Partagez| .

Réparations et Rencontre [PV Elila - Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Réparations et Rencontre [PV Elila - Will] Dim 5 Aoû - 10:59

Mon père m'avait plusieurs fois dis que le cargo était capricieux, d'où le fait qu'il pensait que le vaisseau était vivant... C'est vrai qu'un tas de ferrailles qui s'amuse à te faire des problèmes aléatoires quand il veut, avec le temps, on peut se demander s'il n'est pas hanter. Bien que je parle à l'Hyperion, je ne le considère pas comme vivant, il s'agit de quelques boulons collés ensembles pour en faire un objet qui vole pouvant transporter des tonnes de trucs, êtres vivants compris. C'était un bon vaisseau et je ne voulais pas m'en séparer de si tôt. J'ai donc décidé, finalement mis en rogne par les multiples problèmes de cet engin, d'aller voir quelqu'un de métier pour voir ce qui n'allait pas. Au départ, je pensais simplement à trouver un type sur Bespin mais franchement, je me demandais comment la ville arrivait à tenir en l'air avec de tels types, c'était déjà exceptionnel s'ils arrivaient à reconnaître un fer à souder. Pour être sûr du bon boulot, j'ai donc décidé d'aller sur Corellia, c'était après tout la planète de la CTC, si sur ce cailloux il n'y avait personne pour réparer l'Hyperion, je pense bien que je n'aurai pas eu le choix que de me séparer de lui, il m'étais impossible d'entreprendre de travailler avec un vaisseau pas fiable, c'était du suicide pur et dur !

Ce jour-là, j'ai réussi à décoller pour l'orbite sans trop de soucis, juste une petite panne moteur qui dura quelques secondes avant que je ne réussisse tant bien que mal à le faire redémarrer. L’hyper-navigation fit correctement son boulot et me laissa quelques heures pour souffler parce qu'il en faut dans le ventre pour piloter avec ce vaisseau... Je profita de ce moment de répit pour ranger l'intérieur du cargo, c'était à faire impérativement, des caisses vides trainaient partout, je ne parle pas des bouteilles elles aussi vides ou à moitié, les lits de la cabine n'étaient pas fait ou mes affaires étaient dessus... Enfin ce n'était pas rangé quoi donc si déjà un mécanicien se donne la peine de réparer cet rafiot, autant qu'il puisse travailler dans un endroit au propre au minimum.

Mes bouteilles dans le cockpit étant bien rangées dans une caisse à côté du siègedu pilotes, les caisses de frets une fois bien toutes remises dans les soutes, la cabine d'équipage nettoyée et rangée, les vitres toutes astiquées puis après une bonne douche méritée, je retourna au cockpit m'avachir sur mon siège épuisé par tout ce nettoyage intensif... je ne me pensais pas croyable d'un tel acte avant ce jour-là, je suis un parfait mec me dira-t-on... Quelques instants après m'être plongé dans ce siège si inconfortable, je m'endormis laissant mes quelques petits réveils admirer la fenêtre d'hyper-propulsion jusqu'à mon arrivée...

Et quelle arrivée ! Il m'a semblé que cette fois, ce fut les stabilisateurs qui ont légèrement oublié de fonctionner ce qui m'a fallut une descente rapide du siège quand l'Hyperion sortie de l'hyper-espace...


"Douleur... Intense"

Mon dos remit en place et mon derrière de rêve sur mon siège, je repris le contrôle manuel du cargo en direction de la surface de Corellia, là-bas, un type d'un bar m'a donné les coordonnées d'un petit garage sympa, sérieux et pas trop cher... C'était surtout les deux premiers arguments qui m'incita à aller voir, le prix... Je m'en moquais bien. Je trouva le garage assez facilement une fois à la surface et bien que je dû frapper le tableau de bord pour que le pied d'atterrissage avant droit se baisse, je pense avoir plutôt bien réussi à me poser sans casse cette fois-là, cela aurait mérité une bouteille mais je préférai être clean pour aller me présenter au garage... Pour une fois que je refusais de boire, on allait tout de même pas me le reprocher. Je fis abaisser une rampe en m'équipant au passage de mon Blaster et me voilà descendu de mon engin interstellaire après avoir traversé les couloirs du cockpit et le central.

Le garage se trouvait en face de moi de loin, on ne voyait personne. J'espérais franchement que ce n'était pas fermé sinon je l'avais dans l'os... Je pénétra dans le hangar en marchant doucement, regardant tout autour de moi en direction d'une sorte de comptoir


"Y a quelqu'un ?... S'il vous plaît, je suis garé dehors... Euh... Youhou ?..."

Qu'est-ce que j'ai pu me sentir bête à ce moment-là... Et c'était loin d'être terminé. Près du comptoir, à force d'attendre je finis par me coller contre le mur le plus proche en espérant ne pas d'avoir patienter trop longtemps parce-que repartir avec un vaisseau en si mauvais état que l'Hyperion, ça ne me tentait plus maintenant je me trouvais dans un garage, les folies ont une fin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Réparations et Rencontre [PV Elila - Will] Jeu 4 Oct - 9:39

Après les dernières grosses missions de terrain, le bureau avait décidé de laisser leur agent tranquille. Il ne fallait jamais enchaîner, car elle risquerait de perdre sa couverture. C’était pour cette même raison qu’Elila n’infiltrait pas uniquement les gangs intéressants pour les républicains. Une rumeur du type, là où lumens passe les gangs trépassent était si vite arrivée. Le mécano devait l’éviter à tout prix, car cela signerait probablement un arrêt de mort. Les chefs de cartel croyaient rarement aux coïncidences.

L’espionne se retrouvait le nez dans le moteur d’un yacht de Luxe 3000 de chez Sorosuub. Vu de l’extérieur le vaisseau était tout à fait normal. Pour Lumens, qui avait contrôlé l’appareil et refait une partie du moteur, il était moins anodin. Ce vaisseaux avait clairement subi quelques modifications pour faire de la contrebande. Elle savait donc pourquoi un client si fortuné s’était aventuré dans leur garage. La Mirialan ne posa aucun mouchard, elle devait juste faire son boulot de mécano. Réparer, vérifier et rendre un appareil viable pour le client, quelques soient sont activités. Il n’y avait pas à dire, la mécanique était bien ce qu’elle préférait. Elila se mit à siffler et à battre le rythme avec son pied.

« Lumiens ! »

La voix du patron résonna dans les murs. La demoiselle était capable de reconnaitre celle-ci entre mille. La demoiselle se remémora les derniers jours et vérifia qu’elle n’avait pas fait trop de conneries. Il n’y avait rien de répréhensible et l’homme ne semblait pas en colère. . Le ton du quinquagénaire n’était pas aussi sec que lorsqu’il donnait un ordre, donc il devait la chercher.

« Yep patron. »

Répondit-elle clairement pour orienter l’homme vers le bon vaisseau. Sa tête surgit brusquement de la carcasse. D’autre personne que Dinas aurait sursauté, mais il avait l’habitude. Elila n’était pas la seule à pratiquer ce sport bien connu des mécanos : apparaître de la manière la plus abrupte possible dans le but avoué de faire sursauter quelqu’un.

« Va tenir un peu le comptoir, ça commence à m’ennuyer. » ajouta-t-il mollement. Cette tâche, ingrate et obligatoire, finissait toujours par le lasser.

Les relations publiques et le patron, c’étaient comme l’eau et l’huile. Il ne raffolait vraiment pas des relations clients. Il n’existait qu’une exception, celles qui le conduisaient à la cantina, il ne s’en lassait pas. Elila avait pourtant envie de mettre encore un peu les mains dans la mécanique. C’était son univers et son véritable travail l’en éloignait trop souvent à son goûts. Elle fit une petite moue pour marquer son manque de motivation.

« Roh, je te payerai ta tournée »

La mirialan soupira. Pour lui proposer ce marché, il devait en avoir réellement marre. Elle n’allait cependant pas lui rendre les négociations faciles. La mécano n’allait pas se faire acheter pour un verre. Voyant son refus, le patron jura. Dinas n’était pas du genre à menacer ses hommes, ni à donner des ordres par caprice. Il savait être ferme, mais uniquement quand cela était utile.

« Bon je t’invite pour la semaine, mais c’est ma dernière offre…Après je te force à y aller. »

La phrase avait été prononcée très calmement, avec une pause pour ménager son petit effet. Un sourire illumina le visage de la demoiselle. Il n’y avait pas à tergiverser, son patron avait la classe. L’homme aux cheveux grisonnant possédait des prunelles marron qui brillaient d’intelligence. Dinas devait avoir vers la cinquantaine et malgrès une cicatrice sur le visage, il avait de beau reste. Elle aimait bien passer un peu de temps avec lui, il était sympathique et elle se marrait bien avec lui. Sans compter que cet homme avait les meilleures adresses de Corellia en termes de bouibouis sombres. Comment aurait-elle put refuser une telle proposition ?

« On ne peut rien refuser au patron »

Ajouta la demoiselle en levant les yeux aux ciels. Si le ton et le sourire n’avaient pas été aussi amusé, elle aurait presque pu paraître blasée…Presque. Dinas fit un sourire futé et répondit sur le même ton posé, mais amusé.

« Ou une femme ne sait jamais refuser une invitation. »

La Mirialan rigola et s’extirpa du vaisseau. Elle lui lança la caisse à outil dans les mains, que l’homme attrapa par réflexe.

« Il a intérêt à être impeccable d’ici mon retour. »

Fit-elle d’un ton autoritaire, comme si elle parlait à un vulgaire employé. Elle ne le laissa d’ailleurs rien ajouter. Il n’était pas question qu’elle lui laisse une chance d’avoir le dernier mot.

« Les gonzesses » murmura le quinquagénaire en riant. Le culot était à ses yeux une grande qualité.

Elila traversa tout le garage pour retrouver le guichet, où l’attendait déjà un client. Dinas devait avoir fuit juste avant qu’il n’arrive. Elle nota tout de suite la chevelure blanche, les yeux certes bleu, mais avec des pupilles, des mains à cinq doigts. C’était donc un humain avec une couleur de cheveux inhabituelle, qui ne faisait pas partie des réguliers de la maison.

« Désolée pour l’attente, vous avez fait peur à celui qui tenait le comptoir. »

Elle n’était pas une professionnelle de l’accueille. Les trois quarts de ses clients s’en fichaient ou ne disaient rien. Le patron ne lui avait jamais fait un reproche. De toute manière, même avec des blâmes, Elila n’aurait pas changé d’attitude.

« Je vous tends pas la main, c’est encore crado. Bon ! Conduisez-moi au malade, je vais voir ce que je peux faire pour lui. »

Elle s’amusait à personnifier les vaisseaux. Certains trouvaient cela absurde, les baroudeurs et autre amoureux de la mécanique adoraient. Elle se rappela subitement que ce n’était pas un habitué et rajouta avant de se mettre en chemin.

« Voilà le topo, je fais un tour rapide du vaisseau maintenant, pour faire une analyse grossière. Je vois les réparations, j’estime le temps et le coût. Vous me dite oui ou non. Non, vous repartez avec les ennuis, oui, je vous en débarrasse. Si au cours des réparations, on voit d’autres problèmes techniques, on vous le signale. Ce sera du temps et des sous en plus à chaque fois. Et si vous vous demandez comment je conclue que vous venez pour des réparations, je répondrais que seuls les habitués viennent pour des contrôles…à moins que vous n’ayez emménagé et que vous ne soyez là que pour un contrôle…Dans ce cas j’aurais simplement l’air d’une idiote. »

Termina-t-elle en prenant une bonne inspiration. Elle avait parlé rapidement pour ne pas être interrompu, mais pas trop non plus. Il était inutile de donner des explications si elles n’étaient pas comprises.

« Bien maintenant on peut y aller. Si vous pouvez me décrire quelques problèmes ou les bruits suspects en chemin, on gagnera du temps. »

Elle montra le chemin d’un signe de la main pour faire avancer le jeune homme. C’était presque professionnel. Elila avait cependant une voix trop chaleureuse pour avoir la froideur polie que l’on doit au client. Il n’était pas possible d’obtenir mieux d’elle de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Réparations et Rencontre [PV Elila - Will] Sam 13 Oct - 10:45

Je commençais franchement à me tourner les pouces... Mais sans déconner là, je n'avais que ça à faire donc autant s'occuper, nan ? Toujours contre ce mur, en même temps que je... "m'amusais" avec mes doigts, j'étais en train de me demander si ce n'était pas jour de fermeture et que le boss avait oublié de fermer. M'enfin cette idée s’évapora assez vite quand j'entendis deux personnes discuter. Histoire de ne pas faire mauvaise impression, je n'ai pas jugé utile de faire entendre que ma patience a des limites, à quoi bon ?

J'ai donc continué ma superbe partie de pouces jusqu'à que j'entende et aperçoive quelqu'un... Et quel quelqu'un ! Yeux terriblement bleus ressortant superbement bien avec la peau verte d'une charmante Mirialan. C'est ce qui m'a franchement frappé chez elle et sans rire, pendant que d'autres materaient ailleurs dans ces circonstances, je suis resté focalisé sur ses yeux jusqu'à qu'elle présente ses excuses en sortant une petite blague qui fit me sourire, comme si j'avais une carrure à faire peur à quelqu'un... Enfin, j'allais quand même pas râler, un peu de galanterie dans ce monde de brute ne peut pas faire de mal, surtout avec ce qui l'attendait.

La demoiselle entra directement dans le vif du sujet; l'Hyperion ou "le malade" comme elle avait nommé mon tacot volant, si elle aurait su ce qui l'attendait... J'avoue que j'ai fais mon inhumain pour le coup, acheter un autre 1250 lui aurait épargné du sacré boulot... Avant même que je puisse en poser une, la mécano continua son speech en disant qu'elle ne me saluerait pas avec ses petites mains qui sont... Euh... Enfin qui ont trempé dans des... Trucs de mécano quoi. Honnêtement je n'allais pas être triste pour cela, je n'ai rien contre les mains et les femmes qui se salissent, au contraire, je les préfère à celles qui pleurnichent pour une petite tâche de rien du tout... Mais... Là, non, j'ai préféré ne pas insister, aller savoir pourquoi... Toujours dans son speech, cette fois il s'agissait des... Formalités dira-t-on, l'histoire du prix et compagnie, les bases, s'en était même ennyant à force... Puis attention, sans faire de jeu de mot, c'est qu'elle devenait toute verte la miss à ne pas respirer pendant son monologue là, j'ai cru que j'allais finir par devoir la rattraper avant sa chute.

Quand enfin la Mirialan montra le chemin avec l'une de ses si belles mains après avoir finit de parler, j'hésitais à débuter mon petit speech... Mais tel un brave homme, je pris les choses en main tout en commençant à marcher vers mon vieux rafiot:


"Hum... Avant toute chose, bonjour hein... Vous avez bien fait de me parler de tout ce qui est analyse et compagnie et d'ailleurs, c'est très bien dit ! Vous n'êtes ni trop sérieuse en disant ça ni trop... Je-m’en-foutiste si vous me permettez le terme, vraiment j'adore. On m'a parlé de votre garage, j'ai fais un p'tit saut ici à cause de quelques soucis... J'ai un YT-1250 que mon père m'a légué et honnêtement, vu tous les problèmes qu'il a, je ne pense pas qu'il est fait de contrôles réguliers. En fait, ne le prenez pas mal mais... Vous êtes un peu à côté de la plaque..." Honnêtement, j'ai pris du plaisir à dire ça, non pas pour me moquer, juste pour lui montrer que j'ai bien aimé son petit degré d'humour. "... Je viens de Bespin. Comme les trois quarts des dits mécanos sont là-bas des vrais arnaqueurs et bons à rien de première, je suis venu tant bien que mal sur Core' pour trouver du sérieux et puis... On m'a parlé de votre garage donc me voici. Pour ce qui est des crédits, je n'ai aucun soucis avec ça, j'ai même tendance à ajouter du pourboire donc franchement, ce n'est pas ça qui va me décourager et comme j'en ai marre de piloter une épave, je donnerai cher pour qu'on me répare le vaisseau..."

Je n'ai pas essayé de continuer sans prendre une petite bouffé d'air, mais toute petite parce que je venais d'oublier l'essentiel dans l'histoire, les quelques... petits problèmes de l'Hyperion. Ça ne m'amusait pas de sortir cette liste de soucis comme ça, surtout à une aussi charmante inconnue mais... C'était son métier dans le fond, je n'étais pas là pour sympathiser.

"Donc euh... Concernant le cargo, j'ai pu noter et surtout constater que les moteurs tombaient en rades souvent, trop souvent, certains pieds d'atterrissage sont défectueux. Euh... Très probablement un problème côté stabilisateurs qui eux m'ont lâché à la sortie de l'hyper-espace juste avant. Il y a peut être d'autres problèmes par-ci par-là, je ne sais pas, la mécanique et moi, ça fait deux si ce n'est pas plus... "

Très honnêtement, j'avais honte de moi et je redoutai un peu ce que la mécano allait me dire... Irréparable ? Pour des mois de réparation ? Va voir ailleurs ? Le pire, je crois que ça allait être de la faire monter à bord car... Voilà que l'on arrivait à la sortie du garage et que voyait-on directement en face ? Mon vaisseau ! J'ai pris le temps de nettoyer son intérieur mais j'ai oublié son extérieur avant de quitter Bespin et ce fut une grosse erreur... Il faut savoir que normalement, mon cargo est de couleur... Boh aller gris on va dire, eh bien là, il était plutôt noir de saletés en tout genre, carburant des moteurs et j'en passe...

J'ai encore eu plus honte de me tourner vers la petite verte, tendant mon bras droit, la main ouverte, vers l'Hyperion afin de lui dire, pas sans peine, que cette chose était sur laquelle je lui demandais de travailler...


"Hum... Je suis désolé de vous présenter l'Hyperion en très mauvais état... Je vous en prie, vous pouvez vous lâcher et me dire tout ce qui vous passe par la tête."

Je ne suis pas très pessimiste, juste réaliste et là il faut l'avouer, c'était d'une extrême arrogance de demander à quelqu'un de réparer l'Hyperion pourtant je n'avais pas le choix, il m'étais encore inconcevable à ce temps là de me séparer de lui, sans doute parce que je n'avais pas encore fais le deuil de mon père...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Réparations et Rencontre [PV Elila - Will]

Revenir en haut Aller en bas

Réparations et Rencontre [PV Elila - Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Corellia [Empire]-