Partagez| .

Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Ven 23 Aoû - 11:21

(HJ J’espère que cela vous convient comme début, sinon MP moi et j’éditerais ;)Bonne lecture ! HJ)


J'espère vraiment que j'ai pris la bonne décision... cette pensée ne cesse de hanter mon esprit, repassant en boucle dans le fil de mes réflexions comme un vieil holodisque musical rayé, alors que je veille à maintenir une conduite apaisée et souple sur notre trajet de la Contrée des Lacs jusqu’au Temple Jedi de la même planète de Naboo. J’escorte de près le vaisseau de transport que les responsables du Praexum avaient accepté d’envoyer à nos coordonnées, afin que tout le monde concerné puisse se rendre à ladite base et académie des Jedi. Enfin, « tout le monde », c’est un peu exagéré dans la présente situation, puisque nous ne sommes que deux concernés : une jeune Padawan Jedi de seize ans qui était partie faire des exercices physiques, avec autorisation au préalable, du côté de la région de la Contrée des Lacs, et un très vieux droïde de combat – Très précisément, Droïde d’Aide au Combat pour Jedi, numéro quatre-cent dont il est le seul et unique exemplaire – dont la désignation est DACJ-400… ou pour faire encore plus simple, DACJ quoi ! A quoi bon se compliquer l’esprit et la vie, franchement ? D’ailleurs faudra qu’on m’explique pourquoi son numéro de fabrication est le « 400 », sachant qu’il n’a été que le seul exemplaire produit de son genre… cela m’échappe complètement ! Aaaaah encore un cas qui n’aide en rien mon esprit logique et rationnel à être conforté ! J’ai encore quelques minutes de vol heureusement avant d’arriver à destination, et environ dix minutes pour couvrir, à foulée rapide, la distance séparant les hangars du Temple Jedi au rez-de-chaussée dudit Praexum Jedi. Autant mon sens de l’orientation n’est pas très fiable en dehors du Temple, autant je suis incollable en ce qui concerne le plan interne et externe du Praexum. Pour avoir vécu plus de dix ans sur place, je connais quasiment chaque couloir, je sais où mène chaque intersection, et vous pourriez m’assommer et m’abandonner au beau milieu de nulle part dans le Temple Jedi… que je retrouverais assurément mon chemin sans avoir besoin du moindre plan ou de la moindre boussole. Je connais ces dédales comme le fond de ma poche. Vous allez me dire, au cours de ma longue initiation de près de dix ans, j’ai eu le temps de bien les connaître, au vu aussi de mon éternelle et sempiternelle curiosité – soif insatiable de connaissances. Je suis peut-être quelque peu anxieuse – stressée, nerveuse plutôt – à l’idée de demander à rencontrer le Conseil Jedi, mais je sais aussi que je suis celle qui voudrait vraiment les consulter au sujet de DACj, dans les plus brefs délais possibles. J’espère que je ne vais pas les déranger avec ma demande, mais je sens que c’est la chose à faire. Je ne suis au fond qu’une jeune et humble Padawan qui souhaite consulter ses supérieurs plus expérimentés pour avoir leur aval, savoir si mon instinct était juste et connaître ce qu’il est possible et préférable de faire pour DACJ.  Je soupire doucement dans le cockpit de mon vieux X-wing, mon mode de transport personnel intitulé le « Vent de l’Aube ». Je sais que je n’ai commis aucune faute en soit, et même si cela avait été le cas, je l’aurais assumée, j’aurais expliqué les raison, les causes m’ayant conduite à la commettre, et j’accepterais autant les critiques, remarques concernant ce que j’aurais du faire à la place… je le sais… mais quand même…


« J’espère ne pas avoir mal agi en choisissant de le conduire au Temple, même si je sais que je ne pouvais pas le laisser tout seul dans la nature. Force… que je suis tendue ! Ce… cela ne me ressemble pas d’être aussi assurée vis-à-vis de mon intuition, même si je me trompe rarement  sur ce point...  je doute que j’aurais le temps de me rendre un peu plus présentable, même si j’espère que je l’aurais ! »


Mes yeux bleus ne masquent en rien ma nervosité rudement bridée derrière mon masque de Jedi, alors que je surveille notre route aérienne, et jette un coup d’œil au transport pour voir si tout se passait bien. Rien à signaler jusque là, ce qui me soulage grandement. J’espère que DACJ n’est pas trop dérangé d’être aussi étroitement surveillé par les Jedi qui ont été dépêchés avec la navette de transport, pour le garder à l’œil jusqu’à ce que je me présente avec lui pour la séance du Conseil. Je sens mes épaules s’affaisser légèrement, je ne m’habituerais sans doute jamais entièrement à la pression provoquée par toute cette responsabilité que l’on peut  confier à mes mains capables… du moins, capables pour mon entourage. Moi j’en doute encore un peu parfois, mais j’y travaille. Je me rassure à la certitude que c’est sans doute la meilleure chose à faire que de demander  à rencontrer le Conseil immédiatement après avoir exposé brièvement ma situation par comlink. Pas que je n’aie pas confiance en les gens du Temple, mais il y a certains points que je préfèrerais n’évoquer qu’en présence du Conseil Jedi, ou de mon Maître. Comme par exemple l’existence de ce mystérieux laboratoire secret républicain, l’histoire unique en son genre de DACJ, la présence peu rassurante des droïdes B2 Séparatistes – mais quel type d’expériences pouvait bien y être mené, franchement ? - … et même tout simplement l’existence en elle-même de DACJ. Après tout il était bien un projet militaire secret de l’Ancien Ordre Jedi… un projet seulement connu des membres du Conseil d’alors, de quelques rares scientifiques de l’Ancienne République… un projet si important puis abandonné… qu’une modeste Padawan a recouvré par pur hasard… ou peut-être était-ce la volonté de la Force ? Je ne préfère pas me prononcer, comme je n’en sais rien. Et puis… je n’aime pas me mettre en avant.

J’espère néanmoins que mon intuition était bonne, mais j’ai beau réfléchir et retourner la question dans tous les sens, l’étudier sous tous les angles possibles… je ne trouve rien qui puisse incriminer DACJ, et réfuter cette étrange confiance que j’ai ressenti à son égard, tout en étant pourtant une personne très méfiante d’ordinaire. Non… je ne l’ai pas perdu du regard pendant « l’interrogatoire » serein, patient et tranquille que je lui ai soumis, j’ai écouté avec attention chacun de ses mots, traqué le moindre signe de trahison et de mensonge… sans rien trouver. J’ai bien observé ses gestes aussi, ses réactions, et tout dans son attitude me pousse à le défendre et à le croire. Jamais il n’a essayé de me nuire ou de profiter de la situation, il aurait très bien pu me tuer, me blesser ou m’abandonner, mais non… ce n’est pas ce qu’il a fait. Il m’a assistée au combat contre dix droïdes type B2, il m’a renseignée autant que je le voulais, sans aucune hésitation que ce ne soit, et il m’a aidée ensuite à me sortir du piège minéral et métallique qu’était ce maudit laboratoire. Avec cette étrange sympathie et loyauté immédiate, très reconnaissant que je l’aie réveillé… par pure  maladresse. J’aurais pu le désactiver immédiatement, mais non. Quelque chose… quelque chose en moi me disait de ne rien faire de la sorte, de lui donner une chance plutôt. D’écouter ce qu’il aurait à me dire. Je ne saurais m’expliquer cet étrange et inhabituel instinct qui m’a saisie, pas même que ce… curieux « appel » muet, sourd, invisible mais sensible, qui m’a poussée à venir explorer dans le secteur. Je ne saurais dire en toute honnêteté si c’était la Force, ma modestie et légère mésestime naturelles de moi-même me refusent cette solution. Si cela se trouve, c’était encore ma maudite curiosité… Il faudrait que je trouve un membre du Conseil Jedi, de préférence Maître Greystone ou Maître Yunstar : en effet le premier est mon Maître mais aussi mon mentor, la seconde est celle qui m’a trouvée sur Dantooine et une de mes instructrices de longue date, tous deux sont Grands Maîtres et ce sont ceux en qui j’aie le plus confiance. Trouver l’un et/ou l’autre, ce serait vraiment bien. Une fois arrivés au Temple, j’attends qu’ils aient eux aussi atterri et aient mis pied à terre, DACJ avec eux. Je m’approche  avec un léger sourire tranquille et amical à mon nouvel ami cybernétique de grande taille, je gagne rapidement sa hauteur tout en lui demandant, puis lui indiquant de me suivre, d’une voix posée :


– J’espère que le trajet s’est bien passé. Désolée de n’avoir pu t’accompagner dans le transport, il fallait que je ramène aussi mon chasseur. J’ai fait aussi vite que possible. Suis-moi, il faut d’abord que je trouve le Grand Maître Yunstar, pour voir en personne si elle peut réunir le Conseil, en lui donnant la raison de ta présence avec moi ainsi que de justifier ma requête. L’idéal serait qu’on la voit au plus vite, avant que… attends. La voilà ! La Force est avec nous, il semblerait ! Veille à rester avec moi surtout, ce sera un peu plus simple.


Tout en vérifiant qu’il me suive bien – en même avec son amplitude de foulée mécanique, du haut de ses deux mètres de hauteur, ce n’est pas bien compliqué même avec les foulées rapides d’un petit mètre soixante-trois comme le mien – je presse un peu le pas, tout en veillant à garder un visage calme et tranquille. Force, pourvu que je ne la perde pas de vue non plus. Une fois presque à sa hauteur – elle a du sentir sans doute mon approche je pense – je l’interpelle d’une voix certes posée et calme comme toujours, hâtant mon pas avec DACJ – je m’en assure perpétuellement d’un coup d’œil prudent derrière moi à chaque seconde ou presque - sur mes talons pour la rejoindre et m’incliner légèrement pour la saluer avec le respect qui lui est dû :


-  Maître Yunstar ? Bonjour à vous, j’espère ne pas vous déranger.  Je voudrais juste vous demander quelque chose. Je… souhaiterais consulter le Conseil Jedi. Ce serait à propos de DACJ, que voici. Je l’ai trouvé dans un ancien laboratoire d’une des grottes proches de là où je m’exerçais. Je lui ai proposé de m’accompagner pour que le Conseil puisse entendre et étudier son cas. J’ai pris la responsabilité de l’emmener, avec moi en ce but, je préférais garder un œil sur lui et je me voyais mal le laisser seul là-bas. J’ai appelé un peu plus tôt, mais je ne pouvais communiquer certains détails assez confidentiels, que je préfèrerais évoquer devant le Conseil Jedi. Je me porte garante de lui et de ses bonnes intentions.  Est-ce que vous pensez que cela serait possible, Maître Yunstar ?


Je suis à la fois un peu nerveuse – c’est dans mon naturel je crois – derrière mon visage calme, maintenant mon regard dans le sien. J’assume ma responsabilité, mais j’espère qu’ils lui laisseront une chance d’exposer sa situation et son cas. Je sais que cela ne serait pas une bonne raison « strictement » valable, mais j’ai des raisons m’amenant à faire fi de ma méfiance innée et naturelle, et de lui laisser une chance. J’ai vu ce qu’il pouvait, j’ai des preuves de ses bonnes intentions, et lui-même n’a fait que montrer de la bonne volonté dès que nous nous sommes rencontrés. J’espère cependant qu’il ne va pas « encore » m’appeler « Maître Jedi » ou « Maître », cela me gênerait grandement, mais je sais qu’il peut-être un allié solide, je l’ai vu à l’œuvre. Il a été toujours sincère avec moi, et son aide m’a été précieuse. Mon intuition, depuis le début, m’a soufflée d’aller contre mes habitudes et de lui faire confiance. Je n’ai pas envie qu’il soit condamner à hiberner pour l’éternité, et même si je devrais expliquer ma part de responsabilité dans son réveil, je voudrais aussi qu’ils entendent son histoire, et jugent ce qui serait le mieux pour lui, pour son avenir. Je m’efforcerais de rester aussi objective que possible, mais j’ai des raisons valables pour défendre son cas. Très rarement je me montre aussi déterminée dans une telle requête, mais jamais je n’ai tourné mon dos à quelqu’un qui a besoin d’aide, ou quelqu’un qui se trouve seul, surtout s’il m’a aidé et ne m’a donné aucune raison de douter de son honnêteté ou de sa loyauté. Mais je ne suis qu’une modeste et humble Padawan, du haut de mes humbles seize années de vie, et je préfère largement consulter d’abord l’expérience des esprits les plus sages et les plus puissants de l’Ordre Jedi, avoir leur avis.


Dernière édition par Lenia Greystone le Mar 7 Jan - 6:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Lun 26 Aoû - 9:11

Eleanor rentrait d'un voyage sur Coruscant où elle avait rencontré de nombreux chefs militaires pour planifier les prochaines actions de la République. Depuis plusieurs mois elle ne s'en sortait pas trop mal et malgré le nombre de victimes assez conséquent de nombreuses attaques Impériales avaient été repoussées voir empêchées par l'intervention des services secrets de la République. Comme toujours la Jedi était accompagnée de son fidèle droïde HK-47 qui discutait avec elle sur d'éventuelles tactiques que le Conseil étudiait en ce moment.

« Déclaration : Selon ma récente analyse de la situation nous sommes dans un timing parfait pour la reprise de Tython! J'ai commencé à charger l'Ebon-Hawk avec les premières caisses qui nous permettront de nous y implanter!
Jubilation : J'espère que la vermine Impériale viendra se fracasser les dents sur nos lignes! Nous pourrons ainsi leur montrer notre agressivité Maître!
Suggestion : Maître je pense qu'Elora devrait être incluse dans la reprise de Tython!
Interrogation : Qu'en pensez-vous? »

« J'ai étudié cela! Selon mes estimations et connaissant l'efficacité d'Elah, Elora pourra nous rejoindre lors du cinquième jour! Tu iras la chercher avec l'Ebon-Hawk et tu en profiteras pour charger le vaisseau avec le matériel dont nous aurons besoin pour la suite! »

Le droïde se montra enthousiaste à cette idée rien qu'à sa promptitude à répondre :

« Affirmation : J'en suis absolument ravi Maître! Retrouver Elora à nos côtés pour les missions me réjouis le centre de comportement!
Interrogation : Avez-vous vu avec Maître Cyneel ce dont vous m'aviez parlé durant votre convalescence? »

« Non je n'ai pas encore abordé la question et j'avoue ne pas savoir comment lui demander cela... C'est assez délicat et malgré qu'elle soit ma meilleure amie je ne sais pas comment elle interpréterait cette demande! Mais je ne m'en fais pas, la sagesse d'Elah est immense, je sais que sa réponse sera la bonne! »

« Déclaration : Puisse la Force vous entendre Maître! »

La Jedi et son droïde sortirent du hangar tranquillement, Eleanor avait prévu d'aller voir Elora avant toute chose pour profiter que sa fille se soit bien remise de Bastion. Cela avait été long mais le travail avait payé, Elora avait retrouvé le sourire et Eleanor reprenait l'entraînement directement avec elle. Bien que la guerre lui prenait énormément de temps Eleanor ne voulait aucunement délaisser son rôle de mentor et encore moins celui de mère pour Elora. Sa fille était encore jeune et était toujours dépendante d'elle, Eleanor ne devait surtout pas la délaisser au profit de sa charge, la Jedi n'oubliait pas qu'être Grand Maître n'était pas un Rang de tout repos mais si elle ne pouvait assurer ce rôle alors elle laisserait sa place sans le moindre soucis.

Tout en marchant la Jedi sentit une présence derrière elle, une présence qu'elle connaissait bien car il s'agissait de celle de Lenia Sery, la Padawan de Maître Greystone. Eleanor se retourna un peu avant que la jeune Jedi l'interpelle et la regarda tranquillement alors que son droïde se retournait lui-aussi regardant la jeune Jedi et le droïde qui la suivait.


- Maître Yunstar ? Bonjour à vous, j'espère ne pas vous déranger.

« Bonjour Lenia! Je t'écoute! Qu'as-tu à me dire?»

Je voudrais juste vous demander quelque chose. Je… souhaiterais consulter le Conseil Jedi. Ce serait à propos de DACJ, que voici. Je l’ai trouvé dans un ancien laboratoire d’une des grottes proches de là où je m’exerçais. Je lui ai proposé de m’accompagner pour que le Conseil puisse entendre et étudier son cas. J’ai pris la responsabilité de l’emmener, avec moi en ce but, je préférais garder un œil sur lui et je me voyais mal le laisser seul là-bas. J’ai appelé un peu plus tôt, mais je ne pouvais communiquer certains détails assez confidentiels, que je préfèrerais évoquer devant le Conseil Jedi. Je me porte garante de lui et de ses bonnes intentions. Est-ce que vous pensez que cela serait possible, Maître Yunstar ?

Eleanor regarda la jeune Jedi pendant qu'elle parlait puis elle ramena son regard sur le droïde qui ne manifestait aucune intention néfaste, HK-47 ne bougeant pas elle savait que le droïde en face d'elle n'était actuellement pas dangereux. Elle s'adressa à Lenia de son habituelle voix douce et tranquille, ayant senti que la jeune Padawan était nerveuse...

« Tu n'as aucune raison d'être nerveuse où de prendre sur toi les actions de ce droïde! Tu as bien fait de l'amener pour que nous étudions son cas! HK-47 va prendre le relais le temps que je réunisse le Conseil! » Elle porta son regard sur le droïde. « Sois le bienvenue au Temple Jedi! »

Elle porta son regard sur son droïde qui n'ajouta rien et avança vers le droïde.

« Présentation : HK-47, droïde assassin au service de la famille Yunstar et des Jedi! »

La présentation peu ordinaire du droïde faisait partie de son système de vocabulateur libre qui lui permettait de parler comme il le souhaitait. Il précisait toujours sa fonction de droïde assassin pour signifier d'une manière indirecte qu'il était capable de tuer n'importe quel danger pour les Jedi tout en ne menaçant pas son interlocuteur. Cette subtilité n'était pas approuvée par énormément de Jedi, mais depuis le temps la manière d'agir du droïde avait été acceptée. HK-47 se plaça devant le DACJ respectant un angle de 45° sur la droite du droïde et il lui fit signe de le suivre pour l'emmener à l'entrée de la salle du Conseil. Eleanor resta avec Lenia laissant les deux droïdes s'éloigner puis elle reprit la parole.

« Viens avec moi Lenia! »

Tout en marchant la Jedi poursuivit.

« À en voir les réactions de HK-47 ce droïde n'a pas d'intention néfaste ce qui est une bonne chose! Je le répète mais tu as très bien fait de l'amener au Temple! Avec la guerre contre l'Empire tout allié potentiel doit être pris avec le plus grand sérieux et peut-être que tu en as trouvé un! »

Eleanor alla directement à la salle du Conseil et tout en y allant elle informa tous les Maîtres au Temple de la séance exceptionnelle et fit un rapide détour par la salle de communication pour que les Maîtres du Conseil actuellement en mission dans la Galaxie soient présents s'ils le pouvaient. Certains répondirent présent, mais deux d'entre eux ne purent laisser de côté leurs obligations : Elah Cyneel et Aldrian Greystone. Cela fut bien dommage car leurs voix étaient des plus importantes au Conseil.

Suite à cela Eleanor alla dans la salle du Conseil accompagner de Lenia, devant l'entrée de la salle elle retrouva HK-47 qui veillait toujours avec attention sur le droïde nouvellement arrivé. Eleanor alla rejoindre les Maîtres et pris place à son siège habituel, HK-47 se plaça à l'entrée du Conseil car même s'il se trouvait dans une pièce sacré du Temple tant qu'il ne recevait aucun ordre contraire il surveillait le droïde. Une fois qu'Eleanor fut assise elle ouvrit la séance du Conseil.


« Bien! J'ai demandé cette séance exceptionnelle du Conseil suite à la demande de la Padawan Sery qui souhaite nous présenter un droïde qu'elle a trouvé! » Elle porta son regard sur Lenia et lui fit signe de s'avancer au centre de la pièce accompagnée du droïde en question. « Lenia nous t'écoutons! »

Le silence se fit dans la salle du Conseil et les Maîtres écoutèrent tranquillement le récits de Lenia.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Sam 31 Aoû - 7:58

Le droïde arriva enfin au temple, il descendit du transport, en découvrant le grand hangar dans lequel il venait d’atterrir. Cette pièce si grande et si évolué retint un moment l’attention du DACJ. Son admiration fut interrompue par l’atterrissage du chasseur de Lénia, sa présence rassurait le droïde, après tout, il était un peu perdu dans ce « nouveau monde » et cette jeune femme l’avait non seulement libéré, mais en plus lui faisait aussi office de guide.  Cette dernière s’empressa de le rejoindre :


– J’espère que le trajet s’est bien passé. Désolée de n’avoir pu t’accompagner dans le transport, il fallait que je ramène aussi mon chasseur. J’ai fait aussi vite que possible. Suis-moi, il faut d’abord que je trouve le Grand Maître Yunstar, pour voir en personne si elle peut réunir le Conseil, en lui donnant la raison de ta présence avec moi ainsi que de justifier ma requête. L’idéal serait qu’on la voit au plus vite, avant que… attends. La voilà ! La Force est avec nous, il semblerait ! Veille à rester avec moi surtout, ce sera un peu plus simple.


DACJ-400 lui obéit, ses circuits étaient au bord de la surchauffe, sans doute à l’idée de rencontré un Grand Maître Jedi. Cela faisait une véritable éternité que le droïde n’avait pas rencontré une personne d’un tel rang. Toujours « nerveux », il refroidit ses systèmes en synchronisant sa marche avec celle de la padawan. Ils se dirigèrent vers une femme de dos, qui se retourna avant même que Lenia ne l’interpelle.

Cette femme était accompagnée d’un droïde, ce dernier était le premier être robotisé amical que le DACJ rencontrait depuis très longtemps. L’homme bionique remarqua tout de même la nervosité qui montait en sa camarade. Il avait très envie de la rassurer mais préférai ne pas parler devant une personne de ce rang avant qu’on lui en donne l’autorisation. Les deux femmes discutèrent un moment entre elles jusqu’à ce que la grande maîtresse jedi s’adresse au droïde.



-Sois le bienvenue au Temple Jedi!


-Je vous en remercie, c’est un honneur. Lui répondit son interlocuteur bionique.


C’est alors que le droïde derrière la jedi s’avança vers son congénère.


« Présentation : HK-47, droïde assassin au service de la famille Yunstar et des Jedi! »


C’était intéressant, ce droïde assassin, sans doute plus jeune que DACJ-400, s’exprimait d’un langage bien particulier, alors que le droïde centenaire maîtrisait parfaitement le langage humain. Son programme de courtoisie lui dicta de répondre :


-DACJ-400, Droïde d’Aide au Combat pour Jedi, au service de la padawan Lenia Séry et aussi des jedi, c’est un plaisir de rencontrer un congénère !


Soudain, la grande maîtresse demanda à voir la padawan. Cela attristait un peu le droïde de devoir se séparer de sa libératrice mais il devait obéir aux jedi, c’était son programme de base. Il resta donc avec le HK-47. Ce dernier le guida vers la salle du conseil tout en discutant, parlant de ce que disent les droïdes entre eux, des histoires de circuits, de programmes, de mises à jour, de logiciels etc… D’ailleurs, le DACJ fut surpris de l’évolution qui avait eu lieu au niveau de technologie de programmation.

Ils arrivèrent finalement devant la salle du conseil. Ils y retrouvèrent Lenia, en compagnie de la meneuse de l’ordre. Cette dernière pris place au milieu des maîtres jedi réellement là ou présent par holo-communication. Elle présenta rapidement la situation avant d’appeler la padawan. Elle s’avança au milieu de la pièce, suivit par le droïde. L’ambiance était lourde, surtout pour DACJ-400, il avait l’impression de revivre ce moment devant Mace Windu, où il devait prouver son efficacité. Reste à voir si cette fois, il serait accepté…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Sam 31 Aoû - 13:00

(HJ Bon c'est long, je suis désolée mais le temps de résumer ça prend de la place XD Me MP, DACJ, Eleanor, si je dois corriger ou éditer un peu ;)Bonne lecture ! HJ)


Je me rappelle avoir eu un sourire en coin compréhensif et amusé quand j'ai retrouvé DACJ qui semblait dévorer du regard l'architecture austère mais majestueuse du rez-de-chaussée du Praexum Jedi de Naboo, et j'étais aussi soulagée que ravie de voir qu'il suivait mes consignes sans la moindre protestation ou le moindre problème que ce ne soit. Je suis extrêmement soulagée de tomber sur Maître Yunstar, surtout quand Maître Greystone n'est pas présent, comme en ce moment. J'ai confiance en elle, peut-être un peu moins qu'en mon Maître, mais en l'absence du premier, et quand je ne le connaissais pas encore, c'était et cela reste à elle que je me réfère le premier quand j'ai un doute, des questions diverses. Comme je l'ai pensé, elle s'est rendu compte de ma présence avant même que je ne l'interpelle ou n'arrive à gagner sa hauteur. Après un bref et rapide salut respectueux envers HK-47, le droïde assassin qui l'accompagne toujours - je ne connais son âge précis, mais je sais qu'il est très ancien - et que je devrais confronter lors de mes Épreuves approchantes, sur Hoth, j'ai tourné mon regard, nerveuse, vers le Grand Maître, attendant sa réponse qui ne tarde pas à venir :

« Bonjour Lenia ! Je t'écoute ! Qu'as-tu à me dire ? »

Un tantinet rassurée à l'idée que je ne la dérange pas trop, j'expose aussi brièvement et synthétiquement que possible la raison de ma venue vers elle, ainsi que celle sur laquelle repose ma requête de demander l'avis du Conseil Jedi. Je sens son regard bleuté plongé dans le bleu profond du mien alors que je lui explique autant que je le puisse la requête que je voudrais poser. Avant, un an plus tôt, j'aurais rougi comme une pivoine, et je n'aurais pas su le tenir, j'ai baissé ou détourné légèrement mon regard avec timidité. Mais c'est quelque chose que j'ai travaillé depuis le début de mon Apprentissage sous l'instruction de Maître Greystone, et ce depuis le premier jour mémorable de notre association comme équipe d'apprentissage Jedi. Chaque fois que j'ai fait mine de baisser le regard, il m'a gentiment mais fermement prié de le regarder en face, par moment m'y contraignant en redressant ma tête d'une légère poussée de main sous mon menton. Je dois avouer que les missions et rencontres successives avec Danaé et Maître Cyneel ont aussi contribué en ce sens, ces derniers temps. Ainsi, je soutiens son regard sans cette appréhension de l'an passé, continuant avec politesse mon propos.

Je remarque du coin de l’œil que son regard tranquille se porte vers DACJ qui se trouve juste derrière moi, alors que je sens mon coeur frémir d'inquiétude à l'idée qu'on puisse refuser de faire confiance à mon nouvel ami, assez pour au moins lui accorder une chance d'exposer son cas. Je sais qu'il a l'air imposant, du haut de ses deux mètres passés et sa carrure, mais il n'est pas méchant, au contraire. Néanmoins, je garde cette émotion fermement masquée derrière mes boucliers de Force, sans pouvoir complètement cacher ma nervosité. Mais bientôt, heureusement, laissant échapper toute cette pression en accumulation dans mon coeur, sa voix, aussi tranquille et douce que je l'ai toujours connue depuis que je l'ai rencontrée avec les premiers Jedi que j'ai vu de toute mon existence, à l'orphelinat de Dantooine, apaise mes craintes naissantes comme une brise rafraîchissante :

« Tu n'as aucune raison d'être nerveuse où de prendre sur toi les actions de ce droïde ! Tu as bien fait de l'amener pour que nous étudions son cas ! HK-47 va prendre le relais le temps que je réunisse le Conseil ! »

A ces paroles, l'étau que je ne savais pas être présent sur mon coeur se relâche et disparaît, tout comme le souffle que je ne savais pas avoir gardé se libère dans un bruissement d'air silencieux et imperceptible. Je me détends - autant par ses propos qu'avec un petit effort supplémentaire de ma part - visiblement, mon corps se relâchant un peu plus pour reprendre sa tenue habituelle de tous les jours, du moins celle que j'ai envers des supérieurs connus et de confiance. Donc, cela répond à ma question initiale dans mon chasseur : c'était en effet une bonne décision de suivre mon intuition... jusque lors. Le soulagement et la reconnaissance que je ressens, et contiens de mon mieux pour ne pas l'afficher, se remarque dans mon regard bleuté si expressif à mes dépends, pour ceux qui me connaissent très bien. Silencieuse et respectueusement, je les laisse se saluer légèrement en retrait, mes prunelles du bleu de l'océan restant très attentives :

« Sois le bienvenue au Temple Jedi ! »

- Je vous en remercie, c’est un honneur.

Bien difficilement, j'empêche un léger sourire amusé de venir se percher sur mes lèvres à l'écoute de la réponse de mon ami cybernétique, m'efforçant de rester calme et tranquille. Il doit être enchanté et honoré de rencontrer un "vrai" Maître Jedi, voire même un Grand Maître, au lieu de la jeune Padawan qu'il a confondue dans un premier temps comme un Maître Jedi qu'il a croisé à son réveil. Mais je ne peux contenir une ombre de sourire à l'écoute de la réponse de HK-47 quand il se présente, bien fidèle à lui-même dans sa répartie. J'espère que DACJ ne va pas s'en fâcher. Mais - comme je le pressentais un peu - il le prend bien, et répond fort courtoisement de la même façon à HK-47, ce qui me rappelle un peu l'humour particulier qu'il peut être capable de faire preuve, par moments. Mes traits se froncent légèrement de désapprobation - non, il n'est pas "à mon service", ce n'est pas comme cela que je voudrais envisager notre relation, pas avec un truc d'infériorité ou de supériorité, mais sur un pied d'égalité. Nous avons été coéquipiers, et pas autre chose - en me faisant une note mentale d'en parler avec lui plus tard, concernant cette formalité envers moi que je préférerais éviter. Mais bon... il ne m'a appelée "Maître", donc je peux laisser passer. Mais cela me ravirait qu'il m'appelle par mon prénom seul, la prochaine fois. Un sourire rassurant aux lèvres à l'adresse de DACJ - il est entre de bonnes mains, il n'a rien à craindre tant qu'il ne fait rien qui puisse le qualifier comme une menace - je regarde les deux droïdes s'éloigner vers la salle du Conseil, me demandant ce que je devrais faire...

« Viens avec moi Lenia ! »

Bon, voilà qui répond à ma question, une fois de plus. Sans un mot, je la suis, veillant à ne pas être en arrière mais rester à sa hauteur - ça commence à devenir un automatisme à force d'y travailler - me demandant comment je pourrais lui être utile. Peut-être désire-t-elle me parler en privé, sans que DACJ ne soit présent, avant la consultation du Conseil, non seulement comme Grand Maître de l'Ordre mais aussi comme une des principales instructrices que j'ai eu depuis mon arrivée au Temple Jedi. Patiente comme toujours, tout en veillant à ce qu'il se passe autour de moi - autre réflexe que Maître Greystone a réussi, à la longue, à me faire adopter - j'attends qu'elle reprenne la parole, dans un silence attentif et respectueux. Ça ne tarde pas :

« À en voir les réactions de HK-47, ce droïde n'a pas d'intention néfaste, ce qui est une bonne chose ! Je le répète, mais tu as très bien fait de l'amener au Temple ! Avec la guerre contre l'Empire, tout allié potentiel doit être pris avec le plus grand sérieux, et peut-être que tu en as trouvé un ! »

Surprise du compliment, je préfère rester silencieuse, laissant un léger et délicat sourire emprunt de modestie sincère orner mon visage, et soufflant un "Merci, Maître Yunstar" d'une voix douce et posée, respectueuse mais bien à l'image de mon caractère humble. Mais cela me rassure pleinement, je lui suis reconnaissante de me confirmer cela,  et de chasser les derniers doutes qu'il pouvait rester dans mon esprit. Une lueur modeste mais plus assurée brille ans mon regard, je suis convaincue des bonnes intentions et de l'honnêteté de DACJ. Je ne suis pourtant pas quelqu'un de si facile à convaincre, en raison de ma prudence naturelle et méfiance innée, mais je sais que je ne fais pas erreur. J'en suis convaincue du moins, et j'exposerais tout ce que je sais au Conseil dans l'espoir que mon nouvel ami puisse trouver une place dans laquelle il puisse s'épanouir en cette époque qu'il connaît si peu encore. Il avait l'air si ravi de se rendre utile, quand je l'ai complimenté avec sincérité sur ses prouesses, dans le laboratoire... je sais que le Conseil, dans sa sagesse, saura trouver la bonne décision pour lui, mais j'espère que DACJ sera assigné avec un Jedi qu'il puisse accompagner et aider. Il est resté seul longtemps dans cette cuve...

A notre premier passage en salle du Conseil, je reste respectueusement aux portes de ce dernier, attendant le retour de Maître Yunstar, avant de la suivre jusqu'en salle de communications, sans doute pour avertir les Maîtres du Conseil actuellement en mission extérieure de la réunion. Restant en retrait par respect et politesse, hors du champ de vue de l'holocommunicateur, j'écoute d'une oreille attentive leurs réponses respectives. Maître Cyneel ne sera pas présente... et Maître Greystone non plus. Je ne sais comment envisager cette dernière nouvelle, mon coeur est partagé entre deux tendances égales et opposées. L'une, minoritaire, est en partie soulagée de ne pas avoir à le "confronter" aussi en salle du Conseil - c'est stressant pour moi, psychologiquement - mais l'autre, plus conséquente, est aussi compréhensive qu'un peu déçue. J'aurais aimé avoir son avis, même si je lui en parlerais à son retour. Je sais qu'il est très occupé, je respecte cela tout à fait, et... un des points positifs de quand je serais un jour Chevalier, c'est qu'il n'aura plus à s'inquiéter pour moi, à mes yeux, il en sera "libéré". J'aurais aimé avoir son avis, mais je comprends, soit. Je n'ai jamais voulu m'imposer de toute manière, donc cela m'arrange, je ne voudrais pas l'importuner dans quelque tâche importante qu'il puisse être entrain de réaliser. De toute manière, il sera mis au courant dans tous les cas - j'imagine qu'il va être surpris de voir que j'ai été voir le Conseil, mais que j'ai aussi demandé à les consulter - et il voudra sans doute voir avec moi de quoi il retourne, en privé... tant mieux. Cela m'arrange...

Mais très vite nous nous retrouvons devant les portes du Conseil, et je sens ma nervosité revenir au galop bien que je la contiens avec un peu de discipline Jedi. Respectueuse des codes entourant cette pièce sacrée du Praexum, j'attends aux côtés de DACJ - pour qui je laisse une ombre de sourire errer sur mes lèvres - à l'entrée que Maître Yunstar regagne son siège dans la Salle du Conseil, imaginant bien le siège vide à ses côtés et les quelques occupés par des holo-projections des Maîtres en extérieur disponibles et de ceux présents en ce jour. Inspirant discrètement pour me détendre, percevant la présence silencieuse mais... présente de HK-47 derrière nous à l'entrée , alors que Maître Yunstar s'assoie et ouvre la séance du Conseil :

« Bien ! J'ai demandé cette séance exceptionnelle du Conseil suite à la demande de la Padawan Séry, qui souhaite nous présenter un droïde qu'elle a trouvé ! »

J'espère que ma demande en vaudra la peine... renforçant mes boucliers mentaux autour de mon esprit pour taire mes doutes, je reprend un visage serein et calme, une lueur déterminée dans mes prunelles d'un bleu paisible alors que je sens le regard de Maître Yunstar se porter dans notre direction. Avec un léger signe de tête avec DACJ pour lui indiquer de m'accompagner, une ombre de sourire passagère aux lèvres pour lui, je reprends mon sérieux tout en m'avançant d'un pas aussi tranquille et assuré que je le puisse en dépit de mon zeste de nervosité contenu avec soin avec un peu de discipline Jedi. Je ferais honneur aux enseignements que j'ai reçu et à mon Maître absent dans mon attitude. Très vite je me retrouve au milieu de l'intimidante pièce, au centre des regards et de l'attention des Maîtres du Conseil - enfin DACJ et moi le sommes - mais je m'efforce de garder la tête dressée, et de rester calme et sereine. Je n'ai rien fait de mal, enfin je crois, c'est intimidant, mais tout va bien aller...

« Lenia, nous t'écoutons ! »

Bon, à toi de jouer, Padawan Séry... bien redressée sur mon dos, tête dressée et observant avec attention les Maîtres qui me font face et pour certains me cerclent quelque peu, mon esprit se retrouve plus serein et posé que je ne m'en serais cru capable. Après m'être brièvement incliné en signe de respect, je me redresse et m'efforce de prendre la parole d'une voix aussi tranquille et posée que possible :

- Honorables Maîtres du Conseil, je vous remercie d'avoir accepté de me recevoir ainsi que DACJ que voici, et qui a accepté de m'accompagner de sa pleine volonté pour vous rencontrer. C'est à son propos que je voudrais vous consulter en ce jour...

Force que je suis nerveuse derrière mes boucliers mentaux de discipline Jedi. Des onze années que j'ai passé au Temple, s'il y a bien une chose que je désirais éviter à tout prix, c'est de me retrouver dans quelque situation fâcheuse qui me porterait devant le Conseil. Maintenant j'y suis, de ma pleine volonté, et prenant mon courage à deux mains pour présenter la cause de mon nouvel ami cybernétique. Cette pensée me rend courage, l'idée que mes paroles pourraient affecter en bien ou mal l'avenir de DACJ. Je ne dois pas faire d'erreur qui puisse lui porter préjudice malgré lui. Avec calme et de l'assurance, je poursuis d'une voix calme et claire, une fois sûre que nul ne voulait ajouter quelque chose, confortée comme je dis la stricte vérité :

- J'ai fait la connaissance de DACJ dans la Contrée des Lacs, alors que j'étais allée là-bas pour des exercices physiques. Au terme de ces derniers, j'ai repéré une grotte non-loin du lac près du quel je me trouvais, que je n'avais jamais remarqué auparavant. Intriguée, je m'en suis approchée. Quelque chose... que je ne saurais expliquer me poussait à aller voir de quoi il retournait. Ne sentant aucune indication contraire de la Force, j'ai suivi cet instinct et j'ai exploré cette dernière. En m'enfonçant dans ses profondeurs, j'ai remarqué par la géologie qu'elle était très ancienne, mais surtout travaillée, il y a longtemps, par les mains d'êtres civilisés. J'ai été jusqu'où je pouvais, jusqu'à ce qu'un éboulement n'interrompe mon avancée. J'allais rebrousser chemin quand j'ai remarqué la présence d'une surface en duracier derrière les rochers, d'où émanait une curieuse lumière bleutée. En déplaçant les quelques rochers que je pouvais, j'ai réussi à m'en approcher d'assez près pour remarquer qu'il s'agissait d'anciennes portes en duracier, à moitié enfoncées, et un très petit passage permettait d'aller voir la pièce qu'elles gardaient. J'étais de plus en plus intriguée, ne me rappelant pas avoir lu ou entendu parler de l'existence d'un tel dispositif dans les alentours. Je me suis faufilée dans l'entrebâillement entre les portes et l'éboulement, pour savoir d'où provenait cette lumière inconnue.

Je reprends discrètement mon souffle, pour entamer la deuxième et dernière partie de ce premier temps de mon intervention - rappel des circonstances de ma rencontre avec DACJ, reprenant sans trop les faire attendre pour terminer ce long mais nécessaire préambule :

- Je suis arrivée dans un laboratoire à l'abandon depuis des années, immense, emplit d'anciennes consoles d'un modèle très archaïque. Les ordinateurs, caisses de contenus divers, branchements, occupaient toute la majorité de la pièce. Il y avait dix cuves plus modestes, mais ce qui a retenu mon attention était cette immense cuve centrale, qui contenait DACJ, avec un tableau de bord à sa droite. Il était inactif, et semblait reposer dans une espèce de liquide transparent inconnu. Naturellement, avant de prévenir quelqu'un de ma découverte, j'ai voulu savoir à quoi j'avais affaire, pour être le plus précise possible. J'ai essayé de rallumer les consoles encore en état de marche, mais tout ce que j'ai pu y lire n'étaient que des lignes incompréhensibles et illisibles de données confuses. J'ai donc approché ce dernier tableau mais n'arrivant pas à trouver la moindre commande qui puisse me renseigner, et ne voulant pas prendre de risques, je me suis résignée à repartir. C'est alors que j'ai réveillé accidentellement DACJ, qui est venu à ma rencontre et s'est introduit. Méfiante mais intriguée, n'en n'ayant jamais entendu parler, je l'ai interrogé, et il a répondu sans hésitation et de bonne volonté à chacune de mes questions.

Et on en vient au coeur du "problème". Très sérieuse, jetant un coup d'oeil à DACJ, je reporte mon attention au Conseil et termine :

- D'après ce qu'il m'a dit, il serait DACJ-400, ou Droïde d'Aide au Combat pour Jedi, série 400. Il reposerait dans cette cuve depuis cent-soixante-cinq ans, ce qu'a confirmé une console proche,  comme ses créateurs n'ont pas voulu le détruire après l'abandon du projet militaire auquel il était lié. Ce projet de conception de droïdes pour assister au mieux les Jedi à l'aube de la Guerre des Clones, était un projet militaire secret, très confidentiel républicain mais aussi Jedi. Très peu étaient au courant de son existence, sinon les scientifiques y contribuant... de l'Ancien Ordre, seuls les Maîtres du Conseil d'alors étaient au courant de son existence, le Maître Jedi Mace Windu le supervisant. DACJ, premier et unique exemplaire de ce projet, a été soumis à des tests pour prouver son efficacité devant ce dernier, et a été approuvé. Seulement, le projet a été abandonné au profit de celui des soldats clones, et DACJ a été plongé dans une hibernation ici de laquelle il ne devait sans doute se réveiller... sans mon intervention accidentelle. J'étais méfiante, mais il a su prouver son intégrité et sa loyauté en m'aidant et me protégeant jusqu'à ce que nous réussissions à sortir de ce laboratoire souterrain. J'ai contacté le Temple juste après, une fois qu'il m'a confirmé souhaiter m'accompagner au Temple. Je... préférais l'avoir sous mes yeux, et je me voyais mal le laisser tout seul là-bas en attendant.

Peut-être aurais-je du être plus prudente, peut-être ai-je été trop curieuse, j'en suis conscience, mais je sais que DACJ est un allié, et non une menace. Gardant ma voix calme et posée, je termine :

- Je voulais évoquer ce projet militaire secret directement avec le Conseil. Je suis consciente de ma part de responsabilité. Je me tiens prête à répondre à chacune de vos questions. Et DACJ se fera un plaisir de vous renseigner, lui-aussi. Je terminerais mon propos en reportant l'enthousiasme sincère qu'il a témoigné à aider un Jedi, à se sentir "utile". Je l'ai senti dans sa sincérité et sa bonne volonté, ainsi que dans ses actes même depuis son réveil. Je pense qu'il serait un bon allié. Ce n'est que mon humble avis, mais je préfère laisser le Conseil en juger.

Enfin, je déteste devoir parler autant, mais je préférais exposer de mon mieux la situation. J'espère que je l'ai bien fait, et je suis entièrement disposée à préciser mon propos si cela m'était demandé. Je me suis exprimée en toute sincérité, n'aie dit que la stricte vérité, sans rien omettre ni grossir. L'honnêteté envers autrui est l'un de mes principes de base, surtout en des gens que je respecte, comme eux. Avec une légère inclination de tête respectueuse de remerciement pour m'avoir écoutée, je me recule au niveau de DACJ, attendant avec une pointe de nervosité le verdict, leurs conseils et leurs questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Mer 4 Sep - 1:11

Légende:
 



La jeune Lenia prit la parole d'une manière extrêmement formel et de certain pourrait qualifier d'un peu pompeux... Le Conseil était certes composé des éléments les plus brillants de l'Ordre, mais il ne fallait pas voir une audience comme un privilège. Les Jedi du Conseil se devaient d'être là pour toute décision importante et même quand celle-ci venait d'une Padawan toutes les oreilles et tout le sérieux lui était accordé.

- Honorables Maîtres du Conseil, je vous remercie d'avoir accepté de me recevoir ainsi que DACJ que voici, et qui a accepté de m'accompagner de sa pleine volonté pour vous rencontrer. C'est à son propos que je voudrais vous consulter en ce jour...

Le regard des Maîtres passèrent un instant sur le droïde avant de revenir sur la Padawan. Le droïde était d'une couleur assez remarquable, mais aucun d'eux ne sentit de véritables intentions néfaste dans le droïde. Toutefois étant donné son côté robotique le rendait plus difficile à lire niveau intention qu'un être organique.

- J'ai fait la connaissance de DACJ dans la Contrée des Lacs, alors que j'étais allée là-bas pour des exercices physiques. Au terme de ces derniers, j'ai repéré une grotte non-loin du lac près du quel je me trouvais, que je n'avais jamais remarqué auparavant. Intriguée, je m'en suis approchée. Quelque chose... que je ne saurais expliquer me poussait à aller voir de quoi il retournait. Ne sentant aucune indication contraire de la Force, j'ai suivi cet instinct et j'ai exploré cette dernière. En m'enfonçant dans ses profondeurs, j'ai remarqué par la géologie qu'elle était très ancienne, mais surtout travaillée, il y a longtemps, par les mains d'êtres civilisés. J'ai été jusqu'où je pouvais, jusqu'à ce qu'un éboulement n'interrompe mon avancée. J'allais rebrousser chemin quand j'ai remarqué la présence d'une surface en duracier derrière les rochers, d'où émanait une curieuse lumière bleutée. En déplaçant les quelques rochers que je pouvais, j'ai réussi à m'en approcher d'assez près pour remarquer qu'il s'agissait d'anciennes portes en duracier, à moitié enfoncées, et un très petit passage permettait d'aller voir la pièce qu'elles gardaient. J'étais de plus en plus intriguée, ne me rappelant pas avoir lu ou entendu parler de l'existence d'un tel dispositif dans les alentours. Je me suis faufilée dans l'entrebâillement entre les portes et l'éboulement, pour savoir d'où provenait cette lumière inconnue.

Aucun des Maîtres n'interrompit le récits de Lenia mais déjà de nombreux Maîtres préparaient leurs questions à poser autant à la Padawan Sery qu'à DACJ.

- Je suis arrivée dans un laboratoire à l'abandon depuis des années, immense, emplit d'anciennes consoles d'un modèle très archaïque. Les ordinateurs, caisses de contenus divers, branchements, occupaient toute la majorité de la pièce. Il y avait dix cuves plus modestes, mais ce qui a retenu mon attention était cette immense cuve centrale, qui contenait DACJ, avec un tableau de bord à sa droite. Il était inactif, et semblait reposer dans une espèce de liquide transparent inconnu. Naturellement, avant de prévenir quelqu'un de ma découverte, j'ai voulu savoir à quoi j'avais affaire, pour être le plus précise possible. J'ai essayé de rallumer les consoles encore en état de marche, mais tout ce que j'ai pu y lire n'étaient que des lignes incompréhensibles et illisibles de données confuses. J'ai donc approché ce dernier tableau mais n'arrivant pas à trouver la moindre commande qui puisse me renseigner, et ne voulant pas prendre de risques, je me suis résignée à repartir. C'est alors que j'ai réveillé accidentellement DACJ, qui est venu à ma rencontre et s'est introduit. Méfiante mais intriguée, n'en n'ayant jamais entendu parler, je l'ai interrogé, et il a répondu sans hésitation et de bonne volonté à chacune de mes questions.

Jusque-là il n'y avait rien d'extraordinaire, mais le récits était très intéressant... Eleanor notait d'ailleurs que Lenia n'avait pas l'air de laisser de côté certain point... De toute manière ce ne serait aucunement sage de sa part.

- D'après ce qu'il m'a dit, il serait DACJ-400, ou Droïde d'Aide au Combat pour Jedi, série 400. Il reposerait dans cette cuve depuis cent-soixante-cinq ans, ce qu'a confirmé une console proche,  comme ses créateurs n'ont pas voulu le détruire après l'abandon du projet militaire auquel il était lié. Ce projet de conception de droïdes pour assister au mieux les Jedi à l'aube de la Guerre des Clones, était un projet militaire secret, très confidentiel républicain mais aussi Jedi. Très peu étaient au courant de son existence, sinon les scientifiques y contribuant... de l'Ancien Ordre, seuls les Maîtres du Conseil d'alors étaient au courant de son existence, le Maître Jedi Mace Windu le supervisant. DACJ, premier et unique exemplaire de ce projet, a été soumis à des tests pour prouver son efficacité devant ce dernier, et a été approuvé. Seulement, le projet a été abandonné au profit de celui des soldats clones, et DACJ a été plongé dans une hibernation ici de laquelle il ne devait sans doute se réveiller... sans mon intervention accidentelle. J'étais méfiante, mais il a su prouver son intégrité et sa loyauté en m'aidant et me protégeant jusqu'à ce que nous réussissions à sortir de ce laboratoire souterrain. J'ai contacté le Temple juste après, une fois qu'il m'a confirmé souhaiter m'accompagner au Temple. Je... préférais l'avoir sous mes yeux, et je me voyais mal le laisser tout seul là-bas en attendant.

Toujours silencieux on sentit l'approbation des Maîtres de ne pas avoir laisser le droïde seul en arrière. Certes il y avait la crainte qu'il bouge seul et disparaisse mais aussi l'Empire était à craindre. Ce dernier était actif et les services de renseignements Impériaux étaient partout, laisser toutes armes sans surveillances étaient une ouverture pour eux que ce soit pour un vol ou un sabotage...

- Je voulais évoquer ce projet militaire secret directement avec le Conseil. Je suis consciente de ma part de responsabilité. Je me tiens prête à répondre à chacune de vos questions. Et DACJ se fera un plaisir de vous renseigner, lui-aussi. Je terminerais mon propos en reportant l'enthousiasme sincère qu'il a témoigné à aider un Jedi, à se sentir "utile". Je l'ai senti dans sa sincérité et sa bonne volonté, ainsi que dans ses actes même depuis son réveil. Je pense qu'il serait un bon allié. Ce n'est que mon humble avis, mais je préfère laisser le Conseil en juger.

Eleanor fut la première à prendre la parole quand Lenia eut fini, cette dernière tentait encore une fois de se faire discrète dans son avis alors que celui-ci avait tout son sens et toute son importance. La Jedi en discuterai avec Maître Greystone pour que Lenia prenne conscience que sa voix, malgré son âge et son rang au sein de l'Ordre, ne devait pas être considérée comme inutile ou devant être "rabaissé" par une modestie ou une timidité prononcée. La jeune Padawan devait prendre confiance en elle et en ses actions, tout le monde fait des erreurs dans la vie, ça arrive même aux plus grands et aux meilleurs.

« Ton avis compte aussi Lenia! Tu es celle qui l'a libéré et donc tu es celle qui a eu les premières impressions sur lui ce qui est une chose à ne pas négliger. »

Eleanor marqua une pause et reprit tranquillement en posant sa première question autant à l'intention de la Padawan que du droïde :

« Tu dis que " le projet a été abandonné au profit de celui des soldats clones", c'était pour remplacer complètement les soldats clones? »

Cette idée était assez étrange en ce sens que les soldats clones -ceux étant dans la Guerre des clones- avaient été tous créer environ dix ans avant celle-ci suite à l'ordre de Dark Sidious et son plan avait été dirigé dans l'ombre par Dark Tyrannus. Les Jedi étaient en sous nombre mais la Guerre avait été remportée par la République malgré des difficultés, les Jedi étaient déjà en fort sous nombre à l'époque pourquoi avoir décidé d'abandonner des droïdes au profit des soldats clones puisqu'au final aucun des deux ne rivalisait véritablement en un contre un face à un Jedi...

Suite à la réponse à sa question un autre Maître posa une question d'une voix caverneuse et extrêmement puissante :


« Peux-tu nous expliquer tes fonctions, tes capacités, ta puissance et tes protocole principaux s'il te plait DACJ! »

Ce Maître Jedi Houk était très impressionnant, peu de son peuple étaient parvenus à obtenir une place chez les Jedi. Ce colosse de 2m50 de haut avait le visage très dur et agressif à l'instar de ses pairs, mais au fond de lui résidait un esprit sage et un Jedi exemplaire, il était le spécialiste en mécanique du Conseil Jedi. Il parlait peu et intimidait très souvent les jeunes esprits de l'Ordre à cause de son physique.

Juste avant que le droïde réponde un Maître ajouta une précision :


« Également donne-nous ta faculté de combat face à un Sith et tes techniques de combats!»

Ce Maître Jedi était un Nautolan et un expert dans le maniement du sabre laser, il aimait beaucoup savoir les talents de combat des nouveaux initiés et prenait son temps pour observer ce genre de choses car il jugeait que le sabre laser devait ne faire qu'un avec son possesseur. L'arme était le prolongement du bras et jamais il ne devait être dangereux pour le bretteur qui l'utilisait. Ce Nautolan était aussi un Jedi connu pour son nombre impressionnant de combat contre l'Ordre Sith, un Jedi Gardien dans toute sa splendeur et s'élevant au même niveau qu'un bretteur comme Maître Kenobi en son temps.

Les Jedi écoutèrent tranquillement les réponses à leurs premières questions, évidemment ils allaient étudier plus en profondeur le droïde pour s'assurer qu'aucun problème ne risquait d'arriver avec lui, car les clones étaient censés être sans faille, mais cette infaillibilité avait été trop bien faite par les Kaminoens en faisant en sorte qu'ils ne puissent contredire un ordre de la République. Or là ce droïde avait apparemment la puissance de contrer un utilisateur de la Force et cette puissance ne devait pas se retourner contre les Jedi... Dans la Guerre chaque allié potentiel est précieux et cela les Jedi le savaient très bien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Ven 6 Sep - 9:26

Intérieurement, DACJ-400 encourageait la padawan, même avec ses yeux cybernétiques, il voyait bien que la jeune femme était dans un état de stress intense, malgré une couverture douce et tranquille. Cela embêtait fortement le droïde de mettre sa libératrice dans une situation qui semblait gêner cette dernière, pour elle c’était peut-être normal, mais pour le DACJ, Lenia avait fait preuve de bravoure pour avoir fait convoqué le conseil jedi pour lui exposer sa découverte. Les deux nouveaux compagnons étaient donc au centre de la pièce, et de l’attention. Répondant à la demande du conseil, la padawan prit la parole :


- Honorables Maîtres du Conseil, je vous remercie d'avoir accepté de me recevoir ainsi que DACJ que voici, et qui a accepté de m'accompagner de sa pleine volonté pour vous rencontrer. C'est à son propos que je voudrais vous consulter en ce jour...


Le droïde fut observer pendant quelques secondes, il pouvait ressentir ce que les humains appellent de « l’anxiété ».  L’apprentie jedi reprit :


- J'ai fait la connaissance de DACJ dans la Contrée des Lacs, alors que j'étais allée là-bas pour des exercices physiques. Au terme de ces derniers, j'ai repéré une grotte non-loin du lac près du quel je me trouvais, que je n'avais jamais remarqué auparavant. Intriguée, je m'en suis approchée. Quelque chose... que je ne saurais expliquer me poussait à aller voir de quoi il retournait. Ne sentant aucune indication contraire de la Force, j'ai suivi cet instinct et j'ai exploré cette dernière. En m'enfonçant dans ses profondeurs, j'ai remarqué par la géologie qu'elle était très ancienne, mais surtout travaillée, il y a longtemps, par les mains d'êtres civilisés. J'ai été jusqu'où je pouvais, jusqu'à ce qu'un éboulement n'interrompe mon avancée. J'allais rebrousser chemin quand j'ai remarqué la présence d'une surface en duracier derrière les rochers, d'où émanait une curieuse lumière bleutée. En déplaçant les quelques rochers que je pouvais, j'ai réussi à m'en approcher d'assez près pour remarquer qu'il s'agissait d'anciennes portes en duracier, à moitié enfoncées, et un très petit passage permettait d'aller voir la pièce qu'elles gardaient. J'étais de plus en plus intriguée, ne me rappelant pas avoir lu ou entendu parler de l'existence d'un tel dispositif dans les alentours. Je me suis faufilée dans l'entrebâillement entre les portes et l'éboulement, pour savoir d'où provenait cette lumière inconnue.


Elle interrompit son récit un instant, regardant le droïde d’un air un peu inquiet avant de reprendre :


- D'après ce qu'il m'a dit, il serait DACJ-400, ou Droïde d'Aide au Combat pour Jedi, série 400. Il reposerait dans cette cuve depuis cent-soixante-cinq ans, ce qu'a confirmé une console proche,  comme ses créateurs n'ont pas voulu le détruire après l'abandon du projet militaire auquel il était lié. Ce projet de conception de droïdes pour assister au mieux les Jedi à l'aube de la Guerre des Clones, était un projet militaire secret, très confidentiel républicain mais aussi Jedi. Très peu étaient au courant de son existence, sinon les scientifiques y contribuant... de l'Ancien Ordre, seuls les Maîtres du Conseil d'alors étaient au courant de son existence, le Maître Jedi Mace Windu le supervisant. DACJ, premier et unique exemplaire de ce projet, a été soumis à des tests pour prouver son efficacité devant ce dernier, et a été approuvé. Seulement, le projet a été abandonné au profit de celui des soldats clones, et DACJ a été plongé dans une hibernation ici de laquelle il ne devait sans doute se réveiller... sans mon intervention accidentelle. J'étais méfiante, mais il a su prouver son intégrité et sa loyauté en m'aidant et me protégeant jusqu'à ce que nous réussissions à sortir de ce laboratoire souterrain. J'ai contacté le Temple juste après, une fois qu'il m'a confirmé souhaiter m'accompagner au Temple. Je... préférais l'avoir sous mes yeux, et je me voyais mal le laisser tout seul là-bas en attendant.


Elle conclut finalement son long récit par ces quelques phrases :


- Je voulais évoquer ce projet militaire secret directement avec le Conseil. Je suis consciente de ma part de responsabilité. Je me tiens prête à répondre à chacune de vos questions. Et DACJ se fera un plaisir de vous renseigner, lui-aussi. Je terminerais mon propos en reportant l'enthousiasme sincère qu'il a témoigné à aider un Jedi, à se sentir "utile". Je l'ai senti dans sa sincérité et sa bonne volonté, ainsi que dans ses actes même depuis son réveil. Je pense qu'il serait un bon allié. Ce n'est que mon humble avis, mais je préfère laisser le Conseil en juger.


Ca y est, le moment tant attendu était arrivé, le conseil allait prendre la parole. Un moment fort pour le droïde qui pouvait sentir ses moteurs vibrés en lui à cause du « stress ». La meneuse de l’Ordre prit la parole, elle était douce, cela n’étonnerai pas le droïde que cette dernière soit mère. Bien que cela soit contraire aux règles de l’ordre de son époque, le DACJ n’était pas choqué de son hypothèse, peut-être que le nouvel ordre avait modifié les lois jedi ? Bref, tout cela pour décrire la douceur avec laquelle La grande maîtresse s’adressait à la padawan.


« Ton avis compte aussi Lenia! Tu es celle qui l'a libéré et donc tu es celle qui a eu les premières impressions sur lui ce qui est une chose à ne pas négliger. »


Elle prit une courte de pause avant de reprendre pour s’adresser aux deux intéressés :


« Tu dis que " le projet a été abandonné au profit de celui des soldats clones", c'était pour remplacer complètement les soldats clones? »


DACJ-400 fit pivoter sa tête vers la padawan, lui faisant deviner qu’il souhaitait répondre, puis, il avança de quelques pas avant de répondre en tachant de régler sa voix sur un ton des plus humbles et respectueux :


-Avec tout le respect que vous doit à vous et à l’Ordre lui-même, ce n’est pas exactement cela maître. En vérité, le projet  à été entrepris sans que le chancelier, qui à l’époque n’était autre que Dark Sidious, n’en soit informé, ledit projet ne concernant que les jedi. C’est seulement lorsque les jedi découvrir qu’une commande de soldats clones avait été faîtes qu’ils décidèrent de remplacer les DACJ par les clones.


Une fois sa réponse donnée et la grande maîtresse satisfaite, une voix extrêmement forte s’adressa au droïde, c’était un maître jedi Houk… DACJ-400 fut impressionné de voir un représentant de cette race souvent violente siéger au conseil, malgré cela, il n’en fit rien paraitre. L’homme de métal était heureux de voir que la force pouvait toucher n’importe quel individu, de n’importe quelle race. Le jedi Houk lui demanda de sa voix roque :


 Peux-tu nous expliquer tes fonctions, tes capacités, ta puissance et tes protocole principaux s'il te plait DACJ!


Enchanté qu’on lui pose une question technique, il s’empressa de répondre en passant en revues ses programmes, il fut cependant devancer par un maître jedi Nautolan :


Également donne-nous ta faculté de combat face à un Sith et tes techniques de combats!


DACJ-400 inclina respectueusement la tête, indiquant au maître qu’il avait prit en considération sa question, et, comme pour montrer qu’il allait répondre à son premier interlocuteur, il se tourna ver s le Houk :


-Avec grand plaisir maître, je dispose d’un programme de combat au sabre-laser. N’étant qu’un humble droïde, seul la forme I Shii-Cho à pu m’être attribuée, cependant  mes concepteurs se sont arrangés pour que je la maîtrise à la perfection.  Je dispose également d’un blaster basique qui me permet de me battre aussi bien en combat rapproché qu’en combat à distance. Sous mes membres inférieurs se trouvent des turbo- jets grâce auxquels je suis en mesure de suivre un jedi qui utilise le saut de force ou la poussée de force. Mes photorécepteurs ont reçus un programme me permettant de calculer le point d’impact d’un tir de blaster de façon à ce que je puisse le parer de mon sabre-laser, de plus, une extension de ce logiciel me permet de prévoir les prochains de mon adversaire en combat singulier, de façon à pouvoir réagir comme un jedi. Pour ce qui est des programmes principaux de ma carte mère, j’ai été conçu pour être la copie mentale du maître Nahoj Ocamach. Ainsi ma carte mère est l’équivalent cybernétique du cerveau humain. J’ai aussi été intégré d’un programme de protocole, je maîtrise donc les différentes langues des nombreux peuples de la galaxie.


Une fois le jedi Houk satisfait, le droïde se tourna vers le Nautolan, ce dernier lui rappelait beaucoup le maître Fisto. Pour répondre à sa question, il lui dit, toujours d’un ton respectueux :


-Face à un Sith, je serais en mesure de combattre mais rarement de vaincre. Mon programme consiste surtout à aider le jedi, par exemple, dans un combat incluant un jedi, un sith et moi-même, je ferais tout mon possible pour attirer l’attention, pour que le sith se concentre sur ma personne et qu’ainsi le jedi ait plus de possibilité de neutralisation de l’adversaire. Si je me retrouve en seul à seul avec un Sith, je m’arrange pour que le combat dur le plus longtemps possible et qu’ainsi, le jedi auquel je suis assigné puisse atteindre l’objectif de mission sans qu’un Sith ne vienne lui mettre des bâtons dans les roues. Je suis bien conscient que je dois protéger le jedi et s’il le faut, prendre les coups à sa place.


Une fois qu’il eu répondu aux questions des jedi, le droïde repris place aux côtés de Lenia. Il espérait avoir fait bonne impression et jeta un vif regard à la padawan dans l’espoir de connaître son avis sur sa prestation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Ven 6 Sep - 16:47


En même temps, je me voyais vraiment très mal parvenir à rester détendue en pleine séance du Conseil. Il y a... je ne sais quoi comme atmosphère dans cette salle qui m'intimide autant qu'il ne m'apaise un petit peu, entourée par tant de grands et sages esprits, toutes espèces d'êtres vivants confondus. Et puis, je n'ai jamais trop aimé être au centre de l'attention, en plein feu des projecteurs, ce n'est pas dans ma nature, alors derrière mon masque de calme, je suis assez tendue. EN outre, je n'aime pas faire des erreurs et risquer de me montrer irrespectueuse envers autrui, moins même avec mes supérieurs hiérarchiques . Certes, on me donnerait la possibilité de retourner le temps pour revenir en arrière jusque'avant le moment où j'ai délivré DACJ par accident... que je ferais la même chose. Pour une fois je veux essayer de croire en mes instincts, tenter de me fier à mon intuition. Ainsi je prends mon courage entre mes deux mains, tout en sentant bien que je n'arrive pas à me défaire de mon habituelle formalité, qui symbolise tant de choses concentrées sans que je n'en sois pleinement consciente. Cette formalité est autant une barrière de plus entre autrui, même des êtres que je peux être amenée à respecter sincèrement, et moi-même, qu'une certaine marque de ma mésestime personnelle, et peut-être d'un peu trop de déférence vis-à-vis de l'avis d'autrui de mon Ordre par rapport au mien.

Ainsi, dans un premier temps logique, j'introduis brièvement mon compagnon cybernétique après les salutations qui me semblent de base. Je sens bien l'attention et les regards des Maîtres du Conseil présents en ce jour glisser vers ce dernier, l'observant j'imagine autant de l'extérieur que ne le sondant de l'intérieur, bien que cette dernière tâche ne soit rendue nettement plus ardue de par sa nature proprement mécanique. Sans que pour autant je ne sois entièrement dépourvue de toute attention de leur part, mais j'essaye de faire avec, en dépit de ma timidité et réserve naturelles. J'ai bien conscience que les choses ne sont pas exactement pareilles ici, au Praexum Jedi de Naboo, que dans mon orphelinat de Dantooine, mais j'ai bien du mal à faire fi de ce que j'ai appris là-bas, de la seule année où j'y suis restée, question de mes rapports et relations d'avec autrui et mes supérieurs. Ainsi, j'essaye de résumer de mon mieux les traits les plus importants des circonstances de ma rencontre d'avec DACJ, sans rien masquer de ma responsabilité dans son éveil, pas plus que ma sempiternelle curiosité mêlée à un curieux instinct inexplicable m'ayant conduite à explorer cette mystérieuse grotte. En dépit de la longueur - inévitable - de mon récit, les Maîtres ne m'interrompent jamais, me laissant terminer mon propos, bien que je me doute qu'ils aient des questions à me poser, ou à DACJ ou à nous deux conjointement, ce dont je leur suis reconnaissante. Cela m'aide à gérer ma propre nervosité derrière mon masque facial et mental de calme et de discipline Jedi, et je crois deviner un point d'approbation concernant mon refus de laisser mon compagnon cybernétique seul, derrière moi, et de là ma décision de le laisser m'accompagner au Temple avec son accord.

C'est une fois mon rappel des faits synthétique mais quand même efficace terminé que je me rends compte qu'une fois de plus, j'ai cédé à ma "fâcheuse habitude" à la formalité extrême et la mésestime envers moi-même, me poussant à adopter une attitude aussi en retrait et discrète que possible quand je ne suis pas dans une situation critique exigeant absolument mon sérieux et ma concentration inébranlables. Naturellement, je préciserais encore certains points bien volontiers, si cela m'était demandé, mais pour l'heure je veux déjà voir avec ce que je viens de leur transmettre comme informations. Je sens déjà un pan de la pression quitter mes épaules suite à ce récit transmit, alors que je regagne un silence prudent et respectueux, attendant autant leurs réactions, leurs remarques, que leur verdict. Après un très bref moment de silence réflexif, c'est sans trop de surprises Maître Yunstar qui reprend la parole, d'une voix certes douce mais ferme me faisant cette remarque :

« Ton avis compte aussi, Lenia ! Tu es celle qui l'a libéré, et donc tu es celle qui a eu les premières impressions sur lui, ce qui est une chose à ne pas négliger. »

Je suppose que j'ai mérité ce léger rappel à l'ordre, et donc je l'écoute et l'accepte sans le moindre mal que ce ne soit, assez gênée en dépit de mon masque apparent. J'ai conscience que c'est un des quelques points encore délicats de ma personnalité naturelle sur lesquels je dois encore travailler, et surtout je sais qu'elle a raison concernant ce qu'elle affirme par la suite. J'ai tendance à sous-estimer mon importance, de là l'importance et le poids de mes mots et de ma voix, même si cela semble assez logique d'affirmer le poids de mes premières observations de DACJ, comme j'ai été la seule témoin présente sur les lieux et en sa compagnie lors de son éveil imprévu et accidentel, que je n'arrive toujours pas à regretter, étrangement. L'esprit globalement ouvert à ceux du Conseil sinon quelques zones privées de mon être psychique - je n'ai rien à cacher concernant cet incident, et si peu en dehors sinon de quelques sujets mineurs que je ne désire pas encore laisser passer outre les barrières de leur caractère privé entre moi et moi-même - je me rappelle effectivement, avec une netteté impeccable, les premières impressions que j'ai eu de DACJ. Même s'il m'était assez impressionnant au début, elles sont toutes bonnes et se sont vu confirmées par la suite. Après tout, il m'a répondu en toute honnêteté, comme je l'exposais un peu plus tôt. Cela, mais aussi sans oublier qu'il m'a parfaitement assistée dans le combat contre les dix droïdes B2, s'adaptant à mes stratégies de combat, qu'elles soient strictement défensives ou plus offensives, ce qui a évité la grosse casse pour lui comme pour moi. Mais encore, aussi, l'aide qu'il m'a apportée pour trouver une issue convenable pour nous-deux pour nous tirer du piège minéral qu'était ce laboratoire abandonné, ainsi que l'assistance précieuse qu'il m'a proposé pour éviter que je ne me blesse dans la dernière partie de l'ascension vers l'air libre en me portant directement, sans jamais faillir alors que je me mettais en une position plus vulnérable et inhabituellement confiante en le laissant me porter entre ses bras. Et jamais il ne m'a lâchée en plein air, pas plus qu'il n'a cessé de me défendre et de m'aider en combat comme hors-combat. Si tout cela n'est pas faire preuve d'une bonne volonté et d'un désir sincère d'offrir une assistance efficace envers autrui - devrais-je dire, un Jedi - alors je ne sais pas ce que c'est !

« Tu dis que " le projet a été abandonné au profit de celui des soldats clones", c'était pour remplacer complètement les soldats clones ? »

Ah effectivement, ma formulation était peut-être un peu maladroite et imprécise alors que j'essayais en toute honnêteté de retranscrire aussi bien que possible les informations que m'avaient donné DACJ, et je ne me rappelle pas qu'il m'ait précisé quelque chose sur ce point. Alors que je creuse rapidement mais sûrement les couloirs remplis et à peu près organisés de ma mémoire, en recherche d'une réponse aussi précise et exacte que possible, je perçois un léger mouvement à mes côtés, ce qui par réflexe me fait tourner la tête vers mon nouvel ami en armure pourpre et au heaume d'or adouci. Je remarque qu'il a pivoté sa tête en ma direction, ses photorécepteurs rivés dans les miens, et je pense deviner à son attitude qu'il souhaiterait répondre à cette question et n'attend que mon autorisation pour ce faire. A croire que ce langage muet et gestuel nous réussit pas mal, jusque là je ne crois pas avoir fait erreur dans la traduction de ses réactions et demandes, vraiment à étudier plus tard... Même si je suis un peu gênée qu'il me demande l'autorisation en particulier, mais soit. D'un bref et discret hochement approbatif de la tête, associé à un léger mais sincère sourire, je lui indique tout naturellement et sincèrement mon feu vert à ce propos, le laissant s'avancer et répondre à la question précédemment posée d'un timbre de voix alors modulé de manière humble et respectueux :

- Avec tout le respect que je vous dois, à vous et à l’Ordre lui-même, ce n’est pas exactement cela, Maître. En vérité, le projet  a été entrepris sans que le chancelier, qui à l’époque n’était autre que Dark Sidious, n’en soit informé, ledit projet ne concernant que les Jedi. C’est seulement lorsque les jedi découvrirent qu’une commande de soldats clones avait été faîte qu’ils décidèrent de remplacer les DACJ par les clones.

N'empêche que si nous venons à être mis en équipe un jour, pour une mission ou d'une manière générale, il faudra vraiment que je lui fasse comprendre qu'il n'a pas besoin d'être si formel à mon égard, je ne suis pas sa supérieure, mais je m'estime être son égale, sa coéquipière. Et puis... j'avoue que cela est vraiment un comble de ma part d'affirmer ceci... mais je n'aime pas trop que l'on soit si formel que cela envers moi. Cela n'a pas tendance à me mettre à mon aise, je dois dire, et plus les mois passent, plus cette tendance devient prononcée. La formalité envers autrui et mes supérieurs est, pour ainsi dire, un réflexe pour moi, mais je fais des efforts si l'on m'en fait la remarque et la demande, et je crois que je commence à comprendre l'effet que cela produit sur les autres quand moi-même j'en use... et peut-être parfois n'en use pas à modération, peut-être un peu trop en excès sans m'en rendre compte. Enfin, si, des personnes telles que Maître Greystone, Johanna, Danaé ou Maître Cyneel m'aident à m'en rendre compte et m'efforcer de travailler ça, mais rien d'aisé quand les racines du mal et de cette mauvaise habitude sont aussi profondément nouées dans mon esprit. En silence, j'écoute avec attention sa réponse, ajoutant les éléments dont je n'avais pas aussi précisément connaissance dans un dossier mental concernant l'histoire globale de DACJ. Afin de montrer que je n'ai rien à ajouter, je reste silencieuse et j'attends la probable question suivante.

- Peux-tu nous expliquer tes fonctions, tes capacités, ta puissance et tes protocoles principaux, s'il te plait, DACJ !

Ah, une question dirigée vers DACJ, je lui laisserais donc l'honneur de répondre, et ne commenterais, n'ajouterais, quelque chose que si je le sens nécessaire après seulement son intervention. Tranquillement, nettement plus calme et posée que les minutes précédentes, je croise les bras inconsciemment, légèrement tournée vers mon ami cybernétique toujours avancé qui se prépare à fournir d'autres éléments de réponses, l'observant avec attention tout en veillant à rester bien attentives aux remarques et réactions des membres du Conseil Jedi. Avec une ombre de sourire sincère, je remarque une fois encore - par son attitude similaire à celle qu'il avait adopté quand je lui avais demandé de m'en dire un peu plus sur lui - qu'il semble sincèrement ravi par sa posture d'avoir à répondre directement à une question. Du coin de l’œil j'observe aussi le Maître qui vient de poser cette question. Je connais plutôt bien cette voix puissante et caverneuse, aussi intimidante qu'elle ne l'avait été en mes jeunes années au Temple qu'elle ne reste impressionnante encore de nos jours. Il parlait fort peu, et je dois reconnaître que son apparence me terrorisait un peu quand j'étais une toute jeune Initiée, à peine arrivée sur le sol de Naboo, arrachée aux ombres de Dantooine. Un Maître Jedi, rare représentant chez les Jedi de la race Houk, aux traits souvent durs et menaçant, imposait beaucoup en présence et autorité de sa haute et puissante stature de deux mètres cinquante. C'est, je crois, l'un des grands spécialistes en mécanique du Temple Jedi, et surtout du Conseil Jedi. En dépit de la dureté de ses traits, je sais qu'il reste un Jedi considéré comme exemplaire par ses pairs, et referme un esprit des plus sages, ce qui explique en partie sa présence parmi ceux du Conseil.

« Également, donne-nous ta faculté de combat face à un Sith, et tes techniques de combats ! »

Cette précision - intervention émane d'un autre Maître Jedi présent au sein de cette réunion du Conseil Jedi, un Nautolan plus précisément. Une espèce d'êtres vivants et pensants, civilisés, proche du type humanoïde, aux traits du faciès assez fins, et de grands yeux entièrement noirs caractéristiques, sans pupilles, et des tentacules à la place des cheveux, la couleur de leur peau pouvant adopter nombre de variantes passant du vert au bleu plus ou moins sombre, et encore, je dois en oublier sur le moment. Concernant ce Maître Jedi, je ne sais pas grand chose de lui, en dehors du fait que sa réputation de maîtrise exceptionnelle du sabre-laser le précède, son talent rivalisant sans le moindre doute avec celui des plus grands bretteurs des époques présentes comme passées. Je me rappelle néanmoins l'avoir déjà croisé lors des cours de maniement du sabre-laser quand j'étais plus jeune et encore Initiée - je l'ai été longtemps, vous allez me dire, certes - et je me souviens également qu'il aime prendre le temps de bien observer les talents au combat des nouveaux Initiés, comme le sabre-laser, en sa qualité d'arme potentiellement dangereuse pour son utilisateur entre de mauvaises mains, qui doit devenir une sorte d'excroissance virtuelle de notre bras et de notre main. Je ne pense pas lui avoir laissé un souvenir impérissable, au vu de mes... disons... difficultés assez conséquentes au maniement de l'arme symbolique des Jedi tout au long de ma longue Initiation. Ce n'est réellement que lors de cette dernière année, et de quelques missions mémorables hormis logiquement l'instruction attentive et exigeante de Maître Greystone, que j'ai réalisé de gros progrès sur ce point, jusqu'à doucement atteindre un niveau pour l'heure... respectable quand on sait d'où je suis partie. Je maîtrise presque entièrement la Forme III, celle défensive du Soreus, de ce qui est accessible à mon niveau de connaissances et d'expériences, et j'avance peu à peu mais sûrement concernant la forme IV, Ataru, plus offensive, étant celles dans lesquelles je sens une affinité.

- Avec grand plaisir maître, je dispose d’un programme de combat au sabre-laser. N’étant qu’un humble droïde, seule la forme I Shii-Cho a pu m’être attribuée, cependant  mes concepteurs se sont arrangés pour que je la maîtrise à la perfection.  Je dispose également d’un blaster basique qui me permet de me battre aussi bien en combat rapproché qu’en combat à distance. Sous mes membres inférieurs se trouvent des turbo- jets grâce auxquels je suis en mesure de suivre un Jedi qui utilise le saut de force ou la poussée de force. Mes photorécepteurs ont reçus un programme me permettant de calculer le point d’impact d’un tir de blaster de façon à ce que je puisse le parer de mon sabre-laser, de plus, une extension de ce logiciel me permet de prévoir les prochains de mon adversaire en combat singulier, de façon à pouvoir réagir comme un Jedi. Pour ce qui est des programmes principaux de ma carte mère, j’ai été conçu pour être la copie mentale du maître Nahoj Ocamach. Ainsi ma carte mère est l’équivalent cybernétique du cerveau humain. J’ai aussi été intégré d’un programme de protocole, je maîtrise donc les différentes langues des nombreux peuples de la galaxie [...] Face à un Sith, je serais en mesure de combattre mais rarement de vaincre. Mon programme consiste surtout à aider le Jedi, par exemple, dans un combat incluant un Jedi, un Sith et moi-même, je ferais tout mon possible pour attirer l’attention, pour que le Sith se concentre sur ma personne et qu’ainsi le Jedi ait plus de possibilité de neutralisation de l’adversaire. Si je me retrouve en seul à seul avec un Sith, je m’arrange pour que le combat dure le plus longtemps possible et qu’ainsi, le Jedi auquel je suis assigné puisse atteindre l’objectif de mission sans qu’un Sith ne vienne lui mettre des bâtons dans les roues. Je suis bien conscient que je dois protéger le Jedi et s’il le faut, prendre les coups à sa place.

Sans jamais interrompre DACJ, forte du respect sincère que je ressens à son égard, j'attends tranquillement et écoute avec intérêt et curiosité son exposé de ses compétences au combat. Le début ne me surprend guère, j'ai pu les voir en action de mes propres yeux, alors je n'ai absolument rien à redire à ce propos, juste à écouter avec attention. Je suis assez intriguée et contente d'en savoir aussi un peu plus sur lui et ses étranges capacités avancées comparé à d'autres droïdes de combat, même de notre génération actuelle. Concernant son protocole, je pourrais ajouter qu'ils ont même pensé à lui donner la faculté de déceler et d'user par moment de l'humour et de l'ironie, mais cela, à lui de voir s'il veut le préciser ou pas, je ne le ferais certainement pas. Même si je souris avec amusement de manière imperceptible, de l'intérieur, au souvenir de ces moments de complicité dans le laboratoire, quand il savait percevoir et voire, parfois, répliquer à mes moments d'ironie et de brin d'humour. Concernant à sa remarque concernant ses capacités face à un Sith, je ne suis guère surprise non plus, même si je reste certaine qu'il saurait se montrer utile envers le Jedi qu'il déciderait de suivre et auquel il serait assigné, je ne doute pas une seule seconde de sa loyauté sur ce point, à cet égard. Enfin, j'espère quand même que si on est amenés à coopérer, il acceptera aussi que je refuse de le considérer comme un simple bouclier mécanique, mais comme un partenaire d'armes, avec les tenants et les aboutissants. Ce n'est décidément pas dans ma nature de laisser des alliés, moins encore des amis, derrière moi alors qu'ils sont en difficulté, même si je sais que parfois en mission le choix n'est pas laissé... c'est un choix que je n'aime pas faire, et du type que je regrette souvent après. J'attends qu'il ait prononcé sa dernière phrase pour rebondir sur son propos, et tourne mon regard vers les Maîtres du Conseil pour demander l'autorisation d'ajouter une remarque à ce propos. Une fois ceci m'étant accordé, ma voix est tout de suite plus calme et assurée, posée, que tout à l'heure alors que je précise son propos avec un exemple très frais dans ma mémoire, par cette précision :

- Alors que nous cherchions une issue de secours dans le laboratoire, nous avons été attaqués par dix droïdes séparatistes de type B2 émergeant des cuves dont j'évoquais la présence tout à l'heure. J'ignore ce qu'ils faisaient ici, mais je vous confirme les affirmations de DACJ. Alors que nous venions à peine de nous rencontrer, il a su très efficacement s'ajuster à mon style et mes stratégies de combat, même pendant la confrontation. J'ai été plutôt impressionnée par son maniement du sabre-laser. Il a été un excellent coéquipier dont l'assistance m'a été précieuse pour éviter la casse, et je dois dire qu'il a très bien effectué sa "mission" de protection, pendant et après ce combat.

Et je pense tout ce que je dis, j'ai très bien en tête les souvenirs de ce combat inégal en nombre, avec une Padawan Jedi et un droïde d'aide au combat pour Jedi à peine tiré de sa longue hibernation en cuve contre une dizaine de droïdes séparatistes particulièrement hostiles. Je donne l'impression d'être très élogieuse, mais c'est simplement que quand j'ai des compliments sincères et avérés à faire, je les fais, je suis honnête avec moi-même et surtout avec autrui. Mon épaule gauche en sait quelque chose, par dessous ma tunique, et la chemise d'un brun clair aux longues manches, la légère bande imbibée de bacta qui recouvre et soigne une brûlure de tir de blaster ennemi. Je n'ai eu que cette blessure, heureusement, car mes arrières étaient très bien assurées par mon compagnon cybernétique ici présent, et je l'ai acceptée de pleine volonté pour pouvoir mettre à terre un ennemi, afin de ne pas interrompre l'enchaînement que j'avais initié en ce but. J'ai été très bien accompagnée, je le suis toujours, et j'espère sincèrement qu'il pourra un jour à nouveau accompagner un membre de l'Ordre Jedi, qu'il pourra assister et protéger, continuant ainsi de faire la mission lui ayant été donnée à sa création... tout en étant ravi et épanoui. Que ce soit moi - mais j'en doute un peu, n'étant qu'une Padawan - ou quelqu'un d'autre, je ne suis pas inquiète à ce propos. Je ne lui souhaite que cela, si Force et surtout le Conseil Jedi le veulent et le jugent raisonnable. On verra bien, pour l'heure, on en débat. Je me sens déjà plus sereine, un peu plus détendue qu'au tout début de la séance, même si je reste sérieuse et concentrée. Je ne dirais que la stricte vérité, mais j'ai confiance, en eux et en lui. Sentant son regard vif porté vers moi, je lui jette un coup d’œil et un sourire rassurant perché au coin de mes lèvres, discret, avant de reporter mon attention sur le Conseil. Oui, j'ai confiance.


Dernière édition par Lenia Séry le Sam 7 Sep - 8:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Sam 7 Sep - 7:59

Légende:
 


Eleanor écouta la réponse très formelle du droïde, on voyait bien que ses protocoles avaient été prédéfinis pour qu'il reste polie en toute circonstance devant le Conseil ou devant des Jedi d'une manière générale.

- Avec tout le respect que je vous dois, à vous et à l’Ordre lui-même, ce n’est pas exactement cela, Maître. En vérité, le projet a été entrepris sans que le chancelier, qui à l’époque n’était autre que Dark Sidious, n’en soit informé, ledit projet ne concernant que les Jedi. C’est seulement lorsque les jedi découvrirent qu’une commande de soldats clones avait été faîte qu’ils décidèrent de remplacer les DACJ par les clones.

Le fait qu'il contredise sa demande ne l'offusqua aucunement, elle découvrait en même temps que les autres Maîtres comment et pourquoi le projet du droïde avait été abandonné et pour cela il valait mieux éviter toute confusion et le droïde était le mieux placé pour mettre les choses aux claires et faire en sorte que son projet soit connu sous tous les angles. Eleanor allait surement procéder à quelques recherches dans les archives du Temple si l'Empire n'avait pas détruit toutes traces du projet lors de son attaque du Temple Jedi lors de l'avènement de l'Empire. Elle acquiesça tranquillement à la réponse du droïde qui avait été très clair et avait remis parfaitement dans le contexte la naissance de son projet et sa création.

Elle laissa les autres Maîtres poser leur question et nota dans sa tête tout l'intérêt du Maître Jedi Houk qui devait surement trouver le droïde fort intéressant. S'il avait pu Eleanor se doutait qu'il aurait aimé étudier la configuration du droïde dans ses moindres détails de la premières lignes de codes jusqu'à la dernière pour prendre connaissance de sa configuration de la meilleure des manières.


- Avec grand plaisir maître, je dispose d’un programme de combat au sabre-laser. N’étant qu’un humble droïde, seule la forme I Shii-Cho a pu m’être attribuée, cependant mes concepteurs se sont arrangés pour que je la maîtrise à la perfection. Je dispose également d’un blaster basique qui me permet de me battre aussi bien en combat rapproché qu’en combat à distance. Sous mes membres inférieurs se trouvent des turbo- jets grâce auxquels je suis en mesure de suivre un Jedi qui utilise le saut de force ou la poussée de force. Mes photorécepteurs ont reçus un programme me permettant de calculer le point d’impact d’un tir de blaster de façon à ce que je puisse le parer de mon sabre-laser, de plus, une extension de ce logiciel me permet de prévoir les prochains de mon adversaire en combat singulier, de façon à pouvoir réagir comme un Jedi. Pour ce qui est des programmes principaux de ma carte mère, j’ai été conçu pour être la copie mentale du maître Nahoj Ocamach. Ainsi ma carte mère est l’équivalent cybernétique du cerveau humain. J’ai aussi été intégré d’un programme de protocole, je maîtrise donc les différentes langues des nombreux peuples de la galaxie [...] Face à un Sith, je serais en mesure de combattre mais rarement de vaincre. Mon programme consiste surtout à aider le Jedi, par exemple, dans un combat incluant un Jedi, un Sith et moi-même, je ferais tout mon possible pour attirer l’attention, pour que le Sith se concentre sur ma personne et qu’ainsi le Jedi ait plus de possibilité de neutralisation de l’adversaire. Si je me retrouve en seul à seul avec un Sith, je m’arrange pour que le combat dure le plus longtemps possible et qu’ainsi, le Jedi auquel je suis assigné puisse atteindre l’objectif de mission sans qu’un Sith ne vienne lui mettre des bâtons dans les roues. Je suis bien conscient que je dois protéger le Jedi et s’il le faut, prendre les coups à sa place.

Cette notion d'attirer son adversaire était assez étrange et Eleanor le nota pour voir ça avec les Maîtres, mais avant qu'elle ne prenne la parole Lenia prit le devant et expliqua une des situations que le droïde avait adopter lors d'une agression.

- Alors que nous cherchions une issue de secours dans le laboratoire, nous avons été attaqués par dix droïdes séparatistes de type B2 émergeant des cuves dont j'évoquais la présence tout à l'heure. J'ignore ce qu'ils faisaient ici, mais je vous confirme les affirmations de DACJ. Alors que nous venions à peine de nous rencontrer, il a su très efficacement s'ajuster à mon style et mes stratégies de combat, même pendant la confrontation. J'ai été plutôt impressionnée par son maniement du sabre-laser. Il a été un excellent coéquipier dont l'assistance m'a été précieuse pour éviter la casse, et je dois dire qu'il a très bien effectué sa "mission" de protection, pendant et après ce combat.

Eleanor regarda Maître Zark tranquillement et il prit la parole.

« Ce que tu nous dis est très intéressant, mais je voudrais revenir sur la notion de protéger ton coéquipier par tous les moyens possibles! Nous avons presque l'impression que tu te considères un bouclier c'est-à-dire que tu es juste destiné à encaisser les coups à la place de ton partenaire! Cette notion de protection peut-être à la fois bénéfique et destructrice! »

Eleanor enchaîna tranquillement.

« Effectivement! Dans un combat a deux que ce soit contre un Sith ou contre un groupe d'ennemi, attirer l'attention pourrait signifier ta destruction rapide même avec le soutien de ton partenaire! »

La Maître Jedi Corvo intervint à ce moment-là. Cette Trandoshan était assez âgée et portait sur sa figure de nombreuses cicatrices, elle s'exprimait dans un dialecte basique relativement correct mais son accent et ses sifflements n'étant pas toujours simple à comprendre, aussi sa particularité était de toujours mettre le verbe en fin de phrase, le pire étant dans les subordonnées.

« Une équipe ensemble travail! La notion d'attirer ssssson adverssssaire lors d'un duel pas excellent n'est! Chacun compter sur l'autre doit pouvoir! Si l'adversssaire en face peu expérimenté est, alors il dans le piège de la provocation tombera! Mais si l'adversssaire expérimenté est alors il que l'adversaire à éliminer le partenaire saura est! »

Qu'il protège n'était pas une mauvaise chose mais dans un duel l'équipe ne faisait qu'un, un bras n'était pas destiné à protéger pendant que l'autre attaque comme avec l'épée et le bouclier. Pour conserver la notion de DACJ la meilleure des manières était une stratégie de combat opposée.

« Je pense que tu peux rester dans cette stratégie plutôt axé sur la défense mais tu va devoir apprendre à faire qu'un avec ton partenaire pour que vous soyez tout deux comme une seule et même personne dans le combat! L'application nous permettra d'en savoir plus! Suite à ce Conseil DACJ tu affronteras l'un de nous dans deux combats : un en compagnie de Lenia et l'autre seul! Nous observerons alors tes capacités de combats dans ces deux situations! » La Jedi porta son regard sur la jeune Padawan de Maître Greystone. « Etant donné ce que tu viens de nous dire tu seras la parfaite coéquipière pour DACJ dans cet exercice et tu pourras aussi t'entraîner par la même occasion. »

Ces combats amicaux avaient pour but d'étudier comment DACJ était vraiment programmer et sa manière de combattre via l'utilisation du Shii-Cho. Également donner d'éventuels conseils pour que le droïde s'adapte mieux en combat par équipe pour éviter qu'il soit le bouclier et le Jedi l'épée, cette tactique n'était vraiment efficace que dans les jeux interactifs très prisés sur Coruscant. Les Jedi travaillaient en groupe et en aucun cas l'individualité et le solitaire devait prendre le dessus sur le bien de l'équipe, attirer l'adversaire dans un piège via une provocation n'était pas mauvais pour permettre à son partenaire de frapper, mais en aucun cas l'un d'eux devait être le bouclier et l'autre l'épée.

Suite à cette petite remarque sur le combat les Maîtres revinrent sur les particularités du droïde sur un point qu'il n'avait pas abordé : ses facultés dans l'espace.


« Sinon dans l'espace es-tu capable de piloter un chasseur? Utiliser tes calculs pour savoir où attaquer précisément, le manier avec fluidité et sans assistance? Dans un croiseur qu'es-tu capable de faire informatiquement parlant pour aider les soldats et les Jedi dans leur mission? »

Maître Zark était souvent sur des croiseurs et même dans ces situations il estimait d'un Jedi devait être utile, aider à diverses tâches devant un écran n'était pas une tâche ingrate. Le droïde était certes un combattant au sol, cela demeurait son terrain de prédilection, mais les abordages et les combats spatiaux étaient fréquents ce qui demanderait surement son intervention, également en tant que droïde avant l'assaut il pouvait aider pour que tout soit parfaitement opérationnel avant le combat. Il pouvait aussi bien être un soutien au combat qu'avant et après celui-ci pour transporter les blessés, partir soutenir des escadrons de chasseurs etc.

Suite à sa réponse Eleanor enchaîna via une question correspondant la notion d'adaptation du droïde :


« Selon les situations quel est ton raisonnement en terme d'adaptation? »

La plupart des droïdes prenaient l'option ayant la plus forte probabilité de réussite ou suivaient leur programmation sans se poser de questions. Or les Jedi préférait les droïdes ayant des facultés d'adaptation. HK-47 en faisant partie car s'il se retrouvait isolé à l'arrière des lignes ennemis il tentait de rejoindre ses compagnons ou tentait des actions selon ses possibilités, mais jamais il ne fonçait dans le tas ni même tentait forcément des actions ayant une forte probabilité de réussite. Il était capable d'user de diverses choses pour vaincre ou pour se sortir de situations comme l'utilisation de son environnement pour détruire ou échapper à son adversaire, tout cela venait de ses facultés d'adaptation qu'un être humanoïde avait d'une manière générale.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné] Mar 7 Jan - 6:29

[Topic Terminé / Abandonné suite au départ d'un des joueurs et pas de nouvelles de l'autre participant depuis deux mois]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné]

Revenir en haut Aller en bas

Demande d'avis et décisions pour l'avenir (PV Eleanor Yunstar et DACJ-400) [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Naboo [Empire] :: Ancien Temple Jedi-