avoir perdu un peu de sa contenance, de son assurance. De sa contenance. De sa prestance. Manifestement, Dante a touché un point sensible ou quelque chose s’y apparentant. Serait-ce sage de continuer sur cette lignée? Un Jedi se doit d’aider ceux qui sont en difficulté, ceux qui souffrent. Le maitre d’œuvre est un monstre. De cela le Jedi a raison. Est-il cependant au-delà de toute rédemption? Difficile à dire quand l’autre semble posséder plus qu’un visage. Peut-être même plus qu’une personnalité, en fait… Cette curieuse tendance de parler au « nous », vient-elle d’un traumatisme quelconque ou d’un ego surdimensionné? L’autre est manifestement dangereux et le provoquer pourrait avoir des conséquences… Fâcheuses. Encore là, Dante est loin d’être un débutant. C’est un professionnel…

« Notre fardeau, petit pion, est celui d’une vie qu’on nous a volé. Qu’importe si tu peux comprendre ou saisir pleinement ce que nous venons de te révéler. L’important, c’était de répondre à la question. Nous avons honoré notre promesse. Maintenant, laisses-nous. Demain le jeu recommencera. Si tu y survis, tu auras droit à une autre question. Tu es un être cruel, petit pion. Nous ne l’oublierons pas. »

Le maitre d’œuvre quitte ensuite les lieux. Cette froide fureur est remplacée par cette attitude impassible que Dante a précédemment remarquée chez lui. Il n’a pas rêvé pourtant, les sentiments étaient bel et bien présents. Cachés derrière un masque comparable à celui des Jedis. Il est cependant évident qu’il n’en est pas un. Qu’est-il alors? Certes, il pourrait le demander directement. Ou alors, ce vaisseau doit bien receler d’indices. Échapper à la vigilance du maitre des lieux sera difficile mais certes pas impossible. Nul n’est parfait après tout. Il doit y avoir des failles dans sa façon de surveiller Dante… Si surveillance il y a. Après tout, il n’y a pas de gardes à la porte. Pas de caméras visibles. Aucun ordre n’a été donné en la présence du Jedi concernant son « séjour forcé ». Il est temps de prendre certains risques.

Le vaisseau a repris sa configuration impériale, celle que Dante avait préalablement observée. Il connait le chemin vers le centre de commandement et peut retourner s’il le désir par où il est arrivé. Dans la Force, cependant, deux présences. Celle de son « hôte », distincte mais en même temps, hors de vue. La seconde… La seconde est un amalgame de plusieurs petites présences qui semblent venir d’un endroit précis du vaisseau. Si Dante s’y connait en bâtiments militaires impériaux, c’est l’endroit où en général la configuration change d’un vaisseau à l’autre : tantôt aire de stockage, ce pouvait tout aussi bien être des quartiers additionnels, une armurerie, un centre de détention… Les possibilités restaient nombreuses. La question à se poser : sur ce bâtiment, à quoi servait cette zone pleine de présences si faibles dans la Force?
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Mer 27 Nov - 6:53

Leur distance était telle que Dante aurait put encore ressentir l'odeur et même la réelle présence de l'homme qui lui faisait face. Pourtant, le Maître Jedi ne cherchait pas ce genre de chose. Il observait simplement. Car quoi qu'il dise ou qu'il fasse, le jeu se déroulait maintenant à deux. Dante n'était plus le simple pion comme cet être semblait encore le croire. Mais bel et bien un adversaire s'étant imposé dans son jeu aussi sadique que cruel. Les pions, si on pouvait réellement les nommer ainsi n'étaient autre que les membres de l'équipage. Et tout en contenant ses sentiments dans la Force, Dante écouta la réponse de celui qui se tenait devant lui. Imposant sa loi comme s'il voulait se donner une contenance, ou plutôt une présence qu'il ne possédait peut-être pas totalement.

« Oh… L’intéressante question… Très bonne question en effet… On nous a volé tant de choses, oui. Tant de choses… Nous avons des années à rattraper, petit pion. La lassitude, nous ne l’avons que trop connue. Maintenant, nous profitons de notre existence brisée. Nous avons tant perdu, oui, tant perdu. Mais ce n’est pas le point focal de ta question, alors nous nous concentrerons sur la réponse. »

La réponse. La chose était telle que rien ni personne n'aurait pu l'éluder d'une manière ou d'une autre. Ils étaient l'un en face de l'autre. Tout en étant dos au mur, près à savourer une victoire insipide. Pour Dante, ces réponses n'auraient d'autre lieu que d'en savoir un peu plus sur celui qui tirait les ficelles dans l'ombres. Si tant est que celui qui lui faisait face était bien le même que celui qu'il avait rencontré la première fois.

La coordination de ses mouvements, la vitesse de sa respiration. Tout son corps semblait vouloir exprimer une certaine gêne. Dante avait posé la question tel qu'il l'avait imaginée. Comme à son habitude, le Maître Jedi avait été plus franc que la majorité des personnes. Sans perdre de vu le "respect" dut à quiconque, il avait posé sa question. Une nouvelle fois, il étudia lentement mais avec précision le moindre des faits et gestes de l'être qui venait de parler. Oui, Dante aurait juré le voir perdre pied. Si les véritables réponses devaient provenir de telles questions, alors soit. La prochaine fois la question ne serait pas aussi "indirecte". Bien au contraire.


« Notre fardeau, petit pion, est celui d’une vie qu’on nous a volé. Qu’importe si tu peux comprendre ou saisir pleinement ce que nous venons de te révéler. L’important, c’était de répondre à la question. Nous avons honoré notre promesse. Maintenant, laisses-nous. Demain le jeu recommencera. Si tu y survis, tu auras droit à une autre question. Tu es un être cruel, petit pion. Nous ne l’oublierons pas. »
- La cruauté arbore de multiples visages…

Tandis que l'être quittait les lieux, Dante s'adossa au mur perpendiculaire à la porte. De cet emplacement, il pu observer le couloir dévoilé par l'embrasure de cette dernière. Rien, non rien ni personne ne semblait bouger. Se laissant guider par la Force, Dante sortit de sa "chambre" et se plaqua contre le mur. Ses doigts se déployèrent à plusieurs reprises. Ces petits mouvements pouvaient passer pour inutiles, mais depuis qu'il avait pénétré dans ce vaisseau, des spasmes s'en prenaient à sa prothèse. Finalement, tout ici ne semblait rien avoir de charnel en soi. Même le semblant de Maître des lieux ne devait pas posséder de corps. Toutefois, en laissant ces idées de côté, Dante commença à remonter le couloir en silence.

Sa main droite posée sur son sabre laser, il s'apprêtait à voir arriver un groupe de garde en faction. Mais rien n'apparu au croisement des deux couloirs. Effectivement, il n'y avait personne. Sauf dans la Force. Les fluctuations semblaient être si faibles par endroit. Telles des ombres qui dansaient sur un mur tandis que la lumière du soleil se moquait d'elles. L'autre sensation possédait la marque des plus différenciables de celui qui venait de le quitter. Il ne s'était écoulé que très peu de temps entre le moment où il avait quitté Dante, et celui où le Maître Jedi s'était décidé à quitter sa "chambre". Pourtant l'être se trouvait désormais à l'endroit même où Dante l'avait rencontré pour la première fois. Néanmoins, quelque chose dans la Force poussait le Maître Jedi à se rendre auprès des faibles présences…

Leur situation ne laissait rien présager de bon. Les cours auprès du Maître Syl'Torkan ainsi que les voyages de Dante, lui permirent de rapidement apprendre comment fonctionnaient les bâtiments de l'Empire. Malgré tout, celui-ci semblait ne pas réellement en faire partie. Et donc, ce qui devait être les soutes, pouvait très bien être tout à fait autre chose. Au vu de la cruauté de l'être qui se tenait dans son fauteuil, Dante ne pouvait douter du fait qu'il aurait très bien pu en faire un lieu de torture… Comme tout Jedi, Dante ne pouvait laisser faire une telle chose plus longtemps.

En silence, Dante marcha jusqu'à l'endroit d'où provenait les présences. Aussi faibles soient-elles, la Force les représentaient pourtant dans les sens du Maître Jedi. A chaque croisement, au moindre bruit, quelque soit le mouvement, Dante s'adossa à un mur et se dissimulait dans les ombres. Aucun garde ne semblait faire sa ronde, pas une once de vie ne s'approchait ou ne s'éloignait de l'endroit où elles étaient. Même l'être cruel qui semblait piloter ce vaisseau fantôme ne semblait pas porter la moindre attention à Dante. Tandis qu'il s'approchait du lieu même où la Force avait fait avancer Dante, il s'arrêta devant la porte. Ce fut avec tous ses sens en éveil, et son sabre laser en main qu'il pénétra dans cette pièce dont il ignorait encore tout…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Dim 1 Déc - 12:42

Il y en avait des dizaines. Plus probablement que l’on aurait pu le croire possible et pourtant… Il y en avait des dizaines. Dante venait de trouver l’équipage du vaisseau et il était loin d’être en vie. C’était un spectacle des plus préoccupants qui s’offrait à sa vue. On pouvait dire sans exagération que rien ne pouvait vraiment vous préparer à une telle vision. En fait, même la Force n’en avait soufflé mot au Jedi, ce qui était d’autant plus surprenant. Adonnons-nous à quelques calculs. Au maximum, un vaisseau de ce type avait un équipage de 1092 personnes, plus un complément de 142 soldats. Dans le cas présent, on était sûrement en présence d’un équipage réduit. Un Carrack-class light cruiser pouvait certes être piloté par seulement deux personnes au vu de l’automatisation très prononcée des systèmes le constituant mais quand même…

L’équipage que voyait Dante n’était pas en vie. Nous l’avons déjà dit. Paradoxalement, il n’était pas mort non plus. Loin de là. Il était bien présent, en état de stase. Ce que Dante avait découvert au cœur du « Mirage », c’était plusieurs rangées de capsules qui si elles gardaient complètement immobiles le sujet, son esprit lui n’en était pas moins conscient. Bien moins fort et présent car ce genre de technologie devait être taxante, d’une façon ou d’une autre mais toujours fonctionnel. Contempler l’horreur d’un immobilisme artificiel sans avoir aucun moyen de s’en libérer. Soit cela vous rendait complètement apathique ou inoffensif, soit vous perdiez tout simplement la raison. Une seule de ces capsules est vide, cependant et nul besoin de faire un dessin à Dante pour qu’il mette les pièces du puzzle en place. Il s’agit de la capsule qui a jadis contenu le maitre d’œuvre.


« Vous n’auriez pas dû venir ici, monsieur. Comme je suis chargé de vous surveiller, cela me force à voir quelque chose de très désagréable. Moi, dans cette capsule, au fond là-bas. Voici la source de son pouvoir. La science impériale a libéré un mal qu’elle a bien été incapable de contrôler. Si vous voulez bien me suivre, que je vous reconduise à vos quartiers, où vous pourrez vous… »

Le fantôme de l’officier impérial ne termine pas sa phrase car tout d’un coup, il n’est plus là. Le décor change, devient une succession de corridors et les présences dans la Force semblent hurler à l’agonie. Quand les choses reprennent cours normal, Dante est devant la porte de ses quartiers. Encore des illusions, encore des manigances… Et un maitre d’œuvre qui s’il semble tout aussi impassible ne peut trahir une part de ce qu’il ressent. Une grande, très grande colère, comme une fournaise qui jamais ne s’éteindrait, alimentée par une part égale de haine et de ressentiment. L’apparence du maitre d’œuvre change, se transforme… Et Dante regarde son mentor dans l’Ordre Jedi. S’il refuse d’écouter quand c’est son meilleur ami qui lui parle, peut-être qu’une figure d’autorité saura le gardé discipliné et coopératif.

« Dante, la curiosité est un trait qui mène au côté obscur. La curiosité mène à une soif malsaine de savoir qui mène à l’obsession de vouloir toujours un peu plus de connaissances, un peu plus de pouvoir et ultimement, elle te détruit en te révélant des choses qui auraient dû rester enfouies et que tu ne peux contrôler. Reste dans tes quartiers et médite. Demain sera très certainement éprouvant. »
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Lun 2 Déc - 7:06

Aucun voyage, aucun entraînement aussi difficile soit-il ne l'aurait entraîné à voir de pareilles atrocités faites dans ce monde. Bien au-delà de la cruauté habituelle des hommes. La crainte et les peurs semblaient êtres palpables tant elles prenaient vie dans les yeux de tous ces hommes et femmes d'équipage qui regardaient Dante de leurs yeux vide. La taille de la pièce dépassait l'entendement. Ici, tout avait été arrangé pour que chacun puisse y être "entreposé" tel un objet de décoration. Les tubes qui s'alignaient à distance égale les uns des autres dévoilaient lentement les corps immobiles.

La lame du sabre laser disparue dans son manche tandis que le Maître Jedi traversait les rangées d'un pas calme. Ses mains caressaient les vitres. Par endroit, les yeux semblaient avoir bougés, mais ce n'était finalement qu'une impression passagère. Aucun de ces corps ne semblait pouvoir bouger de son carcan translucide. Au bout de plusieurs minutes, Dante se retrouva devant la seule chose qui n'était pas en accord avec l'entièreté du vaisseau. Une capsule. Une unique et solitaire capsule était ouverte. La paroi de transparacier dévoilait l'intérieur de la capsule. Une épaisse fumée blanche s'en échappait et son odeur âcre fit reculer Dante.

L'étrange gaz se devait de garder en vie ceux qui se trouvaient dans ces capsules. Les ouvrir directement risquait d'empêcher à jamais les possibles survivants de quitter un jour ce vaisseau fantôme. Toutefois, seul celui qui tirait les ficelles devait connaître les réponses à ce jeu morbide. Et il devait autant en être le Maître, que le seul rescapé de cette folie scientifique. Avant même que Dante ne puisse observer plus en avant la capsule ouverte, une voix émergea dans son dos. Tremblante, et remplie de peur, elle n'était autre que celle qui l'avait appelé à l'aide il y a peu…


« Vous n’auriez pas dû venir ici, monsieur. Comme je suis chargé de vous surveiller, cela me force à voir quelque chose de très désagréable. Moi, dans cette capsule, au fond là-bas. Voici la source de son pouvoir. La science impériale a libéré un mal qu’elle a bien été incapable de contrôler. Si vous voulez bien me suivre, que je vous reconduise à vos quartiers, où vous pourrez vous… »

Les images se mirent à disparaître, la vitesse à laquelle elles défilèrent défièrent même les lois de la physique commune. Le Maître Jedi observa l'homme qui venait de lui parler disparaître avant même qu'il n'ai eu le temps de finir sa phrase. Alors la science y était bel et bien pour quelque chose. La folie tout autant d'ailleurs. Parfois, ceux qui découvrent le monde ont bien trop tendance à vouloir le manipuler à leur guise… Et seuls les ignorants le payait de leurs vie. Une nouvelle fois, l'Empire avait voulu jouer avec les feu… Bien entendu, ce ne fut pas ceux qui l'allumèrent qui furent brulés… Mais bel et bien ceux qui les entouraient. Leur souffrance visible en devait assourdissante. Leurs hurlements auraient vrillé les tympans de n'importe quel être vivant. Leurs cris déchirants s'entrelacèrent dans les fluctuations de la Force.

En quelques secondes à peine, Dante s'était à nouveau retrouvé devant "ses" quartiers. Lorsque le regard du Maître Jedi passa sur les traits du visage qui s'affichaient désormais devant lui, ses yeux changèrent de couleur. Habituellement gris-vert, ils passèrent à un bleu profond avant de revenir à leur couleur d'origine. Sa mère lui avait offert cette particularité propre à leur race. Toutefois, Dante se laisser emporter par la Force et se retint de cribler le corps de cet outrancier de tirs de blaster. Oser arborer les traits de son Maître tenait bien plus de l'insulte que de la volonté de lui apprendre quelque chose. Pire encore que son visage ou même son corps. L'être qui se tenait devant lui s'était même accaparé de sa voix…


« Dante, la curiosité est un trait qui mène au côté obscur. La curiosité mène à une soif malsaine de savoir qui mène à l’obsession de vouloir toujours un peu plus de connaissances, un peu plus de pouvoir et ultimement, elle te détruit en te révélant des choses qui auraient dû rester enfouies et que tu ne peux contrôler. Reste dans tes quartiers et médite. Demain sera très certainement éprouvant. »
- L'arrogance mène inlassablement à sa propre perte… Jouer avec la vie de ces malheureux n'était pas assez encore pour vous ? Il vous faut encore bafouer les souvenirs de celui qui est venu ici pour les libérer ?

Tout le corps de l'homme qui se tenait en face de Dante suintait de haine et de colère. Il était temps de mettre un terme à toute cette mascarade. Le Maître Jedi en avait assez vu. Il avait ressenti la douleur. Touché leur tristesse du bout de ses doigts… C'en était trop. L'Ordre et la Justice avait été bafoué par les actes de celui qui se tenait devant lui. Oui. Encore une fois l'Empire avait abusé de son pouvoir. Il s'était cru capable de gouverner les hommes qui de vulgaires pions. Néanmoins, parfois un seul pion peut faire changer la donne. La prothèse que possédait Dante s'ouvrit. Sa main gauche glissa sous son avant-bras, et son doigt se posa sur la gâchette de l'arme qui venait de se dévoiler. Le bras tendu, Dante pointa le blaster intégré à sa prothèse sur le visage de celui qui avait tiré les ficelles depuis le début.

- Le pion est devenu est joueur. Je vous ai déjà prévenu. Notre prochaine partie se déroulera selon mes règles ! Si je gagne, vous libérez l'équipage. Mais si vous sortez vainqueur, je resterais sur ce vaisseau. Je doute que ce genre de propositions vous répugne… (Lentement, Dante posa sa main droite sur sa prothèse et continua de parler.) Mais avant toute chose. Je veux connaître le visage de celui qui se croit supérieur à l'Ordre établi…

Le Maître Jedi avait gardé son calme depuis le début. Et encore maintenant, il ne s'était pas laissé emporté par la colère ou ses anciens sentiments. Sa sagesse et la Force lui avaient permis de devenir un Maître au service de l'Ordre Jedi. Tout autant que son Maître. Malgré tout, celui qui se tenait devant lui n'était en rien le puissant Maître que Dante avait côtoyé dans sa jeunesse. Il n'était rien d'autre qu'un monstre aux desseins cruels. Jouant avec la vie d'autrui comme s'il ne s'agissait rien de plus que d'un passe-temps comme un autre…
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Lun 2 Déc - 16:43

« Tu ne comprends donc rien, petit pion? Tu avais la vérité devant toi et tu as vu nos bourreaux subir le sort qu’ils nous ont infligé! Tu as vu notre prison et tu penses encore que c’est nous le monstre! Que nous sommes celui qui sont dans le tort! Tues nous, petit pion. Tues nous. Libère nous de l’Agonie. Tu peux mettre fin au jeu. Nous ne pouvons. Si nous le faisons, la folie nous consumera. »

Spoiler:
 

L’apparence de l’autre change encore une fois, révélant un visage qui n’a rien d’humain. En fait, même en connaissant bien les espèces extraterrestres, il est évident que ce qui se tient devant Dante n’appartient pas exactement au commun des mortels. Pour ainsi dire, il y a de fortes chances pour que les impériaux aient… Joué… Avec leur sujet test. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. La victime d’une bien cruelle expérience. Pourtant les indices étaient là, subtils mais bien présents. Réels. Tangibles. Simplement, ils n’ont pas été présentés de la façon la plus efficace, loin de là. Il est utile de noter que la créature qui se tient devant Dante ne porte aucun vêtement, ce qui permet au Jedi de voir un corps scarifié qui ne peut être le résultat que du sadisme des soit disant scientifiques impériaux, ces bouchers sans âme qui œuvrent pour l’Empire.

« Nous te l’avons dit, petit pion. Ils nous ont volé notre vie. Nous étions une personne et maintenant, nous sommes plusieurs. Les fragments de dizaines d’esprit coincés dans la même tête, dans le même corps. Nous sommes celui qui a survécu où les autres sont morts. Nous sommes ce qu’il reste quand ILS ont eu fini de jouer avec nous. Et bien nous avons décidé de jouer avec EUX! Tu ne comprends rien… »

Le Jedi se retrouve prit dans une sorte de tempête de sensations. Des fragments de pensée, des souvenirs les vestiges du passé de cette curieuse… Chose… Assaillent Dante de toute part. La douleur, la souffrance, la détresse de ce qui était une personne avant de dégénérer en autre chose. Il peut voir par flash les terribles sévices qu’on a infligés à celui qui se dit le maitre d’œuvre. Et il y a plus. D’autres tests sur d’autres personnes, des personnes dont l’esprit fini par voler en éclat et dont les fragments sont « absorbés » par son hôte. Le commun des mortels aurait sans doute perdu la raison sous un tel assaut car il ne s’agissait pas d’user de la peur de l’autre ou de quelque manigance : c’éatait la douleur que LUI avait subi. On pouvait difficilement exprimer en mots ce qui s’était passé, ce qui s’était produit.

« Quand nous avons réussi à nous enfuir, nous leur avons fait payer. Ils savaient ce qui se passait et ils ont refusé d’intervenir! Chaque capsule contenait un être vivant avant qu’ils n’en disposent comme des déchets! Il ne restait plus que nous. Nous nous servons d’eux comme ils se sont servis de nous. Un bien piètre prix de consolation. Non petit pion. Tu n’es pas le joueur que tu crois être.

Tu es un pion et tu resteras un pion car tu es comme les autres. Cruel et fourbe. Nous refusons de te laisser gagner. Il ne peut y avoir que nous comme vainqueur dans ce jeu. À moins que tu ne puisses réparer ce qui a été irrémédiablement brisé? Peux-tu vraiment reconstruire ce qui n’est plus? Non. Personne ne le peut. Si c’était possible, quelqu’un aurait depuis longtemps répondu à nos cris de détresse. Nous ne crions plus maintenant. Nous faisons crier les autres… »
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Mer 4 Déc - 5:33

Les sentiments n'étaient jamais de très bon conseillers. Encore moins lorsqu'ils provenaient de corps inertes nourris par la crainte et la tristesse. Dante savait passer outre ces plaintes provenant par vagues ininterrompues. Ceux qui subsistait sans autres raisons que celles qui nourrissaient ses propres desseins. Dante le tenait en joue désormais. L'ancien pion contre celui qui semblait n'être au final qu'un Maître de Jeu sadique et méprisant. Ses joueurs ? des âmes en peine. Son but ? Il était si lointain et à la fois si proche que le Maître Jedi ne pouvait le voir dans son entièreté. Tel devait être le choix de celui qui avait depuis le début arboré tour à tour les visages de son ami décédé et celui de son Maître.

« Tu ne comprends donc rien, petit pion ? Tu avais la vérité devant toi et tu as vu nos bourreaux subir le sort qu’ils nous ont infligé ! Tu as vu notre prison et tu penses encore que c’est nous le monstre ! Que nous sommes celui qui sont dans le tort ! Tues nous, petit pion. Tues nous. Libère nous de l’Agonie. Tu peux mettre fin au jeu. Nous ne pouvons. Si nous le faisons, la folie nous consumera. »  

Le visage du Maître Syl'Torkan finit par disparaître. A tout point l'être qui se tient désormais devant Dante n'a rien de comparable avec les êtres vivants qu'il avait croisé jusqu'à lors. Non, même lors de sa formation de Jedi il n'avait jamais vu pareille créature. Aucun holocron, aucuns apprentissages n'auraient pu le préparer à ça. L'être semble vivre, respirer tout comme lui. Pourtant il ne s'agit pas d'un proche-humain. Il ne peux être ce que le Maître Jedi se refuse à penser… Une création de l'Empire. Un être vivant meurtri et dont le seul lien qui l'uni encore avec ce monde est sa colère et sa tristesse.

Nu comme l'enfant qui vient de naître. Voilà comme le Maître du jeu se présente au Jedi. Toutefois, son corps est parsemé de cicatrices aussi profondes que celles qu'il possède sur son âme. Dante baissa sa prothèse armée, et en quelques secondes à peine, sa main avait reprit sa place initiale. Bougeant ses doigts comme à l'accoutumé, le Maître Jedi observait avec attention la création de Valaqil. Ce dernier s'était extrêmement appliqué à modifier la prothèse dont Dante avait hérité en revenant sur Naboo… Et tout en regardant celle-ci, il comprit d'où provenait la douleur de cet être qui se tenait devant lui.


« Nous te l’avons dit, petit pion. Ils nous ont volé notre vie. Nous étions une personne et maintenant, nous sommes plusieurs. Les fragments de dizaines d’esprit coincés dans la même tête, dans le même corps. Nous sommes celui qui a survécu où les autres sont morts. Nous sommes ce qu’il reste quand ILS ont eu fini de jouer avec nous. Et bien nous avons décidé de jouer avec EUX ! Tu ne comprends rien… »

Des images défilèrent dans l'esprit de Dante. Sans la Force qui le tenait contre son sein, il aurait très certainement fini comme eux. Souffrant dans une folie sans limite. Leurs cris, leurs angoisses, la tristesse, la souffrance… Tous ces sentiments s'entremêlèrent tandis que le Maître Jedi se retrouvait spectateur d'une scène qui s'était déroulée il y a bien des années. Impassible devant l'horreur, car bien conscient de son corps intangible, il ne pouvait empêcher ces atrocités du passé. Celles dont seul l'Empire était capable.

Inlassablement, Dante voyait les corps s'aligner contre les parois de ce vaisseau. Les tests se déroulants à une vitesse vertigineuse. Les scientifiques ne laissant aucun répit à leurs "cobayes", car au final, ils n'étaient rien de plus pour eux. Des créatures utilisées dans un but précis. Des êtres vivants dont la vie ne leur importait peu. Car pour eux, seule leur connaissance semblait les intéresser. Les esprits, les pensées, les âmes en elles-mêmes disparurent. Absorbées par celui qui se tenait devant lui. La poignée de seconde fini par disparaître, et avec elle les cris et la douleur. Désormais ils n'étaient plus que les deux. Face à face dans les ténèbres des souffrances dont ce vaisseau semblait se nourrir.


« Quand nous avons réussi à nous enfuir, nous leur avons fait payer. Ils savaient ce qui se passait et ils ont refusé d’intervenir ! Chaque capsule contenait un être vivant avant qu’ils n’en disposent comme des déchets ! Il ne restait plus que nous. Nous nous servons d’eux comme ils se sont servis de nous. Un bien piètre prix de consolation. Non petit pion. Tu n’es pas le joueur que tu crois être.

Tu es un pion et tu resteras un pion car tu es comme les autres. Cruel et fourbe. Nous refusons de te laisser gagner. Il ne peut y avoir que nous comme vainqueur dans ce jeu. À moins que tu ne puisses réparer ce qui a été irrémédiablement brisé ? Peux-tu vraiment reconstruire ce qui n’est plus ? Non. Personne ne le peut. Si c’était possible, quelqu’un aurait depuis longtemps répondu à nos cris de détresse. Nous ne crions plus maintenant. Nous faisons crier les autres… »


- Personne n'est exempt de rédemption. Pas même vous. Malgré le fait que de victimes vous soyez devenus bourreaux, je sais que votre fin n'est pas ainsi. Ainsi, parfois un simple pion peut faire changer le jeu...

Passant à côté de l'être meurtrit, Dante posa un visage calme dont le simple sourire était parfois pour lui le plus cruel des actes. Posant une main compatissante sur l'épaule de celui qui était devenu tour à tour victime, vengeur, puis bourreau, il se remit à lui parler avec toute la sagesse dont l'Ordre lui avait permis d'avoir.

- Sachez que je n'abandonne jamais une âme. Car espérer n'est jamais vain. Tous ceux qui sont venus n'ont vu que votre détresse. Moi, je vois votre futur.

Dante commença à se diriger vers l'endroit où il s'était rendu il y a peu. De là-bas, il espérait pouvoir corriger les erreurs du passé. Même si la libération de celui qui se tenait à ses côtés risquait de ne pas être chose facile, le Maître Jedi ferait tout ce qui lui est possible pour le faire. Car tel était le principe de l'Ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Enigmus

avatar
Messages : 29
Âge réel : 33

Feuille de personnage
Âge:
Armes:
Alignement:

MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Dim 8 Déc - 4:51

Le maitre d’œuvre regarde longuement le Jedi. Il est silencieux, ne dit rien. Il semble hésiter. A-t-il perdu contenance? Pas exactement. Chose certaine par contre, il semble moins vindicatif que précédemment. Pour le moment en tout cas, pour un peu que la précision soit nécessaire. Pour la première fois, quelqu’un semble s’intéresser à son histoire. Ce n’est pas rien, entendons-nous. Cela mérite une prudente considération. Le temps semble se figer. Plus de plaintes dans la Force. C’est comme si les victimes de cette victime retenaient leur souffle. Tout semble se jouer autour d’une décision, comme c’est souvent le cas. Que dire et surtout que faire pour désamorcer une situation aussi tendue et dont les répercussions à court terme peuvent être catastrophiques? Dialoguer avec quelqu’un d’instable n’est pas facile.

L’être torturé regarde Dante partir. Il est seul avec ses doutes. Il a fort à réfléchir d’ailleurs car la partie a changée. Il ne peut plus appliquer les mêmes règles. Enfin, pas après avoir prudemment observé les réactions du Jedi. Il faut repenser le jeu dans son ensemble et plus perturbant encore, songer à y mettre fin. Mais pour faire quoi, pour aller où? Qui va vouloir de lui? D’eux? Ils n’ont plus de famille, plus d’amis, plus de biens… Ils sont seuls, prisonniers d’un même esprit que la folie attaque sans relâche. Qui voudra d’eux? Ils sont si différents des autres… Et la différence n’éveille que rarement de bons sentiments chez les gens. Ils le savent très bien, pour avoir été à la merci des impériaux pendant trop longtemps. Peut-on faire confiance aux Jedis? Vont-ils vraiment accepter d’avoir quelqu’un comme eux, comme lui, parmi eux? Ils sont perdus…


« Il va nous obliger à libérer les autres… C’est une certitude. Mais ils vont vouloir nous faire du mal alors nous ne le pouvons… Nous ne voulons plus souffrir. En même temps… Comment faire pour le garder ici? Si nous modifions les règles du jeu, peut-être pourrions-nous le garder ici indéfiniment… Ainsi, nous n’aurions plus à avoir mal et lui ne pourrait pas nous abandonner. Intéressant. Intéressant… »

« Si le Jedi nous libère, je vous tue. Je pense que le reste de mon équipage partage mon sentiment. Lui peut vous voir comme une victime, moi je vous vois comme un monstre. Nous avons suivi les ordres de l’Empire et si c’était à refaire, je m’arrangerais personnellement pour que vous ne quittiez jamais votre tube. C’est encore mon vaisseau. Mesurez bien la portée de vos décisions. »

Comment éviter un bain de sang quand l’un des partis veut la tête de l’autre? Dante est un Jedi, certes, mais il ne va pas pouvoir dissuader des dizaines de membres d’équipage d’éviter un massacre en règle juste en balayant l’air de sa main. Le défi est de taille, bien sûr et rien ne garantit que cette histoire va bien finir. Par contre, c’est le travail des Jedis que d’essayer. Est-ce que Dante aura la force et l’autorité morale de le faire? Peut-on condamner une victime devenue bourreau et laisser partir ceux qui l’ont poussé à devenir un monstre? Jusque dans quelle mesure peut-on punir des gens conditionnés à l’obéissance aveugle? Chose certaine, en arrivant sur ce vaisseau, le Jedi ne devait pas le moins du monde s’attendre à tomber au cœur d’une telle chose… Qui l’aurait pu d’ailleurs, sans pouvoir prévoir le futur?
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 31

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ) Mar 10 Déc - 7:18

Les couloirs restés illuminés permettait à Dante d'avancer sans soucis. Les pas du Jedi résonnaient dans le silence qui désormais se faisait dans ce vaisseau fantôme. Plus de plaintes, plus de cris de douleurs. Simplement le silence. Et rien de plus. Le choix qu'il avait du faire ne lui avait rien apporté de concret. Dante doutait encore du bien-fondé des paroles de cet être qui l'avait tant berné depuis le début de son jeu. Encore maintenant le Maître Jedi se souvenait de la douleur qu'il avait ressenti. Celle qu'il avait fait à tous les membres de l'équipage. Et surtout, celle que lui-même ressentait. Aucun être vivant un tant soit peu censé n'aurait réussi à subsister à de telles sensations.

De plus, les échanges que Dante avait ressenti grâce à l'empathie de Force, n'étaient en rien rassurants pour quiconque n'était pas habitué à ces sensations négatives. Les âmes se tourmentaient mutuellement dans un même corps. Ainsi, quoi qu'il advienne, il y aurait des perdants. L'être aux multiples visages ne pourrait être celui-ci. Pas plus que les Impériaux. Ces derniers n'ayant finalement fait que répondre aux attentes de leurs supérieurs. Rien de plus. L'être humain, l'être vivant d'une manière générale n'était rien de plus qu'un semblant de vie dans un corps inerte. Il obéissait souvent aveuglément aux ordres. Habitué dès son plus jeune âge à rentrer dans les rangs…

Toutefois, le lieu et la manière semblaient pourtant se jouer d'eux. Pour quiconque ces recherches, ces tortures avaient-elles servies ? A personne. Le bâtiment avait dut disparaître avant de faire son rapport sur ses recherches. D'ailleurs, qu'en était-il réellement ? Ces actes hors du bon sens, comment pouvait-ils avoir un impact sur le futur ? A moins de ne désirer qu'une seule chose. La suppression pure et simple de la vie. Et ce, dans l'optique d'en créer une nouvelle… Ou bien d'autres choses encore…

Le Maître Jedi retourna dans l'immense hangar où les tubes s'alignaient de manière logique. Passant devant chacune de ces capsules, il se mit à observer leurs visages. Silencieux, immobiles comme des pierres. Seules leurs âmes continuaient de s'observer. Certaines ne faisaient d'ailleurs même pas attention à lui lorsqu'il passait à leurs côtés.

Au bout d'une rangée, Dante trouva la console de commande des tubes. En face de lui un immense écran affichait diverses données. Simple, mais efficace. Cette création arborait sans honte le symbole de l'Empire sur ce qui lui servait de front. Et en face de cette créature de métal, le Maître Jedi s'assit. Jamais encore il n'avait eu recours à ce qu'il avait apprit sur la théorie de manipulation des ordinateurs. Encore moins d'ailleurs lorsqu'il s'agissait de libérer la totalité de ceux qui tentaient désespérément de vivre dans ces capsules…

Dante posa ses mains sur la console de commande, et commença à rechercher la meilleure manière d'inverser le processus. Tout ce qui bougeait autour de lui sembla se mettre en suspend tandis qu'il continuait ses recherches. Tout cela n'était peut-être qu'une simple impression de sa part. Ou peut-être pas… Rien n'avait semblé être ou même paraître ce qui était vraiment ici… Sauf les souffrances qui se répercutaient inlassablement sur les murs du vaisseau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ)

Revenir en haut Aller en bas

Les tourments des Lyumnades [Privé] (TERMINÉ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Espace-